Tags Posts tagged with "armée tunisienne,"

armée tunisienne,

par -
0
L’Organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé

Rached Khiari et Jamel Arfaoui, deux journalistes tunisiens, pourraient être condamnés à une peine de prison allant jusqu’à trois ans suite à des accusations « d’atteinte à la réputation de l’armée tunisienne».

L’ONG Human Rights Watch s’est dit inquiet de voir les deux journalistes comparaitre devant un tribunal militaire et considère que cette condamnation est une violation du droit international. HRWl affirme que les deux personnes en question ne relèvent pas de cette juridiction selon la charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

On rappelle que Rached Khiari avait révélé que le gouvernement tunisien avait autorisé l’installation sur son territoire de drones américains pour espionner la Libye et que le Pentagone a une base militaire en Tunisie.

De son coté, Jamel Arfaoui avait publié un article le 30 juillet dernier pointant du doigt « les insuffisances de l’enquête menée par l’armée sur un accident d’avion militaire dans lequel ont péri deux officiers ».

par -
0

Le ministre de la Défense Farhat Horchani a déclaré lundi que « l’Armée tunisienne compte parmi les meilleures dans la région ».
Il a mis en évidence son rôle dans la protection du pays des « menaces classiques » qui ont cédé la place au terrorisme.
Dans une déclaration lundi à la presse au cours d’une cérémonie de remise de décorations organisée dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la création de l’Armée, le ministre a ajouté que les forces militaires s’emploient aujourd’hui à protéger les frontières notamment avec la Libye qualifiant de  » délicate » la situation dans ce pays.
Il a mis l’accent sur l’intérêt que le département attache à la situation matérielle et morale des militaires, rappelant l’exécution d’un programme de construction de mille logements individuels (2016/2020) au profit des employés du ministère.
L’année 2016 a été marquée, également par l’acquisition de logements et la construction d’autres à Kasserine, Le Kef, Ain Draham et Menzel Bourguiba.
Le ministre a sur un autre plan rappelé le démarrage des travaux d’extension de l’hôpital militaire de Gabès et de réfection de l’hôpital de terrain de Rémada, en plus de l’aménagement du service de la médecine dentaire de Bizerte.
Farhat Horchani a aussi ajouté que la construction et l’équipement de deux cliniques multidisciplinaires à Tataouine et au Kef ont été achevés. Deux autres seront réalisées à Kasserine et Kébili, en plus de celle de l’Aouina dont les travaux d’aménagement du terrain ont dores et déjà démarré.

par -
0

Abdellatif Missaoui, le gouverneur de Ben Arous a affirmé dans une déclaration ce vendredi 27 mai 2016 à African Manager que les clés de deux nouveaux logements seront remis aujourd’hui vendredi 27 mai 2016 aux familles des martyrs des institutions sécuritaires et militaires.

Le gouverneur a par ailleurs ajouté que ces logements se trouvent dans le cité El Miziene à Mornag.

L’évènement se déroulera en la présence du ministre de l’Équipement, Mohamed Salah Arfaoui, le ministre de la Défense, Farhat Horchani ainsi que celui de l’Intérieur, Hédi Mejdoub.

par -
0
La Maison blanche a annoncé sur son site officiel que la proposition de la nomination de Daniel H. Rubinstein pour le poste d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des Etats-Unis d'Amérique auprès de la République de Tunisie

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Tunis, Daniel Rubinstein a affirmé que son pays continuera à soutenir les capacités opérationnelles de l’armée tunisienne en matériel et équipements ainsi qu’au niveau de la formation, de la coordination, et d’échange d’informations en matière de lutte contre le terrorisme.

Reçu, vendredi, par le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani, l’ambassadeur US, cité dans un communiqué du département, a ajouté que « le soutien américain concernera également la sécurisation des frontières ». Il a, à cet égard, salué « l’opérationnalité de l’armée, des forces de sécurité et de la garde nationale et leur réussite dans la neutralisation des terroristes lors de l’opération de Ben Guerdane. »

Selon le communiqué du département de la Défense, Rubinstein a estimé que ce succès « constitue un message fort aux organisations terroristes dans la région quant à la cohésion de l’Etat et du peuple tunisiens face au  terrorisme».

L’ambassadeur américain a, par ailleurs, noté avec satisfaction le niveau atteint par la coopération entre les deux pays, basée sur « une confiance mutuelle et une amitié de longue date ».

De son côté, Farhat Horchani a souligné la nécessité de s’inspirer de l’expérience américaine en matière de lutte antiterroriste, indiquant que le mur de sable construit sur la frontière tuniso-libyenne, sera doté d’un système de contrôle électronique avec l’appui des USA et de l’Allemagne.

par -
0

Cinq ans après le printemps arabe, seule la Tunisie demeure sur la voie de la démocratie. Pour expliquer le succès tunisien, les chercheurs soulignent souvent le rôle de l’armée tunisienne, qui, contrairement à d’autres forces armées de  la région, a soutenu la révolution du pays et sa transition vers la démocratie. Après avoir été marginalisée par l’Etat  ​​policier instauré par le président déchu Zine el-Abidine Ben Ali, l’armée est peu encline à  être en atomes crochus avec le passé  autoritaire de la Tunisie.

Alors que beaucoup d’encre a coulé sur la façon dont l’armée tunisienne a influencé la transition démocratique, peu a été écrit  sur ​​la façon dont la transition a influencé les militaires. Une nouvelle recherche publiée par la Fondation Carnegie pour la paix internationale et citée par le Washington Post, constate que l’armée tunisienne, longtemps  marginalisée,  a commencé à  voir sa position s’améliorer  après la révolution. Ces changements soulignent  une restructuration progressive du système politique loin de l’Etat-police de Ben Ali et vers celui dans lequel les différents appareils de sécurité sont plus équilibrés. Ce rééquilibrage peut avoir des implications importantes pour la capacité de la Tunisie à faire face aux graves menaces qui pèsent sur sa sécurité, pour les perspectives de la réforme du secteur de la sécurité, et la probabilité de consolidation démocratique.

Lorsque le premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba, était  arrivé au pouvoir en 1956, les coups d’Etat en Egypte, en Syrie et en Irak l’avaient poussé  à garder sa propre armée en état de faiblesse,  contrebalancée par la police et la Garde nationale. Cette stratégie était défendable  en Tunisie, alors qu’il y avait un mouvement de libération national  largement pacifique, qu’il n’y avait pas d’armée nationale pour hériter de l’époque coloniale, et peu de  menaces de sécurité externes tout au long des années 60 et 70.

La marginalisation de l’armée s’est accentuée sous le deuxième président de la Tunisie, Ben Ali. Lui-même général de l’armée, Ben Ali a brièvement flirté avec les militaires lors de son accès  au pouvoir, mais une  tentative de coup d’Etat militaire montée de toutes pièces par une  police jalouse et  le parti au pouvoir, en 1991, l’a poussé à marginaliser l’armée une fois de plus. Au cours des  deux  décennies suivantes,  Ben Ali a privilégié la police matériellement et politiquement, en laissant l’institution militaire dans un état de sous-financement et  de sous-équipement et loin du pouvoir politique. Au moment où il a été renversé  par  la révolution de 2011, le budget du ministère de la Défense s’élevait à environ  la moitié de celui du ministère de l’Intérieur.

Equilibre rétabli entre la police et l’armée

Depuis la révolution, cependant, l’équilibre entre l’armée et la  police à commencé à être rétabli. Face à des menaces de sécurité graves, les dirigeants de la Tunisie post-révolution ont été contraints de renforcer les forces armées. Le budget du ministère de la Défense a augmenté plus rapidement que tout autre ministère depuis 2011, une croissance moyenne de 21 pour cent par an. Si les tendances actuelles se poursuivent, il devra dépasser celui du ministère de l’Intérieur pour  consommer la plus grande part du budget de l’Etat dans six à sept ans. L’armée a également bénéficié d’un flux régulier de nouveaux contrats d’armement et de partenariats internationaux, en particulier avec les États-Unis, qui ont  triplé leur aide militaire à la Tunisie en 2015.

Accompagner la montée de la puissance militaire de l’armée est synonyme d’une plus grande influence politique. Alors que la Tunisie a migré vers un régime parlementaire, la gestion de l’armée a été soustraite du pouvoir personnel des autocrates précédents pour être placée sous la responsabilité partagée entre le président de la République et le chef du gouvernement. La rivalité institutionnelle entre ces deux branches de l’Exécutif  sur l’armée a conduit chacune d’elles  à nommer des conseils de sécurité et un conseiller militaire, institutionnalisant inopinément  un rôle plus important pour les militaires dans les questions de sécurité nationale.

Un autre indicateur de l’importance politique croissante de l’armée tunisienne est le  nombre des  nominations de responsables issus de cette institution  à des postes traditionnellement civils. Pendant les 23 ans du pouvoir de  Ben Ali, un seul officier de l’armée a été nommé gouverneur. En seulement cinq ans après la révolution, 11 officiers militaires en activité ou à la retraite ont été nommés à la tête de gouvernorats de la République, certains  pour plusieurs mandats  dans différentes régions.

Alors que la puissance de l’armée s’est accrue,  les gouvernants de  la Tunisie ont promu  les officiers loyaux. Privilégier les loyaux n’est pas une nouvelle stratégie, mais l’architecture fluctuante du pouvoir  politique en  Tunisie a reflété une composition démographique changeante de la haute hiérarchie militaire. Avant la révolution, les officiers supérieurs étaient le plus souvent originaires de la capitale  Tunis et du Sahel – la riche région côtière, qui comprend Sousse, Monastir et Mahdia-, dont Bourguiba et Ben Ali sont natifs. Ces régions qui représentent  seulement 24 pour cent de la population tunisienne, fournissaient  près de 40 pour cent des officiers promus au Conseil supérieur des armées sous Ben Ali.

Cependant, les gouvernants de  la Tunisie après la Révolution  avaient beaucoup à gagner du soutien  des régions de l’intérieur  marginalisées. Dans le sillage du coup d’Etat intervenu en Egypte en juillet 2013, , l’ex président de la République, Moncef Marzouki, s’est assuré de  la loyauté de l’armée en remaniant la haute hiérarchie militaire en y intégrant des officiers originaires de ces régions historiquement défavorisées, scellant la fin du favoritisme dont bénéficiaient Tunis et le Sahel.

Place croissante dans la société civile

La rupture la plus nette avec l’ère Ben Ali a été sans doute l’entrée des officiers retraités dans la robuste société civile en Tunisie. Les officiers retraités ont tiré parti de  la nouvelle liberté d’association pour former un certain nombre d’organisations de la société civile, faisant du lobbying auprès du gouvernement et façonnant le débat public sur l’armée suivant leurs  besoins.

Les officiers retraités ont prodigué leurs conseils  lors de la rédaction de la constitution de 2014, conseillé les candidats aux élections  présidentielles concernant la politique de défense, et réussi à faire pression pour faire bénéficier de la  justice transitionnelle les officiers arrêtés lors de  la tentative de coup d’Etat montée de toutes pièces en 1991. Ces officiers retraités de la société civile sont en train de pousser vers un certain nombre de réformes pour rendre l’armée plus efficace, notamment une politique de défense globale à élaborer par le ministère de la défense, à charge pour le  Parlement de l’approuver par la suite.

Alors que les trois attaques terroristes en 2015 ont renvoyé cette question aux calendes grecques, le  ministre de la Défense,  Farhat Horchani a récemment renouvelé son engagement à publier  un Livre blanc sur la politique de défense avec le concours de la société civile, du Parlement et de  partenaires internationaux.

Une tentation putschiste nulle

Ces développements suggèrent que l’armée tunisienne, longtemps marginalisée est en train de devenir  une force à part entière.  » Incontestablement, les choses se sont améliorées », a déclaré le chef d’état-major retraité des armées,  le général Saïd El Kateb. « Ben Ali s’est appuyé sur la police. Maintenant, chaque institution a vu ses capacités renforcées. L’armée  a son importance, la police a la sienne, la garde nationale aussi.  Chacune  a une mission unique à remplir « .

Ce rééquilibrage entre les appareils de sécurité de la Tunisie – à supposer  qu’il continue – pourrait avoir des implications majeures, et d’abord  le renforcement de la capacité de l’armée à  lutter contre le terrorisme. Ensuite, ce rééquilibrage pourrait signifier l’affaiblissement relatif de la puissance de lobbying de la police et potentiellement une occasion de faire pression sur le ministère de l’Intérieur pour engager des réformes internes.

Les tenants de  la démocratie peuvent naturellement se méfier de l’influence croissante de l’armée dans la  Tunisie nouvelle. À court et à moyen terme, cependant, un coup d’Etat militaire est peu probable étant donné que la police et la Garde nationale resteront des forces puissantes contrebalançant  l’armée.

La menace potentielle qui pèse sur la  démocratie en Tunisie est moins un coup d’Etat émanant des forces armées  que de voir  l’actuel président, Beji Caïd Essebsi, pouvoir  se servir des  forces armées et sécuritaires ainsi renforcées pour réprimer les Tunisiens en son nom, lui permettant de gouverner en autocrate.

La désillusion croissante sur la transition et l’aspiration d’un homme fort d’imposer l’ordre en font une  possibilité distincte, mais la force de la société civile de la Tunisie et l’attachement des  principaux partis politiques au consensus et au compromis laissent espérer que ce scénario restera seulement une possibilité.

Traduction assurée par Africanmanager

par -
0

Belhassen Oueslati, porte-parole du ministère de la Défense nationale a annoncé ce mardi 8 mars 2016 que le bilan de l’opération sécuritaire et militaire qui a eu lieu dans la région de Benniri à Ben Guerdane a permis d’éliminer 6 terroristes et de saisir 4 fusils de type Kalachnikov.

Les terroristes ont été tués dans une maison dans cette région, A indiqué Oueslati dans une déclaration à la Radio Mosaïque FM.

par -
0
Dans une déclaration à « Africanmanager »

Dans une déclaration accordée mardi 2 février 2016 à Africanmanager, le porte-parole du ministère de la Défense Belhassen Ouesleti a affirmé que des échanges de tirs sont encours entre les forces de l’armée et un terroriste retranché dans le mont de Matmata relevant du gouvernorat de Gabès.
Il a ajouté que deux terroristes ont été liquidés par les forces spéciales et un autre est encore vivant.

par -
0
L'armée tunisienne a repris

L’armée tunisienne a repris , dans la nuit de lundi à mardi (7et 8 avril ) le pilonnage de Chaâmbi , à la suite de détection de mouvements suspects dans quelques endroits des hauteurs . Le pilonnage de la région a cessé depuis des semaines , mais les ratissages des zones suspectes continue de manière ininterrompue .

par -
0
Des individus armés à bord de voitures tout terrain se sont infiltrés, mercredi, dans le territoire tunisien au niveau de Bir Znigra, situé à 70 km à de la délégation de Fawwar (gouvernorat de Kébili) sur la frontière tuniso-algérienne, apprend-on de source sécuritaire dans la région.
Des unités de l’armée nationale ont lancé  une campagne de ratissage et de recherche de ce groupe armé, par voie terrestre et aérienne, dans cette zone déserte de Bir Znigra, a ajouté la même source au correspondant de l’Agence TAP à Kébili, précisant que des échanges de tirs ont lieu actuellement entre les unités de l’armée nationale et ces individus armés non encore identifiés.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
L'Algérie, il faut le dire, snobait jusque-là le continent africain, notamment l'Afrique subsaharienne, se contentant d'engranger les recettes astronomiques de ses hydrocarbures, vendus à...

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...