Tags Posts tagged with "Abdelkrim Zbidi Adnane Mansar"

Abdelkrim Zbidi Adnane Mansar

par -
0
Intervenant par téléphone

Intervenant par téléphone, lundi 24 février dans l’émission Ness Nessma , pour apporter ses réponses aux accusations de Adnane Mansar, directeur du cabinet du président de la République et porte-parole officiel de la présidence, lors de son passage, dimanche 23 février 2014 sur Ettounissiya, l’ancien ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi a démenti les affirmations de Mansar et apporté des éclaircissements aux évènements évoqués par Mansar .

La première accusation adressée à Zbidi par Adnane Mansar concerne la mise à la disposition (location a-t-il affirmé) de la chaîne de Nessma TV d’un hélicoptère de l’armée pour filmer le cortège funèbre du martyr Chokri Belaid , le 8 févier 2013, et les scènes de violences qui ont entaché les funérailles. Zbidi a assuré qu’une demande en ce sens a été faite au ministère de la défense par la chaine Nessma à deux reprises mais la demande a été refusée dans les deux cas. La chaine voulait, selon l’ex ministre, au départ louer un hélicoptère militaire, et puis pour avoir l’autorisation de louer un avion civil pour filmer les funérailles. Une 3ème proposition a été acceptée et qui portait sur l’installation des caméras pour le reportage au 11ème étage de l’Hôpital militaire. Cette option a été évidemment assortie de conditions déterminées. Zbidi a ajouté que ces caméras ont permis, par la suite, d’identifier les criminels qui ont volé et saccagé les biens d’autrui durant les funérailles, soulignant que l’hélicoptère a été utilisée à la fois pour sécuriser le cortège et pour filmer les obsèques de Djbel Djeloud au Djallaz pour le département de la communication et de la documentation de l’Armée. Il a relevé que les obsèques militaires étaient une idée du Bâtonnier du Conseil de l’Ordre des avocats à l’époque Chawki Tabib et concrétisée en concertation avec le Président de la République, commandant suprême de l’Armée, qui a appuyé l’idée.

Zbidi a rappelé que le ministère de la Défense a donné des copies du documentaire filmé aux 3 chaines qui l’ont demandé à savoir Al Wataniya , Nessma et Hannibal .

Au sujet du véto opposé par Mansar et la présidence de la République au maintien de Zbidi dans le Gouvernement Laârayedh , l’ex ministre a affirmé qu’au moins quatre personnes peuvent témoigner du contraire , citant le président de la République, Moncef Marzouki, son conseiller, Aziz Krichen, le chef d’état -major à l’époque, le général Rachid Ammar, et Ali Laârayedh , chef du Gouvernement désigné , car il a été prié et pendant cinq jours pour être reconduit comme ministre de la Défense , mais il avait décliné l’offre .

L’accusation formulée par Adnène Mansar à propos de la conspiration avortée par la présidence de la République et à laquelle auraient pris part des militaires des sécuritaires et des hommes politiques , et qui seraient même allés jusqu’à menacer d’assassinat des hauts gradés nommés après le départ de Rachid Ammar, Abdelkrim Zebidi a préféré ne pas l’aborder invoquant que ces faits se seraient déroulés après son départ du ministère de la Défense le 13 mars 2013 . Mais il a relevé que ces accusations sont gravissimes au cas où elles correspondraient à la réalité ou si elles seraient fausses, soulignant que dans tous les cas de figure la justice doit se pencher sur le dossier .

par -
0
Intervenant par téléphone

Intervenant par téléphone, lundi 24 février dans l’émission Ness Nessma , pour apporter ses réponses aux accusations de Adnane Mansar, directeur du cabinet du président de la République et porte-parole officiel de la présidence, lors de son passage, dimanche 23 février 2014 sur Ettounissiya, l’ancien ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi a démenti les affirmations de Mansar et apporté des éclaircissements aux évènements évoqués par Mansar .

La première accusation adressée à Zbidi par Adnane Mansar concerne la mise à la disposition (location a-t-il affirmé) de la chaîne de Nessma TV d’un hélicoptère de l’armée pour filmer le cortège funèbre du martyr Chokri Belaid , le 8 févier 2013, et les scènes de violences qui ont entaché les funérailles. Zbidi a assuré qu’une demande en ce sens a été faite au ministère de la défense par la chaine Nessma à deux reprises mais la demande a été refusée dans les deux cas. La chaine voulait, selon l’ex ministre, au départ louer un hélicoptère militaire, et puis pour avoir l’autorisation de louer un avion civil pour filmer les funérailles. Une 3ème proposition a été acceptée et qui portait sur l’installation des caméras pour le reportage au 11ème étage de l’Hôpital militaire. Cette option a été évidemment assortie de conditions déterminées. Zbidi a ajouté que ces caméras ont permis, par la suite, d’identifier les criminels qui ont volé et saccagé les biens d’autrui durant les funérailles, soulignant que l’hélicoptère a été utilisée à la fois pour sécuriser le cortège et pour filmer les obsèques de Djbel Djeloud au Djallaz pour le département de la communication et de la documentation de l’Armée. Il a relevé que les obsèques militaires étaient une idée du Bâtonnier du Conseil de l’Ordre des avocats à l’époque Chawki Tabib et concrétisée en concertation avec le Président de la République, commandant suprême de l’Armée, qui a appuyé l’idée.

Zbidi a rappelé que le ministère de la Défense a donné des copies du documentaire filmé aux 3 chaines qui l’ont demandé à savoir Al Wataniya , Nessma et Hannibal .

Au sujet du véto opposé par Mansar et la présidence de la République au maintien de Zbidi dans le Gouvernement Laârayedh , l’ex ministre a affirmé qu’au moins quatre personnes peuvent témoigner du contraire , citant le président de la République, Moncef Marzouki, son conseiller, Aziz Krichen, le chef d’état -major à l’époque, le général Rachid Ammar, et Ali Laârayedh , chef du Gouvernement désigné , car il a été prié et pendant cinq jours pour être reconduit comme ministre de la Défense , mais il avait décliné l’offre .

L’accusation formulée par Adnène Mansar à propos de la conspiration avortée par la présidence de la République et à laquelle auraient pris part des militaires des sécuritaires et des hommes politiques , et qui seraient même allés jusqu’à menacer d’assassinat des hauts gradés nommés après le départ de Rachid Ammar, Abdelkrim Zebidi a préféré ne pas l’aborder invoquant que ces faits se seraient déroulés après son départ du ministère de la Défense le 13 mars 2013 . Mais il a relevé que ces accusations sont gravissimes au cas où elles correspondraient à la réalité ou si elles seraient fausses, soulignant que dans tous les cas de figure la justice doit se pencher sur le dossier .

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
La Commission Economique pour l’Afrique (Bureau pour l’Afrique du Nord) et le Secrétariat général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont tenu hier mardi...

SPORT