Tags Posts tagged with "assassinat"

assassinat

par -
0

La police belge a interpellé six personnes soupçonnées d’être impliquées dans une attaque à la machette commise contre deux policières devant le commissariat central de Charleroi au mois d’août et revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), rapporte « Reuters ».

Le parquet fédéral belge a précisé, mercredi , que des perquisitions menées dans huit maisons à Charleroi et dans les environs de la ville avaient permis de saisir plusieurs armes similaires à celle employée lors de l’agression, indique la même source.

par -
0

Yan Corrie, un Britannique naturalisé français, âgé de 66 ans, a été retrouvé mort depuis deux jours dans une maison de location à Djerba.

Selon des informations rapportées par « Nice-Matin », qui cite des unités sécuritaires tunisiennes, des jeunes âgés de 18 et 21 ans auraient été interpellés dans le cadre de l’enquête.

Des traces de violence et de strangulation ont été retrouvées sur le corps du sexagénaire. Une autopsie est par ailleurs en cours pour déterminer les causes du décès, ajoute la même source.

par -
0

Omar Takrouni, président de la délégation spéciale d’Hammam Zriba à Zaghouan a été victime, mercredi soir, d’une tentative d’assassinat près de son domicile, rapporte Shems Fm.

Deux individus ont attaqué Omar Takrouni, avant de l’étrangler. La victime qui a perdu connaissance a été transférée à l’hôpital régional de Zaghouan.
Un des agresseurs a été arrêté et l’autre est encore en fuite. Il s’est avéré qu’il est marchand ambulant. Avant cette agression, il a demandé au président de la commission spéciale d’obtenir un permis pour s’installer au marché, indique la même source.

par -
0

La 5e Chambre criminelle du Tribunal de première instance de Tunis examinera vendredi prochain l’affaire de l’assassinat du Secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifiés (PPDU), Chokri Belaïd.
 » L’examen de cette affaire sera probablement reporté en raison de l’éclatement du dossier entre les différentes chambres judiciaires « , a estimé mercredi Me Mohamed Jemour, membre du comité de Défense dans cette affaire, en marge du rassemblement hebdomadaire observé par le Front populaire devant le siège du ministère de l’Intérieur pour éclater au grand jour toute la vérité sur l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.
Les participants à ce rassemblement ont brandi des slogans pour réaffirmer l’attachement résolu à révéler la vérité sur ces deux assassinats politiques.

par -
0

L’administration  de lutte contre le terrorisme de la Garde Nationale a déjouée dernièrement une tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur Hédi Mejdoub alors qu’il visitait la maison de ses parents à Kébili, rapporte Mosaïque Fm.

Certains accusés dans cette affaire ont été arrêtés et traduits devant la justice, indique la même source.

par -
0

Face aux récents essais nucléaires de Pyongyang, le ministre de la Défense sud-coréen a révélé au Parlement mercredi qu’il a un plan pour éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses projets nucléaires, rapporte le site « Le Figaro » ce vendredi 23 septembre 2016.

Après les derniers essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, Séoul ne cache pas son inquiétude, et disposerait d’un plan radical pour éliminer la menace que représente son voisin du nord : l’assassinat de son dirigeant Kim Jong-un.  Selon le ministre de la Défense sud-coréen, la Corée du Sud disposerait en effet de troupes d’élite se tenant prêtes à éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses velléités nucléaires.

D’après la même source, le ministre a confirmé cette information au Parlement sud-coréen, mercredi. Interrogé à ce sujet, Han Min-koo a déclaré: «Oui nous avons préparé cette éventualité». Le ministre de la Défense s’est même risqué à détailler son plan : «Si la Corée du Sud se sent menacée, nous avons l’intention d’utiliser des missiles de précision pour cibler les installations de l’ennemi dans des zones stratégiques, ainsi que d’éliminer son leader».

La mise en œuvre de ce plan reste néanmoins «le pire scénario», a poursuivi le ministre de la Défense en défendant le fait que la Corée du Nord se préparait à son sixième test nucléaire. Si la communauté internationale soupçonnait déjà l’existence d’un tel plan, c’est la première fois qu’un membre du gouvernement le confirme officiellement.

par -
0
Des sources au sein du Ministère de l’Intérieur ont  indiqué au  site Tunis Tribune  que le chargé du renseignement de l'ambassade Allemande

Un colloque sur  » les obstacles au développement local et régional en Tunisie  » s’est tenu, dimanche, au Palais Dhiafa, à Sidi Bouzid, à l’occasion de la commémoration du troisième anniversaire de l’assassinat du martyr Mohamed Brahmi, avec la participation d’une pléiade d’intellectuels et d’experts dans le domaine du développement et de l’économie, en présence du bureau directeur de la fondation Mohamed Brahmi et d’un grand nombre de citoyens et de représentants syndicaux, d’associations et de partis dans la région.
La députée de la région de Sidi Bouzid, Mbarka Aouania, veuve du martyr Mohamed Brahmi, a fait valoir que  » la commémoration de l’assassinat de Brahmi, ne doit pas être un simple rendez-vous annuel, mais plutôt un programme pour promouvoir les alternatives proposées par le martyr « . Elle a critiqué « les tentatives incessantes », selon ses termes, de clôturer l’affaire de l’assassinat de Brahmi et d’arrêter l’enquête sur ce sujet, estimant que « l’Etat est impliqué dans le crime ainsi que dans sa dissimulation ». Elle a réaffirmé la détermination à poursuivre la pression afin que toute la vérité soit faite sur le dossier, même s’il fallait s’adresser à des instances internationales, a-t-elle insisté.
Dans son intervention intitulée  » le bilan du développement régional en Tunisie; dimensions et indicateurs « , l’universitaire Boujemaa Mechi, a fait remarquer que l’écart de développement s’est creusé, ces dernières années, à l’échelle régionale et locale. Du coup, il a recommandé de préconiser une démarche de développement plus réaliste, équilibrée et sécurisée afin de garantir les droits des générations futures.

par -
0
Mohamed Brahmi

– Le secrétaire général du parti du Courant populaire, Zouhaier Hamdi, a accusé la coalition au pouvoir de vouloir étouffer la vérité sur l’assassinat Mohamed Brahmi, à l’instar de la Troïka avant 2014.
 » Ceux qui gouvernent aujourd’hui sont les complices de leurs prédécesseurs sur les plans moral et politique « , a lancé Hamdi, lors d’une conférence de presse donnée, mercredi, conjointement avec le Front populaire (FP), dénonçant l’intention de classer l’assassinat du martyr Mohamed Brahmi en tant que  » crime ordinaire « .
Les gouvernants actuels, a-t-il dit, veulent consacrer l’impunité, après avoir promis auparavant de  » révéler la vérité  » sur les assassinats politiques et  » d’ouvrir tous les dossiers « , a-t-il déploré.
Avis partagé par le porte-parole du FP, Hamma Hammami, qui estime que  » les dirigeants actuels cherchent à noyer la vérité sur les assassinats politiques en Tunisie « , en tentant de faire passer la loi sur la réconciliation économique et financière sans reddition préalable des comptes.
Il a, dans ce sens, évoqué les assassinats de Chokri Belaid, Mohamed Belmofti, Majdi Ajlani ainsi que les militaires et sécuritaires tombés dans des attaques terroristes.
Hammami a, par ailleurs, réitéré le rejet du FP de l’initiative présidentielle en faveur de la formation d’un gouvernement d’Union nationale qui, a-t-il dit, s’inscrit dans le cadre des efforts pour dénouer la crise de Nida Tounes.
De son côté, Amor Saadaoui, membre du collectif de défense du Martyr Mohamed Brahmi a fait remarquer que trois années se sont écoulées sans que la vérité ne soit établie dans cette affaire, en raison des  » multiples failles ayant marqué les procédures engagées par le juge d’instruction en charge du dossier « .
Plusieurs meetings, conférences et manifestations culturelles seront organisées à travers le pays pour commémorer le 3e anniversaire de la mort de Mohamed Brahmi, assassiné le 25 juillet 2013.
Le programme débute samedi 23 juillet à Sfax et s’achève le 27 juillet à Djerba.

par -
0
Le substitut du procureur de la République au tribunal de première instance de Tunis a entendu

Un des proches de Mongi Rahoui, député du Front populaire, a confié à Shems FM ce jeudi 14 juillet que le ministère de l’Intérieur a pris contact avec l’élu pour l’informer que ses services ont découvert un plan détaillé visant son meurtre dans sa maison. Rahoui a été placé sous haute surveillance.

Reste à savoir si ces menaces ont un quelconque rapport avec les prises position très affirmées du député. Pas plus tard qu’hier mercredi, par exemple, il s’est illustré à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) en s’opposant farouchement à la loi relative à l’octroi de la garantie de Washington pour dégager à la Tunisie une voie vers un emprunt sur le marché financier mondial, arguant que cet endettement asphyxie l’économie tunisienne et porte atteinte à la souveraineté de l’Etat.

par -
0
La même arme

Hatem Ferjani, député de Nidaa Tounes à l’ARP, a appelé le ministère de la Justice à considérer l’assassinat des deux leaders de l’opposition Chokri Belaid et Mohamed Brahmi comme une affaire nationale.

Lors de la séance plénière qui se tient actuellement à l’ARP en présence des ministres de la Justice et de l’Intérieur, il s’est adressé au ministre Omar Mansour, l’appelant à excercer ses prérogatives et suivre cette affaire, jugée importante.
Pour dévoiler la vérité, il a souligné la nécessité d’éviter les accusations, faisant savoir que de nombreuses questions se posent en ce qui concerne cette affaire.

par -
0

Yasser Arafat est décédé le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris, après une brusque détérioration de son état de santé, et les causes de sa mort n'ont jamais été élucidées.

Les magistrats étaient saisis de cette enquête depuis août 2012, après une plainte contre X déposée par Souha Arafat à la suite de la découverte de polonium 210, substance radioactive hautement toxique, sur des effets personnels de son mari.

Les experts mandatés par les juges français ont à deux reprises écarté la thèse de l’empoisonnement, estimant que la présence dans l’environnement extérieur d’un gaz radioactif naturel, le radon, expliquerait les fortes quantités de polonium enregistrées dans sa sépulture et sur sa dépouille.

Des experts suisses sollicités par la veuve avaient au contraire jugé que leurs résultats « soutiennent raisonnablement l’hypothèse de l’empoisonnement » au polonium.

En tout cas, selon l’agence AFP qui cite le procureur de Nanterre, les trois juges de Nanterre avaient estimé dans leur ordonnance de non-lieu, et « qu’à l’issue des investigations, il n’est pas démontré que M. Yasser Arafat ait été assassiné en novembre 2004, par empoisonnement au polonium 210, et il n’existe pas de preuve suffisante de l’intervention d’un tiers qui aurait pu attenter à (sa) vie ».  

À cet égard, convaincus que la justice a refermé trop vite le dossier alors que « personne n’est aujourd’hui capable d’expliquer la mort de Yasser Arafat », Francis Szpiner et Renaud Semerdjian, avocats de Souha Arafat, avaient fait appel du non-lieu en septembre 2015 et demandé l’annulation d’une expertise-clé pour l’enquête, a expliqué la même source.

Par ailleurs, dans leurs expertises complémentaires, les Français avaient ré-exploité des données brutes issues de l’analyse en 2004 par le service de protection radiologique des armées d’échantillons d’urine prélevés sur Yasser Arafat lors de son hospitalisation. Ils n’y ont pas trouvé de polonium 210, rappelle l’AFP.

Les avocats s’interrogent sur l’apparition « mystérieuse » de ces résultats d’analyses d’urine. Selon eux, ces éléments ne figuraient pas au dossier, motif suffisant pour annuler l’expertise complémentaire.

par -
0

Le Tribunal de première instance de Tunis a décidé, vendredi 17 juin 2016, le report de l’affaire de Chokri Belaïd.

Le Tribunal de première instance de Tunis a décidé vendredi le report au 28 octobre prochain de l’affaire relative à l’assassinat de Chokri Belaïd, a déclaré le porte-parole du Tribunal Sofiène Sliti.

Deux accusés ont été libérés après avoir été établi qu’ils n’étaient pas impliqués dans l’assassinat. Toutefois, condamnés dans d’autres affaires, les deux accusés sont donc restés maintenus en détention.

par -
0
La chaîne  satellitaire TNN a rapporté

Le procès des deux accusés de l’assassinat du martyr Chokri Belaïd va démarrer aujourd’hui, vendredi 17 juin 2016, au tribunal de première instance de Tunis.

A cet effet, le Front populaire appelle à une journée de colère aujourd’hui pour dénoncer la lenteur dans le traitement des dossiers de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Des rassemblements devraient être organisés aujourd’hui à partir de 9 heures, devant le ministère de la Justice et le tribunal de première instance de Tunis.

par -
0

Lors d’un point de presse mercredi 03 février, des leaders du Front populaire ont déclaré que ce sont des manœuvres politiques, juridiques et sécuritaires qui bloquent le dévoilement de la vérité sur le meurtre de Chokri Balaid. Ils ont renvoyé le président de la République, Béji Caïd Essebsi, à son engagement de faire de ce dossier une priorité une fois sur le fauteuil du palais de Carthage, promesse qui n’a pas été tenue, selon les dirigeants du FP.

« Il n’y a aucun effort aidant à la manifestation de la vérité », a affirmé l’élu à l’ARP et secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié, Zied Lakhdar. Il est allé jusqu’à dire que c’est la coalition Nidaa Tounes/Ennahdha qui obstrue l’enquête. Il a réitéré au passage l’accusation récurrente selon laquelle la troïka, Ennahdha plus spécifiquement, porte « la responsabilité morale et politique » du meurtre de Belaid.

Cela a tout l’air d’une passe d’armes entre les dirigeants de la gauche protestataire et le président de la République, suite à la sortie de BCE qui a affirmé détenir les preuves de l’implication de l’extrême gauche dans les événements qui ont secoué dernièrement la Tunisie. Des propos que le locataire du palais de Carthage a réitérés hier soir lors de son intervention télévisée. L’espèce de trêve entre le FP et le président de la République a bel et bien volé en éclats. Plus question de mettre en veilleuse les accusations contre la troïka ou de ménager Essebsi.

Le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, a formellement annoncé la reprise des hostilités en déclarant que la manifestation de la vérité sur la fin tragique de Belaid est « la clé d’une transition démocratique véritable ». Il a ajouté : « Nous continuerons à lutter pour que toute la vérité soit établie sur les assassinats de Belaid et de Mohamed Brahmi, ainsi que sur la mort de Majdi Ajlani et Mohamed Belmofti (deux jeunes militants de gauche abattus par la police lors de manifestations à Kasserine et Gafsa) »…

par -
0
Le secrétaire général du Watad Unifié et candidat du Front Populaire aux législatives à la circonscription de Ben Arous

Des obstacles politiques empêchent la révélation de la vérité sur l’assassinat de Chokri Balaid, ont déclaré mercredi des dirigeants du Front populaire.
S’exprimant mercredi en conférence de presse, ils ont soulevé l’existence « d’obstacles de nature politique, judiciaire et sécuritaire », accusant le président de la République de ne pas honorer ses promesses électorales à ce sujet.
« Il n’y a aucun effort visant à révéler la vérité », a regretté le député et secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu) Zied Lakhdar. Selon lui, la coalition entre Nidaa Tounès et Ennahdha empêche l’enquête d’avancer, réitérant la position du Front qui considère que la Troika et Ennahdha en particulier, a une responsabilité morale et politique dans l’assassinat de Belaid.
Le porte-parole du Front populaire Hamma Hammami a estimé de son côté, que l’établissement de la vérité sur cet assassinat est « la clé d’une transition démocratique véritable ».
« Nous continuerons à lutter pour que toute la vérité soit établie sur les assassinats de Belaid et de Mohamed Brahmi, ainsi que sur la mort de Majdi Ajlani et Mohamed Belmofti (deux jeunes militants de gauche tués par la police lors de manifestations, respectivement à Kasserine et Gafsa). Le porte-parole du collectif de la défense de Chokri Belaid a déclaré que l’ancien ministre de la Justice Mohamed Salah Ben Aissa avait recommandé la mise en examen de toutes les personnes impliquées dans cette affaire. Il a regretté que cette recommandation soit restée sans effet. Le dirigeant du Ppdu et membre du collectif de la défense, Mohamed Jmour, a déploré l’atermoiement du ministère de la Justice à régler l’affaire et une absence de volonté du ministère de l’Intérieur qui est impliqué, selon ses dires, dans la dissimulation des preuves.

TAP

par -
0

La voiture Fiat Siena ayant servi à l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid a disparu après avoir été saisie par les forces de l’ordre, rapporte Mosaique fm.
Toujours selon la même source, cette voiture qui était en possession de Ahmed Rouissi tué en Libye au mois de mars 2015, a été utilisée par les accusés principaux Kamel Gadhgadhi, Yasser Mouelhi et Mohamed Ali Dammak dans la surveillance et l’assasinat du martyr Chokri Belaid.
Elle avait été retrouvée par la police dans le quartier d’Elouardia.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT