Fahmi Chaâbane au gouvernement : Changez la réglementation et laissez-nous travailler

Fahmi Chaâbane au gouvernement : Changez la réglementation et laissez-nous travailler

par -

Fahmi Chaâbane, président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers, relevant de l’UTICA, a accordé à Africanmanager une interview dans laquelle il a évoqué plusieurs questions dont le programme du premier logement, la flambée des prix de l’immobilier et les difficultés auxquelles fait face le secteur.

Quel rôle joue le programme 1er logement dans le développement économique?

Le programme « Premier logement », l’initiative récemment annoncée par le chef du gouvernement comme solution au problème de l’habitat, est certes un important projet pour les Tunisiens, surtout ceux appartenant à la classe moyenne et ayant un revenu limité. Le secteur de l’immobilier pourra en effet contribuer au développement économique du pays par le billet de l’accroissement des ventes des biens immobiliers aux étrangers. Chose qui n’est pas possible aujourd’hui avec les lois en vigueur et la complexité des procédures administratives.

Les prix de l’immobilier n’ont cessé de croître depuis la Révolution. Quelles sont les vraies raisons de cette flambée?

Oui, nous comprenons bien les plaintes des Tunisiens devant la hausse vertigineuse des prix de l’immobilier. Mais, il faut signaler que ces envolées ne sont pas causées par les promoteurs immobiliers et n’ont aucun rapport avec leur métier. Cette hausse pourrait être toutefois expliquée par la rareté des terrains, laquelle est aussi un facteur déterminant dans le coût de logement. Cela est du également à la hausse du coût de la main d’œuvre et des prix des matériaux de construction.

La détérioration du dinar tunisien par rapport aux monnaies étrangères explique aussi en grande partie la flambée des prix du logement.

Mises à part ces difficultés dont on parle souvent, y a-t-il d’autres problèmes à soulever?

De toute façon, le secteur de l’immobilier fait face depuis plusieurs années à plusieurs difficultés et aujourd’hui on a plus que besoin de mettre en place de nouvelles mesures et ajuster les réglementations en vigueur et ce, dans l’objectif d’assurer le développement du secteur et de garantir une meilleure contribution au développement économique du pays.

À ce sujet, y a-t-il des messages à transmettre au gouvernement?

Le gouvernement est appelé aujourd’hui à revoir sa politique en matière de logement et ce, dans l’objectif de permettre aux promoteurs immobiliers et professionnels du secteur de réussir dans le rôle social qui leur a été confié en matière de construction de logements. C’est un appel au gouvernement et aux députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Je propose aussi d’exempter les étrangers souhaitant acquérir des terrains en Tunisie de l’autorisation du gouverneur et faciliter, entre autres, les procédures administratives qui ne cessent de se compliquer et alourdir le processus d’achat des biens immobiliers.

Il est également recommandé de prolonger la durée du remboursement des crédits et réduire le taux d’intérêt de l’autofinancement, surtout que le Tunisien est dans l’incapacité de fournir le financement nécessaire à cause, principalement, de la détérioration de son pouvoir d’achat.

Laissez le secteur privé travailler. Laissez-nous ramener la devise dans notre pays.

Traduction Khadija Taboubi

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire