Tags Posts tagged with "agil"

agil

par -
0

Un accord pour la prise de participation par la Société Nationale de Distribution des Pétroles (SNDP-AGIL) dans le capital de la société « Lubrifiants de Tunisie », relevant de Oilibya a été signe, vendredi, à Tunis.
En vertu de cet accord la SNDP deviendra actionnaire à hauteur de 34% dans Lubrifiants de Tunisie (LDT).
Cet accord a été signé entre le directeur général exécutif de Libya Oil Holding Ltd, Ibrahim Bugaighis, le PDG de la SNDP-AGIL, Moncef Matoussi et le directeur général de Libya Oil Tunisie Rida Hassan ElAmir ElMasri.
A cette occasion, Moncef Matoussi a été élu Président du Conseil d’administration de LDT et M. Rida Hassan ElAmir ElMastri, nommé Directeur général, outre leurs fonctions actuelles à la tête des deux sociétés de distribution des produits pétroliers.
Créée en 1974 « Lubrifiants de Tunisie » possède une grande usine de production de lubrifiants moteurs pour l’industrie et l’automobile, située dans la zone pétrolière de Radès.
La société est considérée comme l’une des plus grandes usines de lubrifiants du Groupe Libya Oil en Afrique avec une capacité actuelle de production de 40 mille tonnes de lubrifiants par an.
LDT est déjà certifiée ISO 9001 depuis plusieurs années et cette certification vient d’être renouvelée, en juin 2016, pour les trois prochaines années.
La coopération entre Libya Oil et la SNDP dans le domaine de la production des lubrifiants date de plusieurs années et sera renforcée davantage après cette prise de participation par la SNDP au capital de LDT.

hgmp

par -
0

Il est prévu que les travaux de mise à niveau, de modernisation et d’extension du dépôt d’hydrocarbures dans la zone pétrolière de la Goulette démarrent prochainement. C’est ce qu’a annoncé le directeur général adjoint de la société Agil, Habib Mlawah.

Lors d’une rencontre avec Africanmanager, il a précisé que les travaux vont durer 24 mois, sachant que ce projet coûte environ 50 millions de dinars

par -
0

Dressant le bilan d’activité de la société Agil pour l’exercice 2015, le PDG, Moncef Matoussi, a indiqué que le chiffre d’affaires de ladite société s’est établi à 1648 millions de dinars, ce qui correspond à une légère baisse de 0,19% par rapport à 2014, soit 1651 millions de dinars. Pour le responsable, cette chute s’explique par la baisse de l’activité aérienne.

M. Matoussi a dans le même contexte précisé à Africanmanager que le résultat net a atteint 20,7 millions de dinars (MD) alors que les investissements se sont élevés à environ 50 MD, affichant ainsi une nette hausse en comparaison avec 2014 où ils ont atteint 31 MD.

La montée des investissements s’explique également par le démarrage des travaux du projet de construction d’un centre de stockage de GPL à Gabès, a ajouté le responsable d’Agil.

Pour ses estimations concernant l’année en cours, il prévoit une amélioration du chiffre d’affaires de la société jusqu’à 1663 MD et un résultat net de l’ordre de 19 MD.
Pour les investissements, ils devraient garder le même rythme pour atteindre 50 MD dont 16 MD provenant de l’activité des hydrocarbures et 30 MD de l’activité du gaz.

par -
0

Le PDG de la société Agil, Moncef Matoussi, a déclaré que les dettes contractées par certaines sociétés publiques ont atteint 532,6 millions de dinars (MD) en 2015.

Lors d’une interview accordée ce jeudi 9 juin à Africanmanager, le responsable a ajouté que ces créances ont connu une hausse de 28% en comparaison avec 2014, où le chiffre s’est élevé à 504,8 MD.
Dans le même ordre d’idée, il a précisé que ces créances concernent certaines établissements dont notamment les sociétés de transport public, la compagnie nationale Tunisair et aussi Syphax Airlaines.
Pour les sociétés de transport public, il a fait savoir que ces créances ont atteint 332 MD.
S’agissant de Tunisair, les créances se sont élevées à 50 MD dont 10 MD pour Tunisair Express, a encore précisé le PDG, avant d’évoquer le cas de Syphax Airlaines. Pour cette compagnie, l’affaire est entre les mains de la justice, sachant que ses dettes sont estimées à 19 millions de dinars.

