Tags Posts tagged with "aid"

aid

par -
0

L’examen des résultats provisoires de l’exécution du budget de l’Etat, à fin mai 2016, fait apparaître une aggravation du déficit budgétaire au cours des cinq premiers mois de l’année 2016, par rapport à la même période de l’année précédente (1.823 MDT contre 126 MDT). Dans une récente note, la BCT (Banque Centrale de Tunisie) explique cela par «l’accélération des dépenses hors principal de la dette à un rythme plus élevé que celui des recettes propres». En effet, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 19,9% durant les cinq premiers mois de 2016, alors qu’elles enregistraient une baisse de 1% au cours de la même période de l’année précédente. Un rebond donc de plus de 20 points de base que la BCT explique par «l’accélération des dépenses de rémunération (+18,3% contre +8,6%) et des interventions et transferts (+35,5% contre -29,6%)». En face, les dépenses de subvention se sont établies à un niveau comparable à celui de 2015 et ont concerné exclusivement les produits de base et le transport, fait remarquer la note de la BCT. Rappelons à ce stade le chiffre de 56 milliards de dette donné par le chef du gouvernement tunisien aux députés qui a plus que doublé en 6 ans.

Note positive quand même, cette «nette reprise des dépenses en capital (titre II) est due, principalement, à l’accélération de l’exécution des projets d’investissement » et aux ressources propres de l’Etat qui ont augmenté de 8,5% durant les cinq premiers mois de 2016. Bémol, elles demeurent en deçà du taux de progression prévu dans la loi des finances, soit 12,4% pour l’ensemble de l’année. Il est important de préciser à cet égard, comme le fait la BCT, que «cette évolution émane d’une hausse considérable et exceptionnelle des recettes non fiscales (cession de la licence 4G), alors que les recettes fiscales n’ont progressé que modérément (1,4% à comparer au taux de 11,4% prévu dans la Loi de Finances de 2016)». Résultat, c’est par un recours intensif au financement intérieur que s’est fait le financement du déficit durant les cinq premiers mois de 2016.

grasd

  • Une dépréciation de 5,5 % du DT … en 6 mois

De son côté, le déficit courant s’est établi à 4.682 MDT ou 5,1% du PIB contre 3.945 MDT ou 4,6% du PIB au cours de la même période de 2015. «Cette évolution reflète, principalement, la faible performance du secteur touristique qui peine à se relever, avec des recettes en régression par rapport à l’an dernier (772,7 MDT seulement à fin juin 2016 contre 1.246,4 MDT au cours de la même période en 2015). Les revenus du travail ont aussi connu un repli durant ladite période (1.672,1 MDT contre 1814,5 MDT)», explique encore la BCT. Enfin, et ce n’est pas la fin, les réserves de change se sont établies à 12.076,2 MDT à fin juin, soit l’équivalent de 110 jours d’importations, contre 14.102 MDT et 128 jours, respectivement, à fin 2015.

Et comme pour répondre à tous ceux qui crient haro sur l’immobilisme de la BCT face à  la détérioration de la valeur du Dinar tunisien, la BCT fait remarquer que «la poursuite de la dégradation de la balance courante et les difficultés rencontrées pour la mobilisation des ressources extérieures nécessaires pour combler le gap de financement, ont amené la Banque centrale à poursuivre une gestion plus flexible du taux de change visant à atténuer la baisse des avoirs en devises et leur maintien à un niveau acceptable. La baisse persistante des recettes en devises a amplifié les pressions sur le taux de change, ce qui a engendré une dépréciation importante du dinar vis-à-vis des principales devises». Et de préciser que «durant le premier semestre 2016, le dinar s’est déprécié en moyenne de 5,5% aussi bien face au dollar que vis-à-vis de l’euro comparativement à son niveau une année auparavant».

  • Amélioration de la capacité d’endettement des ménages tunisiens. A suivre !

grads

La note de la BCT fait aussi remarquer que «la masse monétaire, au sens de M3, a poursuivi sa reprise observée depuis le mois de mars 2016. En glissement annuel, cet agrégat a évolué au taux de 7,9% en juin 2016 contre 6,7% au mois précédent et 5,5% en juin 2015». Et d’expliquer ensuite que «cette évolution serait due, à la fois, au regain de dynamisme des crédits à l’économie et à l’accélération des créances nettes sur l’Etat. L’évolution des crédits a profité aux professionnels, et à un moindre degré, aux particuliers. La plus forte progression des crédits aux professionnels a concerné les crédits à moyen et long termes octroyés au secteur des services et les crédits à court terme au secteur industriel. Quant à la progression des crédits aux particuliers, elle affiche une reprise assez vigoureuse des crédits à la consommation, au premier semestre 2016 reflétant, vraisemblablement, l’amélioration de la capacité d’endettement des ménages suite aux augmentations salariales enregistrées depuis la fin de l’année 2015». La BCT tranquillise cependant, en affirmant que «cette évolution [ndlr : de la capacité d’endettement des ménages] ne serait pas inquiétante si elle permettait de booster la demande adressée au marché domestique», mais de concéder quand même que, «elle mérite un suivi rapproché».

  • Hausse, historique des besoins de liquidité «bouffés » au Ramadan et à l’Aïd

Chez les banques tunisiennes, «les pressions sur la liquidité se sont accentuées en juin (…) en relation avec les retraits importants effectués par les ménages pour faire face aux dépenses du mois de Ramadan, de l’Aïd El Fitr et de la période estivale ». Le volume global de refinancement moyen a d’ailleurs atteint en juin son niveau historique le plus élevé de 6.313 MDT et a frôlé, au début d’août la barre des 8 milliards de dinars, pour revenir actuellement à moins de 7,5 milliards de dinars après le versement des salaires.

Communiqué BCT

 

par -
0

Un représentant de la direction régionale du Commerce a affirmé à Shems Fm que 44 mille moutons ont été mis à la disposition du gouvernorat de Bèja à l’occasion de l’Aïd.

Il a également souligné que les prix de vente ont considérablement baissé en comparaison avec l’année dernière, soulignant qu’une différence variant entre 100 et 150 dinars a été constatée.

par -
0

Les unités de la sûreté de Sousse et de Kairouan ont fait avorter un plan terroriste « qualitatif et dangereux » sous la forme d’attaques simultanées à Sousse, le jour de l’Aïd el-Fitr, rapporte le quotidien Assabah, précisant que 5 suspects ont été arrêtés alors qu’ont été saisis des ordinateurs,  des téléphones mobiles et des documents présentant un danger pour la sécurité nationale.

L’affaire a démarré lorsqu’une femme, résidant  dans la région de Mansoura à Kairouan, a dans un signalement aux services de la sûreté, déclaré avoir remarqué un changement dans le comportement de son fils, un adolescent de 16 ans.

Après l’interpellation du suspect, les policiers ont découvert dans le domicile parental un ordinateur contenant des conversations secrètes qualifiées de « dangereuses » entre l’adolescent et un individu domicilié à Sousse qui l’avait radicalisé et informé du plan terroriste  en lui demandant de lui fournir des quantités de  nitrate d’ammonium servant à la fabrication d’explosifs.

L’enquête a vite abouti à l’identification et l’arrestation de cet individu, un trentenaire, employé comme agent de sécurité dans une entreprise italienne implantée dans la zone industrielle de Sidi Abdelhamid de Sousse, qui était en contacts avec l’aile média de Daech en Syrie, et qui était chargé de l’enrôlement d’éléments  pour l’exécution du plan terroriste.

Trois autres suspects ont été   arrêtés sur lesquels pèsent des soupçons d’appartenance à la cellule terroriste de Daech, portant à cinq  le nombre des éléments placés en détention chez lesquels ont été saisis des ordinateurs et des documents relatifs au mode de fabrication d’engins explosifs et de bombes ainsi qu’aux étapes du plan terroriste consistant en des attaques simultanées programmées pour le jour de l’Aïd visant la plage de Boujaaafar à Sousse, et en attentats suicide contre des touristes.

Les investigations ont permis d’identifier d’autres complices en fuite. Le dossier a été transmis à l’unité nationale antiterroriste d’El Gorjani pour la poursuite de l’enquête.

par -
0

L’armée syrienne a décrété mercredi un cessez-le-feu de 72 heures sur l’ensemble du territoire du pays en guerre, une annonce qui coïncide avec l’Aïd el-Fitr.

« Un « régime de silence » est appliqué sur l’ensemble du territoire de la République arabe syrienne pour une durée de 72 heures à partir de 01H00 le 6 juillet (22H00 GMT mardi) et jusqu’à 00H00 (minuit) » dans la nuit du 8 au 9 juillet, a indiqué le communiqué de l’armée repris par les médias officiels.

Le texte ne précise pas si ce cessez-le-feu exclut ou non les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et du Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda.

Le 27 février, une cessation des hostilités négociée par les Etats-Unis et la Russie était entrée en vigueur en Syrie sauf dans les régions contrôlées par les jihadistes. Mais cette trêve a fini par voler en éclats après des violations répétées des belligérants.

Toutes les tentatives de faire respecter durablement les trêves entre rebelles et régime ont échoué par la suite, de même que les efforts d’un règlement politique du conflit qui a fait plus de 280.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

De nombreuses trêves temporaires à Alep, ville divisée du nord du pays, ont été régulièrement annoncées ces derniers mois, avant que le front ne s’embrase à nouveau. Les habitants sont victimes d’un côté des frappes du régime et, de l’autre, des tirs de roquettes des insurgés sur les quartiers gouvernementaux.

par -
0

Pour le premier jour de l’Aïd el-Fitr, il est prévu quelques nuages sur la plupart des régions  progressivement abondants l’après-midi sur le centre ouest avec pluies et orages isolés.

Vent de secteur Nord sur le nord et le centre et de secteur Est sur le sud, assez fort de 30 à 50 Km/h près des côtes et sur le sud avec phénomènes locaux de sable et faible à modéré de 15 à 25 km/h ailleurs et dépassant temporairement 60 km/h sous orages.

Mer peu agitée à agitée. Températures maximales comprises entre 31 et 36°C sur le nord, les régions côtières et les hauteurs et entre 38 et 44°C ailleurs et atteignant 46°C sur le sud avec coups de sirocco.

Pour jeudi, le temps sera  généralement peu nuageux. Vent de secteur Nord sur le nord et le centre et de secteur Est sur le sud, assez fort de 30 à 40 km/h près des côtes Nord et sur le sud avec phénomènes locaux de sable et faible à modéré de 15 à 30 Km/h ailleurs. Mer agitée sur le nord et peu agitée ailleurs.

Températures maximales comprises entre 31 et 36°C sur les régions côtières, entre 37 et 42°C sur le reste du pays avec coups locaux de sirocco

par -
0

Un grand nombre d’acheteurs qui ont afflué vers les commerces de la Capitale, quelques jours avant l’avènement de l’Aid El Fitr, se sont indignés face à la hausse des prix du prêt-à-porter et de la mauvaise qualité proposée, alors que les commerçants imputent cette situation à la hausse du coût de production.
Des consommateurs que l’agence TAP a rencontrés devant les locaux commerciaux situés dans les différentes rues et avenues de la ville de Tunis, telles que « Charles De Gaulle » et « Jamel Abdenassser » se sont plaints de l’augmentation sans précédent des prix du prêt-à-porter, notamment pour les familles nécessiteuses et à moyen revenu.
Le prix d’un article pour enfant varie entre 90 et 120 dinars aussi bien pour les garçons que pour les filles, alors que le prix des chaussures oscille entre 25 et 70 dinars, selon la plupart des acheteurs.
Ils estiment que ces prix « sont exhorbitants » en comparaison avec le pouvoir d’achat en détérioration continue de la famille tunisienne, s’agissant surtout des familles pauvres ayant deux enfants ou plus, d’autant que le prix d’achat du vêtement de l’Aid s’élève au minimum à 100 dinars, ce qui est de nature à alourdir les charges de ces familles qui vivent déjà la pression des dépenses du mois de Ramadan.
Le taux de hausse des prix de ces vêtements par rapport aux années précédentes s’établit à plus de 30% , ont-ils constaté, considérant que cela est inadéquat avec la mauvaise qualité des vêtements exposés sur les devantures des locaux commerciaux dont les propriértaires veulent profiter de cette occasion pour faire de gros bénéfices de manière éhontée, l’objectif étant de palier la stagnation qu’ils ont vécue le restant de l’année.
Les réclamations des acheteurs n’émanent pas uniquement des catégories pauvres et à moyen revenu mais également de celles aisées qui se sont rendus vers les magasins de marques internationales, telles que ‘Benetton » et « Zara » et ont manifesté leur indignation face à la hausse vertigineuse des prix des vêtements de l’Aid, cette année, en comparaison avec les mêmes marques dans certains pays étrangers et les années précédentes.
Les acheteurs voient que l’envolée des prix des vêtements de la fête de l’Aïd est due principalement à la quête des commerçants d’un meilleur profit, sans tenir compte des conditions difficiles dans lesquelles vit le citoyen tunisien actuellement. D’après eux, les habits exposés à la vente ne reflètent aucun innovation ou créativité au niveau de la conception et du désign, outre la mauvaise qualité du tissu, constatée surtout après un premier lavage de l’habit, contrairement aux articles importés exposés dans certains locaux commerciaux, et mêmes ceux de la « fripe ».
Les consommateurs ont considéré que le faible rôle du contrôle économique dans ce domaine, accentué par le fait que les soldes ne coïncident pas avec les jours qui précèdent l’Aïd, ce qui aurait contribué à une baisse des prix, sont autant de facteurs qui participent à la flambée des prix des habillements de l’Aïd. Le citoyen est aussi impliqué dans la hausse des prix puisqu’il ne peut réfréner ses envies.
 Les commerçants évoquent le coût et les officiels prévoient une acalmie
Selon plusieurs commerçants, l’augmentation des prix des vêtements exposés dans leurs vitrines est due à la hausse des prix de ces vêtements achetés auprès des usines.
Et d’ajouter que les propriétaires des usines importent, pour leur part, plus de 40% des matières premières des pays étrangers, d’où une hausse des coûts notamment suite au glissement du dinar face au dollar et à l’euro.
Le directeur général de l’institut national de la consommation (INC) Tarek Ben Jazia a affirmé que les prix des vêtements de l’Aïd pour filles et garçons ont enregistré, cette année, une hausse située entre 10 et 15% par rapport à la saison précédente. .
Pour sa part, le directeur général de la concurrence et des recherches économiques, Mohamed Ifaa a souligné que les prix des vêtements et chaussures ne sont pas encadrés, ajoutant que les commerçants ont affiché des soldes atteignant plus de 30% pour maitriser les prix et tenir compte du pouvoir d’achat du itoyen.
Il a fait savoir que la saison des soldes de l’été débutera, le 15 juillet 2016, coïncidant ainsi avec le festival du shopping de Tunisie, ce qui constituera une bouffée d’oxygène pour le consommateur tunisien accablé par les différentes dépenses.

par -
0
Dans une note publiée concernant la vision du croissant lunaire à la fin

Dans une note publiée concernant la vision du croissant lunaire à la fin du mois de Ramadhan, l’Institut National de Météorologie (INM) annonce qu’il ne sera pas possible d’apercevoir le croissant lunaire le dimanche correspondant au 27 juillet 2014.

En effet, selon une carte publiée par l’institut, le croissant lunaire annonçant la fin du mois de Ramadhan et le début du mois de Chaouel ne sera pas visible le dimanche que dans la moitié sud de l’Afrique et en Amérique du Sud.

En Tunisie, le croissant lunaire ne sera visible qu’à partir du lundi correspondant au 28 juillet 2014.

par -
0
La Présidence du Gouvernement annonce dans un communiqué

La Présidence du Gouvernement annonce dans un communiqué, publié ce mardi 22 juillet 2014, que les employés du secteur public bénéficieront de trois jours fériés à l’occasion de l’Aïd Al Fitr.

Ces trois jours dépendront de la date de l’Aïd. Au cas où l’Aïd sera le lundi 28 juillet 2014, deux jours seront donnés aux employés les lundi 28 et mardi 29 juillet, en plus du dimanche 27, et si l’Aïd correspond au mardi 29 juillet, les jours fériés seront du lundi 28 au mercredi 30 juillet, en plus évidemment du dimanche.

par -
0
La journée du mardi 15 octobre 2013

La journée du mardi 15 octobre 2013, jour de l’Aid el Idha sera marqué par des passages nuageux sur la plupart des régions. Le vent soufflera du secteur Nord sur le nord et le centre et de secteur Sud sur le sud faible à modéré.

La mer sera peu agitée et les températures stationnaires.

par -
0
Dans une déclaration accordée au site Al Sabeh News

Dans une déclaration accordée au site Al Sabeh News, Hamda Saïd, Mufti de la République tunisienne a assuré que le mardi 15 octobre 2013, sera le jour de la fête de l’Aid El Kebir, le dimanche étant le premier jour du mois de Dhu al-Hijjah.

L’Arabie Saoudite a déjà annoncé que dimanche 6 octobre correspond au premier jour de Dhul Hija, et le premier jour de l’aïd sera donc le 15 octobre.

Pour le Projet islamique d’observation du croissant d’Abou Dhabi (ICOP) l’aïd el-kebir ( aïd al-adha) est prévu pour le 15 octobre.

Dans un communiqué, l’organisme précise que  » l’observation du croissant lunaire devrait être possible dans la plupart des régions du monde à l’œil nu ,le dimanche 6 octobre, il est donc prévisible que ce jour soit le premier de Dhul Hija 1434, par conséquent le 10 ème jour de Dhul Hija 1434 devrait être le mardi 15 Octobre 2013, soit le premier jour de l’Aïd Al Adha « .

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT