Tags Posts tagged with "Alep"

Alep

par -
0
Selon des sources syriennes

Des avions ont bombardé les deux plus grands établissements hospitaliers de la partie de la ville syrienne d’Alep occupée par les rebelles. Les faits se sont passés ce mercredi 28 septembre à l’aube, a confié à l’AFP l’ONG qui finance ces établissements. Elle a ajouté que le fonctionnement des hôpitaux a été affecté.

« L’attaque est survenue à 04H00 du matin. Un avion militaire les a visés directement », a précisé Adham Sahloul, de l’ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS), domiciliée aux Etats-Unis.

Dans l’un des deux hôpitaux, un générateur a été complètement pulvérisé. Trois employés ont été touchés dans le second, dont le chauffeur d’une ambulance, une infirmière et un comptable, selon M. Sahloul.
« Il ne reste plus (à Alep-Est) que six hôpitaux encore en activité, maintenant que ces deux établissements sont hors service », a-t-il ajouté.

A signaler que les deux hôpitaux disposent d’urgences et d’unités de traitement des traumatismes et avaient été touchés dans le passé par des frappes aériennes, d’après M. Sahloul.

Pour le moment on ne sait pas précisément si c’est le régime ou son allié russe qui a mené l’attaque, ce qu’on sait c’est que l’armée est déterminée à reconquérir Alep, à tout prix, et depuis la fin de la trêve d’une semaine, c’est une pluie de bombes qui s’abat quotidiennement sur cette ville…

par -
0

Lors de la réunion d’urgence sur la Syrie au Conseil de sécurité de l’ONU hier dimanche 25 septembre, l’ambassadrice américaine, Samantha Power, a mis de côté la langue de bois et le langage feutré coutumiers chez les diplomates pour s’en prendre violemment à Moscou, accusé de torpiller toute chance d’un règlement pacifique du conflit. « Ce que la Russie soutient et fait (à Alep), ce n’est pas de la lutte antiterroriste, c’est de la barbarie », a-t-elle balancé, avant d’ajouter : Moscou « abuse du privilège historique » d’être membre permanent du Conseil avec droit de veto. « L’histoire ne sera pas tendre avec les pays du Conseil qui restent silencieux face à ce carnage », a-t-elle conclu. Avant elle la France avait taclé la Russie dont les avions et ceux du régime syrien larguent abondamment des bombes sur Alep depuis la fin de la trêve d’une semaine.

A signaler que la réunion a été suggérée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, qui tentent de stopper les attaques massives du régime et de la Russie depuis vendredi pour déloger les insurgés qui occupent les quartiers d’Alep. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, demande aux grandes puissances de s’activer davantage pour « mettre fin au cauchemar » en Syrie, pointant du doigt « de nouveaux niveaux de barbarie ».
Même son de cloche chez l’ambassadeur britannique, Matthew Rycroft, qui a brandi la menace d’une plainte auprès de la Cour pénale internationale, qui a toutes les chances de rester au stade de voeu pieux à cause du véto russe.

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, continue de soutenir que Moscou ne relâchera la pression que quand les Occidentaux cesseront de faire le distinguo entre l’opposition modérée et les groupes extrémistes tels que le Front al-Nosra.
D’après lui, Moscou n’est en rien responsable de l’aggravation des violences sur le terrain. « Des centaines de groupes ont été armés, le pays a été bombardé sans discernement (…). Dans ces conditions, ramener la paix est désormais une tâche presque impossible », a dit Tchourkine.
Il a néanmoins laissé entendre qu’il était encore possible de s’accorder sur une trêve. « C’est l’objectif que nous aimerions avoir, de même que la reprise de négociations », mais à la condition que ce soit un mouvement « collectif » et pas uniquement un impératif pour Moscou, a déclaré l’ambassadeur russe…

Les bombardements sur Alep depuis vendredi ont causé au moins 124 morts, dont 25 hier dimanche, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Ce dernier fait état d’au moins 19 enfants coincés sous les ruines des immeubles pulvérisés par les frappes aériennes.

par -
0
Des insurgés syriens ont fait exploser des bombes dans des tunnels passant sous Alep

Alep, au nord de la Syrie, est toujours sous un déluge de bombes depuis la fin de la trêve éphémère, à peine une semaine. Près de 30 civils ont trouvé la mort hier vendredi 24 septembre suite à un bombardement, a indiqué l’Observatoire syrien pour les droits de l’Homme (OSDH). D’après lui, cette attaque est le fait d’avions russes et syriens, qui auraient délibérément visé plusieurs districts dans la partie orientale de la ville d’Alep, occupée par les rebelles.

L’attaque s’est produite un jour après que le ministère syrien de la Défense a fait savoir qu’une nouvelle offensive sera lancée sur les parties contrôlées par les rebelles dans l’est d’Alep. Dans la foulée, il a invité les civils à s’éloigner des positions tenues par des groupes rebelles. Ce qui fait donc du régime syrien, et de son allié russe, les coupables désignés dans le carnage d’hier.

Une source a confié à l’agence de presse chinoise Xinhua que la cellule du renseignement politique à Alep a appelé les civils dans l’est de la ville à se déplacer vers les zones administrées par le gouvernement. « Vous avez seulement 48 heures, c’est le délai maximum fixé par les responsables », a précisé l’un des messages…

par -
0
Des insurgés syriens ont fait exploser des bombes dans des tunnels passant sous Alep

L’armée syrienne a commencé à se retirer de la route Castello, par où doit être acheminée l’aide humanitaire dans les quartiers est d’Alep dans le cadre de la trêve négociée par Moscou et Washington, rapporte ce vendredi 16 septembre 2016 le site d’information « challenge.fr ».

Autre son de cloche du côté de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui rapporte que les groupes insurgés présents dans la grande ville syrienne ont dit ne pas avoir vu l’armée se retirer de la route Castello et ont dit qu’en attendant, ils ne se retireraient pas de leurs positions près de cette voie stratégique. Un porte-parole du Pentagone a pour sa part dit ne pas disposer de « renseignements ou de faits » indiquant que l’armée syrienne avait commencé à se retirer de la route Castello, a relevé la même source.

par -
0

La coalition de djihadistes et rebelles syriens baptisée Armée de la conquête (Jaich al-Fateh) a annoncé qu’elle lancera une bataille pour reprendre la totalité d’Alep. Cette coalition a également annoncé qu’elle allait doubler le nombre de combattants pour qu’ils puissent participer à cette bataille.

Les terroristes ont également ajouté qu’ils ne cesseraient la lutte que lorsqu’ils brandiraient le drapeau de la conquête sur la citadelle d’Alep, rapporte le site d’information « Sputnik news.com ».

par -
0

L’armée syrienne a pris position à portée de tir de la route du Castello, seule voie d’accès aux quartiers d’Alep tenus par la rébellion, qui est désormais coupée, rapportent toutes les parties.

L’offensive a été menée en dépit de la trêve de trois jours annoncée mercredi pour l’Aïd el Fitr, que l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) qualifie de ruse cynique.

L’encerclement des secteurs d’Alep aux mains des insurgés, qui comptent au moins 250.000 habitants, est l’un des principaux objectifs des forces gouvernementales.

Première ville de Syrie avant la guerre civile avec plus de deux millions d’habitants, elle est depuis des années l’un des principaux enjeux du conflit.

« Actuellement, personne ne peut entrer ni sortir d’Alep », a expliqué à Reuters Zakaria Malahifdji, membre du Fastakim, un groupe rebelle local. Les forces gouvernementales ont, selon lui, reçu des renforts en provenance du Sud et sont appuyées par des combattants iraniens.

« Toutes les organisations ont dépêché des renforts et cherchent à reprendre les positions conquises par le régime, mais la situation est très mauvaise. Le régime a disposé durant la nuit d’une intense couverture aérienne », a ajouté un autre représentant des rebelles.

Selon l’OSDH, les forces gouvernementales sont désormais à un kilomètre seulement de la route du Castello, après leur progression dans le secteur des fermes d’Al Malah.

par -
0
Au moins 31 personnes ont été tuées lundi à Alep

La trêve entre rebelles et régime a été prolongée de trois jours dans la métropole syrienne divisée d’Alep, où des familles rentraient chez elles samedi et les écoles du secteur rebelle rouvraient après deux semaines de fermeture due aux bombardements sanglants.

Une trêve initiée par Moscou et Washington dans la deuxième ville dévastée de Syrie, censée expirer samedi à 01H01 locales a été prolongée de 72 heures, jusqu’à mardi 00H01 (lundi 21H01 GMT), a annoncé Moscou, allié du régime de Bachar al-Assad.

Encouragées par l’arrêt des bombardements qui ont fait près de 300 morts du 22 avril au 5 mai, des familles ont commencé à regagner leurs foyers dans la partie orientale d’Alep, contrôlée par les rebelles, selon un correspondant de l’AFP sur place.

par -
0
Des sources sécuritaires ont indiqué à Express Fm qu’un groupe de jeunes tunisiens qui étaient partis au jihad en Syrie est arrivé

Les Etats-Unis et la Russie ont trouvé un accord portant sur l’extension à Alep du cessez-le-feu en vigueur dans certaines parties de la Syrie, a annoncé mercredi le département d’Etat américain.

Moscou doit redoubler d’efforts pour convaincre le président syrien Bachar al Assad de se conformer à cet accord tandis que Washington fera de même auprès de l’opposition, a ajouté le département d’Etat dans un communiqué.

« Notre objectif reste, est et a toujours été, celui d’une cessation des hostilités portant sur l’ensemble du pays, pas une série de trêves locales », dit encore le message.

par -
0

L’armée de l’air russe et l’armée syrienne se préparent à une offensive commune dans le but de reprendre la ville Alep aux rebelles, a annoncé le Premier ministre syrien selon des propos rapportés dimanche par l’agence russe Tass, alors qu’un responsable de l’opposition jugeait que la trêve était plus que jamais menacée.

Les combats en cours au sud d’Alep constituent toutefois la plus importante remise en cause de la  trêve à ce jour.

Le Premier ministre syrien, Wael al Halaki, a déclaré à une délégation de parlementaires russes que les préparatifs de la « libération » d’Alep, plus plus grande ville de Syrie et capitale économique du pays avant la guerre, étaient en cours. L’agglomération d’Alep est pour l’instant divisée en plusieurs zones contrôlées par le pouvoir ou par l’opposition.

« L’aviation russe va aider l’armée syrienne dans son offensive terrestre », a déclaré Dmitri Sabline, membre de la chambre haute russe, cité par l’agence Ria.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) indiquait samedi que des combattants rebelles, y compris des membres du Front al Nosra lié à Al Qaïda, avaient lancé un assaut au sud-ouest d’Alep.

par -
0

Des milliers de civils étaient bloqués vendredi près de la frontière turque après avoir fui l’offensive du régime soutenu par l’allié russe dans la province d’Alep, un nouveau drame humanitaire en Syrie où le conflit doit faire l’objet de nouvelles consultations à l’ONU.

Sous la couverture des avions de combat russes qui ont mené près d’un millier de raids depuis le début de l’offensive lundi dans cette province du nord, l’armée a repris aux rebelles une nouvelle localité, Rityane, resserrant davantage l’étau autour du chef-lieu éponyme.

Et dans le sud du pays et toujours avec l’appui d’intenses frappes russes, de l’aide du Hezbollah libanais et de miliciens syriens et étrangers, elle s’est emparée d’une nouvelle localité clé, Atmane, dans la province de Deraa, berceau de la révolte qui a éclaté en 2011 avant de se transformer en guerre complexe.

Face aux succès du régime enregistrés après la décision de Moscou de venir en aide à son allié Bachar al-Assad, les rebelles syriens se trouvent dans ce qui pourrait être leur pire moment depuis le début du conflit, la province d’Alep étant l’un de leurs principaux fiefs dans un pays morcelé entre régime, rébellion et groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Si les défaites se poursuivaient, cela pourrait marquer le début de la fin de la rébellion non jihadiste en Syrie, estiment des analystes.

Mais ce sont surtout les civils qui continuent de payer le prix lourd alors que la situation humanitaire en Syrie est catastrophique.

Fuyant l’offensive et les raids, quelque 40.000 habitants de la province d’Alep ont pris la route de l’exode en direction de la frontière turque.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

SPORT