Tags Posts tagged with "AgustaWestland"

AgustaWestland

par -
0

Dans une autre révélation sensationnelle dans le scandale d’escroquerie AgustaWestland, il  a été annoncé qu’une société tunisienne ayant un seul employé a été utilisée pour l’acheminement de pots-de-vin d’un montant de 510.000 euros par mois.

Selon le journal Times of India, l’information a été révélée dans l’acte d’accusation présenté à un tribunal de Milan en Italie le 4 avril dernier. Le montant a été versé à des membres  du gouvernement indien, à des hommes politiques et à des intermédiaires dans l’affaire, ajoute-t-il.

L’argent a été acheminé à travers une société basée à Mohali en Inde. La société italienne AgustaWestland avait signé un contrat avec IDS Tunisie, qui est une filiale d’IDS Infotech, pour la fourniture de logiciels.

La Direction de l’application de la loi de l’Inde enquête déjà sur le rôle d’’IDS Tunisie dans l’escroquerie. Fait intéressant, cette filiale avait un seul employé et a été créée dans la seule intention d’acheminer l’argent. L’acte d’accusation en question indique que les termes du contrat sont particuliers dans le genre.

L’un des termes de ce contrat stipule un versement mensuel de 510.000 euros  quelles que soient les facturations de logiciels en 2008, portant entre autres sur la conception du fuselage des hélicoptères, objet du marché.

Selon les informations rapportées par le Times of India, c’est un Tunisien qui a été nommé directeur d’IDS Tunisie. Les enquêteurs italiens ont fait remarquer qu’il n’y a pas d’autre employé hormis un Italien qui y travaillait comme secrétaire du directeur de la société.

Ce dernier a déclaré aux  enquêteurs qu’il n’a rien à voir avec le directeur-propriétaire d’IDS Infotech ni avec l’avocat de ce dernier  « , sauf à approuver sans discussion et à envoyer les rapports de livraison avec en-tête d’IDS à AgustaWestland ».

D’après le Times of India, les documents saisis chez le directeur de la société ont  montré que ce dernier avait effectué des paiements au profit des différentes parties concernées.

par -
0

Le chef du Bureau d’investigation de l’Inde (CBI) a annoncé qu’il avait demandé au ministère indien des Affaires étrangères d’accélérer les procédures de lancement des commissions rogatoires dans l’affaire des pots de vin du marché d’hélicoptères AgustaWestland.

Selon des sources à CBI, le bureau d’investigation a reçu à ce jour des réponses complètes de la part de la justice italienne, mais des réponses partielles de la part de la justice tunisienne et de celles des Iles Vierges et de la Grande-Bretagne.

Les enquêteurs de CBI ont interrogé mercredi l’avocat basé à New-Delhi, Gautam Khaitan, l’un des accusés dans l’affaire de blanchiment d’argent, arrêté en 2014. Il a reconnu avoir obtenu de l’argent et participé à la création de la société « IDS Tunisia », une filiale d’IDS India.

« Ila été établi que beaucoup d’argent provenait de la société basée en Tunisie », a révélé CBI, ajoutant que l’argent passait ensuite par l’île Maurice  et d’autres pays avant d’atterrir en Inde.

par -
0

La Direction de l’application de loi (ED) de l’Inde devrait émettre des requêtes de suivi des précédentes commissions rogatoires lancées à au moins dix pays dans le cadre de son enquête sur le scandale de blanchiment d’argent dans l’affaire du marché d’hélicoptères  AgustaWestland, selon l’agence de presse indienne PTI.

Elle  a déclaré que sept commissions rogatoires ont été déjà adressées, et trois autres sont en train de l’être sont envoyés.

L’agence a obtenu de la justice un total de dix commissions rogatoires  destinées à des pays comme la Tunisie, l’Italie, le Royaume-Uni, la Suisse, les Émirats arabes unis (EAU), Maurice, Israël, la Finlande, Singapour et le Danemark afin d’obtenir des détails sur  les transactions financières qui ont eu lieu sur leurs territoires par le fait des  entreprises et personnes mentionnées dans l’acte d’accusation présenté à la justice  l’année dernière.

Un tribunal italien siégeant à Milan a récemment condamné l’ancien président de l’entreprise aérospatiale et de défense italienne «  Finmeccanicas »,  Giuseppe Orsi et l’ancien PDG de l’entreprise,  Bruno Spagnolini, sur la base  d’accusations de corruption dans la vente d’une douzaine d’hélicoptères AgustaWestland à l’Inde.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT