Tags Posts tagged with "accord,"

accord,

par -
0

Une réunion a eu lieu, mardi soir, entre l’UGTT et des représentants du gouvernement au cours de laquelle un accord a été conclu.

Le projet d’accord convenu suite à cette première réunion des représentants du gouvernement et de l’UGTT, comporte, selon Jawhara Fm, les 8 points suivants:

– Versement de 50% des augmentations salariales de l’année 2017 entre janvier et novembre de la même année
– Versement de 50% de la prime à partir d’avril 2017 jusqu’à novembre de la même année
– Versement des montants restants des deux augmentations entre janvier et mars 2018
– Exécution des accords convenus entre le gouvernement et l’UGTT à partir de janvier 2017
– Versement des augmentations relatives aux fonctionnaires de l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire ainsi que la prime de la rentrée scolaire et la prime de surveillance des examens avant le 12 décembre 2016
– Révision de l’échelle d’impôt
– Accélération des procédures d’adoption du conseil national du dialogue social
– Démarrer les négociations sociales en avril 2018

par -
0

Un accord a été signé, ce mercredi 30 novembre 2016, entre le ministre des Technologies et de l’Economie numérique, Anouar Maârouf et le président de l’entreprise française « DecoD », Thomas Griffoin, portant sur la création de 400 nouveaux emplois à partir de l’année 2017. C’est en marge de la Conférence internationale sur l’investissement, « Tunisia 2020 », qui se tient actuellement au Palais des congrès, que l’accord a été signé.

Le contrat, qui a été conclu dans le domaine des industries créatives avec le leader mondial en matière de 3D, s’inscrit dans le cadre du projet « SMART TUNISIA ».

DecoD est une entreprise française qui accompagne ses clients dans leurs besoins d’intégrer la 3D hyperréaliste dans la production de contenu.

par -
0

Les demandeurs d’asile déboutés seront expulsés de l’Union européenne et envoyés en Tunisie en vertu d’une nouvelle politique controversée qui pourrait finalement aboutir à l’accueil de plus de flux de Tunisiens dans les pays de l’Union, rapporte mardi le quotidien britannique « Daily Express ».

La Tunisie, pays aux prises avec le terrorisme devrait accueillir des milliers de réfugiés rejetés en échange d’une réglementation relative aux visas plu souple pour ses propres citoyens.

La migration est à son niveau le plus bas de l’année en novembre en raison des conditions climatiques en Méditerranée empêchant des embarcations de fortune de tenter la traversée à partir de la Libye vers l’Europe.

Plus de 10.000 migrants par mois effectuent habituellement la pénible traversée de la Méditerranée, avec 160.000 qui auront fait le voyage risqué jusqu’au mois de novembre, période au cours de laquelle 3.800 ont péri par noyade.

Mais l’UE espère saisir l’occasion et mettre à profit le répit pour déplacer les demandeurs d’asile déboutés dans la zone euro vers l’Afrique du Nord en courtisant la Tunisie.

La raison du choix porté sur la Tunisie tient au fait que beaucoup de migrants du Moyen-Orient fuient des zones de guerre, tandis qu’un nombre plus élevé de ceux qui viennent d’Afrique se voient déboutés de leurs demandes d’asile , et c’est ainsi que le rapatriement des réfugiés en Afrique du Nord est considéré comme plus pratique.

Le commissaire de l’UE pour la migration, Dimitris Avramopoulos, a déclaré que «la Tunisie pourrait être le premier pays nord-africain à bénéficier d’un ambitieux accord de facilitation de visas ».

« Dans le même temps, la conclusion d’un accord de réadmission permettra d’éviter le risque d’immigration irrégulière à partir de la Tunisie, et de gérer ses conséquences. » En contrepartie de quoi, l’UE a promis de « renforcer son soutien » à la Tunisie dans une déclaration rendue publique l’année dernière.

