Tags Posts tagged with "aéroport_Tunis_Carthage"

aéroport_Tunis_Carthage

par -
0

Le magazine Jeune Afrique a rapporté, dans son édition du lundi 3 août 2015, des informations faisant état, d’une «enquêtrice dépêchée par Londres qui aurait pu franchir les contrôles de police et de douane de l’aéroport de Tunis-Carthage sans que son arme de service, qui se trouvait dans sa valise, ne soit détectée ».
Cette information à propos d’une défaillance dans le système de sécurité tunisien, n’est pas une nouveauté. Rien que les événements du Bardo et de Sousse, en ont prouvé l’existence et ont été à deux reprises confirmées par l’actuel chef de gouvernement.
Intervenant sur à Shems Fm, suite à cette information, le secrétaire général du syndicat de base des agents de l’Aéroport Tunis-Carthage, Anis Ouertani, a apporté un démenti à ce que rapportait JA. «Plusieurs rumeurs sont propagées chaque jour sur l’aéroport Tunis-Carthage » et que «ceci entre dans le cadre d’une campagne de dénigrement et de déstabilisation du travail des forces de sécurité. Avant le syndicaliste, le MI (Ministère de l’Intérieur) n’avait ni confirmé ni démenti se limitant à annoncer une prochaine enquête qui dure toujours. Des rumeurs dites-vous ! Nous avons en effet profité du voyage d’un de nos collaborateurs pour en avoir le cœur net. Le résultat de la vidéo que nous avons tourné, un jour de fin de juillet au portail de sécurité du terminal d’entrée sur le territoire tunisien, met à l’abri de tout commentaire et exclut tout doute sur l’existence de ces failles sécuritaires.

Ce n’est certes pas la fouille bagages de soute, qui est supposée avoir déjà été faite par les services de sécurité du pays de départ. La vidéo est relative à la fouille des passagers à l’entrée du territoire tunisien.  Un portique électronique de sécurité est installé, juste après le contrôle des passeports. Vous remarquerez, comme nous ébahis, qu’aucune fouille n’a été faite par aucun agent de sécurité, alors que la lumière du portique n’arrêtait pas de clignoter au rouge et d’émettre un le son strident qui signalait l’existence d’un objet métallique. Les passagers sortaient sans aucune fouille, alors que l’agent du scanner des bagages à mains ne bougeait pas. D’autres personnes, dont on ne savait si elles étaient de simples passagers, des accompagnateurs ou des agents de sécurité, traversaient le portique de sécurité, à l’aller et au retour, sans que cela ne semble inquiéter les agents de sécurités, absents alors qu’ils devaient fouiller au scanner portatif ceux que l’alarme sonore du portique signalait. Cela se fait pourtant au départ où on oblige même les passagers à enlever les ceintures et les chaussures. Il nous semble pourtant que le danger concerne aussi bien les avions que le territoire national. Ce ne semblait pas être le cas.
On vous épargnera le «bordel» qui régnait, sans aucun genre de contrôle, du côté du couloir spécial à l’extrême gauche du premier contrôle des passeports. Des allées et venues, des entrées et des sorties s’y font, manifestement sans aucun contrôle d’un quelconque agent de sécurité. On ne sait pas, non plus, si une quelconque fouille est opérée pour les passagers VIP qui empruntent un couloir  spécial, celui de la société qui était entre les mains d’un membre des anciennes familles de Ben Ali.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...