Tags Posts tagged with "Alliance démocratique"

Alliance démocratique

par -
0
La détérioration de la situation économique de la Tunisie

La détérioration de la situation économique de la Tunisie, confirmée, lundi dernier, par le chef du gouvernement, nécessite la mise en place des mesures « réelles » et « justes ». Telle est la préconisation de Mohamed Hamdi au nom de l’Alliance Démocratique, précisant qu’elles devraient prises à l’enseigne d’un consensus national garantissant l’adhésion d’un grand nombre de Tunisiens.

Lors d’un point de presse tenu, ce jeudi 6 mars, Mohamed Hamdi a fait remarquer qu’il est temps que le fardeau la crise qui secoue la Tunisie depuis l’assassinat de Mohamed Brahmi le 25 juillet dernier, soit porté , chacun à son échelle, par les différents acteurs pour que les classes moyennes et défavorisées n’assument pas encore une fois l’échec des effets des mauvais choix des anciens gouvernements.

« Le diagnostic établi par Mahdi Jomaa est certes douloureux, mais il n’a pas fixé ses objectifs ni les mesures à prendre pour rassurer les Tunisiens. Et c’est grave pour un pays qui risque de voir se propager le chaos », a expliqué Hamdi avant d’ajouter que « nous sommes rationnels et nous connaissons que la gravité de la situation nécessite une intervention immédiate ».

Pour ce faire, le successeur d’Ali Laarayedh est appelé, selon lui, à « organiser une consultation nationale, à laquelle prendront part tous les acteurs politiques et sociaux, et qui doit aboutir à la mise en place des mesures immédiates pour sauver l’économie du pays ».

L’Alliance démocratique contre la restriction, le seuil électoral et l’investiture

Passant en revue la loi électorale, objet de discussions à la constituante, l’Alliance Démocratique se prononce pour la séparation entre les législatives et les présidentielles pour de multiples raisons. Comme explication, Mohamed Hamdi a relevé que la préparation de deux échéances en même temps, est difficile sur le plan technique. Sur le plan politique, Hamdi a signalé qu’on est en train de chercher le maximum d’équilibre, affirmant que cette démarche va certainement se traduire par un pluralisme réel tout en empêchant le retour à l’hégémonie du parti unique.

Les propositions de l’Alliance démocratique bénéficient d’un large soutien au sein du Dialogue national, avec des partis comme Nidaa Tounès et Al Joumhouri, qui défendent l’idée de commencer par la Présidentielle.

Mohamed Hamdi a, par ailleurs, noté que son parti est contre toute forme de restriction, contre le seuil électoral ou même l’investiture dans les élections législatives. Pourquoi ? C’est simple, a répondu Mohamed Hamdi en indiquant que la question d’investiture, au-delà des problèmes techniques, pourrait toucher le droit constitutionnel.

S’agissant du seuil électoral, Mohamed Hamdi a estimé que cette question contribuerait sans doute à la confiscation de l’avenir étant donné que les grands partis vont en bénéficier tout en minimisant l’existence d’autres petits et moyens partis. Dans ce contexte, il a assuré que « le paysage politique va certainement se stabiliser, mais est-il utile de le confisquer dès aujourd’hui ? », s’est-il demandé.

Pour l’Alliance Démocratique, la Tunisie postrévolutionnaire a besoin actuellement d’un paysage politique pluraliste, représentatif ainsi que d’une campagne électorale transparente et bien contrôlée. Cela nécessite, selon Hamdi, la révision de la loi relative au financement des partis ainsi que la circulaire relative au financement des associations pour que la campagne électorale s’effectue dans les meilleures conditions.

Utile de rappeler que les efforts se poursuivent actuellement pour que le projet de la loi électorale soit présenté, le plus tôt possible. D’ailleurs, la Commission de la législation générale à l’Assemblée nationale constituante a prévu une réunion, ce jeudi, pour mettre un terme aux désaccords concernant le projet en question et le vote de ce projet article par article.

Wiem Thebti

par -
0
La détérioration de la situation économique de la Tunisie

La détérioration de la situation économique de la Tunisie, confirmée, lundi dernier, par le chef du gouvernement, nécessite la mise en place des mesures « réelles » et « justes ». Telle est la préconisation de Mohamed Hamdi au nom de l’Alliance Démocratique, précisant qu’elles devraient prises à l’enseigne d’un consensus national garantissant l’adhésion d’un grand nombre de Tunisiens.

Lors d’un point de presse tenu, ce jeudi 6 mars, Mohamed Hamdi a fait remarquer qu’il est temps que le fardeau la crise qui secoue la Tunisie depuis l’assassinat de Mohamed Brahmi le 25 juillet dernier, soit porté , chacun à son échelle, par les différents acteurs pour que les classes moyennes et défavorisées n’assument pas encore une fois l’échec des effets des mauvais choix des anciens gouvernements.

« Le diagnostic établi par Mahdi Jomaa est certes douloureux, mais il n’a pas fixé ses objectifs ni les mesures à prendre pour rassurer les Tunisiens. Et c’est grave pour un pays qui risque de voir se propager le chaos », a expliqué Hamdi avant d’ajouter que « nous sommes rationnels et nous connaissons que la gravité de la situation nécessite une intervention immédiate ».

Pour ce faire, le successeur d’Ali Laarayedh est appelé, selon lui, à « organiser une consultation nationale, à laquelle prendront part tous les acteurs politiques et sociaux, et qui doit aboutir à la mise en place des mesures immédiates pour sauver l’économie du pays ».

L’Alliance démocratique contre la restriction, le seuil électoral et l’investiture

Passant en revue la loi électorale, objet de discussions à la constituante, l’Alliance Démocratique se prononce pour la séparation entre les législatives et les présidentielles pour de multiples raisons. Comme explication, Mohamed Hamdi a relevé que la préparation de deux échéances en même temps, est difficile sur le plan technique. Sur le plan politique, Hamdi a signalé qu’on est en train de chercher le maximum d’équilibre, affirmant que cette démarche va certainement se traduire par un pluralisme réel tout en empêchant le retour à l’hégémonie du parti unique.

Les propositions de l’Alliance démocratique bénéficient d’un large soutien au sein du Dialogue national, avec des partis comme Nidaa Tounès et Al Joumhouri, qui défendent l’idée de commencer par la Présidentielle.

Mohamed Hamdi a, par ailleurs, noté que son parti est contre toute forme de restriction, contre le seuil électoral ou même l’investiture dans les élections législatives. Pourquoi ? C’est simple, a répondu Mohamed Hamdi en indiquant que la question d’investiture, au-delà des problèmes techniques, pourrait toucher le droit constitutionnel.

S’agissant du seuil électoral, Mohamed Hamdi a estimé que cette question contribuerait sans doute à la confiscation de l’avenir étant donné que les grands partis vont en bénéficier tout en minimisant l’existence d’autres petits et moyens partis. Dans ce contexte, il a assuré que « le paysage politique va certainement se stabiliser, mais est-il utile de le confisquer dès aujourd’hui ? », s’est-il demandé.

Pour l’Alliance Démocratique, la Tunisie postrévolutionnaire a besoin actuellement d’un paysage politique pluraliste, représentatif ainsi que d’une campagne électorale transparente et bien contrôlée. Cela nécessite, selon Hamdi, la révision de la loi relative au financement des partis ainsi que la circulaire relative au financement des associations pour que la campagne électorale s’effectue dans les meilleures conditions.

Utile de rappeler que les efforts se poursuivent actuellement pour que le projet de la loi électorale soit présenté, le plus tôt possible. D’ailleurs, la Commission de la législation générale à l’Assemblée nationale constituante a prévu une réunion, ce jeudi, pour mettre un terme aux désaccords concernant le projet en question et le vote de ce projet article par article.

Wiem Thebti

par -
0
L'alliance démocratique apparait

L’alliance démocratique apparaît , lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui jeudi 6 mars dans la capitale, sous un nouvel angle. Le leader du parti Mohammed Hamdi annonce ,d’abord , l’adhésion de deux transfuges de Nidaa Tounès , Chokri Yaich et Jamel Gargouri à son parti , ensuite le choix de l’œillet comme emblème du parti , et puis , la constitution de l’alliance démocratique de son propre groupe parlementaire « afin de mener la lutte politique pour le reste de l’étape transitoire de manière autonome  » , selon l’expression de Hamdi .

Il faut rappeler que les députés de l’alliance démocratique faisaient partie du groupe démocratique à l’ANC et Mohammed Hamdi en était le président .

par -
0
Les assises du congrès constitutif de l’Alliance Démocratique   se tient   pendant 2 jours

Les assises du congrès constitutif de l’Alliance Démocratique se tient pendant 2 jours ,sous le signe « Pour la Patrie », à partir d’aujourd’hui, 3 juillet 2013, au Palais des Congrès de Tunis en présence de plusieurs représentants des partis politiques tunisiens. Mohamed Hamdi est le seul candidat au poste de secrétaire général du parti. Mahmoud Baroudi a affirmé que la candidature de Mohamed Hamdi bénéficie de l’accord de tous les membres du parti.

Dans une déclaration, à l’Agence TAP, Mohamed Hamdi, coordinateur général du comité directeur du parti, a indiqué que l’Alliance démocratique œuvre à dépasser le bipolarisme et opte pour la voie démocratique et sociale sur la base du réalisme qui se détourne des vicissitudes idéologiques et du pragmatique qui donne la priorité aux solutions économiques et sociales pour le pays.

Les observateurs ont remarqué que le congrès a réuni toute la classe politique ,ce qui a montré le positionnement du parti de Mohammed Hamdi et laissé entrevoir le role qu’il peutr jouer pour constituer une large alliance pour la démocratie et le progrès .

Le congrès se tient sous la présidence d’un comité directeur composé de Mohamed Hamdi, coordinateur général, et de Mokhtar Jellali, porte-parole, ainsi que de neuf autres membres.

par -
0
Les dirigeants de l'Alliance démocratique se concentrent actuellement sur la restructuration du parti

Les dirigeants de l’Alliance démocratique se concentrent actuellement sur la restructuration du parti, ainsi que sur la création des bureaux dans plusieurs régions. Ceci s’inscrit dans le cadre des préparatifs de son congrès, qui doit avoir lieu dans la période comprise entre fin Juin et Juillet 2013.

Une source informe Assabah Al Essboui que le parti s’oriente vers la préparation d’une réunion populaire pour mettre en lumière les objectifs de l’alliance démocratique, ses objectifs et ses positions.

par -
0
Les dirigeants de l'Alliance démocratique se concentrent actuellement sur la restructuration du parti

Les dirigeants de l’Alliance démocratique se concentrent actuellement sur la restructuration du parti, ainsi que sur la création des bureaux dans plusieurs régions. Ceci s’inscrit dans le cadre des préparatifs de son congrès, qui doit avoir lieu dans la période comprise entre fin Juin et Juillet 2013.

Une source informe Assabah Al Essboui que le parti s’oriente vers la préparation d’une réunion populaire pour mettre en lumière les objectifs de l’alliance démocratique, ses objectifs et ses positions.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...