Tags Posts tagged with "Abdelwahab Maatar"

Abdelwahab Maatar

par -
0
L’ambiance est tendue au ministère du commerce. Un climat lourd  règne

L’ambiance est tendue au ministère du commerce. Un climat lourd règne , depuis quelques jours , dans plusieurs services du département.

La raison est simple .La nouvelle ministre du commerce, Najla Moalla Harrouche qui s’est engagée à ne pas céder aux pressions, veut maintenir presqu’au complet la même équipe de son prédécesseur, Abdelwahab Maatar.

Les témoignages de plusieurs cadres et directeurs au ministère du commerce, recueillis sur place par Africanmanager , indiquent que cette équipe est composée de Noureddine Salmi, l’actuel chef du cabinet, membre actif au sein du bureau d’Ennahda à l’Ariana et cousin d’Imed Daimi, d’un chargé de mission qui organise en fait, les campagnes électorales de Moncef Marzouki . Ce dernier qui bénéficie actuellement de 400 litres d’essence et d’une voiture de fonction, est accusé par les cadres et les directeurs régionaux , de poursuivre leur trace , alors qu’il n’a que le grade de chef de service, et il est , par ailleurs , parachuté du ministre de l’emploi.

« Nous faisons face à une situation difficile dont les retombées seraient douloureuses sur notre économie déjà en berne », a clamé l’un des cadres avant d’ajouter « cette équipe nommée sur la base des allégeances partisanes et manquant de compétence est en train de diriger le ministère ».

Une administration parallèle qui gère les dossiers de haute importance

Avis partagé par d’autres cadres, préférant garder l’anonymat , qui ont évoqué en outre, la volonté de ces individus de mettre en place une administration parallèle, qui n’a aucune relation avec le secteur du commerce.

« Rien n’a été changé , Abdelwahab Maatar est encore à la tête du ministère», nous a signalé l’un des cadres pointant du doigt les erreurs commises par le staff partisan installé par l’ancien ministre .

La question est plus grave qu’on imagine, et l’affaire ne peut pas être réduite à un problème de nominations , assure un cadre du ministère . On se trouve face à un ministère vital, géré malheureusement par une équipe incompétente , parachutée du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle , département qui n’a aucun rapport avec l’activité du ministère du commerce , renchérit un autre cadre . » Le comble est que ces nominations ont été faites , du temps de Abdelwahab Maatar et maintenues actuellement par la nouvelle ministre du commerce Najla Moalla Harrouche , au moment où l’économie est aux abois « , a expliqué un troisième cadre.

D’après notre interlocuteur , le chef du gouvernement a tiré la sonnette d’alarme en affirmant l’aggravation de la situation économique actuelle, mais Najla Moalla Harrouche continue à faire la sourde oreille.

Les cadres se sont alors interrogés sur les raisons réelles qui poussent la ministre à maintenir ces responsables qui n’ont rien entrepris pendant des mois. Ni la hausse des prix, ni la stratégie de lutte contre la contrebande , problèmes majeurs qui ont inquiété décideurs et opinion publique , n’ont suscité aucun effort de leur part , relèvent ces mêmes cadres .

Najla Moalla Harrouche reconnait –elle réellement la feuille de route ?

Dans la même optique, Moheddine Assoued syndicaliste au sein du ministère a relevé que la nouvelle ministre n’a pas réagi aux revendications des cadres et du personnel du ministère, il en déduit qu’elle ne reconnaît pas la feuille de route initiée par le Quartet.

Dans une déclaration à Africanmanager, il a fait constater que « les dossiers se traitent de manière très lente , ce qui ne fait que perturber le travail des contrôleurs des prix pendant le mois de Ramadan prochain », avant d’ajouter que les avertissements et les alertes adressés par le syndicat à la ministre n’ont conduit à rien .

Face à cette indifférence, Moheddine Assoued a annoncé qu’une deuxième réunion aura lieu , avec la ministre avant le week-end pour trouver une issue à la crise et si les pourparlers n’aboutissent pas , un sit-in est déjà programmé .

Mahdi Jomaa est appelé à agir

Pour l’ensemble des cadres du ministère, Mahdi Jomaa est appelé plus que jamais à répondre aux dispositions du dialogue national entamé en octobre dernier, et appliquer les recommandations de la feuille de route.

« Mahdi Jomaa doit surmonter cet obstacle considéré , jusqu’à ce jour , infranchissable pour gérer la crise qui secoue l’un des plus importants organismes de l’économie tunisienne, en relation directe avec la sécurité nationale», a martelé l’un des cadres , mettant l’accent sur la nécessité de revenir ces nominations qui ont plongé les différentes structures du ministère du commerce dans le chaos.

Les cadres du ministère ont assuré dans leurs propos à Africanmanager qu’ils « sont capables de contribuer à la résolution des dossiers préoccupants sans demander des récompenses ou bénéfices ». Parmi ces dossiers, ils ont cité le commerce parallèle, la contrebande, la caisse de compensation, l’intégration économique internationale ,la promotion de l’exportation , la maitrise des prix et l’approvisionnement , ainsi que la modernisation d’E-commerce

Ces cadres ont , toutefois, mis en garde contre l’attentisme de la ministre et son attachement à garder une équipe qui a montré ses limites .« Si elle ne veut pas impliquer les compétences, nous sommes prêts à travailler directement avec le chef du gouvernement » disent-ils avec détermination .

Wiem Thebti

par -
0
L’ambiance est tendue au ministère du commerce. Un climat lourd  règne

L’ambiance est tendue au ministère du commerce. Un climat lourd règne , depuis quelques jours , dans plusieurs services du département.

La raison est simple .La nouvelle ministre du commerce, Najla Moalla Harrouche qui s’est engagée à ne pas céder aux pressions, veut maintenir presqu’au complet la même équipe de son prédécesseur, Abdelwahab Maatar.

Les témoignages de plusieurs cadres et directeurs au ministère du commerce, recueillis sur place par Africanmanager , indiquent que cette équipe est composée de Noureddine Salmi, l’actuel chef du cabinet, membre actif au sein du bureau d’Ennahda à l’Ariana et cousin d’Imed Daimi, d’un chargé de mission qui organise en fait, les campagnes électorales de Moncef Marzouki . Ce dernier qui bénéficie actuellement de 400 litres d’essence et d’une voiture de fonction, est accusé par les cadres et les directeurs régionaux , de poursuivre leur trace , alors qu’il n’a que le grade de chef de service, et il est , par ailleurs , parachuté du ministre de l’emploi.

« Nous faisons face à une situation difficile dont les retombées seraient douloureuses sur notre économie déjà en berne », a clamé l’un des cadres avant d’ajouter « cette équipe nommée sur la base des allégeances partisanes et manquant de compétence est en train de diriger le ministère ».

Une administration parallèle qui gère les dossiers de haute importance

Avis partagé par d’autres cadres, préférant garder l’anonymat , qui ont évoqué en outre, la volonté de ces individus de mettre en place une administration parallèle, qui n’a aucune relation avec le secteur du commerce.

« Rien n’a été changé , Abdelwahab Maatar est encore à la tête du ministère», nous a signalé l’un des cadres pointant du doigt les erreurs commises par le staff partisan installé par l’ancien ministre .

La question est plus grave qu’on imagine, et l’affaire ne peut pas être réduite à un problème de nominations , assure un cadre du ministère . On se trouve face à un ministère vital, géré malheureusement par une équipe incompétente , parachutée du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle , département qui n’a aucun rapport avec l’activité du ministère du commerce , renchérit un autre cadre . » Le comble est que ces nominations ont été faites , du temps de Abdelwahab Maatar et maintenues actuellement par la nouvelle ministre du commerce Najla Moalla Harrouche , au moment où l’économie est aux abois « , a expliqué un troisième cadre.

D’après notre interlocuteur , le chef du gouvernement a tiré la sonnette d’alarme en affirmant l’aggravation de la situation économique actuelle, mais Najla Moalla Harrouche continue à faire la sourde oreille.

Les cadres se sont alors interrogés sur les raisons réelles qui poussent la ministre à maintenir ces responsables qui n’ont rien entrepris pendant des mois. Ni la hausse des prix, ni la stratégie de lutte contre la contrebande , problèmes majeurs qui ont inquiété décideurs et opinion publique , n’ont suscité aucun effort de leur part , relèvent ces mêmes cadres .

Najla Moalla Harrouche reconnait –elle réellement la feuille de route ?

Dans la même optique, Moheddine Assoued syndicaliste au sein du ministère a relevé que la nouvelle ministre n’a pas réagi aux revendications des cadres et du personnel du ministère, il en déduit qu’elle ne reconnaît pas la feuille de route initiée par le Quartet.

Dans une déclaration à Africanmanager, il a fait constater que « les dossiers se traitent de manière très lente , ce qui ne fait que perturber le travail des contrôleurs des prix pendant le mois de Ramadan prochain », avant d’ajouter que les avertissements et les alertes adressés par le syndicat à la ministre n’ont conduit à rien .

Face à cette indifférence, Moheddine Assoued a annoncé qu’une deuxième réunion aura lieu , avec la ministre avant le week-end pour trouver une issue à la crise et si les pourparlers n’aboutissent pas , un sit-in est déjà programmé .

Mahdi Jomaa est appelé à agir

Pour l’ensemble des cadres du ministère, Mahdi Jomaa est appelé plus que jamais à répondre aux dispositions du dialogue national entamé en octobre dernier, et appliquer les recommandations de la feuille de route.

« Mahdi Jomaa doit surmonter cet obstacle considéré , jusqu’à ce jour , infranchissable pour gérer la crise qui secoue l’un des plus importants organismes de l’économie tunisienne, en relation directe avec la sécurité nationale», a martelé l’un des cadres , mettant l’accent sur la nécessité de revenir ces nominations qui ont plongé les différentes structures du ministère du commerce dans le chaos.

Les cadres du ministère ont assuré dans leurs propos à Africanmanager qu’ils « sont capables de contribuer à la résolution des dossiers préoccupants sans demander des récompenses ou bénéfices ». Parmi ces dossiers, ils ont cité le commerce parallèle, la contrebande, la caisse de compensation, l’intégration économique internationale ,la promotion de l’exportation , la maitrise des prix et l’approvisionnement , ainsi que la modernisation d’E-commerce

Ces cadres ont , toutefois, mis en garde contre l’attentisme de la ministre et son attachement à garder une équipe qui a montré ses limites .« Si elle ne veut pas impliquer les compétences, nous sommes prêts à travailler directement avec le chef du gouvernement » disent-ils avec détermination .

Wiem Thebti

par -
0
Abdelwahab Maâtar a déclaré à Mosaïque FM

Abdelwahab Maâtar a déclaré à Mosaïque FM , que la condition exigée , portant sur la signature préalable du document du Quartet est un nouvel élément inattendu , et qui rend l’initiative inutile tant que l’accord est consommé avant le lancement du dialogue national . Il a rappelé que la troïka a donné son accord à la feuille de route du Quartet comme base du dialogue national .

Au sujet de la démission du gouvernement il rappelle qu’elle n’aura lieu qu’après le parachèvement des missions constitutives de l’ANC .

par -
0
Lors d’un reportage effectué

Lors d’un reportage effectué ,mardi matin ,par Africanmanager au marché central de l’Ariana , pour faire le suivi de la campagne de la baisse des prix des produits de base , un groupe de marchands a manifesté son opposition à la décision de baisser les prix ,affirmant qu’elle concerne seulement ceux qui l’ont prise (le ministre et l’administration ) et non les marchands de l’Ariana . Ils s’en sont pris au ministre et aux agents de contrôle économique , et les menacent s’ils viennent au marché .

Il convient de noter que le ministère du Commerce, a annoncé que neuf catégories de produits sont concernées par la baisse des prix : les pommes-de-terre (-43%), les œufs (-10%), les viandes rouges (-6 à -9%), les huiles végétales (-15%), les eaux minérales (-25%), les conserves de thon (-10%), les dérivés du lait (entre -5 et -13%), les produits d’entretien et d’hygiène (-7%).

Nous y reviendrons

par -
0
Lors d’un reportage effectué

Lors d’un reportage effectué ,mardi matin ,par Africanmanager au marché central de l’Ariana , pour faire le suivi de la campagne de la baisse des prix des produits de base , un groupe de marchands a manifesté son opposition à la décision de baisser les prix ,affirmant qu’elle concerne seulement ceux qui l’ont prise (le ministre et l’administration ) et non les marchands de l’Ariana . Ils s’en sont pris au ministre et aux agents de contrôle économique , et les menacent s’ils viennent au marché .

Il convient de noter que le ministère du Commerce, a annoncé que neuf catégories de produits sont concernées par la baisse des prix : les pommes-de-terre (-43%), les œufs (-10%), les viandes rouges (-6 à -9%), les huiles végétales (-15%), les eaux minérales (-25%), les conserves de thon (-10%), les dérivés du lait (entre -5 et -13%), les produits d’entretien et d’hygiène (-7%).

Nous y reviendrons

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Une position de l’armée tchadienne a été attaquée dans la nuit de samedi à dimanche 25 septembre faisant quatre morts et six blessés. L’attaque...

SPORT

0
Résultats et buteurs de la 3e journée du championnat de la Ligue 1 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche. Poule A . Samedi A Tatatouine US Tatatouine...