Tags Posts tagged with "assurance"

assurance

par -
0

Au titre du premier semestre 2016, l’activité de Tunis Re a été marquée par un ensemble de facteurs positifs. C’est d’abord, une évolution du chiffre d’affaires cumulé au 30/06/2016 de 18% par rapport à la même période de l’année écoulée. Cette progression est opérée pour la quasi-totalité des branches suivant le développement du portefeuille aussi bien sur le marché tunisien qu’étranger.

Par rapport aux objectifs fixés pour 2016, le taux de réalisation du chiffre d’affaires au 30 Juin 2016 a atteint 56%. L’activité Retakaful a enregistré au cours du premier semestre 2016 une importante évolution du chiffre d’affaires, soit 51%, en passant de 3,603 MDT au premier semestre 2015 à 5,427 MDT au 30/6/2016. C’est aussi une progression des primes nettes de rétrocession de 31,3% par rapport au 30/06/2015 pour atteindre 38,350 MDT, une évolution de la charge de sinistre brute de 31% due en grande partie à l’impact du taux de change sur les acceptations étrangères à la suite de la dépréciation du dinar vis-à-vis des monnaies étrangères et une participation de la rétrocession à 49 % de la charge sinistre brute totale. Les produits financiers ont, de leur côté, enregistré une évolution de 15% par rapport au 30 juin 2015. Ces produits englobent les intérêts courus et non échus (pour les deux exercices 2015 et 2016). Ils ne tiennent pas compte des intérêts sur dépôts auprès des cédantes.

par -
0

«L’Assurance AMI remplit désormais toutes les conditions pour  son introduction en Bourse». C’est ce qu’a a déclaré le président du conseil d’administration de l’assureur, Elyès Jouini, lors de l’Assemblée générale ordinaire de la compagnie qui s’est tenue  vendredi à son siège au Lac de Tunis.

Jouini a cependant tenu à préciser que cette nouvelle introduction, qui fera certainement le bonheur de la BVMT (Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis),  que ce sujet sera « probablement évoqué lors de la prochaine réunion du Conseil d’administration» d’AMI qui compte dans son capital notamment le banquier public BNA et le groupe privé HBG ou groupe Bouchammaoui.

 

par -
0

Réuni le 22 Avril 2016, le conseil d’administration d’AMI Assurances a arrêté les états financiers de l’exercice clos le 31/12/2015. Ces états dégagent un résultat bénéficiaire de 12,047.430 MDT. Aussi le conseil a décidé de procéder à la résorption de tout le déficit antérieur de 30,986 MDT par les réserves disponibles de 52,493MDT. Décision a aussi été prise de procéder à une distribution des dividendes et de lancer la

tabx

consultation pour le choix du partenaire stratégique. En effet la banque d’affaires chargée de l’opération vient de lancer cette consultation. Décision aussi de convoquer une AGE pour la mise en conformité des statuts et la résorption du déficit antérieur et une AGO pour l’approbation des états financiers 2015.

par -
0

Les états financiers de la société « Assurances Biat» arrêtés au 31 décembre 2015 font  apparaître un total bilan de 239 674 438 dinars, un résultat net de l’exercice de 4 427 805 dinars, un résultat technique non vie bénéficiaire de 210 758 dinars et un résultat technique vie bénéficiaire de 5 322 013 dinars.

Le conseil d’administration de Biat Assurance a décidé d’allouer au PDG une rémunération mensuelle nette de 8 500 dinars à servir sur 16 mois et demi, soit une rémunération annuelle nette de 140 250 dinars, une  prime de fin d’année versée en fonction des résultats de la société, la  prime d’intéressement accordée à l’ancien Président Directeur Général pour un montant net de 80 000 dinars au titre de l’exercice 2014 et de 35 000 dinars au titre de l’exercice 2015 servies en 2015. La charge supportée par la société au titre de 2015 s’est élevée à 283 446 dinars ( y compris le solde de tout compte de 42 225 dinars) outre des avantages divers totalisant un montant net de 12 278 dinars.

par -
0

Le Pdg de la Société Tunisienne d’Assurance et de Réassurance (Star), Lassaad Zarrouk a déclaré que sa compagnie et la STB œuvrent en vue de la mise en place d’une banque-assurance.

