Tags Posts tagged with "application"

application

par -
0

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, c’est tour de vis sur les libertés publiques au menu en Egypte. L’armée a repris les commandes, et sévèrement. Depuis le 1er janvier 2015, on a dénombré 876 cas de disparitions forcées, contre 36 pour 2013-2014, quand Abdel Fattah al-Sissi a commencé à verrouiller le pouvoir.

Globalement, 912 familles déplorent la disparition d’un ou plusieurs de leurs membres : des pro-Frères musulmans, des activistes, des adolescents… Tout y passe. Alors le Centre égyptien pour les droits et les libertés (« Egyptian center for rights and freedoms, ECRF ») s’est organisé et a lancé l’application I Protect, sur le même modèle que le Panic Button mis à disposition par Amnesty International en 2012. Cette appli mobile est disponible sur le Google store (sous le nom d’ECRF) depuis le 30 août pour tous les téléphones équipés d’Android.

L’ingénieur de 22 ans qui a conçu le logiciel dit ceci :

« Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur définit un mot de passe à quatre chiffres et enregistre les numéros de téléphone de trois proches.

En cas d’arrestation, d’enlèvement ou de toute intervention intempestive des forces de l’ordre, la personne aura simplement à entrer son mot de passe et appuyer sur un bouton pour lancer l’alerte.

Un message pré-enregistré est alors envoyé à chacun des trois contacts, ainsi qu’un e-mail à l’ECRF, qui contient également la localisation de l’endroit où l’appel à l’aide a été lancé ».

Les numéros de téléphone enregistrés sont secrets et I Protect peut se planquer derrière une calculatrice.

À ECRF, les premiers messages sont déjà tombés : Une quinzaine en quelques jours, dit-on. Mohamed Lotfy, directeur de l’organisation, précise que pour le moment ce sont des tests. « On commence toujours par appeler l’émetteur de l’alerte et ainsi vérifier s’il existe un réel danger pour celui-ci. S’il ne répond pas, on appelle alors les contacts enregistrés. Après avoir fait le point sur ce qui a pu se passer, et s’il s’avère que l’enlèvement est en lien avec les libertés fondamentales que nous défendons, alors nous interviendrons », a-t-il indiqué.

par -
0

C’est le magazine CairoScene, s’apputant sur une source anonyme, qui a lâché l’info : Les autorités égyptiennes se servent de la très réputée application de rencontre pour les gays, Grindr, pour remonter jusqu’aux homosexuels et les appréhender.
Pour rappel, les actes homosexuels sont un crime selon le code pénal égyptien.

La source fait état de nombreuses arrestations ces derniers mois grâce à Grindr. Les services de police font usage des services de géolocalisation de l’application pour repérer les utilisateurs.

En avril, 11 Égyptiens été écopé de 12 ans de prison pour s’être livrés à des actes homosexuels.

par -
0

L’Organisation tunisienne pour informer le consommateur a mis en service depuis hier jeudi 16 juin 2016, une application qui permettra au consommateur de dénoncer les abus et fraudes qu’il subit au quotidien de la part de certains commerçants, a informé le président de l’organisation, Lotfi Riahi dans un communiqué rendu public ce vendredi 17 juin 2016 sur la page officielle du ministère du Commerce.

« Reclamy » est une application légère qui contient un système de géolocalisation et permet d’envoyer des photos. « Avec cette application, plus besoin de téléphoner. Les réclamations et dénonciations peuvent désormais être faites instantanément et elles pourraient être accompagnées de photos qui serviront de preuves», a expliqué le président de l’organisation.

En effet, durant la phase de test de cette App, l’Organisation a reçu quelques 150 réclamations de publicités mensongères, ventes conditionnées, marchandises non conformes aux normes et contrefaçons.

par -
0

Le membre du bureau exécutif d’Ennahdha Mohamed Ben Salem a affirmé qu’il n’est pas au courant de l’intervention de Rached Ghannouchi en faveur de Slim Chiboub, gendre de l’ancien président de la République, afin d’empêcher son expulsion de son domicile.

Mohamed Ben Salem a par ailleurs affirmé que « son parti reste toujours attaché à l’application de loi et ne s’oppose jamais à l’exécution des décisions de justice ».

Cette précision vient en réaction à une information du quotidien Al Maghreb dans son édition de mardi 3 mai selon laquelle Rached Ghannouchi aurait décidé d’intervenir afin d’éviter l’expulsion de Slim Chiboub de chez lui.

Toujours selon la même source, RG aurait joué le rôle de médiateur auprès du président de la République au profit de Slim Chiboub sachant que cette médiation aurait été faite au cours d’une réunion entre les deux hommes.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Personne ne le criera sur les toits, ces choses se passant, par définition, dans les coulisses, mais la présidence de l'Union africaine fait actuellement...

SPORT