Tags Posts tagged with "Abdelhamid Khéchine"

Abdelhamid Khéchine

par -
0
Le groupe Abdelhamid Khéchine vient de remporter

Le groupe Abdelhamid Khéchine vient de remporter, ce lundi 16 septembre 2013, l’appel d’offres pour le rachat des 66 % de la société Stafim Peugeot. Cette dernière était, il y a quelques années, propriété notamment de Moncef Jarraya et de quelques autres institutions financières, avant d’être reprise par Mehdi Belgaïed, le fiancé de la cadette des filles Ben Ali, à travers la holding Azur.

L’entreprise, la Stafim, unique concessionnaire de la marque française Peugeot, n’est pas des moindres en Tunisie. En 2012, elle avait terminé l’exercice avec un chiffre d’affaires dépassant les 184,7 MDT. L’entreprise, qui a ainsi pu vendre et immatriculé presque 7000 véhicules, est ainsi leader du marché de l’automobile en Tunisie avec une part de marché en 2012 de 14,1 %.

Le groupe BEH s’était approprié Peugeot, face à deux autres prétendants et non des moindres. Il y avait le groupe Bouchammaoui qui compte renforcer son réseau et ajouter Peugeot à Kia, mais qui rate sa prise de plus de 50 MDT (il avait offert 106,9 MDT). Il y avait aussi et surtout le groupe de Mohamed Loukil qui comptait réellement, par la reprise, augmenter ses marges en associant Peugeot à Citroën et surtout augmenter sa quote-part d’importation de véhicules. Bassam Loukil, présent à la cérémonie d’ouverture des offres, en présence de deux représentants de Peugeot France et sous la houlette d’Ahmed Abdelkefi, président d’El Karama Holding, avait aussi raté cette reprise d’un poil. Il n’avait offert que 143 MDT. Il est vrai, cependant, qu’il n’avait pas visé faux, puisque les 66 % à vendre, avaient déjà été estimés à un peu plus de 121 MDT par la holding vendeuse qui fait ainsi, avec l’Etat tunisien, une très belle affaire. Avec le prix donné par le groupe Khéchine, Stafim Peugeot vaut maintenant 253 MDT. «Dès le départ, on a visé cette affaire et on tenait à l’avoir, mais on a proposé un prix bien étudié et j’estime que c’est ce qu’elle mérite », nous dira Sarra Khéchine après s’être chaleureusement congratulée avec le reste de son équipe. Le groupe n’avait pourtant jamais participé auparavant à aucune des opérations de cession, ni d’Ennakl, ni de Kia.

Le groupe était jusque là connu dans le tourisme avec la marque Bel Azur, les équipements hôteliers, le BTP (Idéal Sanitaire et surtout Tunisie Porcelaine) et enfin les services liés au tourisme avec la société Tunisia Welcom Services. Le groupe que Sarra Khéchine, venue assister à l’ouverture des offres avec son Staff, tient à décrire comme «efficace et discret», ne voudra, en effet, rien dire de sa propre situation financière. Au forceps, on saura qu’il réalisait, en 2012, un chiffre d’affaires global de 120 MDT. Pour le reste, Sarra Khéchine se bornera à dire que «ses assises financières sont solides et que le groupe n’était pas endetté ». Il l’est désormais, après le rachat de Stafim Peugeot. On ne saura rien de l’étendue de l’appui des banques tunisiennes à cette opération. On aurait pu croire que le groupe Khéchine pourrait penser à introduire partie de l’entreprise en bourse pour alléger le poids de sa dette. Cela ne semble pas le cas. «Pour l’instant, dans le groupe on ne pense pas à cela», nous dira Sarra Khéchine.

Avec le rachat de Peugeot, le groupe Khéchine se diversifie. Il lui faudra pourtant aussi et d’abord, s’investir dans le développement de Stafim. Une entreprise dont les 216 employés se seraient quand même relâchés sous l’administrateur judiciaire. Une entreprise opérant dans un secteur hautement concurrentiel et que les autorités tunisiennes comptent ouvrir encore !

Ka. Bou

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCI Tunis), Mounir Mouakhar, a souligné la nécessité de créer un électrochoc pour...

AFRIQUE

SPORT