Tags Posts tagged with "arrestations"

arrestations

par -
0

Un ressortissant Français résidant près de Marrakech a été assassiné, et ses deux meurtriers présumés arrêtés jeudi par les services de sécurités marocains, a-t-on appris de source officielle.

« Les services de la gendarmerie royale ont découvert mardi le corps d’un ressortissant français dans la villa qu’il louait » à Tamansourt, une localité à 10 km au nord-ouest de Marrakech, a rapporté l’agence de presse officielle MAP.

La victime « portait des traces de violences sur la tête », son corps a été découvert après l’alerte donnée par le propriétaire de la villa, sans nouvelle de son locataire, explique la MAP, qui cite la préfecture de police de Marrakech.

Interrogée par l’AFP, une source diplomatique française a confirmé le décès. « Deux individus, soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre (…), ont été arrêtés jeudi par les éléments de la gendarmerie royale, en coordination avec les services de la DGSN (Direction générale de la sûreté nationale) et de la DST (Direction générale de la surveillance du territoire) », a ajouté la MAP.

« Les deux meurtriers présumés ont été mis à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet », toujours selon l’agence de presse marocaine. L’identité de la victime n’a pas été rendue publique.

Source :20minutes.fr

par -
0

Les choses tournent mal en Ethiopie, qui il y a quelques mois faisait les gros titres pour son taux de croissance à deux chiffres. Les autorités font face à un puissant mouvement d’insurrection qu’elles tentent de contenir, par tous les moyens. D’après une enquête du gouvernement sur l’état d’urgence en Ethiopie, plus de 11.000 personnes ont été placées derrière les barreaux depuis que l’état d’urgence est entré en vigueur, il y a un peu plus d’un mois, rapporte BBC Afrique.
Le gouvernement a également reconnu que des centaines de détenus sont décédés en prison depuis novembre, date du déclenchement de la répression féroce contre les deux plus grandes ethnies du pays, Oromo et Amhara, qui se sont soulevées pour exiger plus de droits politiques et un meilleur partage des richesses du pays.

A noter que c’est la première fois que le gouvernement fait la lumière sur les arrestations massives depuis le début de l’état d’urgence.
Ces arrestations ont été menées suite à diverses infractions, parfois collées artificiellement aux manifestants. Les accusations vont de meurtre, à incendie volontaire, en passant par détention illégale d’armes, incitation à la violence et complicité avec des groupes terroristes.
Fait très troublant : Aucun des prévenus n’a encore été officiellement déféré devant la justice. Le gouvernement, pour sa défense face au tolet provoqué par la main de fer, argue que la plupart des délinquants mineurs ont été libérés.
Les autorités donnent des gages en promettant de publier les noms des personnes encore en détention, mais ça ne suffira pas pour faire baisser la tension…

Les organisations de défense des Droits de l’Homme soutiennent que plus de cinq cents personnes ont trouvé la mort depuis novembre 2015 dans des manifestations qui sont nées de litiges fonciers, pour se muer très rapidement en revendications politiques et économiques.
Le ministère du Tourisme a fait ses comptes : L’instabilité sociale fera perdre à l’économie du pays 400 millions de dollars en 2016. Les touristes boudent l’Ethiopie, et on ne voit pas le bout de cette affaire…

par -
0

Dix-huit militaires et policiers burundais ont comparu, hier jeudi,   devant la Chambre de conseil du tribunal de grande instance de Bujumbura. Ils ont été arrêtés ces dernières semaines et sont poursuivis pour trois chefs d’accusation : Participation aux bandes armées, détention illégale d’armes et atteinte à la sureté de l’Etat, rapporte ce vendredi 30 septembre 2016 la chaîne BBC.

Depuis le 14 septembre dernier, 8 policiers et 15 militaires ont été arrêtés. Ce qui fait un total de 23 militaires et policiers burundais arrêtés à Bujumbura. Selon la police, cinq d’entre eux sont encore détenus par le service national des renseignements ou par la police militaire, a précisé la même source.

par -
0

Lors d’une vaste campagne de contrôle sécuritaire menée par les forces de sécurité au gouvernorat de Jendouba, quatre individus ont été arrêtés et 60 motos recherchées ont été interceptées, rapporte le quotidien Al Chourouk ce vendredi 23 septembre 2016.

A noter que de vastes campagnes sécuritaires se poursuivront dans les différents gouvernorats du pays. Elles visent à rassurer les citoyens et garantir leur sécurité.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué publié hier dimanche que les unités du district de sûreté nationale de Tunis ont mené une vaste campagne sécuritaire le samedi 17 septembre 2016 dans plusieurs espaces publics.

Selon le MI, cette opération sécuritaire a abouti à :
L’arrestation de 3 individus pour braquage.
L’arrestation de 6 individus recherchés.
La saisie de 8 véhicules recherchés.
La saisie de 75 motos.
L’arrestation de 20 personnes en état d’ébriété.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public,  ce jeudi 15 septembre 2016, que la brigade de recherche et d’investigation de la Garde nationale à Kasserine, en collaboration avec l’unité de lutte contre le terrorisme, a mené une intervention musclée dans la maison d’un individu suspecté de fournir des produits alimentaires aux éléments terroristes retranchés dans les monts.

D’après le MI, l’homme en question et deux de ses complices ont été arrêtés et une instruction judiciaire a été lancée par le ministère public au tribunal de première instance de Kasserine.

par -
0
Un individu a été arrêté dimanche à Bizerte

Les unités de l’armée tunisienne ont arrêté les 7 et 8 septembre 2016 sept personnes ayant franchi clandestinement la frontière tuniso-libyenne .

Lors des interrogatoires, il s’est avéré que ces individus ne possédaient pas de carte d’identité et qu’ils  sont sénégalais. Un contrebandier libyen a facilité leur déplacement vers la Tunisie, rapporte le journal Al Chourouk ce vendredi 9 septembre 2016.

par -
0

C’est le magazine CairoScene, s’apputant sur une source anonyme, qui a lâché l’info : Les autorités égyptiennes se servent de la très réputée application de rencontre pour les gays, Grindr, pour remonter jusqu’aux homosexuels et les appréhender.
Pour rappel, les actes homosexuels sont un crime selon le code pénal égyptien.

La source fait état de nombreuses arrestations ces derniers mois grâce à Grindr. Les services de police font usage des services de géolocalisation de l’application pour repérer les utilisateurs.

En avril, 11 Égyptiens été écopé de 12 ans de prison pour s’être livrés à des actes homosexuels.

par -
0

Les unités de la garde nationale de Monastir ont arrêté, hier mercredi, lors d’une descente effectuée à Monastir et Teboulba, 37 personnes impliquées dans divers délits et qui font l’objet d’avis de recherche, dont des éléments considérés comme “dangereux”.

“Sept véhicules, 2617 boites de boissons alcoolisées, une somme d’argent d’une valeur d’environ 2 mille dinars et 16 motocyclettes ont été saisis lors de cette descente”, a indiqué Ahmed Hichri, porte-parole du district de la garde nationale de Monastir à l’agence TAP.

par -
0

Les autorités turques ont déjà procédé à quelque 6.000 arrestations après le coup d’Etat manqué de vendredi soir, a rapporté dimanche la chaîne de télévision NTV citant le ministre de la Justice, Bekir Bozd.

« Le processus judiciaire va se poursuivre », a-t-il ajouté, disant s’attendre à ce que le nombre d’arrestations dépasse le seuil des 6.000.

par -
0

La purge, la énième, a déjà commencé dans les rangs de l’armée après la tentative de coup d’état d’hier vendredi 15 juillet dans la soirée. Le ministre de la Justice a annoncé ce samedi que plus de 1563 soldats sont derrière les barreaux et 250 autres, qui s’étaient barricadés à l’état-major, ont déposé les armes.

Cinq généraux et 29 colonels ont été limogés, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Par ailleurs 16 soldats rebelles ont été abattus par la police gouvernementale dans la capitale, Ankara.

50 autres militaires se sont rendus après avoir été pris en étau par la police à la place Taksim, à Istanbul.

Erdogan et l’armée : une haine cordiale

Entre le président Recep Tayyip Erdoğan et l’armée, c’est loin d’être une histoire d’amour, mais tout au plus une entente cordiale que le chef de l’Etat a travaillée dernièrement après des années de conflit ouvert. En effet dès son accession au pouvoir, en 2003, Erdogan a tout fait pour mettre au pas l’institution militaire laquelle a pourtant été garante de la démocratie et de la laïcité. Il y a eu des vagues de purge au sein de l’armée et beaucoup de généraux et d’officiers ont démis de leurs fonctions, certains ont même été lourdement condamnés suite à des procès spectaculaires où très souvent les dossiers à charge étaient montés de toutes pièces.

Par ailleurs l’armée voit d’un très mauvais oeil les dérives autoritaires d’Erdogan, qui tient à avoir son mot dans les nominations des patrons de l’armée, qui est entrain de se tailler un régime présidentiel fort à sa mesure. On reproche également au chef de l’Etat son attitude trouble vis-à-vis de Daech, certains sont même allés jusqu’à l’accuser de collusion avec l’organisation de l’Etat islamique. Ce qui d’ailleurs n’a pas évité à la Turquie des attentats sanglants dernièrement.

par -
0

Selon des informations rapportées par « Le Figaro.fr », la police turque a arrêté 13 personnes, dont trois ressortissants étrangers, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat suicide commis à l’aéroport d’Istanbul par trois kamikazes et qui a fait 42 morts et 239 blessés, indique un responsable turc, ce jeudi.

Les forces de police stambouliotes ont effectué une descente simultanée dans 16 adresses de la ville, a indiqué l’agence, sans préciser la nationalité des étrangers. Les 16 perquisitions ont été menées contre des cellules présumées du groupe Etat islamique (EI) dans trois quartiers défavorisés d’Istanbul – Pendik, Basaksehir et Sultanbeyli – et dans la ville côtière d’Izmir, rapporte la même source.

 

par -
0

Les unités sécuritaires à Kébili ont arrêté, mardi 7 juin 2016, 11 personnes suspectées d’être impliquées dans les derniers affrontements violents qui ont eu lieu entre les habitants de Douz et El Golaa, rapporte Mosaïque fm.

 Pour rappel, les heurts ont causé le décès de deux jeunes et des blessures chez des agents de sécurité, des soldats et des civils.

par -
0

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 6 juin 2016 que les unités de la Garde nationale ont mené une vaste campagne sécuritaire sur tout le territoire tunisien, du 29 mai au 4 juin 2016.

Lors de cette opération, 594 personnes recherchées ont été arrêtées, 5360 cannettes de bière ont été saisies et quatre tentatives d’immigration clandestine ont été mises en échec, a ajouté la même source.

par -
0

Les unités sécuritaires relevant du district de la police de Nabeul ont arrêté jeudi 26 mai 2016, lors d’une vaste campagne sécuritaire à Nabeul et Hammamet, 17 individus recherchés par les services de police.

Selon les déclarations d’une source sécuritaire sur Jawhara fm, l’un des individus arrêtés est impliqué dans plusieurs affaires et fait l’objet de 6 mandats de recherche.
Un véhicule recherché a également été saisi lors de cette campagne.

 

par -
0

L’unité de recherche judiciaire relevant de la Garde Nationale de Sousse a réussi à démanteler, dans la nuit de lundi à mardi 5 avril, un réseau de falsification des permis de conduire, rapporte Mosaïque Fm, citant une source sécuritaire.
Neuf individus relevant de ce réseau, actif entre les gouvernorats de Sousse et Sfax ont été arrêtés, alors que 56 avis de recherches ont été émis contre des personnes ayant reçu ce document falsifié.
L’enquête est en cours pour arrêter les autres membres du gang, indique la même source.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT