Tags Posts tagged with "assassinats"

assassinats

par -
0
Après la démission de conseiller du chef du gouvernement

Lotfi Zitoun, un des leaders d’Ennahdha, est revenu, hier vendredi 03 juin dans la soirée, sur la chaine Attessia, sur le dossier de la dissociation de l’axe politique et de la prédication au sien de son mouvement. Il a confirmé ce que le président du mouvement, Rached Ghannouchi, avait déjà déclaré, au risque de brouiller encore plus les cartes : Le parti maintient son référentiel religieux, tout en se conformant aux principes de la démocratie et en optant pour une orientation résolument moderniste.

« D’ailleurs, la présence du président de la République témoigne de l’évolution d’Ennahdha. En plus, tous les responsables du parti ne pourront plus combiner l’action partisane et le volet associatif, à chacun sa spécialité. Ainsi, on en finira avec les accusations de ‘travail clandestin' », a déclaré Zitoun.

S’agissant de l’ex-président Moncef Marzouki, il a souligné que ce dernier a fait un pari et qu’il l’a perdu. « Ce sont les règles du jeu. Et puis, il se trompe s’il croit qu’en adoptant une certaine posture, il peut capter des partisans d’Ennahdha. C’est un parti qu’on a bâti depuis plus que 40 ans. Ce n’est pas aussi facile que ça, M. Marzouki se fait des illusions », a-t-il ajouté.

Sur un tout autre sujet, Zitoun a déclaré que la Troïka endosse la responsabilité de tous les événements qui se sont produits sous son règne, notamment les meurtres de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi ou l’attaque contre l’ambassade US : « C’est une responsabilité politique. La responsabilité pénale est une autre affaire, et c’est à la justice de trancher en fonction des preuves et des dossiers entre ses mains », a déclaré le leader d’Ennahdha.

par -
0

Une ère sombre s’ouvre aux Philippines. Personne ne sait dans quelle direction le pays ira après l’élection de Rodrigo Duterte à la magistrature suprême. Enfin si, on en a une petite idée puisqu’il a été choisi par les électeurs après une campagne musclée, très décriée par ses adversaires pour ses thématiques exclusivement sécuritaires. Et il semble que Duterte ait fait école puisqu’un certain Tomas Osmena, le nouveau maire de Cebu, une grande ville du centre, a déclaré ce vendredi 20 mai qu’il va offrir une prime aux policiers qui abattraient les criminels.

On file droit vers une officialisation des assassinats extrajudiciaires. L’inquiétant M. Osmena, qui entamera son mandat le 30 juin, s’est dit prêt à remettre 50.000 pesos (950 euros) à tout policier qui abattrait un meurtrier et 5.000 pesos pour un criminel blessé. « Si vous abattez un criminel dans l’exercice de vos fonctions (vous serez récompensés), aucune question ne sera posée. Je suis là pour aider la police, pas pour la poursuivre », a confié à l’AFP ce maire digne de l’époque du « far west ». Il a ajouté : « C’est mon but: faire peur aux criminels. S’ils veulent commettre des crimes, ils seront en guerre avec moi. Je ferai en sorte qu’il y ait des victimes ».
Et quand on lui agite le risque de lynchages publics, il réplique, droit dans ses bottes : « je ne vais pas réprimer les justiciers ».

 Le premier cow-boy, c’est le président !

Mais il faut dire que le pays se prête actuellement à ce genre de déclaration depuis que Duterte s’est installé dans le coeur des citoyens. L’ex-maire a même carrément écrasé son adversaire le 9 mai en déversant sur la place publique des propositions d’une violence inouïe. Il s’est par exemple engagé à débarrasser le pays de la criminalité en à peine six mois. Son remède miracle :  Un permis de tirer et de tuer pour les forces de sécurité.
Duterte a même avancé le chiffre de 100.000 exécutions dans le cadre de cette campagne de répression. Cerise sur l’horreur : Il a précisé que les dépouilles seraient jetées dans la baie de Manille et qu’elles allaient alimenter les poissons.

Parmi d’autres joyeusetés, il a annoncé le retour de la peine capitale et l’éradication de la notion même de droits de l’Homme.

Et quand on demande à M. Osmena s’il s’est inspiré des thèses du président Duterte, il répond que non. Mais il ajoute, tout de même : « je crois qu’il mène la bonne politique ».
Et d’après un porte-parole de la police de la ville, le maire n’a pas attendu son intronisation pour appliquer son étrange programme, il aurait déjà remis une prime de 20.000 pesos  cette semaine à un policier de Cebu qui a touché deux voleurs dans des échanges de tirs.

Pourtant un porte-parole du nouvel homme fort du pays nie toute incitation du nouveau président à des primes pour des exécutions extrajudiciaires. « Peut-être que le maire Osmena plaisante simplement, avec un nouveau gadget pour se rendre populaire. Chacun fait ce qu’il veut », lâche-t-il.

Chacun fait ce qu’il veut… avec la vie des citoyens, drôle de conception du rôle des autorités. Ainsi vont les Philippines… on ne vont pas du tout.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCI Tunis), Mounir Mouakhar, a souligné la nécessité de créer un électrochoc pour...

AFRIQUE

SPORT