par -
0

«  Notre métier est à risque et c’est pourquoi la sécurité est la priorité de nos priorités », a affirmé la Société Agil par la voix de son premier responsable Moncef Matoussi.
La précision de ladite société vient à la suite de la publication d’un article en date de 7 avril 2016 faisant état de dépassements enregistrés lors d’ opérations de curage et de nettoyage des cuves et citernes de stockage d’hydrocarbures dans ses stations- service.
Des dépassements qui ont suscité la polémique surtout qu’un sous-traitant de ladite entreprise a trouvé la mort dans un accident qui a eu lieu à Sidi Ali Ben Aoun, relevant du gouvernorat de Sidi Bouzid.
Des accusations qui ont poussé la société Agil à réagir et à fournir des explications. Lors d’une réunion qui s’est tenue mardi 12 avril 2016 au siège de la société Agil en présence du directeur Général adjoint Habib Mlawah, le PDG de la société AGIL, Moncef Matoussi a déclaré à Africanmanager que « l’on multiplie les efforts pour que l’on soit en conformité avec les normes internationales notamment celles les plus restrictives».

Ila cité dans cet ordre d’idées  le projet de  construction d’un centre de stockage de GPL (Gaz de Pétrole Liquifié) à Gabès.  40% de l’ensemble du budget de l’investissement alloué à ce projet a été consacré au volet sécurité.
Le responsable a rappelé que le projet qui vise la production de 12 mille tonnes coûtera environ 200 millions de dinars sachant que les travaux de réalisation avancent à la cadence souhaitée, soit 95%.

C’est le même constat pour le centre d’emplissage et de stockage GPL, implanté à Radès, sujet qui a fait couler beaucoup d’encre. Moncef Matoussi a fait savoir que « la société a énormément investi pour éviter les risques », soulignant que «  l’ensemble des capteurs installés pour le contrôle des sphères de stockage GPL dans cette zone sont fonctionnels ».
Il a dans ce cadre assuré que la situation est totalement maîtrisée et les 4 sphères qui sont sous enceintes béton sont contrôlées.

Évoquant le décès d’un sous-traitant à Sidi Ali Ben Aoun, en janvier dernier, il  précisé que les travaux avaient été confiés à une société de maintenance qui assume,  de ce fait,  toute la responsabilité du chantier, de son impact et de ses conséquences.
Moncef Matoussi a dans ce cadre ajouté qu’une enquête judiciaire est en cours er la société  Agil a produit  un document où le gérant de la Société Abdallah Boubakri reconnaît sa responsabilité pour  l’incident et s’est engagé à réparer les dégâts causés au défunt Hamed Al Jawadi tout en exonérant la responsabilité d’Agil dans cette affaire.

Vers le développement des réserves en matière de GPL

Sur un autre plan, le directeur général adjoint de ladite société Habib Mlawah a fait remarquer, de son côté,  que « Agil n’arrête pas de relever les défis tout en misant sur le développement de ses réserves en matière de GPL pour mieux répondre aux besoins ».
A cet égard, il a annoncé la construction prochaine de  cinq réservoirs de stockage de GPL. «  Trois réservoirs seront construits à Gabès d’une capacité de 6000 tonnes m³ alors que deux autres seront réalisés à Bizerte d’une capacité de 4000 tonnes m³ », a-t-il dit.
Toujours selon la même source, la construction de ces cinq réservoirs d’une enveloppe de 225 millions de dinars s’inscrit dans le cadre du plan quinquennal (2015-2020) visant le développement des réserves en matières de GPL afin d’éviter une éventuelle pénurie de ce produit.
Mlawah a dans ce sens noté que les études relatives à la construction de ces réservoirs vont prochainement démarrer prévoyant leur entrée en exploitation en 2020.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

par -
0

Dans le cadre du développement de ses réserves en matière de GPL, Agil va construire 5 réservoirs de stockage de GPL, a annoncé le directeur général adjoint au sein de la société, Habib Mlawah. Dans une déclaration à Africanmanager, il a précisé que trois réservoirs seront construits à Gabès d’une capacité de 6000 tonnes m³ alors que deux autres seront réalisés à Bizerte d’une capacité de 4000 tonnes m³.
La construction de ces cinq réservoirs coûtera environ 225 millions de dinars, a-t-il ajouté faisant remarquer que ce projet s’inscrit dans le cadre du plan quinquennal (2015-2020) visant le développement des réserves en matières de GPL afin d’éviter une éventuelle pénurie de ce produit.
Habib Mlawah a d’autre part noté que les études relatives à la construction de ces réservoirs vont prochainement démarrer prévoyant leur entrée en exploitation en 2020.

par -
0

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, Moncef Matoussi, PDG de la société AGIL a déclaré que « les dettes de certaines sociétés publiques qui lui sont dues se sont élevées à environ 298 millions de dinars ».
Ces dettes concernent notamment la compagnie nationale Tunisair, Syphax Airalines ainsi que les sociétés du transport public.
Pour Tunisair, il a précisé que le transporteur national a remboursé 40 millions de dinars sur un total de 70 millions de dinars.
Pour le cas de Syphax Airlines, il a souligné que le dossier est encore en justice et la compagnie n’a pu payer qu’un million de dinars de l’ensemble de 19 millions.
Pour les sociétés de transport public, les dettes sont estimées à 250 millions de dinars.

par -
0
La Société Nationale de Distribution des Pétroles(SNDP) AGIL a mis en place une nouvelle station à la délégation de Hizoua (gouvernorat de Tozeur)

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, Moncef Matoussi, PDG de la société AGIL a dressé le bilan de la société pour l’année précédente.
Il a dans ce cadre souligné que le résultat net s’est élevé à environ 20 millions de dinars contre 26 millions de dinars en 2014.
Il a expliqué ce recul par la baisse qui a marqué l’activité aérienne en raison de détérioration des prix.
Moncef Matoussi s’est par ailleurs montré optimiste estimant que « dès que l’activité aérienne s’améliore, Agil pourra reprendre son rythme habituel de croissance en réalisant un résultat net de 25 millions de dinars», a-t-il dit.

par -
0
Les bons d'essence accordés à des fonctionnaires  de l'Etat seront

Les bons d’essence accordés à des fonctionnaires de l’Etat seront remplacés par une carte pétrolière intelligente, a annoncé le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah.

Dans une interview accordée à Africanmanager , il a tenu à préciser que la SNDP s’est engagée, ces derniers temps, dans des orientations stratégiques pour substituer à ces bons d’essence des cartes qu’elle se propose de mettre à la disposition de ses clients, au cours de l’été prochain. Ces cartes offriront des avantages considérables pour les consommateurs d’essence, selon ses dires.

Cette mesure vient dans la foulée de la décision du chef du gouvernement de réduire de 10% les bons d’essence et de les remplacer par une allocation en espèces. Une démarche qui s’inscrit dans la politique d’austérité menée par l’équipe ministérielle afin de combler le déficit du budget de l’Etat.

Pour le directeur central, cette décision revêt une grande importance eu égard au fait qu’elle est de nature à contribuer à réduire le déficit croissant en matière énergétique de l’ordre de 2,5 Ktep. Il a dans ce cadre rappelé que cette mesure avait été déjà proposée par les task-forces du Dialogue national sur l’énergie initié par le précédent gouvernement.

Une décision positive, selon Lahbib Mlawah, bien qu’elle entraîne une incidence relativement faible sur le chiffre d’affaire de la SNDP estimée à 1500MD. Les bons d’essence accordés à des agents de l’Etat coûtent 50MD par an, soit à peine 10% du chiffre du global du réseau des stations services de la SNDP qui avoisine 600MD et 3% du chiffre d’affaires de la SNDP.

De toutes les façons, semblables mesures vont certainement inciter la société à fournir un surcroît d’efforts commerciaux afin de préserver sa clientèle.

Agil préoccupé par la contrebande

Evoquant le fléau de la contrebande des hydrocarbures dont l’impact sur l’économie tunisienne est dévastateur, Lahbib Mlawah a volé au secours des propriétaires des stations-services qui avaient tiré, hier, la sonnette d’alarme quant aux répercussions de ce fléau sur ce secteur qui continue d’enregistrer des pertes croissantes variant entre 15% et 20% du chiffre d’affaires global, selon une étude menée par le Groupement Professionnel des Pétroliers (GPP).

« C’est un danger préoccupant qui entrave le fonctionnement de cette profession laquelle emploie environ 15 mille salariés», a estimé Mlawah avant de reconnaître ses effets sur la SNDP étant qu’il continue à toucher son chiffre d’affaire.

Pour mettre fin à cette hémorragie, le directeur central a jugé utile d’appliquer rigoureusement la loi. Car les menaces sont nombreuses et la majorité des propriétaires risque de claquer la porte, devant faire face à beaucoup de défis et de difficultés d’ordre financier.

Mlawah a, par ailleurs, saisi cette occasion pour lancer un appel aux consommateurs afin de contribuer davantage dans la lutte contre la contrebande des carburants. Dans ce cadre, il a annoncé que la SNDP a mis en place deux laboratoires mobiles de contrôle répartis sur l’ensemble de son réseau afin de garantir de la qualité des produits livrés par le réseau Agil.

Des chiffres clignotent au vert

Sur un autre plan, il a fait savoir que les résultats affichés au cours du premier trimestre clignotent au vert. En effet, la réalisation au niveau du budget d’exploitation de la SNDP est estimée à 99,7%, soit une progression de 7% en comparaison avec l’année écoulée.

La part de marché d’AGIL qui fait face à une vive concurrence de la part des 4 autres compagnies (Total Tunisie, Shell, Oil Libya et Star Oil) s’est aussi améliorée de 1,9% passant de 40,8, en 2012, à 41,9%, en 2013

Wiem Thebti

par -
0
Les bons d'essence accordés à des fonctionnaires  de l'Etat seront

Les bons d’essence accordés à des fonctionnaires de l’Etat seront remplacés par une carte pétrolière intelligente, a annoncé le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah.

Dans une interview accordée à Africanmanager , il a tenu à préciser que la SNDP s’est engagée, ces derniers temps, dans des orientations stratégiques pour substituer à ces bons d’essence des cartes qu’elle se propose de mettre à la disposition de ses clients, au cours de l’été prochain. Ces cartes offriront des avantages considérables pour les consommateurs d’essence, selon ses dires.

Cette mesure vient dans la foulée de la décision du chef du gouvernement de réduire de 10% les bons d’essence et de les remplacer par une allocation en espèces. Une démarche qui s’inscrit dans la politique d’austérité menée par l’équipe ministérielle afin de combler le déficit du budget de l’Etat.

Pour le directeur central, cette décision revêt une grande importance eu égard au fait qu’elle est de nature à contribuer à réduire le déficit croissant en matière énergétique de l’ordre de 2,5 Ktep. Il a dans ce cadre rappelé que cette mesure avait été déjà proposée par les task-forces du Dialogue national sur l’énergie initié par le précédent gouvernement.

Une décision positive, selon Lahbib Mlawah, bien qu’elle entraîne une incidence relativement faible sur le chiffre d’affaire de la SNDP estimée à 1500MD. Les bons d’essence accordés à des agents de l’Etat coûtent 50MD par an, soit à peine 10% du chiffre du global du réseau des stations services de la SNDP qui avoisine 600MD et 3% du chiffre d’affaires de la SNDP.

De toutes les façons, semblables mesures vont certainement inciter la société à fournir un surcroît d’efforts commerciaux afin de préserver sa clientèle.

Agil préoccupé par la contrebande

Evoquant le fléau de la contrebande des hydrocarbures dont l’impact sur l’économie tunisienne est dévastateur, Lahbib Mlawah a volé au secours des propriétaires des stations-services qui avaient tiré, hier, la sonnette d’alarme quant aux répercussions de ce fléau sur ce secteur qui continue d’enregistrer des pertes croissantes variant entre 15% et 20% du chiffre d’affaires global, selon une étude menée par le Groupement Professionnel des Pétroliers (GPP).

« C’est un danger préoccupant qui entrave le fonctionnement de cette profession laquelle emploie environ 15 mille salariés», a estimé Mlawah avant de reconnaître ses effets sur la SNDP étant qu’il continue à toucher son chiffre d’affaire.

Pour mettre fin à cette hémorragie, le directeur central a jugé utile d’appliquer rigoureusement la loi. Car les menaces sont nombreuses et la majorité des propriétaires risque de claquer la porte, devant faire face à beaucoup de défis et de difficultés d’ordre financier.

Mlawah a, par ailleurs, saisi cette occasion pour lancer un appel aux consommateurs afin de contribuer davantage dans la lutte contre la contrebande des carburants. Dans ce cadre, il a annoncé que la SNDP a mis en place deux laboratoires mobiles de contrôle répartis sur l’ensemble de son réseau afin de garantir de la qualité des produits livrés par le réseau Agil.

Des chiffres clignotent au vert

Sur un autre plan, il a fait savoir que les résultats affichés au cours du premier trimestre clignotent au vert. En effet, la réalisation au niveau du budget d’exploitation de la SNDP est estimée à 99,7%, soit une progression de 7% en comparaison avec l’année écoulée.

La part de marché d’AGIL qui fait face à une vive concurrence de la part des 4 autres compagnies (Total Tunisie, Shell, Oil Libya et Star Oil) s’est aussi améliorée de 1,9% passant de 40,8, en 2012, à 41,9%, en 2013

Wiem Thebti

par -
0
Les bons d'essence accordés à des agents de l'Etat éligibles à cette

Les bons d’essence accordés à des agents de l’Etat éligibles à cette mesure seront remplacés par une carte pétrolière intelligente, nous a indiqué le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah.

D’après le responsable , la SNDP a entamé des orientations stratégiques pour substituer ces bons d’essence par des cartes que la SNDP se propose à mettre à la disposition de ces clients pendant l’été prochain.

Cette carte offrira des avantages considérables pour les consommateurs, selon ses dires.

par -
0
D’après les dernières données fournies à Africanmanager

D’après les dernières données fournies à Africanmanager, la réalisation au niveau du budget d’exploitation de la SNDP est estimée à 99,7% soit une progression de 7% en comparaison avec l’année écoulée.

La part de marché d’AGIL qui fait face à une vive concurrence de la part des 4 autres compagnies (Total Tunisie, Shell, Oil Libya et Star Oil) s’est aussi améliorée de 1,9% passant de 40,8 en 2012 à 41,9% en 2013

par -
0
L’essence

L’essence, c’est le nerf de la guerre. Selon le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah, l’essence introduite en fraude en Tunisie à travers les frontières tuniso-algériennes continue à nuire et à porter préjudice au secteur, considéré étant bien organisé. Pis, la vente d’essence de contrebande crée un vide, étant donné que sa recrudescence a engendré une pénurie estimée à 15% au niveau de l’ensemble de 800 stations stations-services, plus précisément le réseau appartenant à la SNDP qui en compte actuellement plus de 210 .

Ce phénomène complexe dont l’impact sur l’économie tunisienne est tangible, en bien comme en mal. Partant de ce constat, la résolution de ce problème nécessite la multiplication des efforts pour y faire face. « La réalité du marché nous appelle à trouver les nouvelles mesures pour enrayer le trafic », a affirmé Lahbib Mlawah, à Africanmanager.

Une grande responsabilité incombe, donc, aux acteurs intervenants, sachant que l’on assiste aujourd’hui à une intensification du trafic des carburants.

Outre la contrebande de l’essence, la SNDP se dit préoccupée par la mise à la retraire d’office de plusieurs cadres et responsables, ces derniers temps, un phénomène qui devrait se poursuivre, au cours des années à venir. Et ceci commande de mieux faire face pour assurer la continuité de l’ensemble des services.

Lahbib Mlawah a, d’autre part, mis l’accent sur un autre défi, celui de l’exacerbation de la concurrence avec les sociétés internationales opérant dans le secteur, et qui bénéficient actuellement d’un surcroît de souplesse au niveau de la gestion et du soutien des sociétés mères notamment dans le domaine technologique.

Quelle stratégie pour 2014 ?

En dépit de ces lacunes, la SNDP, selon Mlawah, n’a pas baissé les bras tout en s’appuyant sur une nouvelle stratégie visant à élargir le parc des dépôts de stockage de carburant, créer une société régionale pour la gestion directe dans les grandes stations-services existantes au niveau des autoroutes. A cela s’ajoute la création d’une société régionale pour la production d’huiles. Encore, un projet de création des cartes pétrolières sera lancé, à partir de deuxième semestre de l’année prochaine, ayant pour but de promouvoir les services offerts aux clients.

Les orientations sont stratégiques, a souligné Mlawah, indiquant que le but est de promouvoir l’activité d’Agil dans les marchés internationaux, africains en particulier, tout en préservant le positionnement de la société sur le plan national. Rappelons que la part de marché de la société est estimée à 41,3%, affichant une légère évolution par rapport à 2012.

Au demeurant, Agil continue d’enregistrer une progression par rapport aux années précédentes. D’après les dernières données de la SNDP, le chiffre d’affaires de la société a atteint 62MD contre 49.4MD, en 2012, et devrait croître, en 2014, pour s’établir à 70MD. Les résultats nets sont passés d’environ 18MD à environ 20MD. Les estimations pour 2014 restent encourageantes pour atteindre environ 25MD.

Wiem Thebti

par -
0
L’essence

L’essence, c’est le nerf de la guerre. Selon le directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP (Agil), Lahbib Mlawah, l’essence introduite en fraude en Tunisie à travers les frontières tuniso-algériennes continue à nuire et à porter préjudice au secteur, considéré étant bien organisé. Pis, la vente d’essence de contrebande crée un vide, étant donné que sa recrudescence a engendré une pénurie estimée à 15% au niveau de l’ensemble de 800 stations stations-services, plus précisément le réseau appartenant à la SNDP qui en compte actuellement plus de 210 .

Ce phénomène complexe dont l’impact sur l’économie tunisienne est tangible, en bien comme en mal. Partant de ce constat, la résolution de ce problème nécessite la multiplication des efforts pour y faire face. « La réalité du marché nous appelle à trouver les nouvelles mesures pour enrayer le trafic », a affirmé Lahbib Mlawah, à Africanmanager.

Une grande responsabilité incombe, donc, aux acteurs intervenants, sachant que l’on assiste aujourd’hui à une intensification du trafic des carburants.

Outre la contrebande de l’essence, la SNDP se dit préoccupée par la mise à la retraire d’office de plusieurs cadres et responsables, ces derniers temps, un phénomène qui devrait se poursuivre, au cours des années à venir. Et ceci commande de mieux faire face pour assurer la continuité de l’ensemble des services.

Lahbib Mlawah a, d’autre part, mis l’accent sur un autre défi, celui de l’exacerbation de la concurrence avec les sociétés internationales opérant dans le secteur, et qui bénéficient actuellement d’un surcroît de souplesse au niveau de la gestion et du soutien des sociétés mères notamment dans le domaine technologique.

Quelle stratégie pour 2014 ?

En dépit de ces lacunes, la SNDP, selon Mlawah, n’a pas baissé les bras tout en s’appuyant sur une nouvelle stratégie visant à élargir le parc des dépôts de stockage de carburant, créer une société régionale pour la gestion directe dans les grandes stations-services existantes au niveau des autoroutes. A cela s’ajoute la création d’une société régionale pour la production d’huiles. Encore, un projet de création des cartes pétrolières sera lancé, à partir de deuxième semestre de l’année prochaine, ayant pour but de promouvoir les services offerts aux clients.

Les orientations sont stratégiques, a souligné Mlawah, indiquant que le but est de promouvoir l’activité d’Agil dans les marchés internationaux, africains en particulier, tout en préservant le positionnement de la société sur le plan national. Rappelons que la part de marché de la société est estimée à 41,3%, affichant une légère évolution par rapport à 2012.

Au demeurant, Agil continue d’enregistrer une progression par rapport aux années précédentes. D’après les dernières données de la SNDP, le chiffre d’affaires de la société a atteint 62MD contre 49.4MD, en 2012, et devrait croître, en 2014, pour s’établir à 70MD. Les résultats nets sont passés d’environ 18MD à environ 20MD. Les estimations pour 2014 restent encourageantes pour atteindre environ 25MD.

Wiem Thebti

par -
0
D’après les dernières fournies par la SNDP

D’après les dernières données fournies à Africanmanager   par la SNDP, le capital de ladite société a atteint 62MD contre 49.4MD en 2012 et qui devrait progresser en 2014 pour s’établir à 70MD.

Les résultats nets se sont passés d’environ 18MD à environ 20MD. Les estimations pour 2014 restent encourageantes pour atteindre environ 25MD.

Utile de noter que la part du marché d’AGIL qui fait face à une vive concurrence de la part des 4 autres compagnies (Total Tunisie, Shell, Oil Libya et Star Oil) est estimée à 41,3% en 2013, affichant une légère évolution par rapport à 2012.

par -
0
La Société Nationale de Distribution des Pétroles(SNDP) AGIL a mis en place une nouvelle station à la délégation de Hizoua (gouvernorat de Tozeur)

La Société Nationale de Distribution des Pétroles(SNDP) AGIL a mis en place une nouvelle station à la délégation de Hizoua (gouvernorat de Tozeur) , nous a confié Lahbib Mlawah , directeur central de l’exploitation et de la commercialisation des produits pétroliers à la SNDP, actuellement en visite à ladite délégation.

Entrée en activité depuis un mois, cette nouvelle station ,d’un cout estimé à 900 milles dinars , génère entre 8 et 12 postes d’emplois.

Avec l’entrée en service de cette nouvelle station le réseau appartenant à la SNDP, s’élève à 210 stations-services sur un nombre total de 800 stations appartenant aux différents intervenants .

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
L’African Innovation Fondation (AIF), organisatrice du Prix de l'Innovation pour l'Afrique (PIA), est heureuse d’annoncer le lancement de l’appel à candidatures qui marque l’ouverture...