Tags Posts tagged with "Adnen Lassoued, , Tunisie, statistiques,"

Adnen Lassoued, , Tunisie, statistiques,

par -
0
La question  des statistiques n’a de cesse de faire couler beaucoup d’encre en Tunisie. D’ailleurs

La question des statistiques n’a de cesse de faire couler beaucoup d’encre en Tunisie. D’ailleurs, une note récente de l’Institut national des statistiques (INS) a été censurée. Il semble que la note n’ait pas eh l’heur de plaire au directeur de l’INS. Soucieux d’apporter d’éclaircissements sur l’affaire, Africanmanager a contacté Adnen Lassoued, membre du Conseil d’administration de l’Association tunisienne des Ingénieurs Statisticiens (ATIS), en charge des statistiques publiques.

Quelles sont les caractéristiques du système tunisien des statistiques publiques ?

Le système national de la statistique est principalement constitué de l’Institut National de la Statistique (INS) qui est le principal producteur de statistiques publiques, du Conseil National de la Statistique (CNS) qui a essentiellement un rôle de coordination institutionnel, ainsi que des autres structures statistiques publiques opérant dans l’Administration ou ailleurs (comme à la Banque Centrale, par exemple).

Peut-t-on dire que le système des statistiques publiques a retrouvé sa place et son indépendance, notamment après la chute de l’ancien régime qui s’en est longtemps servi pour maquiller la réalité économique du pays ?

En raison de leur instrumentalisation, les statistiques officielles ont souffert d’un déficit de crédibilité. Au lendemain de la Révolution, et dès février 2011, il y a eu une forte mobilisation des statisticiens (sous forme de pétitions, articles de presse) pour attirer l’attention de l’opinion et des pouvoirs publics sur la nécessité d’opérer les changements nécessaires, sur le plan des pratiques et de la législation, afin de mettre le système des statistiques publiques au diapason de la démocratie naissante. La principale revendication a bel et bien été l’exigence d’une indépendance réelle de l’INS pour éviter les dérives du passé. Malheureusement, et malgré quelques avancées, les acquis en la matière restent fragiles et très insuffisants.

Dans quelle mesure peut-on parler, en Tunisie, des conditions favorables à l’exercice statistique, notamment l’indépendance scientifique, l’impartialité, le droit d’accès à l’information ?

Le système national de la statistique est régi par la Loi Statistique de 1999 qui est, en théorie, une bonne loi, car elle garantit l’indépendance scientifique, l’impartialité et l’objectivité, mais également le droit d’accès à l’information et la préservation du secret statistique. Cependant, un point de détail important a été omis dans cette loi : il n’est fait nullement mention de « l’indépendance professionnelle ». Celle-ci devrait garantir l’indépendance aussi bien à l’égard des instances politiques ou administratives, que des autres organisations et groupes de pression. Le décret-loi de 2000 organisant les activités de l’INS est venu matérialiser cette absence d’indépendance, en mettant l’institution, via son directeur général, sous la coupe directe du ministre de tutelle et donc du pouvoir politique.

Sentez- vous qu’il y a eu vraiment un changement dans le traitement de l’information avant et après la Révolution ?

Qu’entendez-vous par traitement de l’information ? Si vous désignez la conception technique des données, celle-ci n’était pas vraiment soumise aux contraintes. Le statisticien était et reste soucieux de la qualité de son produit, même s’il ne dispose pas toujours des moyens suffisants pour le faire. Par contre, il y avait bien une censure et une sélection qui s’exerçait essentiellement au niveau de la diffusion. Après le 14 janvier, certaines améliorations ont eu lieu avec, notamment, la publication de données qui étaient auparavant inaccessibles.

Pourtant, la dernière note de l’INS a été censurée ! Comment expliquez-vous cette réaction?

Nous le disions bien avant les élections du 23 octobre : quelque soit le régime en place (dictature ou démocratie), il y a une tendance naturelle des pouvoirs politiques à vouloir contrôler le système et l’information statistique. Si les garde-fous institutionnels ne sont pas mis en place, il y aura inéluctablement un retour en arrière. Cela s’est vu avec l’épisode récent de révocation arbitraire du directeur général de l’INS et du président du CNS mais également par un retour des contraintes sur la diffusion de certains produits.

En tant que membre actif de la statistique en Tunisie, qu’est ce que vous suggérez comme solution pour que l’information retrouve la place qui est la sienne ?

La solution passe par une réforme du système actuel afin de restaurer la crédibilité des statistiques publiques. Cette réforme doit porter sur deux axes :

Celle-ci doit d’abord garantir l’indépendance dans toutes ses dimensions, particulièrement l’indépendance professionnelle. L’indépendance n’est pas un luxe mais une nécessité pour que les statistiques soient crédibles et puissent réellement servir de base commune de débat et d’action à tous les intervenants de la société.

La réforme doit veiller également à l’amélioration de la qualité des produits statistiques afin qu’ils répondent aux attentes et aux exigences des différents utilisateurs (et pas seulement les planificateurs). Cette démarche doit être formalisée à travers l’adoption d’un code de bonnes pratiques.

Des expériences de réforme récentes et exemplaires, telle que l’expérience de réforme des statistiques publiques britanniques, peuvent servir de référence dans la conduite de ce processus. Reste à convaincre le pouvoir politique de la nécessité d’un tel engagement ! Au sein de l’Association Tunisienne des Ingénieurs Statisticiens, nous militons afin de constitutionnaliser « le droit du citoyen à une information statistique de qualité, transparente et impartiale ». Si une telle disposition est prise en compte dans la future Constitution, elle poussera vers la réforme et servira de garde-fou contre toute nouvelle dérive.

Khadija Taboubi

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Preuve que la situation dégénère en République démocratique du Congo, sans aucune solution en vue, le département d'État américain a appelé les familles du...

SPORT

0
L'avion privé de Cristiano Ronaldo, attaquant portugais du Real Madrid, a été victime d'un grave accident lundi soir à l'atterrissage à l'aéroport de Barcelone. Son train...