Cependant, la Tunisie a « produit » plus de  djihadistes ayant rejoint les rangs de Daech que tout autre pays dans le monde, avec 7.000 originaires de ce pays infesté par le terrorisme, et ceci n’a pas empêché les décideurs de l’UE de former le projet d’assouplir les conditions d’accès des ressortissants tunisiens en Europe.

En 2015, un terroriste appartenant à Daech a tué 8 touristes, dont beaucoup de Britanniques, dans un attentat à Sousse, frappant de plein fouet l’industrie du tourisme en Tunisie et amenant l’UE à mobiliser 2 milliards d’euros en subventions et aide financière, ainsi que 1,6 milliard d’euros sous forme de prêts pour des projets d’infrastructure et de développement en Tunisie.

La Tunisie est considérée comme le pays qui s’en est tiré le mieux du printemps arabe, mais le chômage endémique et l’inégalité généralisée ont placé le pays au bord de l’effondrement, conclut le Daily Express.

par -
0

Un accord de partenariat a été signé ce jeudi 17 novembre entre le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et le Centre international de développement pour la gouvernance locale innovante (CILG). La signature de cet accord a eu lieu au siège de ce département, en présence du ministre, Imed Hammami et Naila Akremi. Cet accord s’inscrit dans le cadre d’un programme d’appui à la gouvernance urbaine démocratique et au développement économique local (PAGUDEL II), projet cofinancé par les ministères des Affaires étrangères danois et néerlandais. L’objectif est d’accompagner la transition démocratique en Tunisie en contribuant au renforcement de la gouvernance urbaine démocratique et au développement économique local.

D’après le ministre, cette convention vise à créer un espace municipal de manière à promouvoir l’entrepreneuriat, surtout qu’il englobe tous les services destinés aux jeunes désirant lancer leurs propres projets et ce, conformément aux spécificités de chaque région de la Tunisie. Parmi les autres objectifs de cet accord, il cite également le renforcement des capacités des communes en matière de gouvernance démocratique et en matière de développement économique local favorisant l’emploi. Ajoutons à cela le renforcement des capacités du tissu associatif local en matière de soutien à la transition démocratique, l’égalité des genres et la participation des jeunes.

8 gouvernorats situés au nord-ouest, centre-est et sud-est du pays vont bénéficier de cette nouvelle convention dont Beja, Jendouba, Kef, Sidi Bouzid et Kasserine, a dit le ministre, faisant savoir que ce projet vise l’accompagnement de 12 municipalités dans ces régions.
De son côté, Naila Akrimi a assuré que cet accord vient à un moment opportun, en instaurant un climat favorable pour la création de la richesse et par la suite le développement des régions, notamment les plus défavorisées. Dans ce sens, elle a ajouté que le gouvernement tunisien sera accompagné dans le développement de l’esprit entrepreneurial et que cette expérience sera prochainement élargie pour toucher d’autres régions.

par -
0

Le service contentieux au sein du ministère de l’Emploi algérien a annoncé que l’Algérie a signé un accord avec la Tunisie, la France et la Belgique.

Cet accord permet aux ressortissants algériens qui travaillent dans ces pays de bénéficier de la couverture sociale et surtout des pensions de retraite.

Les taux et les échelons seront fixés dans cet accord, rapporte ce mercredi 16 novembre 2016 Mosaïque fm .

par -
0

Taoufik Rajhi, ministre conseiller chargé de la présidence du Conseil d’Analyses économiques et du suivi des grandes réformes, a affirmé lors d’une rencontre sur « le projet de la loi de finances 2017 » que la masse salariale a augmenté de 100% en 6 ans, de 2010 à 2016, alors que le PIB a progressé de seulement 55%, ce qui est un gros problème structurel au niveau de la politique d’ajustement.

Il a, en outre; assuré que 100% des ressources provenant des recettes fiscales sont utilisées pour payer les salaires. 70% des ressources de l’État pour l’année 2016 sont absorbées par les salaires contre 53% en 2010.
Rajhi a, sous un autre angle, indiqué que la masse salariale atteindra l’an prochain 15,3% du PIB, ce qui est énorme pour un pays qui ne crée pas de richesses et de croissance, selon ses dires
Selon lui, il est fort probable que la politique d’austérité soit prise en compte dans le prochain projet de la loi de finances.

Cette politique d’austérité est inévitable pour le pays et pourrait même être appliquée dans la loi de finances complémentaire 2017 si les sacrifices ne sont pas faits et si la croissance n’est pas au rendez-vous.

« Appliquer rigoureusement la loi »

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a affirmé que la Tunisie vit aujourd’hui une crise de rareté des ressources, invitant  toutes les parties prenantes au dialogue  et à trouver un consensus dans l’objectif de partager le fardeau équitablement.

Il a par ailleurs appelé tout le monde à faire des sacrifices, notamment en ce qui concerne le gel des recrutements dans la fonction publique et le report des augmentations salariales au moins pour deux ans, afin de dépasser cette crise de rareté des ressources et préserver les équilibres financiers du pays.
Par ailleurs, dans un message adressé au ministre des Finances, Ghannouchi a dit : « Que dieu vous aide Madame la ministre (…) Les défis sont énormes (…) comment vous allez satisfaire toutes les demandes (…) comment vous allez trouver les ressources? »

Ghannouchi a, dans ce même ordre, indiqué qu’une fois un consensus sera trouvé autour de ce projet de la loi de finances 2017, il faudra appliquer rigoureusement la loi à tous les niveaux.

« Une situation préoccupante »

Quant à elle, la ministre des Finances, Lamia Zeribi, a affirmé que des amendements pourraient être apportés au projet de la loi de finances 2017, déposé depuis le 15 octobre dernier à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). « On est toujours ouvert au dialogue avec les différentes parties concernées notamment  l’Utica et l’Utap pour trouver un consensus autour de cette copie de la LF 2017″. L’absence d’une marge de manœuvre nous a poussés à prendre des mesures comme le cas du gel des salaires et des recrutements dans la fonction publique ainsi que  la taxe exceptionnelle imposée sur les chefs d’entreprise », a expliqué la ministre dans une déclaration aux médias en marge de cette rencontre.

Elle a par ailleurs expliqué que ces amendements et modifications seraient apportés  sans toucher aux équilibres financiers du pays, soulignant que la situation financière du pays est très difficile voire préoccupante et que la croissance n’a pas dépassé les 1,2% durant cette année. De même, l’investissement n’a pas dépassé, selon ses dires, 19% du PIB et l’épargne nationale a baissé de 8 ou 9 points. Ainsi, le déficit budgétaire s’est situé à 5,7% du PIB, à cause principalement de la baisse des recettes provenant du secteur des phosphates, des mines, du tourisme et des industries manufacturières.

La ministre a également expliqué l’aggravation du déficit budgétaire par la baisse des participations des entreprises publiques aux caisses de l’État à cause des difficultés financières auxquelles elles font face.

« Pas de marges de manœuvre »

L’ancien ministre des Finances et membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Slim Besbes a, pour sa part, indiqué que le gel des salaires et des recrutements dans la fonction publique est inévitable pour donner un peu d’oxygène au gouvernement afin de satisfaire les demandes économiques et sociales pressantes.

Le report des augmentations salariales permettra aussi, selon lui, d’alléger le fardeau de la masse salariale, qui n’a cessé, depuis la Révolution, de suivre une tendance à la hausse. « Le pays vit actuellement une situation exceptionnelle qui nécessite des mesures exceptionnelles », a-t-il dit.
En outre, Besbes a évoqué l’absence de marges de manœuvre pour le gouvernement, soulignant que tous les choix ont atteint leurs limites, notamment en ce qui concerne l’endettement extérieur et les recettes fiscales.

Riadh Bettaïeb, ancien ministre du Développement et de l’Investissement, a appelé, quant à lui,  à mener des études sur les programmes et les fonds alloués au développement et l’investissement et élaborer une stratégie pour les 15 ou 20 prochaines années.
Bettaieb a également plaidé pour la mise en  place d’une stratégie et d’une vision claire afin de redynamiser les secteurs et chercher de nouveaux marchés promoteurs comme celui de la Côte e d’ivoire ou aussi du Sénégal.
Il a également appelé à résoudre les problèmes du port de Radès qui représente aujourd’hui un défi majeur devant l’investissement.

par -
0

L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada sera signé aujourd’hui, 30 octobre 2016, à Bruxelles, rapporte Mosaïque Fm.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a donc fait le voyage jusqu’à Bruxelles pour venir signer cet accord. Une signature qui ne constitue pas le dernier acte.

L’accord doit être approuvé par le Parlement européen. Si c’est le cas, des barrières douanières pourraient être levées dès le début de l’année prochaine, indique la même source.

par -
0

Des discussions qui se sont tenues entre les services du FMI et les autorités ivoiriennes, pendant les assemblées annuelles à Washington, ont permis d’aboutir à un accord préalable au niveau des services du FMI en vue d’un programme économique triennal qui pourrait être appuyé par deux accords au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et au titre du Mécanisme élargi de crédit (MEDC) pour un montant de 487.8 million de DTS (environ 674.3 millions de dollars), équivalent à 75 pourcent de la quote-part de la Côte d’Ivoire. Sous réserve de l’approbation par la Direction du FMI, l’accord établi au niveau des services du FMI devrait être soumis à l’examen du Conseil d’administration de l’institution en décembre 2016.
A la fin des discussions, M. Ghura, chef de mission pour la Côte d’Ivoire, a fait la déclaration suivante :

« Le programme soutiendra les principaux objectifs du Plan National de Développement (PND) de la Côte d’Ivoire pour 2016-2020, en remédiant aux obstacles pesant sur l’équilibre durable de la balance des paiements et sur la croissance économique. Le PND vise à favoriser une croissance forte et inclusive et la réduction de la pauvreté par des investissements dans les infrastructures et les secteurs sociaux, ainsi que le soutien de la transformation structurelle et l’industrialisation de l’économie par le secteur privé.

« Le déficit budgétaire de l’Etat devrait converger vers la norme communautaire de l’UEMOA de 3 pourcent du PIB d’ici à 2019 afin de préserver la viabilité de la dette publique et la couverture des réserves de change de la BCEAO. A cet effet, certains des objectifs clés du programme sont de maîtriser les dépenses courantes et de renforcer la mobilisation des recettes par la poursuite des réformes d’administration fiscale et l’élargissement de l’assiette fiscale.

« Le programme contient un ensemble de réformes qui visent à renforcer la gestion des finances et de la dette publique, qui incluent : l’extension de la surveillance des entités publiques au-delà du gouvernement central ; la maîtrise des risques budgétaires provenant des entreprises publiques en difficulté financière ; l’amélioration de la gestion de la dette ; la restructuration des banques publiques ; et l’amélioration du climat des affaires. Les services du FMI accueillent favorablement la requête formulée par les autorités de bénéficier d’assistance technique complémentaire pour améliorer la qualité et la dissémination des statistiques économiques.

« En mettant en œuvre ces politiques, la Côte d’Ivoire sera en mesure de créer de l’espace budgétaire pour davantage d’investissements en infrastructures et de dépenses sociales, catalyser le financement public et privé et construire une résilience face aux futurs chocs économiques. D’une manière générale, ce programme aidera le gouvernement à poursuivre les grands succès atteints durant les quatre dernières années et renforcer les fondations d’une croissance forte et inclusive qui favorisera la réduction de la pauvreté. »

par -
0

Un accord portant sur l’annulation de la taxe d’entrée imposée sur les citoyens qui traversent les frontières entre la Tunisie et l’Algérie par voie terrestre a été trouvé.

Le député Mongi Harbaoui et son homologue algérien, Amira Salim ont annoncé cette nouvelle dans un communiqué conjoint rendu public ce mercredi 28 septembre 2016.

par -
0
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) lance un appel à candidatures en vue de la nomination de personnes

En visite officielle au Nigéria, Akinwumi Adesina, le président de la Banque Africaine de développement a indiqué que son institution et le gouvernement fédéral nigérian avaient trouvé un accord pour un prêt d’un milliard $. L’opération qui sera finalisée le mois prochain est assortie d’un taux d’intérêt concessionnel de 1,2% pour une maturité de quarante ans, rapporte « agenceecofin ».

D’après la même source, dans un contexte de prix bas du pétrole, le gouvernement fédéral de l’économie la plus peuplée d’Afrique, doit faire face à un gros déficit public pour respecter ses engagements budgétaire d’investissements et de relance de la croissance. Il a prévu, dans ce sens, de rechercher des appuis extérieurs et un eurobond d’un milliard $ est annoncé, en plus d’autres emprunts extérieurs de l’ordre de 4 milliards $.

Les titres de l’emprunt obligataire de référence du pays, d’un coupon (taux d’intérêt) de 16,39% et qui arrive à maturité en 2022, se négocient actuellement à 106% de leur valeurs faciales. Mais sur une période d’une année, ils sont à un niveau plus bas que celui d’octobre 2015.

par -
0

Renault-Nissan a annoncé ce lundi son alliance avec le géant américain Microsoft pour développer des technologies dans le domaine des voitures connectées, rapporte ce lundi 26 septembre 2016, le site « Le Point ».

Cet accord « mondial » et « pluriannuel » va aboutir à de « futurs services connectés pour les véhicules reposant sur Microsoft Azure, l’une des offres de cloud (informatique dématérialisée) intelligent de Microsoft ».

Le partenariat avec la firme de Redmond (Etat de Washington, nord-ouest) aboutira à des services d’information-divertissement et de localisation, qui se déclineront sous plusieurs formes.

D’après la même source, parmi ces services, la personnalisation des réglages spécifiques à un conducteur en passant d’une voiture à l’autre, des mises à jour automatiques du système d’exploitation, des systèmes de télépaiement ou de communication, ou encore une surveillance des voitures à distance.

par -
0

La crise de la société Petrofac, à Kerkennah (gouvernorat de Sfax), a pris fin grâce à un accord signé, vendredi matin, entre des représentants des sans-emploi, de la société civile, de l’union de l’emploi, des marins-pêcheurs, le ministre des affaires sociales, Mohamed Trabelsi et le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, ainsi qu’en présence des représentants des ministères de l’Energie, de l’Agriculture et des députés du parlement.
L’accord stipule notamment l’emploi de 260 chômeurs et les intégrer sur une période de trois ans, la création d’un centre de formation dans les activités pétrolières, la création d’une société de service et de développement en plus de la réalisation de projets de développement sur l’ile.
Selon cet accord, il a été convenu également l’augmentation du montant accordé au Fonds de développement à Kerkennah à partir des recettes des sociétés pétrolières installées dans la région, de 2,1 millions de dinars à 5 millions de dinars, en plus de l’annulation des poursuites judiciaires lancées contre des jeunes, après l’intervention des forces sécuritaires pour lever le sit-in.
L’accord prévoit également l’augmentation du budget alloué au port de pêche de Sidi Youssef de 25 à 30 millions de dinars et la construction d’une station de dessalement d’eau de mer.
Cet accord intervient après des négociations marathons lancées jeudi à 16h au siège du gouvernorat de Sfax pour les poursuivre à Kerkennah jusqu’à vendredi à 03h du matin. Les discussions ont été reprises à 09 heure, rappelle t-on.

par -
0

Le Canada et la Chine ambitionnent de conclure un accord de libre-échange. Autre objectif : Doubler les échanges commerciaux entre les deux pays d’ici 2020. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, l’a fait savoir hier jeudi 22 septembre, à l’occasion de la visite officielle de son homologue chinois, Li Keqiang, qui est sur le sol canadien depuis le mercredi 21 septembre.

«Nous sommes d’accord pour lancer des discussions exploratoires en vue d’un possible accord de libre-échange entre le Canada et la Chine», a dit Trudeau, rapporte le Journal de Québec.
«À cet effet, nous avons fixé un nouvel objectif ambitieux qui consiste à doubler les échanges bilatéraux entre le Canada et la Chine d’ici 2020. Nous sommes heureux d’avoir pu assister à la signature de contrats qui nous aideront à réaliser cet objectif», a-t-il ajouté.
Trudeau a indiqué que le partenariat commercial entre le Canada et la Chine a un gros potentiel, mais qu’il «demeure encore inexploité».

par -
0

Les négociateurs du « dialogue national » en République démocratique du Congo ont finalement trouvé un accord. Selon des informations rapportées par la chaîne BBC Afrique, cet accord vise à poursuivre le dialogue national inclusif : élections présidentielle, législatives nationales et provinciales.

A noter que lundi dernier, la frange de l’opposition présente au dialogue avait suspendu sa participation après l’insistance du pouvoir de tenir d’abord les élections locales alors que la crise actuelle en RDC est suscitée par l’impossibilité d’organiser la présidentielle avant la fin de cette année, le 19 décembre précisément, comme l’exige la Constitution de la RDC.

par -
0

Un accord a été conclu, vendredi, entre une délégation du ministère de l’Education et des membres du syndicat général de enseignement secondaire relevant de l’UGTT afin de permettre aux élèves désireux de passer en 8ème année technique dont ceux qui ont bénéficié d’un rachat, de s’inscrire aux collèges techniques, à condition que leur nombre ne dépasse pas 18 élèves par classe.

Alors que le ministère a proposé, lors d’une séance de négociation, de combler 600 postes vacants à travers un mécanisme de régularisation de la situation des enseignants suppléants, la partie syndicale a estimé que ce nombre est insuffisant et mérite d’être revu à la hausse, peut-on lire dans le procès verbal de la séance et dont ont une copie est parvenue à l’agence TAP.

Dans ce contexte, les deux parties ont convenu de poursuivre les négociations afin de trancher les questions relatives au nombre des postes et à la formule du recrutement.

Lors de cette séance à laquelle ont pris part le ministre des Affaires Sociales et le secrétaire général adjoint de l’union générale tunisienne du travail (UGTT), chargé de l’information, les parties se sont également accordées sur la nécessité de régler le dossier professionnel des enseignants de l’enseignement préparatoire et secondaire conformément à ce qui a été convenu.

Le ministre de l’Education, Néji Jalloul avait déclaré, jeudi dernier, que tous les instituteurs suppléants seront recrutés graduellement, particulièrement ceux qui enseignent de manière permanente.

Rappelons que la commission administrative du syndicat général de l’enseignement secondaire avait décidé de suspendre les cours dans tous les établissements éducatifs, à partir du 21 septembre 2016, jusqu’à ce que le ministère revienne sur certaines décisions “arbitraires” et réponde aux revendications des enseignants.

par -
0

Le ministère des affaires sociales a annoncé, dans un communiqué publié jeudi, la décision de suspendre l’accord conclu en juin dernier avec le ministère des affaires religieuses portant sur le renforcement de l’encadrement religieux des catégories sociales vulnérables.
Prise lors d’une séance de travail tenue, aujourd’hui, sous la présidence du ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane en présence du Président de la ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), Abdessatar Ben Moussa et du représentant du ministère des affaires religieuses, cette décision intervient en réaction aux inquiétudes exprimées par la société civile suite à la signature de cet accord.
Lors de cette séance consacrée à l’examen de cet accord issu de la stratégie nationale de lutte contre l’intégrisme et le terroriste et adopté par le conseil des ministres le 28 Juillet 2015, il a été décidé de se réunir, demain vendredi, afin de procéder à la révision de ce document avec les représentants de la LTDH.
Ben Romdhan a, à cette occasion, souligné que la signature de cet accord qui s’inscrit dans le cadre de l’application des dispositions de la constitution tunisienne dont, notamment, l’article 1 et 6, vise à lutter contre les tentatives d’instrumentalisation de la religion à des fins politiques et à sensibiliser les jeunes aux valeurs de tolérance et de modération.
Cet accord, a-t-il ajouté, demeure suspendu jusqu’à ce les modifications nécessaires soient apportées.
En vertu de cet accord, le ministère des Affaires religieuses affecte des prédicateurs, des imams et des professeurs spécialisés pour dispenser des cours de théologie dans les centres de protection sociale et d’enseignement pour adultes « , l’objectif étant de renforcer l’encadrement religieux des catégories sociales vulnérables.
La LTDH avait appelé, dans un récent communiqué, le gouvernement à annuler cet accord qui, avait-elle estimé, s’oppose aux articles 6, 7, 15 et 16 de la Constitution, à la déclaration universelle des droits de l’Homme ainsi qu’aux principes prévus dans les conventions internationales relatives à la protection des catégories vulnérables.
Le qualifiant de « menace pour la civilité de l’Etat et la neutralité du service public « , l’organisation s’était interrogée sur les objectifs de cet accord.

par -
0

La Chambre Nationale des Gérants et Propriétaires des stations-services a affirmé, lundi, que la grève des travailleurs des stations de services prévue les 26 et 27 aout 2016 sera observée à cause de la non signature de l’accord relatif à l’augmentation des salaires au titre de l’année 2015.
Dans un communiqué publié, lundi, la chambre syndicale rappelle que l’accord est basé sur le protocole d’accord relatif à l’augmentation des salaires au titre de l’année 2015 signé, le 28 janvier 2016, entre l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA).
La chambre syndicale, relevant de la centrale patronale, a, dans le même contexte, appelé par courrier, les ministères de l’énergie, du commerce, des finances et des affaires sociales à faire apparaître l’impact des augmentations des salaires des travailleurs au titre de l’année 2015, sur la marge bénéficiaire.
Il s’agit, précise encore le communiqué, de réviser la structure des prix en augmentant la marge bénéficiaire afin de préserver la pérennité du secteur et la paix sociale, notamment avec la prolifération du phénomène de contrebande des hydrocarbures vendus sur la place publique.
La chambre a, par ailleurs, rappelé que le contrat de programmation, qui a fait l’objet d’un accord avec la direction générale de l’énergie (26 décembre 2014) n’a pas été concrétisé. Ce contrat identifie les besoins financiers du secteur de distribution des hydrocarbures, lequel (contrat) met l’accent sur la nécessité de fixer les engagements financiers de toutes les parties dans le cadre du contrat de programmation qui devra être signé et concrétisé au cours du premier trimestre 2015.

par -
0
Un adolescent turc a été arrêté

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, n’a pas l’intention de faire une pause dans son bras de fer contre l’Europe, avec laquelle il est en bisbilles depuis le coup d’Etat raté du 15 juillet 2016 et les purges massives qui s’en sont suives. Dans un entretien avec le journal français Le Monde paru ce lundi 08 juillet 2016, Erdogan a déclaré que « le monde occidental » n’a pas assez fait preuve de solidarité avec Ankara après la tentative de putsch. Ulcéré, il a affirmé qu’il ne reprendra pas les migrants refoulés en Europe si l’Union européenne (UE) ne tient pas son engagement de supprimer le visa pour les Turcs désirant se rendre sur le sol européen.

Pour rappel, la Commission européenne a suggéré en mai dernier d’exempter de visas les Turcs circulant dans l’espace Schengen, à certaines conditions mentionnées dans l’accord conclu le 18 mars 2016 entre l’UE et la Turquie, dans le cadre du traitement de l’épineux dossier migratoire. Mais « l’Union européenne ne se comporte pas de façon sincère avec la Turquie. Nous accueillons actuellement 3 millions de réfugiés alors que la seule préoccupation de l’UE est qu’ils n’arrivent pas sur son territoire », a lâché le président turc dans Le Monde. « On nous a proposé d’accepter les réadmissions [de migrants venant de Turquie] en échange d’une exemption de visa pour les citoyens turcs. L’accord de réadmission et l’exemption de visa devaient entrer en vigueur simultanément le 1er juin. Nous sommes aujourd’hui en août et il n’y a toujours pas d’exemption de visa. Si nos demandes ne sont pas satisfaites, les réadmissions ne seront plus possibles », a-t-il ajouté.