Il a par ailleurs appelé les autorités à s’intéresser davantage au secteur de l’assurance compte tenu son rôle dans la relance économique.

Un appel qui est lancé alors que les efforts s’intensifient pour porter le taux de la pénétration de l’assurance en Tunisie à 4% durant les cinq prochaines années contre 2% actuellement: Interview:

Pouvez-vous nous dresser le bilan d’activité de la Star pour l’excercice 2015?

Les chiffres de la compagnie ont affiché une progression de 7% en 2015 pour s’éléver à 309,646MD contre 289,336 MD en 2014.

De même, des efforts louables ont été déployés pour maintenir la cadence de règlement en ce qui concerne le rythme de paiement des sinistres à 180,008 MD contre 181,372 MD au cours de l’année écoulée avec des engagements techniques de l’ordre de 580,541MD, ce qui correspond à une hausse de 8,3%.

S’agissant du total des actifs financiers, il a progressé de 13,7% passant de 671,349MD en 2014 à 763,178 MD en 2015. Encore, les revenus financiers ont évolué de 14,7% atteignant 45,862MD. Ceci a aussi permis de réaliser un résultat bénéficiaire avant impôts de 82,629MD. Après les impôts, le bénéfice net est de l’ordre de 73,450MD.

La Star vient d’entamer l’exsécution d’un plan pilote visant sa modernisation. Qu’en est-il?

C’est une première en Tunisie qu’une compagnie d’assurance adopte un plan stratégique et opérationnel baptisé « Vision ».

Ce projet qui s’étale sur une période de 2015 à 2019 a pour but de moderniser l’entreprise, d’avoir les préalables nécessaires pour accéder au marché international. De même, il vise à répondre aux attentes des clients et à réduire les délais de règlement sachant qu’en 2015, on a réussi à réduire les délais à 53%. C’est très important surtout pour un secteur en plein essor.

Parmi les autres objectifs, il y a la diversification des produits, le développement d’autres segments comme l’assurance agricole, l’assurance habitation.

Pour les objectifs opérationnels, il s’agira de rendre ces buts applicables année par année.

Pouvez vous nous communiquer le budget consacré pour la réalisation de ce plan « Vision »?

La Star a commencé à innover, à créer de nouveaux produits comme Dar Slama, Trik Esslama. C’est réellement de nouveaux concepts et de nouveaux produits packagés tout en oeuvrant à assurer le meilleur rapport qualité-prix.

C’est une démarche cruciale afin de mieux répondre aux attentes de nos clients. Donc, c’est un axe de tout un plan commercial, technique et encore en ciblant les ressources humaines.

C’est une stratégie commerciale, qui nécessite bien entendu un investissement lourd sur le plan informatique, celui de l’accompagnement ou encore celui de la formation de notre réseau et nos personnels.

Ceci exige aussi de l’investissement au niveau visuel de la solidarité et de la responsabilité sociétale.

Tout cela devrait converger vers un investissement assez important capable de nous donner les moyens pour gagner ce pari.

La Star s’est orientée vers une révolution numérique pour réaliser sa vision et surtout pour convaincre les Tunisiens que l’assurance peut relancer notre économie en berne. Que pensez-vous?

L’économie tunisienne doit compter sur le secteur de l’assurance comme tous les pays avancés. A mon avis, c’est l’un des moyens du financement de notre écomonie de manière saine avec moins d’endettement tout en ciblant plusieurs marchés. Dans ce contexte, les compagnies d’assurance peuvent jouer un rôle déterminant. Il faut tirer profit de l’expérience de certains pays développés et on est capable d’atteindre cet objectif surtout que la Tunisie dispose de plusieurs atouts.

Donc, la réalisation de cet objectif nécéssite bien évidemment l’innovation technologique comme le digital. C’est pour cette raison que la Star, dans le cadre de son plan vision, a mis en place une stratégie digitale multiforme, et les efforts se conjuguent pour utiliser à fond les smartphones et le bigdata de façon à se rapprocher davantage de nos clients, mais aussi de tous les Tunisiens.

Est-il possible de relever ce défi?

Il n’est pas interdit de rêver. C’est à mon avis une responsabilité commune qui implique tous les acteurs et les composantes de la société civile.

Ces acteurs devraient s’intéresser davantage à ce secteur porteur surtout qu’une série des réformes devrait être adoptée au niveau de l’assurance automobile et de l’assurance vie.

De leur côté, les compagnies d’assurances devraient jouer un rôle accru pour se rénouveler, rénover, innover et surtout améliorer leur transparence et leur gouvernance pour que les Tunisiens sachent qu’on est là pour les servir.

La Star en coordination avec la STB oeuvre pour la mise en place d’une banque assurance. Pouvez-vous nous donner plus de détails?

L’expérience internationale a démontré que la banque-assurance est le moyen adéquat pour développer le packaging financier vis-à-vis des ménages. Lorsqu’un ménage s’adresse à une banque ou une assurance, il devrait avoir la possibilité que soit répondu à tous ses besoins financiers.

A partir de ce constat, la Star et la STB travaillent sur cette synergie et une nouvelle stratégie en la matière verra prochainement le jour.

par -
0

L’assemblée générale ordinaire de la Société Tunisienne d’Assurances et de Réassurances ( Star) a approuvé la distribution d’un dividende de 9,200 dinars par actions et ce, à partir de 1er juin 2016.

Tenue ce jeudi 19 mai 2016 à Tunis, l’AGO était l’occasion de passer en revue les performances réalisées par ladite compagnie au cours de l’année écoulée.

D’après les statistiques présentées par le Pdg de la Star, Lassaad Zarouk,  le chiffre d’affaires a progressé de 7% en 2015,  pour s’élever à 309,646 MD contre 289, 336MD en 2014.

De même, des efforts louables ont été déployés par la société dans l’objectif de maintenir la cadence de règlement en ce qui concerne le rythme de paiement des sinistres à 180,008 MD contre 181,372MD en 2014 et des engagements techniques de l’ordre de 580,541 MD, ce qui correspond à une progression de 8,3%.

S’agissant du total des actifs financiers, il a évolué de 13,7% passant de 671,349  MD en 2014 à 763,178MD en 2015. Encore, les revenus financiers ont affiché une hausse de 14,2% atteignant 45,862MD. Ceci a aussi permis d’enregistrer un résultat bénéficiaire avant impôts de 82,629 MD. Après impôts, le bénéfice net est de l’ordre de 73,450MD

Beaucoup reste à faire…

« Les résultats sont certes positifs, mais beaucoup reste à faire afin d’atteindre notre vraie ambition, celle relative à changer le regard des Tunisiens par rapport au secteur d’assurance », a estimé Lassad Zarouk.

« C’est une étape cruciale surtout que ce secteur est l’avenir de notre économie confrontée déjà à un ensemble de défis  », a-t-il  affirmé soulignant la nécessité de doubler le taux de pénétration de l’assurance en Tunisie de 2 à 4% au cours de cinq prochaines années.

Pour ce faire, un débat national devrait être engagé dans lequel  la FTUSA devrait jouer son rôle pour sensibiliser davantage les autorités.

Dans ce cadre et œuvrant toujours pour la consolidation de son leadership, Star fera  de son mieux pour changer le regard des Tunisiens sur l’assurance. «  On est en train de réussir notre pari. D’ailleurs,  on a bien investi dans la communication sociétale tout en assurant l’accompagnement des aspects culturels et sportifs pour réaliser cet objectif », a encore poursuivi le responsable.. Comme explication, il a noté que la Star a réussi en l’espace d’une année à réduire à 53% les délais de règlement.

La Star mise le marché international

Outre cette mission, cette compagnie est en train d’investir dans son système d’information pour se doter des moyens d’innovation afin de conquérir les marchés internationaux. « La Star se dote d’une vraie ambition internationale sachant que les préalables nécessaires sont là », a-t-il ajouté.

Elle  ne sera pas uniquement la locomotive du marché international, mais un vrai champion national pour aller vers des marchés où il y a des gisements de croissance énormes, a affirmé  Lassaad Zarrouk.

Pour l’accomplissement de cette mission, la STAR a entamé au cours de 2015, l’exécution de son plan stratégique et opérationnel 2015-2019 à travers la mise en place de son projet pilote « Vision ».

par -
0

Le chiffre d’affaires de la Société Tunisienne d’Assurance et de Réassurances (Star) a progressé de 7% en 2015, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 309,646 MD contre 289, 336MD en 2014, d’après les statistiques dévoilées ce jeudi 19 mai 2016.

Au cours de l’assemblée générale de la société qui se tient actuellement à Tunis, le premier responsable de la Star Lassaad Zarrouk a mis l’accent sur les efforts déployés par la société dans l’objectif de maintenir la cadence de règlement en ce qui concerne le rythme de paiement des sinistres à 180,008 MD contre 181,372MD en 2014 et des engagements techniques de l’ordre de 580,541 MD, ce qui correspond à une progression de 8,3%.
Dans le même contexte, le responsable a précisé que le total des actifs financiers a évolué de 13,7% passant de 671,349  MD en 2014 à 763,178MD en 2015. Encore, les revenus financiers ont affiché une hausse de 14,2% atteignant 45,862MD.
Ceci a aussi permis d’enregistrer un résultat bénéficiaire avant impôts de 82,629 MD. Après impôts, le bénéfice net est de l’ordre de 73,450MD

par -
0

Les états financiers de la société «Assurances Maghrébia», font apparaître un total net de bilan de 266,909.624 MDT, un résultat bénéficiaire net de 7,139.397 MDT et une variation de trésorerie négative de 5,893.665 MDT. On notera que la même entreprise d’assurance dont le capital est de 30 MDT, avait signé en 2014, un exercice déficitaire de plus de 5,5 MDT, dont -3,483 MDT provenant de l’exploitation et -2,3  MDT provenant de l’investissement et du financement.

par -
0
La Compagnie d'Assurances et de Réassurances Tuniso-Européenne (CARTE) lance un avis de recrutement pour le poste d’Agent

La Compagnie d’Assurances et de Réassurances Tuniso-Européenne (CARTE) multi-branches , société anonyme dont l’objet est la pratique des opérations d’assurances et de réassurances, a terminé l’exercice 2015 avec des états financiers qui font apparaître un total bilan net de 264,581.888 MDT et un résultat bénéficiaire de l’exercice 2015 de 8,659 MDT.

Notons que la société «Assurances CARTE » répond aux besoins de deux catégories de clientèles, entreprises et particuliers. Pour les entreprises, la CARTE se dit engagée à instaurer une véritable relation personnalisée avec chacun de ses clients et assure être présente dans tous les secteurs de l’économie et dans la plupart des grands risques et des grandes affaires.

par -
0

Dans une déclaration à Africanmanager en marge de la communication financière de Tunis Ré qui s’est tenue mercredi 4 mai 2016 à Tunis, la PDG de la société, Lamia Ben Mahmoud, a affirmé que la société a renoncé à faire entrer un partenaire stratégique dans son capital. Elle a expliqué que ceux qui ont manifesté leur intérêt pour entrer dans le capital de la société ont malheureusement exigé une participation d’au moins 50%, « Chose qu’on n’a pas pu accepter pour ne pas perdre l’identité de notre société », a assuré Mme Ben Mahmoud.

Elle a par ailleurs indiqué que la société n’abandonnera pas totalement l’idée d’un partenariat stratégique. « Si jamais une opportunité s’offre à nous et qu’un partenaire adhère à notre identité,  on acceptera bien sûr », a indiqué Mme Ben Mahmoud, avant de rappeler que la société a déjà procédé à une augmentation de capital via ses fonds propres. « On veut un partenaire stratégique, étranger d’un pays mieux noté que nous,  sinon on fera une augmentation de capital avec nos propres sources », a-t-elle confié.

Mme Ben Mahmoud a, à ce propos, indiqué que la société a voulu faire entrer dans son capital un partenaire stratégique issu d’un pays mieux noté que la Tunisie pour atténuer le poids du risque pays au niveau de sa notation, soulignant toutefois que plusieurs facteurs ont freiné le développement de la société à l’échelle internationale dont principalement la note souveraine actuelle du pays qui constitue un handicap majeur pour le développement de la société qui tente désormais de pénétrer un certain nombre de marchés dont la Turquie et l’Iran. « La notation actuelle du pays barre la route pour la conquête de  certains marchés » a souligné Ben Mahmoud à Africanmanager, citant le marché de l’Arabie Saoudite ou encore celui des Émirats arabes unis :  » ces deux marchés exigent un rating minimum de « A » alors que celui attribué à la Tunisie est un  « B », a-t-elle expliqué.

Rappelons que la société avait décidé en 2014 une augmentation de capital réservée à un partenaire stratégique à hauteur de 25% avec une option pour monter à 35% ultérieurement. L’opération entre dans le cadre du plan quinquennal visant le relèvement du rating de la compagnie pour un meilleur accès aux marchés internationaux. Les trois candidats qui avaient manifesté leur intérêt pour devenir «partenaire stratégique» de Tunis-Ré étaient les suivants : L’Agence allemande d’investissement, filiale de la banque de développement du gouvernement fédéral allemand (KFW), la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) et la Société financière internationale(SFI), filiale de la Banque Mondiale qui ont été sélectionnées, en pré-qualification, pour devenir «partenaire stratégique».

S’agissant des résultats de la société pour 2015, « Tunis Ré a pu réaliser des performances malgré une année qui n’est pas très favorable à l’économie », a assuré Ben Mahmoud.

En termes de chiffres, la PDG de Tunis Ré a annoncé que l’année 2015 a été clôturée avec un chiffre d’affaires en évolution de 3% et un taux de sinistralité notable en baisse de 13%.

En 2015, la société a également dégagé un résultat global excédentaire de 14,4 MDT, en nette amélioration de 24% par rapport à 2014.

Le chiffre d’affaires de l’activité Takaful est passé de 2,948MDT en 2013 à 6,575MDT en 2015, soit une hausse de 123%. En 2015, l’activité Takaful représentait 7% de l’activité globale contre 3% en 2013.

Lamia Ben Mahmoud a annoncé que l’année 2016 s’annonce bonne et prometteuse, estimant que le taux de réalisation a été fixé à 71% au 1er avril 2016. « Malgré des défis multiples concernant le rating et la notation souveraine de la Tunisie, il existe toujours un fort potentiel  de développement dans un marché très compétitif et fortement concentré », a-t-elle dit.

S’agissant des prévisions, Ben Mahmoud évoque un résultat net de 21,5 MD à fin 2016,  26,5 MD en 2017, 29,3 MD en 2018 et 32 MD en 2019. Et d’ajouter que la société  ambitionne de consolider son portefeuille, renforcer son assise financière et préserver une souscription rigoureuse et une bonne gestion des risques.

par -
0

Les indicateurs relatifs à l’exercice 2015 de Tunis Re restent provisoires jusqu’à approbation des états financiers par l’assemblée générale ordinaire. Les faits saillants ayant marqué l’activité au premier trimestre 2016, ont été une hausse du chiffre d’affaires au 31 mars 2016 de 18,5% par rapport à la même période de l’année écoulée. Cette progression touche toutes les branches de l’activité. Ainsi, l’activité Retakaful a généré au cours du premier trimestre 2016, un chiffre d’affaires de 2,175 MDT avec une remarquable augmentation de 58% par rapport à la même  période de 2015.

Fin mars 2016, c’est aussi, chez Tunis Re, une progression des primes nettes de rétrocession de 31% par rapport au 31/03/2015 pour atteindre 20,808 MDT, soit un taux global de rétention de 55,7% contre 50,3 en mars 2015. Mais aussi une hausse de la charge sinistre brute de 26% par rapport à la même période de 2015.

Les produits financiers ont atteint 3,911 MDT au premier trimestre 2016 contre 2,438 MDT à la même période de 2015, enregistrant une évolution importante de 60%. Les produits financiers englobent les intérêts courus et non échus (pour les deux   exercices 2015 et 2016). Ils ne tiennent pas compte des intérêts sur dépôts auprès des cédantes.

par -
0

L’assureur français Axa a fait savoir hier mardi 19 avril qu’il a conclu un partenariat avec le britannique Chaucer pour grossir en Afrique. Il est question d’étoffer les offres en matière d’assurance de spécialités, notamment dans le risque.

Une nouvelle unité verra le jour, « Axa Africa Speciality Risks » ; comme son nom l’indique elle est orientée dans l’assurance de domaines très spécifiques tels que les risques politiques, le secteur de l’énergie et des infrastructures, a dit l’assureur français dans un communiqué.

Cette collaboration commencera d’abord par la mise sur pied d’un syndicat d’assurance commun « qui partagera les contrats signés avec le syndicat d’assurance déjà existant appartenant à Chaucer », précise le texte. Ensuite Axa deviendra « un membre à part entière du Lloyd’s (marché international d’assurance composé d’assureurs regroupés en syndicats, NDLR) en tant que syndicat d’assurance et agent, tout en continuant à collaborer avec Chaucer », ajoute le communiqué

Les deux sociétés envisagent un partenariat qui mise sur les points forts des deux entités. Axa « apporte ses compétences en termes de marketing, son réseau de distribution étendu » et « sa marque » à Chaucer. En retour ce dernier fait profiter au français de sa « réelle expertise de souscription », de sa « longue expérience » dans ce type de partenariat et de « relations bien établies avec ses clients », que ce soit avec les entreprises ou les banques.

Un gros appétit pour l’Afrique

Axa a un gros appétit pour l’Afrique depuis deux ans, où il achète des parts et noue des partenariats à tout-va. C’est déjà le cas dans huit pays – Algérie, Côte d’Ivoire, Egypte, Gabon, Cameroun, Maroc, Nigeria et Sénégal. En 2014, le français s’est payé 77 % de l’assureur nigérian Mansard Insurance et l’an dernier 7,15 % du capital du leader du continent de la réassurance, African Reinsurance Corporation (Africa Re).

En février dernier, Axa a conclu un partenariat avec Africa Internet group, l’un des ténors africains du commerce en ligne. Cela lui ouvre les portes de la distribution exclusive de produits et services d’assurances sur ses différents unités.
Enfin sachez qu’en 2015, l’assureur français a réalisé un bénéfice net de 5,61 milliards d’euros.

par -
0

La compagnie d’assurance et de réassurance Astree vient de publier ses indicateurs d’activité pour le 1er trimestre 2016. On y lit une évolution de la production de la Compagnie de 7,24%, véhiculée par un ensemble de branches dont notamment l’Automobile, Vie, Maladie Groupe, Risques Spéciaux et Responsabilité Civile. Dans son communiqué, Astree annonce aussi que la sinistralité globale de la Compagnie s’est établie, à fin mars 2016, à un niveau normal, avec un ratio de sinistres à primes de 17,47% contre 15,39% au 31/03/2015. Une augmentation des produits de placements au 31 Mars 2016 d’environ 590 mille DT, provenant essentiellement des revenus générés par notre portefeuille titres.

par -
0
58% des Tunisiens ne sont pas satisfaits des services offerts par les compagnies d’assurance

58% des Tunisiens ne sont pas satisfaits des services offerts par les compagnies d’assurance, et plus de 46% des habitants du grand Tunis se dirige vers la justice pour résoudre leurs problèmes avec les compagnies d’assurance, rapporte le journal « Attounssia », dans son édition de ce lundi, 11 novembre 2013, citant comme source une enquête réalisée par l’Institut national de la consommation.

Effectuée sur le grand Tunis et touchant 700 habitants du gouvernorats de Tunis, la Mannouba, Ben Arous et Ariana, l’enquête a montré, également, que 51,3% des personnes interrogées ne sont pas satisfaits de la qualité des services offerts notamment en ce qui concerne la rapidité, et le respect des délais et la non disponibilité des services de renseignement à distance.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE