Tags Posts tagged with "Ajmi Lourimi"

Ajmi Lourimi

par -
0

« Le diagnostic établi par le président de la République, Beji Caied Essebssi, en proposant la création d’un gouvernement d’unité nationale prouve la délicatesse de la situation actuelle et l’aggravation de la crise que secoue la Tunisie ». C’est ce qu’a déclaré le membre du bureau exécutif d’Ennahdha, Ajmi Lourimi.

Dans une interview accordée ce lundi 13 juin 2016 à Africanmanager, le nahdhaoui a mis l’accent sur ce genre d’initiative, qui viendrait à un moment opportun.  » On était l’un des premiers partis politiques ayant appelé à la formation d’un gouvernement d’unité nationale avec une coalition plus élargie », a dit Lourimi, faisant savoir que cette initiative vise à améliorer les indicateurs économiques du pays.

La position d’Ennahda vient à un moment où le chef du gouvernement, Habib Essid, a affirmé qu’il ne pense pas à la démission et qu’il y a d’autres scénarios constitutionnels pour le départ de l’équipe actuelle. Comme explication, Essid a précisé lors d’une rencontre avec la chaine  » Al Arabia » que la phase actuelle exige le maintien de son gouvernement.

par -
0

L’organisation du 10ème congrès d’Ennahdha a coûté au mouvement près de 9 millions de dinars alloués principalement à la logistique et à l’hébergement des invités d’honneur de ces assises, de Tunisie et de l’étranger dont le nombre a avoisiné les mille personnes, rapporte Achourouk dans son édition de ce mardi 24 mai 2016.

Le dirigeant à Ennahdha, Ajmi Lourimi a assuré par ailleurs dans une déclaration médiatique récente que chaque membre du mouvement Ennahdha a fait don de 50 dinars et s’es acquitté des frais de  tous ses abonnements pour financer ce congrès.

par -
0

Le dirigeant au mouvement Ennahdha, Ajmi Lourimi a démenti dimanche toute intention du parti de séparer la politique et la prédication dans le dessein de mobiliser l’électorat en prévision des prochaines élections municipales et présidentielle.
« La séparation de la politique et de la prédication n’est pas un choix tactique, mais plutôt un choix stratégique dicté par la réalité de la société tunisienne », a-t-il assuré à l’agence TAP en marge du 10e congrès du Mouvement Ennahdha qui se tient depuis vendredi à Hammamet.

Tout en réaffirmant la propension du Mouvement Ennahdha à devenir un « parti moderniste spécialisé », Lourimi a fait état de la crainte des militants du mouvement de voir Ennahdha devenir un parti laïc dépourvu de toute particularité et de tout référentiel religieux.

Le Mouvement, a-t-il expliqué, va améliorer progressivement son discours et son champ lexical pour éviter tout amalgame entre politique et religieux.

Ouvert vendredi dernier, le 10e congrès du Mouvement doit examiner au cours de son dernier jour une motion portant amendement du règlement intérieur du parti, avant de passer à l’élection du président du parti et des deux tiers des membres du Conseil de la Choura.

par -
0
La page officielle d’Ennahdha a publié des déclarations de Ajmi Lourimi

« Nous ne commentons pas les déclarations du président de la République. Le mouvement Ennahdha n’a pas l’habitude de le faire. Il est président de tous les Tunisiens et bénéficie de notre soutien », a déclaré, vendredi, le dirigeant du parti Ennahdha Ajmi Lourimi.
Ajmi Lourimi réagissait ainsi à la déclaration médiatique du président Béji Caid Essebsi jeudi à Manama au Bahrein qui avait justifié « la détérioration de la situation sécuritaire et économique en Tunisie » comme « l’une des conséquences de l’expérience de l’islam politique au pouvoir qui était laxiste avec les terroristes et avec les groupes extrémistes ». La déclaration de Béji Caid Essebsi a été peut être « mal interprétée », a-t-il estimé, affirmant que son parti poursuivra son soutien au président de la République.
« Ce qui nous unit est beaucoup plus important de ce qui nous sépare », a-t-il dit.
Ennahdha est membre du gouvernement de coalition aux côtés de Nidaa Tounes qui a perdu la majorité à l’Assemblée des représentants du peuple suite à la vague de démissions parmi ses députés.
Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha a affirmé à plusieurs reprises le soutien total de son parti à la politique du gouvernement et au président de la République.

TAP

par -
0
Ajmi Lourimi chargé de la communication au sein du Mouvement Ennahdha

Ajmi Lourimi chargé de la communication au sein du Mouvement Ennahdha, a déclaré à Mosaïque FM, que les démissions de certains députés du groupe parlementaire d’Ennahdha à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) sont dues aux consensus trouvés sur certains articles de la constitution et qui poseraient problème à ces derniers. Les 4 députés sont Farah Nsibi, Khalid Belhaj, Kaouthar Ladgham et Ahmed Smîi .

Il a par ailleurs ajouté que le groupe parlementaire d’Ennahdha reste un groupe soudé et que le nombre de députés qui le rejoindra sera plus grand que celui des députés qui s’en retirent.

Pour sa part , Zied Laâhdhari ,député et porte-parole d’Ennahdha , a démenti , en un premier temps , l’information se rapportant à la démission des 4 députés ,sur la chaîne Al Wataniya 1.

par -
0
Le mouvement rejette catégoriquement la proposition de Béji Caid Essebsi prônant la création d’un Haut Conseil d’Etat et réaffirme

Le mouvement rejette catégoriquement la proposition de Béji Caid Essebsi prônant la création d’un Haut Conseil d’Etat et réaffirme son attachement à un consensus sur le nouveau chef du gouvernement, a affirmé Ajmi Lourimi, chargé de l’information et de la communication du parti islamiste , dans une déclaration à Babnet.

Il a évoqué des indices de détente dans la crise politique en Tunisie, au cours de cette semaine.

par -
0
Réagissant à la demande principale de l’opposition concernant la dissolution du gouvernement

Réagissant à la demande principale de l’opposition concernant la dissolution du gouvernement, Ajmi Lourimi d’Ennahdha, a indiqué, au cours d’une conférence de presse, que le transfert du pouvoir d’un parti élu à un autre non élu est un acte non démocratique. « Pour mettre à l’avant l’intérêt du pays, la dissolution du gouvernement actuel est possible, une fois l’ANC aura terminé ses missions », a-t-il expliqué.

par -
0
« Des concessions ont été faites par le parti islamiste et qui sont vraiment des pas en direction des autres partenaires politiques »

« Des concessions ont été faites par le parti islamiste et qui sont vraiment des pas en direction des autres partenaires politiques », a déclaré Ajmi Lourimi au cours d’une conférence de presse tenue, ce lundi 23 septembre, par le mouvement Ennahdha, mettant l’accent sur le rôle important du dialogue national qui devrait, selon lui, démarrer le plus tôt possible.

Sur un autre plan, Lourimi a indiqué que son mouvement n’accepte plus l’exclusion et la dominance d’un parti sur un autre. C’est une plateforme adéquate pour l’opération politique et la réussite du processus de transition.

par -
0
Sur sa page fb

Sur sa page fb, le Nahdhaoui Ajmi Lourimi, appelle le président provisoire Moncef Marzouki à la convocation d’un débat national. «Qu’attend le président de la république, pour inviter toutes les parties à une nouvelle phase du débat national », se demandait-il alors que les parrains de ce même débat, syndicats ouvrier et patronal, conduisaient encore les négociations pour un tel débat qu’ils devraient parrainer eux-mêmes. Lourimi appellerait-il Marzouki au secours, pour torpiller les deux syndicats et allonger encore la crise ?

par -
0
Ajmi Lourimi

Ajmi Lourimi, lerdear d’Ennahdha a affirmé, sur sa page officiellesur Facebook, son soutien au journaliste sofiène Ben Farhat, congédié par Shems Fm.

Pour rappel, Sofiène Ben Farhat a annoncé hier via sa page facebook qu’il a décidé d’entamer une grève de la faim.

par -
0
 Le dirigeant nahdhaoui Ajmi Lourimi a nié dans une déclaration à Mosaïque FM qu’Ennahdha et le gouvernement  aient négligé la fête de l’indépendance

Le dirigeant nahdhaoui Ajmi Lourimi a nié dans une déclaration à Mosaïque FM qu’Ennahdha et le gouvernement aient négligé la fête de l’indépendance, contrairement aux informations relayées à ce propos.

Ajmi Lourimi a justifié l’absence des festivités populaires par la volonté du gouvernement de se serrer la ceinture afin de minimiser les dépenses publiques.

Cette décision a été prise pour éviter toute tension qui pourrait avoir lieu lors des festivités et porter par conséquent atteinte à l’unité nationale, a-t-il expliqué.

Il a précisé par ailleurs que la célébration de cette fête doit se faire désormais autrement et qu’il est impératif de rendre hommage à toutes les classes sociales ayant lutté contre le colonialisme et l’autoritarisme et qu’elles ne restent pas réservées à certaines personnalités.

Ajmi Lourimi a affirmé dans ce sens que les festivités officielles qui ont eu lieu au palais de Carthage se sont bien déroulées et qu’elles étaient à la hauteur de cet anniversaire.

par -
0
La Tunisie de l’après Révolution aurait ressemblé à la Somalie

La Tunisie de l’après Révolution aurait ressemblé à la Somalie, n’eût été le mouvement Ennahdha, écrit le dirigeant nahdhaoui, Ajmi Lourimi, dans sa page facebook. Il a évoqué l’impossibilité d’une vie sûre et paisible, si Ennahdha n’était pas au pouvoir, ajoutant que le mouvement qui est le sien, Ennahdha, et la seule partie qui se soit chargée de protéger toutes les institutions en Tunisie.

De telles conjectures ont suscité une vague d’étonnement et même d’indignation sur les réseaux sociaux. D’aucuns ont compris les analyses de Lourimi comme autant de menaces si Ennnahdha ne remportait pas les prochaines élections.

par -
0
Le quotidien en langue arabe Al Maghrib rapporte ce vendredi

Le quotidien en langue arabe Al Maghrib rapporte, ce vendredi, que Ajmi Lourimi, membre du bureau politique du parti tunisien au pouvoir Ennahdha a déclaré que son parti est contre l’adoption de la Charia comme source principale des lois, dans la prochaine Constitution tunisienne. L’annonce, qui pourrait par ailleurs être du domaine du double langage cher au parti au pouvoir en Tunisie, a été faite dans le cadre du séminaire international sur le thème de «regards croisés sur la Constitution qui se prépare». Lourimi n’ cependant pas laissé passer l’occasion, sans insister sur «le respect des préceptes de l’Islam » dans la nouvelle Constitution. Allez comprendre quelque  chose !

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCI Tunis), Mounir Mouakhar, a souligné la nécessité de créer un électrochoc pour...

AFRIQUE

SPORT