Tags Posts tagged with "annulation"

annulation

par -
0

Le président russe, Vladimir Poutine, a vu rouge et « a décidé d’annuler » son voyage à Paris, pourtant programmé de longue date pour ce 19 octobre, a fait savoir ce mardi le Kremlin. Ce dernier a fait savoir que Poutine ira à Paris pour s’entretenir avec son homologue français, François Hollande, quand ce dernier « se sentira à l’aise » pour converser avec lui.
Poutine était censé inaugurer à Paris un « Centre spirituel et culturel orthodoxe russe », qui doit accueillir notamment une cathédrale orthodoxe.
« Mais malheureusement ces événements ont été retirés du programme et le président a décidé d’annuler sa visite en France », a annoncé le porte-parole du Kremlin.

Mais en réalité ce sont les bisbilles autour de la Syrie qui ont fait capoter cette visite. Personne n’ignore les désaccords profonds entre Moscou et Paris sur la question syrienne, les Russes étant un soutien indéfectible du régime syrien et bombardant sans cesse les zones où se planquent les rebelles, comme à Alep dernièrement. On se souvient des passes d’armes entre Russes et Français lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 25 septembre 2016. Les deux parties ont remis ça samedi dernier, au même endroit, Moscou ayant fini par mettre son veto sur la résolution française sur un cessez-le-feu à Alep, pourtant appuyée par 11 des 15 membres du Conseil de sécurité…

par -
0

Encore un coup dur pour le tourisme tunisien. En effet le tour opérateur britannique Thomas Cook a fait savoir qu’il supprime tous ses programmes, vols compris, en Tunisie pour l’été 2017. Le voyagiste justifie sa position par le maintien des directives du gouvernement du Royaume Uni envers la Tunisie…

Pour rappel, le FCO (Foreign and Commonwealth Office) continue de conseiller aux Anglais d’éviter de « se rendre en Tunisie sauf pour affaire urgente ».

« Chez Thomas Cook, la sécurité et le bien-être de tous ceux qui voyagent avec nous est notre priorité absolue, et nous tenons à remercier nos clients pour leur patience et leur compréhension », a indiqué l’opérateur, qui donne à ses clients la possibilité d’opter pour une autre destination ou d’annuler leur réservation.

par -
0

Issad Rebrab, première fortune de l’Algérie, vient de perdre son long bras de fer avec les autorités sur fond du rachat du groupe de médias El Khabar par Nessprod, filiale du conglomérat Cevital. En effet ce matin du mercredi 13 juillet 2016, le tribunal administratif d’Alger a annulé l’opération, stoppant net les ambitions de Rebrab de peser davantage dans le pays avec ce puissant organe de presse, et de bousculer au passage un pouvoir auprès duquel il n’est pas en odeur de sainteté.

Cela fait deux mois et demi que le richissime businessman ferraille contre les autorités, avec des rebondissements très suivis par l’opinion publique, tout le monde voulant savoir si Rebrab avait assez de ressources pour faire plier le gouvernement. Ce dernier a bataillé ferme pour ne pas perdre la face. Le 27 avril 2016, le ministère de la Communication avait fini par déposer un recours auprès du tribunal administratif d’Alger pour contester la transaction, illégale aux yeux des autorités, entre NessProd et les actionnaires d’El Khabar.

Le jugement a été prononcé au terme d’une audience expéditive au tribunal administratif de Bir Mourad Raïs, à Alger. A 9H (8H GMT), tout était plié, en l’absence des avocats de la défense et des responsables d’El Khabar. Voilà, une affaire rondement menée par les autorités, qui ont mis un point d’honneur à arracher le morceau à l’homme d’affaires.

Les autorités brandissent le Code de l’information

Ce verdict confirme un jugement sur la forme prononcé le 15 juin dernier qui avait ordonné la suspension de la transaction. Cette décision de justice avait été contestée par la défense, le collectif des avocats d’El Khabar avait alors opté pour le retrait pour signifier clairement qu’il s’oppose à ce qu’il qualifie d’ « irrégularités dans la justice» et de « procès joué d’avance ».

« Cette décision est conforme à la loi », a dit Ibrahim Benhadid, avocat du ministère de la Communication, le seul qui était à l’audience. Sanction suprême : Le tribunal a condamné Ness Prod a à régler la facture des frais de justice.

L’industriel Issad Rebrab est à la tête du conglomérat Cevital, dont une filiale, NessProd, s’est payée début avril 94% du groupe El Khabar. Ce dernier est composé du quotidien du même nom, de la chaîne de télévision KBC, d’imprimeries et d’une société de distribution. Montant de la transaction : 4 milliards de dinars (32 millions d’euros).

Rebrab est également le patron de la SAEC, la société éditrice du journal francophone « Liberté ».

Le ministère algérien de la Communication s’était adossé sur le Code de l’information pour contester le rachat du groupe El Khabar, un texte qui dit ceci : «[u]ne même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu’une seule publication périodique d’information générale de même périodicité éditée en Algérie ».

A propos de la mise en oeuvre du verdict de ce mercredi, I’avocat du ministère de la Communication a affirmé qu’il « incombe aux parties contractantes du rachat, les actionnaires d’El Khabar et la société Ness Prod, de prendre leur responsabilité et de trouver un compromis ». En d’autres mots les autorités s’en lavent les mains, la victoire étant acquise. L’honneur est sauf, c’est ce qui leur importait.

par -
0

Le Conseil d’Etat, la juridiction administrative la plus importante d’Egypte, a dit son mot dans l’affaire de la rétrocession à l’Arabie saoudite de deux îles de la mer Rouge, Tiran et Sanafir. Et le moins qu’on puisse est que l’arbitrage du Conseil d’Etat est un cinglant désaveu pour le président Abdel Fattah Al-Sissi. En effet les juges ont ordonné l’arrêt de la procédure, sur la base du fait qu’il n’est pas possible de céder ces « territoires égyptiens », rapporte le journal Le Monde.

L’arrêt du Conseil d’Etat « annule la signature du représentant du gouvernement » portant sur l’accord de traçage des frontières maritimes, conclu au début du mois d’avril 2016 lors du voyage au Caire du roi Salmane, a précisé un magistrat de cette institution. Les deux morceaux de territoire situés à un endroit très stratégique, l’entrée du golfe d’Aqaba, « ne peuvent être cédés », martèle l’avocat Khaled Ali, qui avait porté l’affaire devant la justice égyptienne.

Toutefois le gouvernement a encore la possibilité de faire appel de cette décision administrative. Mais on voit mal comment il pourrait piétiner cette décision de justice, qui va sans doute renforcer le camp des nombreux opposants au projet d’Al-Sissi, ce qui risque de créer un climat hautement explosif.

Les autorités égyptiennes, affolées par la montée de la grogne, avaient tenté de légitimer leur geste en affirmant que ces zones sont légalement la propriété de l’Arabie saoudite, et que le royaume avait juste demandé à l’Egypte, en 1950, de veiller sur ces îles. Mais rien n’y a fait, les manifestations étaient montées en intensité au point de contraindre les forces de sécurité à les réprimer de manière musclée.

Cette affaire entre le Caire et Riyad est éminemment politique… et économique. En effet l’Arabie saoudite est un soutien inconditionnel du régime égyptien, qu’elle a aidé à se débarrasser du premier président démocratiquement élu, l’islamiste Mohamed Morsi. Depuis l’éviction de ce dernier, Riyad a misé des milliards de dollars, en aides et en investissements, sur l’économie égyptienne. Nul doute que la rétrocession de ces deux îles était une façon pour Al-Sissi de montrer sa gratitude à son généreux contributeur. Et bien c’est raté… pour le moment du moins.

par -
0

Le député du Front populaire Jilani Hammami a accusé le mouvement Ennahdha de veiller à cacher la vérité sur le dossier des assassinats politiques, et ce suite à l’annulation de l’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Majdoub et Omar Mansour, sur les affaires Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Selon le député, la décision d’annuler a été prise suite à la demande du mouvement Ennahdha sous prétexte que cette réunion, surtout avec le ministre de la Justice, pourrait avoir un effet sur le déroulement du procès relatif à cette affaire, prévu pour demain vendredi 17 juin 2016.

Jilani Hammami a dans le même cadre indiqué que le retard observé au niveau du traitement des dossiers de Chokri Belaîd et Mohamed Brahmi est le fruit d’une intervention politique, accusant ainsi certaines parties d’oeuvrer pour cacher la vérité.

par -
0

Le député du Front populaire Jilani Hammami a dénoncé lors d’un point de presse tenue ce jeudi 16 juin 2016 au Bardo la décision prise par le bureau de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP) d’annuler la séance d’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Mejdoub et Omar Mansour, prévue initialement pour aujourd’hui à l’ARP.

Il a qualifié cette décision d’unilatérale, pointant du doigt le mouvement d’Ennahdha, accusé d’être derrière cette décision et ce, malgré l’appel de 78 députés d’auditionner les deux ministres en question.

Jilani Hammami a ajouté que cette audition n’a, comme certains le pensent, aucun effet sur le procès du meurtre de Chokri Belaïd, qui aura lieu demain vendredi à Tunis .

par -
0

La plénière de ce jeudi 16 juin 2016 qui devait être consacrée à l’approbation du projet de loi organique N°01/2016 amendant et complétant la loi organique N°14/2014 du 26 Mai 2014 relative aux élections et aux référendums a été annulée, et ce suite à l’annulation de l’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Majdoub et Omar Mansour. Il était prévu qu’ils soient auditionnés sur les dossiers Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Rappelons que les discussions relatives à ce projet de loi ont débuté depuis quelques jours à l’ARP. Parmi les points reprochés à ce projet figurent notamment la représentation des jeunes et des personnes à besoins spécifiques, la parité, le financement de la campagne électorale et le contrôle des financements.

par -
0

Prévue initialement le 17 et 18 mai 2016, la grève des surveillants et des surveillants généraux a été annulée. En cause, une séance de réconciliation tenue, lundi, au siège du ministère des affaires sociales, selon un communiqué du département.
Co-présidée par le chef du cabinet du ministre des affaires sociales et du ministère de l’éducation, la séance s’est déroulée en présence de la partie syndicale représentée par le SG adjoint de l’Union générale unisienne du Travail (UGTT), Hafedh Hfaiedh et le SG du syndicat général des surveillants et des surveillants généraux, Jamel Hani.

par -
0

La grève des agents municipaux prévue les 4 et 5 mai courant a été annulée après l’accord trouvé entre les différentes parties lors d’une réunion organisée, mardi, au siège du ministère de l’Intérieur. Selon Sofien Essid, chef de cabinet du ministre des Affaires locales, cette réunion a été consacrée à l’examen des préoccupations des agents municipaux (environ 42000) ainsi qu’à leurs revendications portant sur le reclassement et le départ à la retraite.
Selon un communiqué du ministère des Affaires locales, il a été convenu de promulguer le décret relatif au reclassement des agents, conformément aux dispositions du code de profession avant fin juin 2016.
Cette réunion s’est déroulée en présence du ministre des Affaires locales Youssef Chahed, du secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne de travail (UGTT) Noureddine Taboubi ainsi que des représentants de la présidence du gouvernement.

par -
0

Réunie dimanche, la commission administrative de l’Union régionale du travail (URT) au Kef a décidé l’annulation de la grève générale régionale prévue le 3 mai 2016.
Cette décision a été prise à l’issue d’un vote par les membres de la commission sur l’annulation ou le maintien de la grève. 70pc des voix étaient pour l’annulation.
L’URT avait appelé à une grève générale régionale suite aux mouvements de protestation qu’a connus la région contre les mesures annoncées par le chef du gouvernement le 15 avril dernier au profit du Kef. Des mesures qui ont été qualifiées par les protestataires de « faibles » et ne répondant pas aux aspirations des habitants de la région à l’emploi et au développement. De son coté, l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (URICA) avait appelé, vendredi, à l’annulation de la grève, exprimant sa totale adhésion aux revendications des jeunes de la région pour un développement équitable comme alternative à la marginalisation, au chômage et à la détérioration du pourvoir d’achat dans la région.

TAP

par -
0

L’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (URICA) au Kef a appelé, vendredi, dans une motion, à l’annulation de la grève générale régionale prévue pour le 3 mai.

Celle-ci intervient à l’issue du mouvement de protestation qu’a connu la région contre les « faibles » mesures annoncées par le président du gouvernement le 15 avril 2016 au profit du gouvernorat du Kef, indique le communiqué.

Dans sa motion, l’URICA a exprimé sa totale adhésion aux revendications des jeunes de la région pour un développement équitable comme alternative à la marginalisation, au chômage et à la détérioration du pourvoir d’achat dans la région.

L’organisation a appelé à tenir d’urgence un dialogue entre le gouvernement et les composantes de la société civile, à mettre en application les dispositions de la Constitution relatives au développement régional et à la discrimination positive et à envoyer des messages positifs dans ce sens, ajoute la même source, soulignant l’impératif de faire bénéficier le gouvernorat du Kef de mesures exceptionnelles compte tenu du manque de ressources dans la région.

par -
0
Cinq élèves blessés. Tel est le bilan d'une bagarre qui a opposé

Le syndicat général de l’enseignement secondaire, relevant de l’union générale tunisienne du travail (UGTT) annonce, dans un communiqué publié, mardi, l’annulation de la décision relative à la suspension des cours dans les collèges et lycées, prévue à partir de demain 6 avril 2016.

Le secrétaire général adjoint du syndicat, Morched Driss a indiqué, à la TAP, que cette décision a été prise suite à l’engagement du ministère de l’éducation à mettre en œuvre les accords convenus dont, notamment, la publication des résultats des promotions exceptionnelles spécifiques aux professeurs agrégés, professeurs du corps commun et professeurs du secondaire.

Il a, cependant, affirmé qu’un mouvement de protestation sera observé le 18 avril 2016, en plus du boycott des épreuves du bac sport pour dénoncer les nominations illégales annoncées par le ministère de la jeunesse et du sport.

Le syndicat a réitéré, dans le même communiqué, son appel aux enseignants d’éducation physique ainsi qu’aux professeurs du secondaire et du tronc commun à observer un mouvement de protestation le 18 avril 2016 de 10H00 à 12H00 et à boycotter les épreuves du bac sport ainsi que toutes les activités et compétitions sportives scolaires programmées.

A rappeler que le ministre de la jeunesse et des sport, Maher Ben Dhia avait, affirmé, dans une déclaration à la TAP que les épreuves du bac sport auront lieu à la date prévue et que le différend opposant son département au syndicat de l’enseignement secondaire concernant les dernières nominations dans le corps des professeurs d’éducation physique, est sur le point d’être réglé.

par -
0

Le nouvel exécutif burkinabè, en place depuis le 29 décembre 2015, est allé vite et fort en s’attaquant à un gros morceau : Le secteur minier, le plus lucratif du pays.  Le président de la République, Roch Marc Christian Kaboré, a fait savoir récemment qu’il a mis à plat le système d’attribution des concessions pour en bâtir un autre plus transparent et plus profitable aux caisses publiques. Résultat des courses : 316 permis de recherche ont été annulés, sur un total de 731, avec pour objectif de nettoyer le secteur et de laisser la place à de nouveaux investisseurs.

C’est une mini révolution dans un pays où le gouvernement n’a jamais pu disposer d’une carte géologique où il y a un nom clairement identifié derrière chaque permis. Mais l’opération ne se limite pas à ça, les orpailleurs artisanaux sont également dans le collimateur des autorités. 368 permis d’exploitation ont été supprimés. Il se dit que les mines artisanales sont la cause de l’exportation illégale de plusieurs tonnes d’or par an, une matière qui va enrichir les intermédiaires et les marchés extérieurs, alors que le Burkina Faso se débat dans une pauvreté et un sous-développement chroniques. Une ONG suisse avait évalué à sept tonnes la production artisanale exfiltrée clandestinement du pays, causant un manque à gagner fiscal d’environ de 3,5 milliards de FCFA (5,35 millions d’euros).

Le secteur aurifère pèse lourd au Burkina, avec plus de 5700 emplois directs. Depuis cinq ans, l’or s’est même hissé à la première place à l’exportation, suivi du coton. Le métal jaune occupe 12 % du produit intérieur brut et représente à peu près 20 % des recettes fiscales de l’État, d’après la Chambre des Mines. L’an dernier, les huit mines d’or du pays avaient sorti 36,35 tonnes d’or pour des rentrées d’argent estimées à 168,41 milliards de F CFA.

par -
0

Cette année il n’y aura pas de festival international du Sahara, à Douz,. La faute au nerf de la guerre : L’argent.  En effet cet événement, programmé pour la deuxième moitié des vacances du printemps, a tout bonnement été annulé « pour des raisons financières », a confié à la TAP Ameur Thabet, membre du comité directeur du festival.

Il a ajouté que les « nombreuses dettes accumulées lors de l’édition de décembre 2015 » ont eu raison de la manifestation. La direction du festival a préféré jouer la carte de la sagesse car « elle serait incapable d’honorer d’autres dettes éventuelles ».

C’est tout à son honneur. Mais du coup c’est un fleuron des festivités culturelles en Tunisie qui prend le large… Un mauvais signal en direction des touristes, que la ministre du Tourisme s’échine à faire venir au pays du jasmin

par -
0

 

L’ex-président Moncef Marzouki a voulu enterrer son ancien parti, le Congrès pour la République (CPR), ou plutôt le dissoudre dans son nouveau mouvement, Irada, mais il a été stoppé net dans son élan par la 14ème chambre civile du Tribunal de Tunis, qui a déclaré ce vendredi 04 mars nulles et non avenues les conclusions du congrès national exceptionnel du CPR organisé à Tunis les 13 et 14 février 2016. Pour rappel, ce congrès a été dénoncé, dans sa forme et son fond, par des cadres du CPR, notamment Samir Ben Amor et l’ancien ministre de l’Emploi Abdelwaheb Maâtar.
C’est le deuxième gros pépin de Marzouk dans la même semaine, après la fin de non recevoir du Premier ministère pour l’octroi d’un visa pour sa nouvelle formation politique au motif d’un vice de procédure. Mauvaise passe pour l’ex-locataire du palais de Carthage…
A noter que la procédure en référé a été déclenchée suite à une plainte de Ben Amor et Maâtar. Victoire symbolique donc pour les dirigeants du CPR, avec un jugement qui est exécutoire séance tenante. Donc en l’état, la formation d’Irada est bloquée, en effet il faudrait que le CPR tienne un congrès pour s’auto-dissoudre avant que ses leaders ne puissent prendre part au montage d’un autre parti, en l’occurrence celui de Marzouki. Mais il parait très peu probable que Ben Amor et Maâtar aient fait tout ce tintamarre pour ensuite accepter docilement de saborder le CPR et laisser un boulevard à Irada. Bref, c’est une sacrée déconvenue pour Marzouki… et des ennuis à la pelle !

par -
0
La chambre correctionnelle du tribunal de première instance de La Manouba

149 personnes proches des Frères musulmans ont vu leur condamnation à mort annulée par la Cour de cassation ce mercredi 3 février. Les accusés avaient écopé de la peine capitale pour leur implication dans la mort de 13 policiers en 2013.

 Pour rappel, le président islamiste Mohamed Morsi avait été destitué par l’armée le 03 juillet 2013. Ses partisans, qui avaient très mal pris cette éviction, avaient manifesté bruyamment leur désapprobation et avaient occupé le centre de la capitale. Ils avaient refusé de quitter les lieux, s’en était suivie une répression féroce des forces de l’ordre qui s’était soldée par 700 morts chez les pro-Morsi. En représailles, les islamistes s’en étaient pris aux policiers. Bilan : 13 morts dans les rangs des forces de l’ordre. En février 2015, 183 personnes avaient été traduites devant la justice et condamnées à mort pour ces meurtres. Le jugement va être révisé pour 149 d’entre elles après un autre procès…

La destitution du premier président élu démocratiquement en Egypte a été le point de départ de condamnations à mort massives, des jugements que l’ONU a dénoncés énergiquement et qualifiés d’expéditifs, en parlant de faits « sans précédent dans l’histoire récente » de l’humanité. Le sort de Morsi avait été scellé en juin 2015, en même temps qu’une centaine de coaccusés, pour « évasions massives de prison » et des assauts contre la police durant le soulèvement de 2011 qui éjecta Hosni Moubarak de son fauteuil. L’ancien président islamiste attend son jugement en appel suite à ses condamnations à mort et à la prison à perpétuité…

par -
0

Dans une déclaration accordée, ce lundi 25 janvier 2016,  à Africanmanager, l’expert économique Mourad Hattab a indiqué que « d’après de récentes études menées par des experts économique en Tunisie, le secteur du tourisme souffre de plusieurs problèmes et la contribution du secteur touristique au PIB dépasse les 20% et pas 12%, car il est en forte liaison avec de nombreux secteurs comme  ceux du transport et de l’agriculture ».

Il a, en outre, affirmé que les annulations des voyages vers la Tunisie auront, sans doute, des  impact très négatifs, essentiellement d’ordre social.

On rappelle dans ce contexte que la compagnie britannique “Thomson Airways” a récemment annoncé dans un communiqué qu’elle a décidé d’annuler tous ses voyages vers la Tunisie jusqu’au 31 octobre prochain.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE

SPORT