Tags Posts tagged with "aéroport, Tozeur"

aéroport, Tozeur

par -
0
Face à de multiples difficultés confrontées

Face à de multiples difficultés confrontées, l’Aéroport du Tozeur-Nafta est menacé de perdre sa place à l’échelle nationale et internationale. Un risque qui a poussé nombre de professionnels et d’autres composantes de la société civile à se mobiliser de manière à trouver une issue à cette crise.

Partant de cette vérité, l’association « les Amis du Jerid », a organisé un point de presse afin de sensibiliser l’opinion publique quant à la précarité dudit aéroport dont les répercussions sont néfastes sur l’activité économique non seulement de la région, mais aussi de tout le pays.

Ont pris part à cette rencontre, Hassen Zargouni, président de la Commission économique de l’Association des Amis du Jérid, Habib Ammar, Dg de l’ONTT, Habib Slama, ancien responsable marketing à Tunis-Air, ainsi que d’autres politiciens comme Néjib et Issam Chebbi.

La situation actuelle est jugée catastrophique par Hassen Zargouni qui a pointé du doigt le nombre élevé d’annulations. S’y ajoutent les avions cloués au sol.

On n’arrive pas à industrialiser la région

Intervenant à cette occasion, Habib Slama, ancien responsable marketing à Tunis-Air, a constaté que « l’on n’a pas réussi à industrialiser la région de Tozeur faute de programmation des vols et en raison l’arrêt de la commercialisation de la destination ». Constat : l’activité touristique et économique est en baisse remarquable. « Les excusions ont connu un recul considérable. Ceci est expliqué par le climat d’insécurité et parles tensions en Libye », a-t-il dit.

Cette situation alarmante a beaucoup affecté les professionnels qui font face aujourd’hui à plusieurs problèmes financiers. Au point que des artisans, des industriels ainsi que leurs familles tirent la sonnette d’alarme.

Un avis partagé par Khaled Chelli, qui a fait remarquer que la résolution de ce problème commande la révision des lignes déficitaires étant donné que l’aéroport reste confiné à des activités saisonnières. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la recherche d’autres solutions appropriées.

En effet, des cumuls des pertes ont été affichés au niveau de la société mère. D’après Khaled Chelli, entre Tunis-Air et Tunis-Express, les pertes s’élèvent à 3 millions de dinars annuellement.

Comment réduire ce déficit ?

Khaled Chelli a recommandé de dynamiser le rôle de l’aéroport. Dans ce contexte, il a estimé que le maintien d’une capacité augmentée nécessite avant tout la promotion de cette destination auprès de tous les marchés émetteurs.

Dans le même contexte, il a proposé la programmation de deux vols à heure fixe pendant quatre jours sous réserve de renforcement pendant les week-ends et les périodes des festivités. A cela s’ajoute la révision des tarifs à l’échelle internationale tout en révisant les horaires.

Wiem Thebti

par -
0
Face à de multiples difficultés confrontées

Face à de multiples difficultés confrontées, l’Aéroport du Tozeur-Nafta est menacé de perdre sa place à l’échelle nationale et internationale. Un risque qui a poussé nombre de professionnels et d’autres composantes de la société civile à se mobiliser de manière à trouver une issue à cette crise.

Partant de cette vérité, l’association « les Amis du Jerid », a organisé un point de presse afin de sensibiliser l’opinion publique quant à la précarité dudit aéroport dont les répercussions sont néfastes sur l’activité économique non seulement de la région, mais aussi de tout le pays.

Ont pris part à cette rencontre, Hassen Zargouni, président de la Commission économique de l’Association des Amis du Jérid, Habib Ammar, Dg de l’ONTT, Habib Slama, ancien responsable marketing à Tunis-Air, ainsi que d’autres politiciens comme Néjib et Issam Chebbi.

La situation actuelle est jugée catastrophique par Hassen Zargouni qui a pointé du doigt le nombre élevé d’annulations. S’y ajoutent les avions cloués au sol.

On n’arrive pas à industrialiser la région

Intervenant à cette occasion, Habib Slama, ancien responsable marketing à Tunis-Air, a constaté que « l’on n’a pas réussi à industrialiser la région de Tozeur faute de programmation des vols et en raison l’arrêt de la commercialisation de la destination ». Constat : l’activité touristique et économique est en baisse remarquable. « Les excusions ont connu un recul considérable. Ceci est expliqué par le climat d’insécurité et parles tensions en Libye », a-t-il dit.

Cette situation alarmante a beaucoup affecté les professionnels qui font face aujourd’hui à plusieurs problèmes financiers. Au point que des artisans, des industriels ainsi que leurs familles tirent la sonnette d’alarme.

Un avis partagé par Khaled Chelli, qui a fait remarquer que la résolution de ce problème commande la révision des lignes déficitaires étant donné que l’aéroport reste confiné à des activités saisonnières. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la recherche d’autres solutions appropriées.

En effet, des cumuls des pertes ont été affichés au niveau de la société mère. D’après Khaled Chelli, entre Tunis-Air et Tunis-Express, les pertes s’élèvent à 3 millions de dinars annuellement.

Comment réduire ce déficit ?

Khaled Chelli a recommandé de dynamiser le rôle de l’aéroport. Dans ce contexte, il a estimé que le maintien d’une capacité augmentée nécessite avant tout la promotion de cette destination auprès de tous les marchés émetteurs.

Dans le même contexte, il a proposé la programmation de deux vols à heure fixe pendant quatre jours sous réserve de renforcement pendant les week-ends et les périodes des festivités. A cela s’ajoute la révision des tarifs à l’échelle internationale tout en révisant les horaires.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE