Tags Posts tagged with "artisanat, tourisme, Tunisie"

artisanat, tourisme, Tunisie

par -
0
Les professionnels de l’artisanat et du tourisme

Les professionnels de l’artisanat et du tourisme, pour une large part, n’hésitent plus aujourd’hui à prédire une fin proche du dernier filon encore disponible dans le paysage touristique tunisien, suite à la dégradation des performances des autres produits touristiques en liaison avec la commercialisation du produit artisanal en tant que souvenir touristique, à l’instar des excursions partant des principaux pôles touristiques ou des circuits à thème (saharien : culturel ;…).

En effet, devant le tarissement et parfois l’assèchement tout court des autres sources de clientèle, les différents intervenants dans le circuit (agences de voyages, guides, commerçants de l’artisanat) se sont tournés vers ce dernier filon qui procure bon an mal an quelques centaines de milliers de clients ayant un bon pouvoir d’achat mais qui ne restent que le temps d’une brève escale de quelques heures.

Partant du port de la Goulette, ces bus amenant des touristes pour d’improbables excursions de découvertes des richesses archéologiques et patrimoniales de la région de Tunis sont ainsi devenues l’objet de permanentes querelles entre les commerçants d’artisanat classés en deux catégories ; les propriétaires des grands magasins et les petits commerçants surtout installés à la rue Jammâa Ezzitouna et dans le célèbre village de Sidi Bou Saïd.

Ces derniers ont ainsi mené de multiples actions de contestation dénonçant les pratiques des agences de voyages qui dirigent les bus de touristes vers des magasins particuliers en contrepartie de droits de passage et de substantielles commissions sur le chiffre d’affaires réalisé.

Le cumul des différentes commissions (agence, guide, chauffeur du bus) peut ainsi aller jusqu’à 50% du chiffre d’affaires réalisé à l’occasion du passage du bus.

Ces multiples charges amènent ainsi certains commerçants à autoriser des dépassements et des hausses considérables des prix de produits souvent importés et de qualité discutable.

Les exemples à cet égard sont nombreux et frappants et frôlent carrément la triche au détriment de la renommée du produit artisanal authentiquement tunisien.

Ces pratiques de plus en plus nombreuses et de plus en plus « sophistiquées » font l’objet de réclamations récurrentes de clients floués qui n’hésitent pas à en parler sur internet et sur les différents blogs.

Ainsi, nous parle-t-on d’un guide ayant essuyé 38 réclamations de la part d’un groupe ne comportant que 37 touristes.

Mais ce qui est plus anormal, c’est qu’aucune sanction n’est venue mettre fin à ce comportement et ces agissements qui sont devenues monnaie courante à tel point que l’escale de Tunis a perdu, ces derniers temps, deux bateaux d’une compagnie anglaise ( « Ocean Village » et « Sun Bird » ) et même si la célèbre compagnie des croisières Costa est revenue sur l’escale de Tunis et reprogramme de nouveau la Tunisie, il est important de trouver aujourd’hui une nouvelle organisation de ce dernier filon avant que certains qui ne voient que leur intérêt immédiat ne tuent « la poule aux œufs d’or » .

L’administration du Tourisme se doit, à cet effet, de reprendre les choses en main et de ne plus permettre une monopolisation du réceptif de cette clientèle qui est en grande partie responsable de cette situation chaotique et critique.

Des sanctions doivent, par ailleurs, être prises à l’encontre de tout contrevenant ayant fait l’objet d’une réclamation dument prouvée.

Le nouveau système à mettre en place devrait, en outre, définir les tâches de chaque intervenant avec des relations de coopération claires entre les différentes corporations impliquées dans le circuit moyennant notamment « une commission légale » servie au grand jour avec un taux fixe et conventionné.

H.H

par -
0
Les professionnels de l’artisanat et du tourisme

Les professionnels de l’artisanat et du tourisme, pour une large part, n’hésitent plus aujourd’hui à prédire une fin proche du dernier filon encore disponible dans le paysage touristique tunisien, suite à la dégradation des performances des autres produits touristiques en liaison avec la commercialisation du produit artisanal en tant que souvenir touristique, à l’instar des excursions partant des principaux pôles touristiques ou des circuits à thème (saharien : culturel ;…).

En effet, devant le tarissement et parfois l’assèchement tout court des autres sources de clientèle, les différents intervenants dans le circuit (agences de voyages, guides, commerçants de l’artisanat) se sont tournés vers ce dernier filon qui procure bon an mal an quelques centaines de milliers de clients ayant un bon pouvoir d’achat mais qui ne restent que le temps d’une brève escale de quelques heures.

Partant du port de la Goulette, ces bus amenant des touristes pour d’improbables excursions de découvertes des richesses archéologiques et patrimoniales de la région de Tunis sont ainsi devenues l’objet de permanentes querelles entre les commerçants d’artisanat classés en deux catégories ; les propriétaires des grands magasins et les petits commerçants surtout installés à la rue Jammâa Ezzitouna et dans le célèbre village de Sidi Bou Saïd.

Ces derniers ont ainsi mené de multiples actions de contestation dénonçant les pratiques des agences de voyages qui dirigent les bus de touristes vers des magasins particuliers en contrepartie de droits de passage et de substantielles commissions sur le chiffre d’affaires réalisé.

Le cumul des différentes commissions (agence, guide, chauffeur du bus) peut ainsi aller jusqu’à 50% du chiffre d’affaires réalisé à l’occasion du passage du bus.

Ces multiples charges amènent ainsi certains commerçants à autoriser des dépassements et des hausses considérables des prix de produits souvent importés et de qualité discutable.

Les exemples à cet égard sont nombreux et frappants et frôlent carrément la triche au détriment de la renommée du produit artisanal authentiquement tunisien.

Ces pratiques de plus en plus nombreuses et de plus en plus « sophistiquées » font l’objet de réclamations récurrentes de clients floués qui n’hésitent pas à en parler sur internet et sur les différents blogs.

Ainsi, nous parle-t-on d’un guide ayant essuyé 38 réclamations de la part d’un groupe ne comportant que 37 touristes.

Mais ce qui est plus anormal, c’est qu’aucune sanction n’est venue mettre fin à ce comportement et ces agissements qui sont devenues monnaie courante à tel point que l’escale de Tunis a perdu, ces derniers temps, deux bateaux d’une compagnie anglaise ( « Ocean Village » et « Sun Bird » ) et même si la célèbre compagnie des croisières Costa est revenue sur l’escale de Tunis et reprogramme de nouveau la Tunisie, il est important de trouver aujourd’hui une nouvelle organisation de ce dernier filon avant que certains qui ne voient que leur intérêt immédiat ne tuent « la poule aux œufs d’or » .

L’administration du Tourisme se doit, à cet effet, de reprendre les choses en main et de ne plus permettre une monopolisation du réceptif de cette clientèle qui est en grande partie responsable de cette situation chaotique et critique.

Des sanctions doivent, par ailleurs, être prises à l’encontre de tout contrevenant ayant fait l’objet d’une réclamation dument prouvée.

Le nouveau système à mettre en place devrait, en outre, définir les tâches de chaque intervenant avec des relations de coopération claires entre les différentes corporations impliquées dans le circuit moyennant notamment « une commission légale » servie au grand jour avec un taux fixe et conventionné.

H.H

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

SPORT

0
L'avion privé de Cristiano Ronaldo, attaquant portugais du Real Madrid, a été victime d'un grave accident lundi soir à l'atterrissage à l'aéroport de Barcelone. Son train...