Abid Briki : «L’administration tunisienne demeure un obstacle à l’investissement»

Abid Briki : «L’administration tunisienne demeure un obstacle à l’investissement»

par -
0

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, Abid Briki, a reconnu que l’administration demeure un obstacle à l’investissement. C’est pourquoi une consultation nationale sur la réforme de la fonction publique sera lancée ce 10 octobre. Cette dernière traitera plusieurs dossiers dont notamment la reconversion des fonctionnaires dans la fonction publique et l’importance de faire bénéficier aux fonctionnaires de haut niveau des promotions, de leur faire passer des concours sans oublier la réaffectation des employés selon les besoins de chaque établissement.

Le ministre a par ailleurs justifié le report à 2019 des augmentations salariales par la réforme fiscale dont les répercussions financières seront positives sur les salaires des agents à moyen et faible revenu, on pourrait même avoir 42DT de plus. Interview :

La commission dite 4+4  s’est réunie. Pouvez-vous nous donner des éclaircissements sur les sujets traités ?

Au début, il est important de mettre l’accent sur le rôle de ladite commission qui œuvre à trouver une issue pour l’ensemble des problèmes, déjà en suspens.

C’est une démarche cruciale afin de faciliter les négociations relatives aux questions importantes étant donné qu’on est toujours face à plusieurs difficultés dans certains secteurs.

Parmi les sujets évoqués, on cite également la situation de la Société Tunisienne des Industries de Pneumatiques (STIP), qui est en train de provoquer un climat de tension sociale dans le gouvernorat de Sousse.

A ce niveau, on a bien étudié les moyens juridiques dans le but de trouver une solution à cette crise.

D’ailleurs, le management de la STIP sera convoqué pour être placé devant le choix suivant : soit il réinvestit les 180 millions de dinars de dettes auprès des banques pour remettre sur pied l’entreprise, soit l’Etat s’approprie ce montant auquel cas la direction actuelle ne tiendra plus les rênes de l’entreprise.

D’autres sujets ont fait aussi l’objet de discussions dont notamment les accords signés au niveau de la formation professionnelle ou encore au niveau des délégations. A ce stade, je me permets d’annoncer qu’un compromis a été trouvé dans ce processus.

C’est important car on ne pourra jamais mettre en place les grandes réformes si on n’arrive pas à créer un climat social capable de relever ces défis.

Et pour le report de la majoration salariale ?

On n’a pas évoqué cette question, qui a été reportée à la séance du lundi 10 octobre 2016. Cette rencontre sera marquée par la présence de représentants du gouvernement et les membres du bureau exécutif de l’UGTT

Votre position par rapport au report à 2019 des majorations salariales prévues en 2017, alors que la centrale syndicale l’a rejetée ?

Avant tout, il faut évoquer le cadre dans lequel cette proposition a été recommandée. On était arrivé au pouvoir à un moment où le citoyen a perdu confiance dans le discours politique.

Partant de ce constat, on a voulu regagner la confiance de nos citoyens à travers l’adoption du concept de réconciliation et à travers la publication des chiffres qui mettent en évidence la situation « catastrophique» du pays.

Consacrant ce principe, les contacts ont été multipliés avec les partenaires sociaux quant à la gravité de la situation. Plusieurs mesures ont été prises sous forme de « propositions » et qui sont élaborées dans le projet de loi de finances 2017. Parmi elles le report des augmentations salariales jusqu’en 2019.

Mais quel sera l’avenir des négociations sociales, surtout que l’UGTT a dit non à cette proposition ?

Le gouvernement d’union nationale a certes réussi à améliorer sa position dans les négociations sur le plan politique, mais il nous reste le volet social.

Le rôle du gouvernement à ce stade est d’être capable de prendre des mesures consensuelles pour sauver le pays et ce, à travers les « sacrifices ».

Mais comment ?

C’est à travers les concertations et la proposition de reporter les augmentations salariales jusqu’en 2019. Il s’agit déjà d’un accord signé avec la centrale syndicale

Outre cette suggestion, le gouvernement a recommandé une réforme fiscale. A ce niveau je vous assure que les répercussions financières d’une telle réforme sur les salaires des agents à moyen et faible revenu seront positives, elles pourraient même atteindre 42DT.

Cette démarche est importante, surtout qu’elle concernera environ 2,5 millions d’individus.

Si on arrive à améliorer notre taux de croissance, on entamera certainement les négociations sur la base d’une distribution équitable de la richesse;

Quelle évaluation faites-vous de la situation de l’administration tunisienne ?

L’administration tunisienne se trouve dans une situation de plus en plus en détérioration. Elle demeure par conséquent un obstacle à l’investissement à cause d’un certain ralentissement observé depuis des années. De même, elle est en train de fournir des prestations en deçà des attentes des citoyens.

Donc, il est temps de prendre des mesures adéquates pour améliorer les services de notre administration tout en instaurant un climat de confiance entre les citoyens et les établissements publics.

Votre plan pour entamer ce vaste chantier ?

Le 10 octobre 2016, on lance une consultation nationale sur la réforme de la fonction publique.

On est déterminé à atteindre cet objectif, surtout qu’elle vient consacrer l’approche participative. D’ailleurs, les secrétaires généraux des gouvernorats et des municipalités ainsi que les directeurs des ressources humaines des différents départements prendront part à cet événement incontournable.

Cette consultation traitera plusieurs dossiers dont notamment la reconversion des fonctionnaires dans la fonction publique. Ajoutons à cela l’importance de faire bénéficier aux fonctionnaires de haut niveau des promotions, de leur faire passer des concours sans oublier la réaffectation des employés selon les besoins de chaque établissement.

Il est à noter que cette consultation devrait aboutir à la définition des principaux axes de la réforme administrative dans la fonction publique.

Dans la même optique, vous avez reconnu l’existence de 130 mille agents, dans la fonction publique, qui n’accomplissent aucune tâche claire. Comment allez-vous réagir face à ce problème ?

On vient d’élaborer une stratégie pour résoudre cette problème. Ces agents qui ont été recrutés dans le cadre de l’amnistie générale ou encore du mécanisme 16, etc., seront réaffectés à la lumière d’une étude sur les besoins des administrations.

A titre d’exemple, on va tirer profit de cet effectif absurde des fonctionnaires pour la promotion des secteurs de services dont certains ont besoin de main d’œuvre.

De toute façon, on ne pourra jamais améliorer le taux de croissance sans mettre en place les réformes administratives accélérant le travail administratif et sans instaurer aussi un climat privilégiant la transparence, la reddition des comptes et la bonne gouvernance.

Dans le même sens, avez-vous des chiffres exacts sur le nombre de recrutés ayant bénéficié de l’amnistie générale et le cout de leur indemnisation ?

Selon les estimations, le nombre est estimé à environ 9000. Pour leur indemnisation, il faut contacter le ministère des Finances.

La corruption a pris de l’ampleur. Avez-vous élaboré une stratégie adéquate ou défini des mécanismes de contrôle pour éradiquer ce phénomène ?

C’est l’une des priorités du gouvernement en place? qui ne ménagera aucun effort pour circonscrire la corruption et poursuivre les corrompus.

A cet égard, on est en train de collecter les dossiers qui seront par la suite transmis à la justice et des mesures adéquates seront prises à l’encontre des fraudeurs.

Certaines organisations évoquent une explosion sociale imminente si des correctifs ne sont pas apportés. Qu’en pensez-vous ?

L’explosion sociale pourrait se produire si on ne prend pas conscience de la dangerosité de la situation. A  ce niveau, les premiers bénéficiaires de cette situation seraient certainement les organisations terroristes. Car l’armée serait dans pareille condition obligée de protéger les établissements publics, ce qui causerait une ouverture des frontières et par la suite une entrée massive des « daechiens ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire