Tags Posts tagged with "ATB, Férid ben Tanfous"

ATB, Férid ben Tanfous

par -
0

Bien qu’elle ne figure pas parmi les cinq premières banques de Tunisie, l’Arab Tunisian Bank (ATB) aligne les podiums dans bien des compartiments de la performance bancaire. Devrait-on y voir là l’une des expressions majeures de la solidité financière sur laquelle insistait le PDG de l’ATB, Férid ben Tanfous, lors de la communication financière qu’il tenait, jeudi, à la Maison de l’Enterprise ?
Le fait est que, visiblement, cette solidité financière prend racine dans les indicateurs de la Banque avant le 14 janvier,  et ce devrait être le cas pour toute l’année 2011, même si les deux premiers mois de l’exercice en cours n’ont pas encore livré des résultats pertinents, en attendant le second semestre dont le bilan portera sans doute les traces des derniers événements , a averti Férid Ben Tanfous.

Surtout, l’ATB affiche un optimisme que l’on peut qualifier de béat quant aux perspectives d’avenir, la Banque étant « outillée pour faire face aux difficultés autant que pour saisir toutes les opportunistes offertes par le marché ». Une franche allusion au soutien dont bénéficie  l’ATB et auquel elle sera toujours éligible auprès de ses partenaires, au premier rang desquels l’Arab Bank qui lui apporte un «  soutien structurel, matériel, organisationnel et technique continu ». Dans le même temps, entrera  en ligne de compte l’amélioration du climat des affaires en Tunisie dans la foulée de la Révolution , ce qui se traduira par la dynamisation de l’activité économique  et la mobilisation d’un surcroît d’investissements en provenance des pays arabes et européens, alors qu’à son échelle, l’ATB consolidera ses concours à l’économie nationale et développera ses projets au bénéfice des régions intérieures par le biais notamment d’importants fonds SICAR.

Par amélioration du climat des affaires, Férid Ben Tanfous entend très vraisemblablement ce que sa Banque, à l’instar de bien d’autres établissements de la place, a enduré au titre des relations avec les entreprises et les groupes liés aux familles de l’ancien président au titre desquels ses engagements ont totalisé un montant de 179 751 MDT représentant 7,19% de l’ensemble des engagements accordés par le secteur bancaire.

La « palme » y est revenue à Sakher Materi avec 50 millions de dinars pour l’opération Tunisiana, suivi de Mabrouk (30 MDT), puis d’Ennakl (20 MDT), du groupe Princesse Materi (20 MDT), Belhassen Trabelsi , pour Carthage Cement(20 MDT)alors que Imed  Trabelsi ferme la marche avec des engagements de l’ordre de 15 MDT, sans oublier des pécules de quelques milliers de dinars répartis entre des proches de moindre importance du clan Ben Ali-Trabelsi.

Férid Ben Tanfous n’en pas moins pris soin d’insister que ces engagements qui s’appuient sur des garanties normalement exigées pour de semblables opérations ont été canalisés au profit d’entreprises nationales ayant vocation à créer des emplois et à participer à la croissance.

L’inventaire des dégâts !

Dressant le bilan des dégats subis par l’ATB durant les événements de janvier 2011, son PDG a indiqué que 14 agences ont été incendiées et autant partiellement détruites , soit des dégâts chiffrés à 6 millions de dinars dont 80 pour cent sont couverts par l’assurance, soit au final des pertes de l’ordre de 2 millions de dinars, dont seulement 20 000 dinars volés dans les coffres des agences , dont la plupart se sont avérés inaccessibles aux  pillards.

Ultérieurement, et grâce au système d’information sophistiqué mis en place par l’ATB, les opérations bancaires ont continué comme de coutume par le jeu des regroupements et d’autres mécanismes dont, au final, les clients ont peu pâti.
En majorité, ces agences sont implantées dans des cités populaires, et les dégâts subis n’ont pas l’air de dissuader le management de la Banque d’y étoffer  encore plus sa présence avec la création de 10 nouvelles agences et de deux bureaux de change. Ces créations, selon Férid Ben Tanfous, s’inscrivent dans le droit fil de la stratégie de proximité chère à l’ATB et qui continuera de constituer un des axes majeurs de sa vocation.

 Chiffres-phares

Durant la communication financière de l’ATB, il a été fait état de nombre d’indicateurs de la Banque jusqu’au 31 décembre 2010, dont on retiendra  un chiffre d’affaires de 244,99 MD  en accroissement de 13,97% comparativement à la même période de 2009 et un Produit Net Bancaire qui s’est apprécié de 19,5 MD à 144,56 MD en progression de 15,63% par rapport à fin Décembre 2009. 

Les crédits à la clientèle ont suivi une tendance haussière avec un encours de 2.322,38 MD à fin décembre 2010 contre 1.663,37 MD à fin décembre 2009, soit une évolution de 39,62%. 

Les dépôts de la clientèle ont diminué de 4,74% pour atteindre 2.889,74MD au    31-12-2010 contre 3.033,56MD à fin décembre 2009, dû essentiellement à une baisse des dépôts à terme de  457,19MD qui correspond à un choix volontaire avec pour objectif de privilégier des dépôts moins coûteuses.
Toutefois, cette baisse des dépôts à terme a été compensée par une forte hausse du volume des dépôts à vue, qui s’est établi à  1.185,36 MD contre  961,86 MD à fin décembre 2009, soit 23,24% d’augmentation.

Le portefeuille titres commercial détenu par l’ATB a marqué un léger recul de 4,99 % par rapport à la même période une année auparavant pour s’établir à 802,12 MD à fin décembre 2010 contre 844,26  au 31-12-2009. 
Les charges opératoires de la banque ont été contenues à hauteur de 9,58 % par rapport à 2009 pour s’établir à 70,35 MD à fin Décembre 2010 contre 64,20 MD au 31/12/2009 et le coefficient d’exploitation s’est amélioré de  2,69 points et s’est inscrit à  48,67 % durant l’année 2010 contre 51,36 % au 31 Décembre 2009.  

Enfin les commissions perçues ont progressé de 7,11 MD, soit 27,70% au 31 décembre 2010 pour s’établir à 32,78 MD, ce qui a contribué à l’amélioration de la couverture de la charge du personnel de 11,2  points pour atteindre 89,80%.
Au terme de l’exercice 2010, l’ATB a réalisé une augmentation du capital de 20 millions de dinars pour le porter de 80 millions de dinars à 100 millions de dinars.

par -
0

Bien qu’elle ne figure pas parmi les cinq premières banques de Tunisie, l’Arab Tunisian Bank (ATB) aligne les podiums dans bien des compartiments de la performance bancaire. Devrait-on y voir là l’une des expressions majeures de la solidité financière sur laquelle insistait le PDG de l’ATB, Férid ben Tanfous, lors de la communication financière qu’il tenait, jeudi, à la Maison de l’Enterprise ?
Le fait est que, visiblement, cette solidité financière prend racine dans les indicateurs de la Banque avant le 14 janvier,  et ce devrait être le cas pour toute l’année 2011, même si les deux premiers mois de l’exercice en cours n’ont pas encore livré des résultats pertinents, en attendant le second semestre dont le bilan portera sans doute les traces des derniers événements , a averti Férid Ben Tanfous.

Surtout, l’ATB affiche un optimisme que l’on peut qualifier de béat quant aux perspectives d’avenir, la Banque étant « outillée pour faire face aux difficultés autant que pour saisir toutes les opportunistes offertes par le marché ». Une franche allusion au soutien dont bénéficie  l’ATB et auquel elle sera toujours éligible auprès de ses partenaires, au premier rang desquels l’Arab Bank qui lui apporte un «  soutien structurel, matériel, organisationnel et technique continu ». Dans le même temps, entrera  en ligne de compte l’amélioration du climat des affaires en Tunisie dans la foulée de la Révolution , ce qui se traduira par la dynamisation de l’activité économique  et la mobilisation d’un surcroît d’investissements en provenance des pays arabes et européens, alors qu’à son échelle, l’ATB consolidera ses concours à l’économie nationale et développera ses projets au bénéfice des régions intérieures par le biais notamment d’importants fonds SICAR.

Par amélioration du climat des affaires, Férid Ben Tanfous entend très vraisemblablement ce que sa Banque, à l’instar de bien d’autres établissements de la place, a enduré au titre des relations avec les entreprises et les groupes liés aux familles de l’ancien président au titre desquels ses engagements ont totalisé un montant de 179 751 MDT représentant 7,19% de l’ensemble des engagements accordés par le secteur bancaire.

La « palme » y est revenue à Sakher Materi avec 50 millions de dinars pour l’opération Tunisiana, suivi de Mabrouk (30 MDT), puis d’Ennakl (20 MDT), du groupe Princesse Materi (20 MDT), Belhassen Trabelsi , pour Carthage Cement(20 MDT)alors que Imed  Trabelsi ferme la marche avec des engagements de l’ordre de 15 MDT, sans oublier des pécules de quelques milliers de dinars répartis entre des proches de moindre importance du clan Ben Ali-Trabelsi.

Férid Ben Tanfous n’en pas moins pris soin d’insister que ces engagements qui s’appuient sur des garanties normalement exigées pour de semblables opérations ont été canalisés au profit d’entreprises nationales ayant vocation à créer des emplois et à participer à la croissance.

L’inventaire des dégâts !

Dressant le bilan des dégats subis par l’ATB durant les événements de janvier 2011, son PDG a indiqué que 14 agences ont été incendiées et autant partiellement détruites , soit des dégâts chiffrés à 6 millions de dinars dont 80 pour cent sont couverts par l’assurance, soit au final des pertes de l’ordre de 2 millions de dinars, dont seulement 20 000 dinars volés dans les coffres des agences , dont la plupart se sont avérés inaccessibles aux  pillards.

Ultérieurement, et grâce au système d’information sophistiqué mis en place par l’ATB, les opérations bancaires ont continué comme de coutume par le jeu des regroupements et d’autres mécanismes dont, au final, les clients ont peu pâti.
En majorité, ces agences sont implantées dans des cités populaires, et les dégâts subis n’ont pas l’air de dissuader le management de la Banque d’y étoffer  encore plus sa présence avec la création de 10 nouvelles agences et de deux bureaux de change. Ces créations, selon Férid Ben Tanfous, s’inscrivent dans le droit fil de la stratégie de proximité chère à l’ATB et qui continuera de constituer un des axes majeurs de sa vocation.

 Chiffres-phares

Durant la communication financière de l’ATB, il a été fait état de nombre d’indicateurs de la Banque jusqu’au 31 décembre 2010, dont on retiendra  un chiffre d’affaires de 244,99 MD  en accroissement de 13,97% comparativement à la même période de 2009 et un Produit Net Bancaire qui s’est apprécié de 19,5 MD à 144,56 MD en progression de 15,63% par rapport à fin Décembre 2009. 

Les crédits à la clientèle ont suivi une tendance haussière avec un encours de 2.322,38 MD à fin décembre 2010 contre 1.663,37 MD à fin décembre 2009, soit une évolution de 39,62%. 

Les dépôts de la clientèle ont diminué de 4,74% pour atteindre 2.889,74MD au    31-12-2010 contre 3.033,56MD à fin décembre 2009, dû essentiellement à une baisse des dépôts à terme de  457,19MD qui correspond à un choix volontaire avec pour objectif de privilégier des dépôts moins coûteuses.
Toutefois, cette baisse des dépôts à terme a été compensée par une forte hausse du volume des dépôts à vue, qui s’est établi à  1.185,36 MD contre  961,86 MD à fin décembre 2009, soit 23,24% d’augmentation.

Le portefeuille titres commercial détenu par l’ATB a marqué un léger recul de 4,99 % par rapport à la même période une année auparavant pour s’établir à 802,12 MD à fin décembre 2010 contre 844,26  au 31-12-2009. 
Les charges opératoires de la banque ont été contenues à hauteur de 9,58 % par rapport à 2009 pour s’établir à 70,35 MD à fin Décembre 2010 contre 64,20 MD au 31/12/2009 et le coefficient d’exploitation s’est amélioré de  2,69 points et s’est inscrit à  48,67 % durant l’année 2010 contre 51,36 % au 31 Décembre 2009.  

Enfin les commissions perçues ont progressé de 7,11 MD, soit 27,70% au 31 décembre 2010 pour s’établir à 32,78 MD, ce qui a contribué à l’amélioration de la couverture de la charge du personnel de 11,2  points pour atteindre 89,80%.
Au terme de l’exercice 2010, l’ATB a réalisé une augmentation du capital de 20 millions de dinars pour le porter de 80 millions de dinars à 100 millions de dinars.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
La Commission Economique pour l’Afrique (Bureau pour l’Afrique du Nord) et le Secrétariat général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont tenu hier mardi...

SPORT