Tags Posts tagged with "1ér, mai, 2012"

1ér, mai, 2012

par -
0
Mardi 1er mai 2012

Mardi 1er mai 2012, à l’Avenue Habib Bourguiba. Les adhérents de l’Union des Travailleurs Tunisiens (UTT) et ceux de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), normalement deux syndicats rivaux, étaient venus nombreux pour célébrer la fête du travail. Une célébration qui intervenait après le fiasco de la célébration du 9 avril et qui mettait presque le pays sous tension, tant étaient nombreuses les appréhensions des uns et des autres.
Mis à part un petit groupe de casseurs, vite repéré et arrêté avec des sacs de cailloux, tout s’était déroulé dans le calme, comme si, forces de l’ordre, forces politiques et syndicales, avaient enfin tiré les bonnes conclusions du 9 avril dernier.  Même les slogans scandés, étaient presque anormaux, tant la rue tunisienne s’était, plutôt et jusque-là,  habituée à d’autres appels. Emploi, promotion des salaires, droits sociaux, pouvoir d’achat et plusieurs autres revendications syndicales étaient déclinés. Rarement, des slogans hostiles au pouvoir en place.
Regroupant des milliers de personnes, les manifestants ont scandé plusieurs slogans, dont on cite, à titre d’exemple, « Ensemble, on a réalisé la révolution et ensemble ont doit construire notre pays », «La Tunisie est pour tous les Tunisiens et la construction est la responsabilité de tous», «Stabilité…Stabilité pour réaliser de la croissance», «L’emploi est un droit…Il n’est ni promesse, ni hypocrisie », « Cette manifestation est pour nous réunir et non pour nous diviser ».

Pour la première fois, depuis de départ de l’ancien président tunisien, la capitale tunisienne, manifestait autre chose que sa colère et criait autre chose que ses différences idéologiques et sa haine du pouvoir. Bien que le Tunisien en général ne se soit pas jusque-là résolu à se remettre au travail, la célébration de la fête du travail, en ce 1er mai 2012, était une journée festive pour les Tunisiennes et les Tunisiens, « Il est très important de soutenir cette journée pour célébrer la journée du travailleur tunisien, notamment en cette période postrévolutionnaire où on vit tellement de problèmes sociaux. C’est également une occasion pour dialoguer davantage du droit de travailleur tunisien afin d’améliorer les conditions de son travail », a indiqué Yassine Brahim, secrétaire général exécutif d’Al Hezb Al Joumhouri, dans une déclaration à Africanmanager. Selon lui, une société ne fonctionne et n’évolue parfaitement que lorsqu’il y a une adhésion de toutes les parties et que tous les travailleurs représentent une partie très importante de leur pays».
En l’absence de politique et de religion, la manifestation du 1er mai rompait ainsi totalement avec ce qui s’est passé le 9 avril dernier où plusieurs manifestants ont été agressés par les forces de sécurité. La manifestation a été, en effet, très pacifique, presqu’une réelle fête, et tout s’est bien passé.
Des discussions en groupes sur des sujets en relation avec la politique du pays ont été observées tout au long da la rue de Habib Bourguiba. La présence d’un certain nombre de touristes a été aussi constatée. Plusieurs commerces et cafeterias ont choisi d’ailleurs de laisser leurs portes ouvertes afin de servir leurs clients qui sont venus aussi très nombreux. Quelques petits commerçants ainsi que des boutiques de chaussures et de vêtements ont choisi aussi de travailler durant cette journée.
Les forces de la sécurité ont été, de leur côté, présentes, dès les premières heures de la matinée de ce 1er mai. L’objectif, selon eux, est d’éviter ce qui s’est passé, le 9 avril dernier, et d’assurer le bon déroulement de cette manifestation tout en évitant une dérive  en violence, « On est là pour protéger les manifestants, faire face aux émeutes et préserver les équipements et les biens des commerçants », a expliqué à Africanmanager, Ammar Arfaoui, commandant d’un second groupe de sécurité routière. Selon lui, «il faut assurer le bon déroulement de cette manifestation sans nuire aux intérêts d’autrui. On est là aussi pour servir notre patrie et garantir la sécurité de nos touristes». Il y a lieu d’indiquer dans ce cadre qu’environ 5200 touristes de différentes nationalités se sont rendus aujourd’hui à Tunis pour une visite de 3 à 4 jours, « d’où l’intérêt de maintenir la sécurité et la stabilité du pays », a ajouté le Commandant Arfaoui.
Tout près du ministère de l’Intérieur, des partisans du parti Ennahdha se sont rassemblés en scandant des slogans encourageant le gouvernement à continuer son travail et continuer sur sa lancée. Les partisans d’Ennahdha ont scandé «Laissons le gouvernement travailler pour que je puisse travailler » ou encore «Nous défendrons le gouvernement avec notre sang». Prêchant pour sa paroisse, la CGTT appelait à la promulgation de  textes garantissant la liberté et la pluralité syndicale et à mettre l’administration à l’abri de toutes fins politiques et à rompre avec la culture d’un syndicat autoritaire.
Dans un communiqué commun, le mouvement des patriotes démocrates (Watad) et le Comité constitutif du parti du travail patriotique et démocratique (PTPD) avaient appelé les manifestants à défendre les objectifs de la Révolution dont notamment l’avènement  d’une république démocratique sociale. Il s’agit également de protéger les droits civils et politiques du travailleur tunisien dont principalement la liberté d’expression, de manifestation et d’information.  Quant à  l’Union des Syndicats des forces de l’ordre, elle a appelé les manifestants à ne pas utiliser la violence et faire attention des actes  qui pourraient être exécutés par des ontrus. Au final,  une journée, non ordinaire, tant elle était ordinaire pour un pays où la démocratie était le vœu pieu qui semblait, enfin se réaliser, même si ce n’était qu’en l’espace d’une manifestation comme devraient l’être toutes les autres.
Khadija Taboubi

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

SPORT

0
L'avion privé de Cristiano Ronaldo, attaquant portugais du Real Madrid, a été victime d'un grave accident lundi soir à l'atterrissage à l'aéroport de Barcelone. Son train...