Tags Posts tagged with "algerie"

algerie

par -
0

Selon les données publiées par l’agence APS, l’Algérie parviendra à atteindre une autosuffisance dans le domaine de la sidérurgie à l’horizon 2018 notamment en matière de production de rond à béton

Ce pays qui a relevé le défi de l’autosuffisance en matière de production de ciments, parviendra, au deuxième semestre 2018, à atteindre une autosuffisance dans les matières sidérurgiques avec la mise en exploitation du complexe sidérurgique de « Jijel ».

L’Algérie procédera  aussi,  à l’exploitation des mines de phosphate, dont les projets ont été lancés dans le cadre des partenariats.

A noter que le complexe sidérurgique de Bellara produira, dans une première phase, 2 millions de tonnes d’acier plat et des aciers spéciaux par an et passera à 4 millions de tonnes dans une deuxième phase, a indiqué la même source.

par -
0

Six nouveaux barrages entreront en service en 2017 en Algérie dont le barrage de Mellague dans la wilaya de Tébessa dont la réception est prévue dans les jours à venir, rapporte l’agence APS.

Ces infrastructures viennent ainsi s’ajouter au parc national des barrages qui compte actuellement 75 barrages contre 31 en 1999.Cinq autres barrages seront opérationnels lors du deuxième semestre 2017 outre la réalisation de cinq autres d’ici à 2019 sans pour autant, définir les régions qui en bénéficieront, a indiqué la même source.

par -
0

Selon les données publiées ce mercredi par le ministère du Commerce Algérien et rapportées par TSA, les prix au détail de la majorité des produits alimentaires ont fortement augmenté en décembre dernier par rapport au même mois de 2015.

Les principaux produits d’épicerie se sont envolés : le lait en poudre infantile (+9,8%), la levure sèche (+8,9%), les pâtes alimentaires (+8%), le concentré de tomate (+6,7 %), le café (+6,7%), la farine conditionnée (+6,3%), le thé (+6,1%), le riz (+5,7%), le sucre blanc (+3,5%), les huiles alimentaires (+1%) et la semoule ordinaire (+0,3%), selon la même source. Le lait en poudre adultes a connu une légère baisse de 0,3%.

D’après la même source, pour les légumes frais, à l’exception du prix de l’oignon sec qui a fortement baissé (-37%), ceux des autres produits ont augmenté? tels l’ail importé (+30,2%), la tomate fraîche (+18,5%), la pomme de terre (+2%) et l’ail local sec (+1,2%).

par -
0

Selon les chiffres présentés par la Direction générale des douanes et cités par TSA, les pénalités liées aux infractions de change et douanières se sont établies à plus de 55,5 milliards de dinars pour l’année 2016. Ce chiffre est en baisse par rapport à l’année précédente, lorsque le montant des amendes liées à ces deux infractions s’était établi à 78 milliards de dinars en 2015.
1 090 violations ont été constatées par la DGD en 2016, 362 d’entre elles ont concerné des infractions de change, ayant donné lieu à des pénalités de 41,28 milliards de dinars.
À celles-ci s’ajoutent 725 infractions douanières ayant donné lieu à des pénalités estimées à plus de 14,24 milliards de dinars.
Les infractions douanières sont liées principalement à la fraude commerciale, au détournement des avantages fiscaux, au non-respect des engagements souscrits dans le cadre des régimes douaniers économiques et au dédouanement à l’aide de faux documents, nous apprend TSA.

par -
0

Le géant pétrolier russe Rosneft veut céder sa participation dans un projet pétro-gazier en Algérie, jugé non rentable, a rapporté, El Watan, citant le journal d’affaires russe Kommersant.

Rosneft, premier producteur de pétrole en Russie, paye les frais de la chute spectaculaire des prix du pétrole entamée à la mi-2014, selon le même quotidien. La société semi-publique russe, qui veut éviter des dépenses supplémentaires, a considéré son unique projet pétro-gazier en Algérie non rentable et souhaiterait donc vendre ses actifs.

Toujours selon la même source, le projet en question concerne le bloc 245-Sud, situé dans le bassin d’Illizi, qui comprend trois gisements d’hydrocarbures, découverts entre 2003 et 2006 (Takouazet-Est, Ouest et Tesselit-Nord), a ajouté la même source. Le groupe russe détient 50% des actifs, en partenariat avec son compatriote Stroitransgaz (10%), alors que la compagnie nationale Sonatrach participe à hauteur de 40%.

par -
0

Un réseau d’espionnage au profit d’Israël constitué de ressortissants issus de pays de l’Afrique Subsaharienne a été démantelé par les services de sécurité de la wilaya de Ghardaia, en Algérie , rapporte TSA.

« C’est un réseau composé de ressortissants africains issus principalement du Libéria, Mali, Éthiopie et autres nationalités, qui était en relation avec des personnes établies à l’étranger », indique une source sécuritaire.

Du matériel d’espionnage ainsi que des moyens de communication ultra-sophistiqués ont été saisis lors de cette opération. Les personnes arrêtées ont été mises sous mandat de dépôt, a ajouté TSA.

par -
0

Les raffineurs américains de la côte Est ont importé 156 000 barils par jour de pétrole algérien en octobre 2016, selon Reuters.

En octobre 2016, les raffineurs de la côte Est aux Etats-Unis ont importé 156.000 baris par jour de pétrole algérien, le niveau le plus élevé depuis 2007, d’après Reuters. Les mois de novembre et décembre ont aussi été des mois de forte activité, après près de deux ans d’achats limités. Les exports algériens de brut ont atteint des records en octobre.

Toujours selon Reuters, cette augmentation intervient alors que les raffineurs de la côte Est ont quasiment abandonné le brut domestique en faveur des imports par voie maritime, dont les prix sont devenus plus avantageux.

par -
0

Renault Trucks, filiale du groupe suédois Volvo, a lancé, mercredi 10 janvier, son usine de montage de poids lourds à Blida. La mise en service de cette usine est prévue fin 2017 à Meftah (à l’est de Blida), selon l’agence officielle. Selon le partenaire algérien du projet, Abdenour Souakri, l’unité, qui sera réalisée en deux étapes, produira à son entrée en production « 2 000 camions/an, avant de voir sa capacité portée à 5 000 unités en 2019 », rapporte tsa-algerie.

Le projet, qui s’étendra sur une surface de 24 000m², est le fruit d’une joint-venture conclue entre le groupe industriel algérien BSF Souakri et la firme française Renault Trucks SAS, indique la même source.

Une fois opérationnelle, cette unité de montage de véhicules lourds permettra la création de 500 emplois, dont 200 directs, selon le même responsable, qui a assuré que cette main-d’œuvre sera « à 100 % algérienne » et bénéficiera d’une « formation au diapason des technologies exploitées dans le domaine ».

par -
0

Le terroriste Tunisien Laâroussi Derbali, arrêté récemment par l’armée Algérienne en janvier 2013 a comparu , mercredi 11 janvier 2017, devant la justice d’Algérie.

Selon ce qu’a été publié par Mosaïque Fm, le terroriste tunisien, « Abou Talha », a indiqué que l’attaque contre une installation de Gaz dans le sud de l’Algérie a été planifiée depuis cinq ans par l’Emir de la Katiba Mokhtar Belmokhtar.

Il a ajouté devant le juge d’instruction, que Mokhtar Belmokhtar a proposé l’attaque à la date du 16 janvier 2013.

par -
0

L’économie tunisienne est en crise. Cela est un fait irréfutable. Notes de la BCT (Banque Centrale de Tunisie) et rapports du FMI (Fonds Monétaire International), ne font d’ailleurs que confirmer le mauvais état de l’économie tunisienne, malgré sa résilience. Une crise, surtout par rapport aux attentes des Tunisiens, des attentes qui se sont déchaînées depuis 2011. Depuis, et avec les alertes discontinues des experts quant aux dérapages de cette situation économique entraînée par les dérives sociales des grèves, des sit-in et des arrêts de travails, les Tunisiens sont devenus de plus en plus conscients de cette crise.

L’évolution comparée des principaux indicateurs économiques de la Tunisie avec d’autres pays à économies et conjoncture comparables, auraient pourtant tendance à démontrer que la Tunisie est loin d’être le cancre de la région et qu’il n’y aurait presque pas lieu de s’auto-flageller. La Tunisie s’en sort, peut-être mieux que d’autres pays de la région, arabe et méditerranéenne. Mais il reste vrai que la Tunisie n’agit pas mieux dans la crise et ne la gère pas assez bien, tant les opportunités ratées ont été si nombreuses, au moins pour conforter sa résilience, sinon pour s’en sortir.

En effet, le Benchmark avec des pays voisins, comme l’Algérie ou le Maroc, un pays qui a connu les mêmes bouleversements politiques, économiques et sociaux que la Tunisie, comme l’Egypte même si l’économie est différente, ou encore avec un pays comme la Turquie qui pâtit de la même conjoncture internationale de terrorisme, démontre que la Tunisie est loin d’être le plus mauvais élève de la classe.

En matière d’endettement public, indicateur qui fait sursauter toute la sphère économique et politique, par exemple, la Tunisie fait mieux que le Maroc et la Turquie, malgré leur meilleure santé financière, mieux que l’Algérie, l’Egypte et la Turquie en matière d’inflation, mieux que l’Algérie en matière de déficit courant. Mieux aussi, au regard du peu de ses ressources et des IDE qui y affluent, que tous ces pays. Mieux encore, en matière de dévaluation de sa monnaie, par rapport à l’Egypte pour laquelle le soutien occidental est nettement plus concret et important ou la Turquie membre de l’OTAN qui s’apprête à entrer dans l’Union Européenne.

Voici par ailleurs et dans le même esprit de Benchmark, un résumé des dernières mesures réglementaires et actions et de politique économique, pour ces pays, somme toute, concurrents et qui donne une idée sur la manière de chacun d’entre eux pour gérer la crise :

  • Algérie : réduction de la masse salariale de la fonction publique

La Loi de finances 2017 comprend plusieurs mesures portant sur :

– une exonération des droits de douanes et de la TVA, pour une période de cinq ans, sur les matières premières destinées à certains secteurs comme les IME.

– une hausse de plusieurs taxes, impôts et droits de timbre pour compenser partiellement la chute des recettes fiscales pétrolières budgétisées.

– un rééchelonnement de la dette fiscale des entreprises en difficulté.

– la rationalisation des dépenses des caisses de sécurité sociale et l’amélioration de la collecte des cotisations par l’encouragement des nouvelles affiliations.

– renforcement du contrôle des transferts en devises des entreprises étrangères.

La Loi de finances 2017 prévoit la réduction de la masse salariale de la fonction publique, à travers le non remplacement des départs à la retraite, et ce dans le cadre de la poursuite du gel de recrutement dans l’administration, à l’exception des secteurs de la santé et de la justice. Ces mesures en matière de recrutement dans la fonction publique ont démarré à la fin de l’année 2015. Le document ministériel portant sur le nouveau modèle de croissance (2016-2019) repose sur une « réduction sensible » du déficit du Trésor à l’horizon 2019 et notamment la maitrise de la masse salariale.

  • Maroc : Exonération de la TVA pendant 36 mois pour les entreprises créant de nouveaux projets

Le Maroc poursuit un programme de   réformes portant notamment sur :

-Le démantèlement progressif des aides financières sur les carburants et la libéralisation des prix à partir de décembre 2015.

– La poursuite de la libéralisation des services publics depuis 2012 (open sky, démonopolisation des Télécoms, de l’exploitation portuaire, du raffinage du pétrole, de la production électrique…).

– Promotion des PME, de l’auto-entreprenariat en particulier des jeunes diplômés (innovation et transfert de compétences à partir de l’étranger).

– depuis 2013, l’Etat a entamé un programme de renforcement de l’attractivité des IDE (conventions d’Investissements, assouplissement du régime de change et des procédures de dédouanement…).

La Loi de finances 2017 comprend des mesures en faveur des entreprises :

– l’exonération de l’impôt sur les sociétés durant cinq ans pour les entreprises industrielles nouvellement créées, l’amélioration et le soutien de l’intégration industrielle dans les zones franches et dans l’ensemble du territoire national.

– l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée pendant 36 mois pour les entreprises créant de nouveaux projets dans le cadre des accords d’investissement avec un montant dépassant 100 millions de dirhams.

– mesures fiscales pour promouvoir l’emploi des jeunes diplômés et la création et l’accompagnement des start-up.

  • Turquie : 68 milliards d’euros pour relancer le secteur privé

Face à l’intensification de la crise que connaît le pays, le gouvernement a mis en place certaines mesures telles que :

Relèvement du taux directeur de la Banque centrale turque de 50 points de base, en novembre 2016, pour tenter de calmer les inquiétudes inhérentes à l’érosion de la livre.

Annonce, en décembre 2016, de l’ouverture d’une ligne de crédit de 250 milliards de livres turques (68 milliards d’euros) pour relancer le secteur privé, touché de plein fouet par la crise.

  • Egypte : 12 Milliards du FMI pour redresser l’économie

Depuis novembre 2016, l’Egypte a conclu un accord avec le FMI d’un montant de 12 milliards de dollars portant sur un plan de redressement économique sur 3 ans.

Libéralisation du taux de change : Le 3 novembre, l’Egypte a décidé de laisser flotter sa monnaie et, depuis, le taux fixé auparavant à 8,8 livres pour un dollar est passé à 18 livres actuellement.

Meilleur ciblage des subventions : abandonner les subventions universelles au profit de programmes de transferts ciblés.

Accord en décembre 2016, avec la Chine portant sur l’échange de devises respectives d’une valeur de 18 milliards de yuans, environ 2,6 milliards de dollars, valable pour une période de 3 ans.

par -
0

La neige, qui est tombée dans la nuit de mardi à mercredi sur le Nord de l’Algérie, a provoqué la coupure de plusieurs routes, selon TSA.

La RN15, reliant Bejaia à Bouira, est impraticable au niveau du sommet de Tirourda dans la commune d’Iferhanoun.

À Sétif, la RN75 est coupée à la circulation automobile au niveau du village de Takouka dans la région d’Ain Abassa, à cause de l’amoncellement de la neige.

Toujours dans la wilaya de Sétif, le chemin de wilaya CW197 est également fermé au niveau de Harbil.

À Bouira, la route nationale RN33 est partiellement fermée au lieu-dit Assoul, selon la même source.

par -
0

La chute vertigineuse des prix du pétrole (45 dollars en novembre dernier contre 100 dollars en juin 2014) a alourdi les finances publiques de l’Algérie, très dépendante de l’or noir. Pour amortir le choc en l’absence d’une réelle diversification économique, le pays continue de puiser dans ses réserves de change, rapporte jeuneafrique.

Alors qu’elles s’élevaient encore à 178,938 milliards de dollars fin décembre 2014, les réserves de change continuent de chuter, se situant à 114 milliards de dollars fin 2016, précise la même source.

Début décembre, Mohamed Loukal, le gouverneur de la Banque d’Algérie, avait annoncé qu’elles oscilleraient entre 117 et 118 milliards de dollars fin 2016 contre 119 milliards de dollars fin octobre.

par -
0

Les autorités sécuritaires algériennes ont déclaré l’état d’alerte sur ses frontières avec la Tunisie pour éviter l’éventuelle intrusion de groupes armés, rapporte Mosaïque Fm, citant une source sécuritaire.

Un système de surveillance et des barrages sécuritaires ont été mis en place pour assurer la sécurité des citoyens et protéger leurs propriétés et surveiller les personnes et véhicules dans la ville frontalière El Ma Labiodh, indique la même source.

par -
0

L’agence officielle russe « Sputniknews » a annoncé, lundi 2 janvier 2017, que l’Algérie a reçu ses huit premiers chasseurs de type Su-30MKI de la part de la Russie.

Cette livraison fait partie d’une commande portant sur la livraison de 14 appareils du même type, conclue en 2015. Les six avions de chasse restants seront remis à la partie algérienne d’ici 2018.

D’après la même source, l’usine aéronautique d’Irkoutsk a produit 29 avions Su-30, dont 21 Su-30SM et huit Su-30MKI destinés à l’Algérie. Le premier avion de ce lot a été testé le 10 novembre 2016.

par -
0

Le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a démenti une information sur l’existence d’un trafic de sang humain de la Tunisie vers l’Algérie.

Le directeur du centre, Hmida Slama, a déclaré, ce samedi 31 décembre, sur Mosaïque FM, que le système de transport du sang en Tunisie est soumis à une loi et l’opération s’effectue dans les institutions sanitaires publiques et privées uniquement.

Il est à noter que la justice algérienne a ouvert une enquête sur l’activité d’un réseau composé d’infirmiers, de médecins et de responsables impliqués dans le vol de plus de 9 mille poches de sang « O positif ».
Ce sang serait utilisé dans les hôpitaux algériens, selon les médias du pays voisin, nous apprend la même source.

par -
0

Le ministre des Affaires Étrangères algérien, Ramtane Lamamra, a assuré que son pays est prêt à résoudre tous les conflits entre son pays et le Royaume du Maroc, mis à part celui du Sahara Occidental.

Dans une déclaration à la Télévision Nationale Algérienne, Lamamra a rappelé que les peuples marocain et algérien n’ont jamais eu de problème, et qu’ils sont même en très bon termes. Les conflits n’existent qu’entre les gouvernements, et si la volonté est là, tous les conflits pourront être résolus sans difficulté.

Le Sahara Occidental : principal obstacle contre toute reprise

Le ministre a rappelé que le premier et principal point de conflit entre les deux frères ennemis est le dossier du Sahara Occidental. Ce dossier, selon le ministre, ne pourra et ne devra être traité que par les Nations Unies. Ce dossier, qui est selon Lamamra parmi les les sujets minés hérités des colonisateurs européens, a toujours été le motif du Maroc pour bouder l’Algérie. Le Maroc a toujours été contre une réouverture des frontières avant que son grand voisin de l’est arrête son soutien diplomatique aux « séparatistes sahariens ».

L’Algérie, pour sa part et toujours selon le ministre, tient à ne pas procéder à l’ouverture des frontière avant le règlement de certains points techniques liés à la coopération en matière de sécurité.

Crise des migrants

Le ministre n’a pas raté l’occasion pour remarquer les actes de « provocation » de la part du Maroc suite à la crise des migrants refoulés de l’Algérie et accueillis par le Maroc. La médiatisation excessive d’une affaire liée à la sécurité et à des « actes de violence » ne pourrait que ruiner les efforts de rapprochement entre les deux voisins. Lamamra a rappelé, dans ce contexte, que l’Algérie est fière de son appartenance à l’Union Africaine, et qu’elle accueille plus de 5000 étudiants africains qui touchent des bourses d’études.

par -
0

Les commerçants algériens sont en colère et se préparent à une grève d’une semaine à partir du 2 janvier, rapporte ce lundi 26 décembre TSA.

La hausse des prix et la multiplication des contrôles des services du ministère du Commerce sont à l’origine de ce mécontentement. Dimanche, une réunion houleuse a eu lieu au siège de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Des commerçants ont dénoncé « les charges exorbitantes », a précisé la même source.

par -
0

Comet est une société familiale spécialisée dans la conception et la construction métallique des semi-remorques basée à Ben Arous depuis 1971. filiale du groupe Comet, la société «Maghreb Trailer Industrie » annonçait, dimanche 25 décembre 2016 à Alger où elle participe au salon de la production nationale, l’ouverture d’une usine de montage de semi-remorques. La société indique que ce projet s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique du gouvernement algérien visant à substituer les importations par la production nationale.

La nouvelle usine, la seconde du groupe et la première du groupe à Sétif en Algérie, donnera au groupe une capacité de production de 1.500 semi-remorques dont 30 % pour le marché local et 70 % à l’export. La nouvelle unité algérienne permettra au groupe qui dispose de 6 succursales en Algérie et qui est aussi présent en Cote d’Ivoire, d’acquérir une part de marché de 22 % sur le marché algérien des semi-remorques.

par -
0

Selon les chiffres publiés par le Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes, publiés ce mardi, le déficit commercial de l’Algérie a atteint 17,2 milliards de dollars sur les onze premiers mois de 2016, contre un déficit de 15,39 milliards à la même période de 2015, soit une hausse du déficit de 11,76%, rapporte l’agence APS.

Pour les exportations, elles ont reculé à 25,58 milliards de dollars durant les onze premiers mois de 2016 contre 32,06 milliards sur la même période de 2015, soit une baisse de 6,48 milliards (-20,22%), précise la même source.

 S’agissant des importations, elles se sont également réduites mais à un moindre rythme par rapport aux exportations en s’établissant à 42,78 milliards de dollars contre 47,45 milliards durant la même période de l’année écoulée, soit une baisse de 4,67 milliards (-9,85%), selon la même source.

Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 60% durant les 11 premiers mois de 2016 contre 68% à la même période de l’année écoulée, ajoute la même source.

par -
0

Selon un bilan récemment publié par  l’Armée algérienne populaire (ANP), pas moins de 350 terroristes ont été neutralisés depuis le début de l’année en cours, rapporte « tsa ».

L’ANP a ajouté avoir également saisi de grandes quantités d’armes et de munitions. Il s’agit essentiellement de lance-missile de type Strela, des roquettes anti-hélicoptères (17) avec un « panier de lancement », 2 lance-missiles de type RPG-2 ou 5 lance-roquettes RPG-5 et 18 autres RPG-7.

Par ailleurs, 1.035 détecteurs de métaux, 3.384 marteaux piqueurs et 458 groupes électrogènes ont été récupérés par les éléments de l’Armée nationale , indique la même source.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive...

SPORT