Tags Posts tagged with "Armée nationale, Tunisie"

Armée nationale, Tunisie

par -
0
Depuis le départ à la retraite de Rachid Ammar

Depuis le départ à la retraite de Rachid Ammar, l’opinion publique commence à sentir qu’il y a quelque chose qui est en train de changer au sein de l’Armée nationale. Le dernier remaniement qui a touché 3 postes importants dans le commandement militaire, à savoir le Chef d’Etat-major de l’armée de l’air, le Directeur général de la Sécurité militaire et l’Inspecteur général des forces armées, a confirmé ces présomptions.

Les nouvelles nominations viennent, en fait, s’ajouter à celle du chef d’État-major de l’Armée de terre, Mohamed Salah Hamedi annoncée, lundi 8 juillet 2013 . Le nouveau responsable a été, concomitamment à sa nomination, promu au grade de général de brigade

Les déclarations de Adnane Mancer au sujet de ces remaniements ont fourni une ébauche d’explication, mais n’ont pas répondu à toutes les questions que l’opinion publique se pose . Le porte-parole de la présidence a expliqué ces remaniements par le souci d’instaurer une harmonie entre les chefs des différents corps d’armée, mais il a manqué de préciser s’il s’agit d’une entente humaine entre les membres du commandement militaire , ou d’une harmonie de conception au sujet des défis sécuritaires , notamment le dossier de la lutte contre le terrorisme , mission qui incombe , désormais , pour une grande part, à l’Armée.

Si on devait retenir la deuxième explication, on serait en droit d’avancer l’hypothèse que ce remaniement annoncerait un changement de la stratégie ou au moins de l’approche de l’Etat tunisien concernant le phénomène du terrorisme.

Des informations ont circulé également, indiquant que les forces armées déployées, depuis janvier 2011 , pour maintenir l’ordre et assurer la sécurité des établissements publics , devraient regagner leurs casernes , parallèlement à l’organisation d’une large campagne de mobilisation des jeunes en âge d’être enrôlés.

Les observateurs qui ont relevé la concomitance entre les remaniements dans l’Armée et ceux dans les services de sécurité, ont remarqué que le flou qui a enveloppé ces remaniements, a amené une partie de l’opinion à leur trouver un rapport direct avec la crise politique qui va s’aggravant, et dont le volet psychologique devient de plus en plus évident. Ce même volet touche non seulement la confiance entre gouvernement et opposition, mais aussi la suspicion latente et souvent exprimée du parti islamiste au pouvoir (Ennahdha) envers les institutions républicaines, et surtout celles ayant une vocation sécuritaire.

Ces liens entre les nouvelles nominations et la crise de confiance, demeurent, sur le fond, hypothétiques, mais beaucoup de politiciens et de gens des médias les reprennent à leur compte et de manière claire. Aussi le Front de Salut a-t-il exprimé son refus des récentes nominations qui ont touché le ministère de la Défense , considérant que le mouvement Ennahdha continue la politique d’ingérence dans les affaires des institutions de l’Etat notamment , l’armée qui est une institution républicaine dont il faut préserver la neutralité , selon l’expression de Ahmed Seddik, membre de la direction du Front de Salut et du Front populaire.

Les observateurs remarquent que cette cascade de remaniements touchant des postes sensibles à la défense et à l’intérieur, serait à contre-courant, au moment où un large front politique, social et de la société civile se dessine pour exiger le départ du chef du gouvernement, du président de la République, et la coalition au pouvoir dans son ensemble (troïka). Opérer des remaniements dans le but de garantir plus d’efficacité à une équipe qui affronte un ennemi redoutable comme le terrorisme , reste toujours possible et même souhaitable , mais prendre des initiatives de cette envergure , ne ferait que justifier les extrapolations des uns et des autres qui établissent un parallèle entre les situations explosives en Tunisie et en Egypte .

Aboussaoud Hmidi

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Le Maroc s'est hissé à la troisième place des fournisseurs de textile de l'Union européenne. D'après La Vie Eco, l'Association marocaine des industries du...