Erdogan prêt à tout, même à torpiller le processus d’adhésion à l’UE!

Selon le journal Le Figaro, la tentative de putsch a fait voler en éclats le système de régulation des flux de migrants vers la Grèce. « L’accord UE-Ankara n’est plus véritablement appliqué depuis plusieurs semaines », dit le journal. « Les renvois de migrants et réfugiés sont inexistants, seules les relocalisations vers la France sont actives, on compte 400 réfugiés transférés en France tous les mois. Les frégates turques participant, aux côtés de celles de l’Otan, au contrôle de la mer Égée, ont disparu », indique Le Figaro.

C’est un Erdogan très énervé qui a affirmé dans Le Monde que « les Occidentaux ne devraient pas se soucier du nombre de personnes arrêtées ou limogées. Un Etat a le droit de recruter et de licencier les fonctionnaires qu’il souhaite. » Il a ajouté ceci : « au lieu de faire preuve d’empathie, les dirigeants occidentaux ont eu la réaction opposée. Cela nous attriste, c’est inacceptable. »

Quant à la peine de mort, sujet qu’il a agité devant des milliers partisans surchauffés après le putsch, le président turc a fait savoir qu’elle pourrait être réactivée en Turquie : « Si des millions de personnes dans tout le pays demandent la peine de mort, cette requête sera prise en considération par le Parlement, qui décidera s’il faut la réinstaurer, même s’il existe déjà dans le code pénal des peines très sévères prévues à l’encontre des putschistes. »

L’Union européenne est restée ferme sur sa position : Le retour de la peine de mort en Turquie signifierait un coup d’arrêt définitif des négociations d’adhésion à l’UE. « Si le Parlement décide de réinstaurer la peine capitale, nous ne nous soucierons pas de ce que pensent les autres, nous l’appliquerons », a dit Erdogan, droit dans ses bottes.

par -
0
L'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT)

Le membre du syndicat général des médias, Ghassen Ksibi, a annoncé dans un statut posté sur sa page Facebook que l’accord portant sur l’augmentation salariale dans la presse écrite sera signé demain, mercredi 03 août 2016 au siège du ministère des Affaires sociales.

La signature aura lieu en la présence du secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi.

par -
0
La société Assurances Maghrébia (Groupe Abdelaziz Sassi notamment)

Ce mardi 19 juillet, dans les locaux de Telnet Innovation Labs au Technopole El Ghazala, le directeur général de la société Telnet Holding, Mohamed Frikha, et l’administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA, en France), Daniel Verwaerde, scelleront le renouvellement de leur partenariat, nous apprend un communiqué.

Cet accord, en place depuis 2010, porte sur une plateforme de recherches et développement commune – le CEA LinkLab – dans le secteur des TIC et des nouvelles technologies de l’énergie.

Une vingtaine d’ingénieurs/chercheurs sortis des grandes écoles tunisiennes travaillent actuellement dans la plateforme commune de R & D. Certains d’entre eux prennent part au montage et à la mise en oeuvre de projets subventionnés par des dispositifs euro-méditerranéens, d’autres montent leurs propres startup cofinancées par Telnet.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
West African Gas Pipeline (WAGP) va à terme être la plus importante infrastructure gazière en Afrique de l'Ouest et fera la jonction entre le...

SPORT

0
L'ex-entraineur de l’Espérance Sportive de Tunis, Nabil Maâloul a renoncé officiellement à la plainte qu’il a déposée il y a trois ans à l’encontre...