Un Conseil pour mettre de l’ordre dans la presse

Un Conseil pour mettre de l’ordre dans la presse

par -

Les professionnels des médias ont annoncé jeudi le lancement officiel du Conseil de Presse.
Lors d’une conférence de presse tenue à Tunis, le président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Néji Bghouri, a présenté le comité provisoire du conseil composé de 5 membres : les journalistes Fadhila Bargaoui et Habiba Mejri, l’ex-premier président de la Cour de cassation de Tunis Khaled Ayari, l’enseignant à l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI) Mannoubi Marrouki, et l’ex-rédacteur en chef du journal Al chaab Mohamed Aroussi Ben Salah.
Il s’agit d’une structure d’autorégulation qui œuvrera à l’amélioration du contenu médiatique, a expliqué à la TAP Mannoubi Marrouki.
« Nous voulons, à travers ce conseil, préserver la liberté de presse qui se trouve aussi menacée par certaines pratiques des journalistes eux-mêmes mais aussi par les propriétaires de médias », a-t-il relevé. Il a assuré que le conseil veillera à mettre en place une charte d’autorégulation, à développer les activités de l’observatoire déjà mis en place et à organiser des sessions de formation. Améliorer la pratique journalistique et imposer le respect de la charte déontologique font également partie de la mission du conseil, a-t-il ajouté.
De son côté, le président du SNJT, qui estime que la loi tunisienne ne protège pas la liberté de la presse, a déploré la nature conflictuelle de la relation entre journalistes. Le conseil est appelé à protéger la presse de ses ennemis mais également des journalistes qui ne respectent pas la déontologie professionnelle, a-t-il insisté.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire