Tags Posts tagged with "Armatis-lc, Denis Akriche"

Armatis-lc, Denis Akriche

par -
0
Le contexte économique particulier qui est celui de la Tunisie depuis la chute de Ben Ali n’a pas empêché plusieurs investisseurs étrangers à miser sur le site en tant que destination privilégiée pour doubler la production et acquérir un meilleur positionnement. ...

Le contexte économique particulier qui est celui de la Tunisie depuis la chute de Ben Ali n’a pas empêché plusieurs investisseurs étrangers à miser sur le site en tant que destination privilégiée pour doubler la production et acquérir un meilleur positionnement.

C’est le cas du groupe français, Armatis-lc qui a investi plus de 2 millions d’euros pour lancer son deuxième centre de production en Tunisie. Après le Portugal et la Pologne, le groupe a choisi la Tunisie pour s’y implanter en portant sa capacité de production à 750 positions de travail. Avec cette implantation, le dispositif international grimpe à 6000 positions et environ 7000 salariés.

Comme explication, Denis Akriche, président du groupe nous a indiqué que « la Tunisie est importante, non seulement parce qu’on cherche à y transférer nos activités, mais aussi dans un contexte économique de plus en plus difficile où l’on veut offrir des prix acceptables pour nos clients ».

Une visite au centre à l’occasion de son inauguration, ce jeudi 6 février, nous a permis de comprendre l’ambition d’Armatis-lc de faire non seulement de la Tunisie, un site innovant capable de séduire les entreprises internationales de taille, mais aussi de rendre les centres d’appel un créneau pour les métiers d’avenir.

Situé à la Charguia II, le nouveau centre d’Armatis-lc est construit de manière spécifique en alliant une belle disposition des plateaux avec une plateforme distinguée par une isolation particulière.

Image absolue de qualité

Dans un contexte où la concurrence devient de plus en plus rude notamment de la part des pays subsahariens, la qualité de prestation est la devise du groupe pour assurer le meilleur positionnement et mieux répondre aux besoins des clients.

La volonté de ce premier acteur sur le marché français est de pouvoir offrir la prestation la plus adaptée aux clients et limiter de manière volontaire la capacité de production avec 1000 collaborateurs en Tunisie, nous a précisé Wahid Hajej, directeur des opérations internationales du groupe.

C’est la raison pour laquelle ce groupe d’envergure a décidé d’investir en Tunisie pour pouvoir bénéficier d’un personnel de qualité, et pour aussi supporter des prestations confiées par un certain nombre de leurs clients qui souhaitent déployer leurs opérations en Tunisie.

Une démarche qui accompagne donc la stratégie de croissance du groupe qui tente doubler sa capacité de production. Le défi est réalisable, selon le président du groupe, en introduisant en faveur des clients des démarches professionnelles et de la flexibilité.

Encore 350 personnes à recruter

Afin d’atteindre son objectif, Armatis-lc a recruté 650 salariés avant de penser porter ses effectifs à 1000 personnes, et ce grâce à « l’outil qui nous avons mis en place qui nous permettra d’aller dans ce sens », a souligné Denis Akriche avant d’ajouter que « nous avons le business qui nous permet de le faire avec les commandes des clients que nous avons, mais toujours sous réserve d’avoir les candidats et les bonnes attitudes »

Optimisme, malgré les failles

Quelques difficultés se dressent toutefois comme des contraintes, et ce en termes du recrutement. Denis Akriche n’a pas manqué de signaler qu’« on a de plus en plus du mal à trouver des candidats avec un bon niveau en français. Notre tendance est l’expression française sachant que nos clients sont très sensibles. Nous avons aussi du mal à trouver des gens qui ont des compétences commerciales affirmées ».

C’est pourquoi un effort significatif est déployé au niveau de la formation pour combler ces failles. D’ailleurs, des programmes de formation ont été mis en place de manière à faire évoluer les recrues au niveau linguistique en matière de capacité commerciale.

Des lacunes sont certes préoccupantes, mais Denis Akriche se dit optimiste en espérant, dans les prochaines années, atteindre les objectifs fixés.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Le dernier classement GFCI 20 (Global Financial Centers Index) contient une bonne surprise pour le Maroc. Casablanca Finance City (CFC), en un temps presque...

SPORT