Des prisons dans les régions pour casser la surpopulation carcérale, qui est...

Des prisons dans les régions pour casser la surpopulation carcérale, qui est à plus de 150%, dit Kais Soltani

par -

Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani, a passé en revue la construction d’une prisons pour les terroristes, la création prochaine de plusieurs unités pénitentiaires, le nombre des détenues dans des affaires liées au terrorisme… Interview :

  1. Que pensez-vous de la construction d’une prison pour les terroristes ?

Le dossier relatif à la proposition de la construction d’une prison pour les terroristes sera examiné par la présidence du gouvernement et la décision n’a pas encore été prise d’une manière officielle.

On note que la mise en œuvre d’un tel projet coûtera cher à la Tunisie et nécessitera environ une enveloppe de 100 Millions de dinars pour installer une unité qui répond aux normes internationales.

  1. Les prisons tunisiennes sont-elles vraiment une cible pour les terroristes ?

Les menaces terroristes contre les unités pénitentiaires existent toujours, néanmoins nous avons pris une série de mesures préventives dans toutes les prisons réparties sur tout le pays.

Récemment, nous avons créé « la brigade de lutte contre les menaces ». Les sécuritaires de cet organe sont bien armés pour pouvoir travailler dans les meilleures conditions.

En plus, nos hauts cadres sécuritaires et nos agents pénitentiaires ont fait des entraînements spécifiques et reçu des formations pour lutter contre toute menace terroriste et pour faire face à d’éventuels conflits entre les prisonniers…

  1. Quel est le nombre de femmes détenues pour des affaires terroristes ?

Actuellement on n’a pas un chiffre exact mais environ 40 femmes sont incarcérées pour leur implication dans des affaires liées au terrorisme.

  1. Quels sont les projets qui seront lancés prochainement ?

Il y a de nombreux projets dont notamment la construction de nouvelles unités pénitentiaires dans des régions, par exemple à Bili relevant du gouvernorat de Nabeul dont les travaux ont enregistré un avancement considérable.

Je tiens à signaler que récemment la première tranche de la construction de la prison civile à Béja a commencé.

En général, les travaux s’effectuent pendant des années et nécessitent une grosse somme d’argent.

Ces projets ont pour objectif d’éviter la surpopulation dans les prisons tunisiennes, qui a dépassé les 150%.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire