Tags Posts tagged with "augmentation,"

augmentation,

par -
0

L’information est désormais officielle. Une nouvelle proposition sur les majorations salariales vient de voir le jour. C’est à l’initiative du membre de la commission des finances de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Slim Besbes, que cette nouvelle proposition a été élaborée.

Le député, ancien ministre des Finances nous a confirmé la nouvelle.  Dans une déclaration, mardi 22 novembre 2016 à Africanmanager, il a indiqué qu’une nouvelle alternative au gel des salaires a été trouvée et proposée, hier, mardi 21 novembre 2016, au secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi. Il s’agit de répartir la somme globale litigieuse, soit 1 milliard de dinars en deux parties,  la première sera compensée par une révision du  barème de l’impôt  sur le revenu pour couvrir la catégorie de salaire le plus élevé de la fonction publique (soit 3 mille 200 dinars mensuels) alors que la seconde sera compensée par la souscription gratuite par les salariés bénéficiaires de l’augmentation non couverte, par la révision du barème à un emprunt public à moyen terme (bon d’investissement) sous forme d’une émission publique (en dinars et/ou en devise) ouverte à tous les Tunisiens, personnes physiques ou morales résidentes ou non résidentes.

L’ajustement de la précédente proposition vise l’élargissement  du champs d’application des bénéficiaires de la révision du barème de l’impôt sur le revenu à tous les salariés sans fixation du plafond alors qu’il concernait uniquement (dans la première version du projet de la loi de finances soumis au parlement) ceux dont les revenus annuels ne dépassent pas les 20 mille dinars, soit moins de 1400 dinars par mois.

L’objectif de cette nouvelle proposition est de veiller à ce que l’augmentation conséquente touche désormais toutes les catégories de fonctionnaires dont le salaire est égal à 3 mille 200 dinars, à savoir les professeurs universitaires les médecins et les magistrats.  « C’est la solution la plus adéquate et la plus pertinente, premièrement,  pour récompenser l’augmentation salariale qui a été reportée à l’année 2019 , et deuxièmement à travers la révision du barème de l’impôt sur le revenu pour atteindre l’équité sociale escomptée,  en touchant plus particulièrement à côté des couches des plus faibles revenus et les couches populaires, les contribuables appartenant à la classe moyenne « , a-t-il expliqué.

Quant à la deuxième partie de la proposition, qui concerne une souscription gratuite des salariés de la fonction publique à une émission publique au titre d’un emprunt national à moyen terme remboursable dans une période de 5 à 7 ans, qui sera affectée à des objectifs de développement, et qui est ouverte de manière automatique aux fonctionnaires de l’État qui n’ont pas reçu la totalité de leur augmentations salariales sur la base de l’application de la révision de l’impôt sur le revenu, elle permet, d’une part, d’honorer l’intégralité des engagements de l’État envers la centrale syndicale et d’autre part,  de répondre aux soucis légitimes de l’UGTT de rien ne concéder  à propos de la défense du pouvoir d’achat et des acquis des salariés.

Par ailleurs, cette approche s’insère dans la démarche de trouver une solution concertée et consensuelle qui rapproche les points de vues divergents  tout en évitant à la fois un désordre social et un dérapage des finances publiques.

Selon Besbes, le souci du gouvernement est de maîtriser la masse salariale en la limitant au seuil inscrit au budget de l’État répond à une volonté consistant à entamer dès 2017, une politique de maîtrise de cette rubrique afin de la cantonner  aux valeurs et proportions conformes aux normes de la soutenabilité budgétaire. Tel est l’engagement souscrit par la gouvernement précédent lorsqu’il avait signé l’accord avec le FMI relatif au second programme. À noter que l’activation de l’ensemble des financements extérieures identifiés pour résorber le déficit budgétaire ( 4 milliards de dinars) est étroitement subordonnée à l’approbation du FMI.Or, cette dernière est difficilement acquise si le gouvernement revient sur la structure des dépenses publiques proposées dans le budget 2017 (La masse des salariale est fixée à 13,7 milliards de dinars).

par -
0

L’administration Barack Obama a réaffecté plus de 100 millions de dollars alloués à l’Egypte à d’autres pays suscitant une vive frustration au Caire.

La réallocation non divulguée auparavant est perçue comme un signe  de l’impatience de Washington concernant le refus du gouvernement égyptien de travailler avec les organisations américaines chargées de l’aide, précise le site Al-Monitor. Elle a été opérée à la fin du printemps dériver suite à la requête officielle adressée par des membres de la Chambre des représentants au Département d’Etat lui demandant  de transférer une partie des fonds alloués à  l’Egypte  au profit de  la Tunisie, que certains parlementaires  considèrent comme mieux placée et plus éligible à l’aide des États-Unis eu égard après sa transition vers une sa démocratie de fraîche date.

« Le gouvernement américain a redirigé 108 millions $  de l’enveloppe de l’aide prévue pour  l’Egypte à d’autres pays en raison de la poursuite des retards mis par le gouvernement du Caire dans la mise en œuvre effective de plusieurs programmes, » a expliqué un officiel  du Département d’Etat à Al-Monitor dans un communiqué envoyé par courriel. «Ces fonds ont été réorientés en fonction d’autres priorités et  besoins. »

La réallocation représente plus de deux tiers des 150 millions $ de l’aide économique annuelle  que le Département d’Etat a demandée à l’Egypte au cours des dernières années. Cependant, la plus grande part  de l’enveloppe de l’aide militaire annuelle d’une valeur de 1,3 milliard de dollars n’a pas été remise en question.

L’ambassade d’Egypte à Washington s’est abstenue de tout commentaire à ce sujet.

La décision fait suite à un rapport publié en février 2015 par le  « Goverment Accountability Office » (organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès  chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral), qui a constaté que 460 millions $ de l’aide économique pour l’ Egypte n’ont pas été utilisés en raison des restrictions américaines et de la lourdeur bureaucratique égyptienne. Depuis lors, Le Caire a continué de refuser les autorisations dont les bénéficiaires de l’aide US  ont besoin pour opérer dans le pays, alors que certains médias ont lancé une campagne de dénigrement contre les organisations  non gouvernementales américaines telles que le Research Triangle Institute basé en Caroline du Nord.

Initiatives insistantes du Congrès

Fin mai, huit membres influents  de la Chambre des représentants appartenant aux deux partis, républicain et démocrate, ont  écrit au secrétaire d’État John Kerry lui demandant de reprogrammer  20 millions $ de l’aide destinée à  l’Egypte pour les réallouer à la Tunisie.

« La Tunisie s’est récemment dotée d’un parlement démocratiquement élu et a accompli le premier transfert pacifique du pouvoir exécutif dans la région », souligne la missive. « A un tel moment critique, les États-Unis devraient déployer de sérieux efforts pour soutenir cette démocratie naissante. »

La lettre a été signée par le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre Ed Royce, un républicain de la Californie, le représentant démocrate haut placé du Congrès Eliot Engel,  la présidente du panel de la commission du Moyen-Orient, Ileana Ros-Lehtinen,  le représentant démocrate haut placé, Ted Deutch, le représentant démocrate haut placé du panel de la commission du terrorisme, Bill Keating, D-Mass , le président de la Commission de  sécurité intérieure,  Michael McCaul, et les deux co-présidents du Caucus Tunisie  David Schweikert, représentant républicain de l’Arizona  et Alcee Hastings, représentant démocrate de la Floride.

Ros-Lehtinen est une critique de longue date  de la façon dont l’aide américaine à l’Egypte est dépensée et a demandé le rapport du « Goverment Accountability Office » l’année dernière  de concert avec le républicain Gerry Connolly. Le démocrate McCaul a, pour sa part, conduit au mois de mai une délégation du Congrès en Tunisie et a promis d’aider la Tunisie dans sa lutte contre l’extrémisme violent après qu’il a été établi que  les Tunisiens sont les plus nombreux à rejoindre  les rangs de Daech.

La lettre du Congrès soutient que l’aide supplémentaire aiderait la Tunisie à  » promouvoir la transparence et le professionnalisme au parlement et dans  d’autres institutions tout en réformant les lois bancaires, le code fiscal et d’autres législations  et réglementations qui découragent les entrepreneurs et les investisseurs. » Elle se borne à émettre des critiques voilées contre l’Egypte, en soulignant  que «même des programmes de longue date sont au point mort. »

Le Département d’Etat a répondu un mois plus tard par une lettre de rejet de la requête des parlementaires  demandant plus d’argent pour la Tunisie. La réponse ne mentionne pas d’autres pays, mais la réaffectation semble avoir été opérée à la même époque.

« A cette époque, nous croyions que nos programmes des Fonds de soutien économique concordent avec les objectifs de la politique américaine et répondent aux besoins du gouvernement tunisien, a écrit le secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires législatives,  Julia Frifield. « Pour nous assurer que nous répondons aux besoins de la Tunisie et que les fonds régionaux de soutien économique sont utilisés de manière plus efficace, nous examinons en permanence les performances de nos portefeuilles d’assistance. »

Une réponse mal accueillie au  Congrès.

«La Tunisie aurait dû être une priorité pour cette réaffectation, »  a déclaré Royce dans un communiqué envoyé par courriel à Al-Monitor. «La Tunisie, premier gouvernement démocratiquement élu de la région, est un partenaire clé dans notre lutte contre le terrorisme islamiste radical et fait face à des menaces graves de Daech  ainsi qu’à de sérieux défis politiques et économiques. »

Le département d’Etat a demandé au Congrès 140 millions $ pour l’exercice qui a commencé le 1er octobre autant que le montant demandé l’année dernière et plus que le double de l’année précédente. L’ambassadeur de Tunisie à Washington, Faycal Gouia, a déclaré à Al-Monitor qu’il se bat pour que l’aide américaine  soit augmentée de 20 millions $ pour stimuler l’aide à la sécurité, dont le montant  est en baisse de 10 M $ par rapport à la demande de l’année dernière.

par -
0

Dans une interview accordée au quotidien « Le Maghreb » publiée dans son édition de ce samedi 15 octobre 2016, Mehdi Ben Gharbia, minstre chargé des relations avec les instances constitutionnelles et la société civile, a déclaré que le barème de l’impôt sur le revenu sera bel et bien révisé.

D’après le ministre, cette nouvelle procédure permettra aux personnes dont les revenus avoisinent 5000DT de réaliser une augmentation dans leurs salaires de 40DT au cours de l’année prochaine..

Les autres catégories, principalement dans la fonction publique, bénéficieront de la révision de ce barème.

par -
0

Le PDG de l’Office du Commerce de la Tunisie (OCT), Slaheddine Louati, a déclaré que l’Office met en avant son rôle en tant que régulateur malgré les difficultés rencontrées.

S’agissant des produits de base, le PDG de l’office a indiqué, lors de son passage ce mercredi 12 octobre sur Express Fm, que « L’ajustement du prix de vente de sucre destiné aux industriels se fait en se basant sur l’évolution des coûts et qu’il est fort probable qu’il y ait une augmentation du prix prochainement ».

par -
0

La ministre des Finances, Lamia Zeribi, a annoncé, mardi 4 octobre 2016, sur Shems fm, qu’il y aura une hausse du prix de l’électricité dans le projet de loi de finances de 2017.

Sur un autre volet, la ministre a nié toute intention de l’État d’augmenter le prix des produits de base.

 

par -
0

Le ministère des Finances a démenti, dans un communiqué rendu public samedi 24 septembre 2016, l’augmentation du prix du timbre de voyage, précisant ainsi que son prix reste inchangé et fixé à 60 DT.

Plusieurs sources ont récemment évoqué une possible augmentation du prix du timbre de voyage, qui passerait ainsi de 60 à 100 dinars, et ce dans le cadre de la nouvelle loi des finances 2017.

par -
0

Le ministère de l’énergie et des mines a annoncé, mercredi, qu’une augmentation sera intégrée au profit des intervenants dans le secteur de la distribution de carburants, au cours du mois d’octobre 2016, concomitamment avec la révision des prix des hydrocarbures prévue pour le troisième trimestre 2016.
Le ministère examine actuellement, dans le cadre d’une commission mixte regroupant des représentants des services concernés aux ministères des finances et du commerce, les demandes présentées par plusieurs intervenants pour augmenter leurs marges bénéficiaires, a précisé le ministère dans un communiqué.
Le département a indiqué que la commission se chargera de l’approbation de contrats-programmes pour la prochaine période fixant les objectifs et les marges bénéficiaires ainsi que permettant aux professionnels dudit secteur d’investir et de garantir la rentabilité de leur activité.
Cette démarche a été adoptée à partir de 2011 pour trois années (2011-2013). Au cours des années 2014-2015, les marges bénéficiaires ont été révisées, en octroyant une avance pour permettre aux deux secteurs de répondre aux demandes sociales et d’intégrer l’augmentation dans les salaires des travailleurs dans le secteur, jusqu’au parachèvement de l’étude des demandes et l’adoption des contrats-programmes.

par -
0

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chiheb Bouden, a déclaré, mardi 26 juillet 2016, que la bourse universitaire sera doublée d’ici trois ans.

Dans une déclaration sur Mosaïque fm, il a ajouté qu’une augmentation de 30% sera également effectuée pour la nouvelle année universitaire, affirmant dans le même contexte que son département est en train d’étudier la possibilité d’octroyer des cartes électroniques où les bourses seront versées automatiquement.

par -
0

Le Journal officiel de la République tunisienne (JORT) a annoncé le 29 juin 2016 une augmentation des prix pour certaines procédures administratives. Voici les tarifs des procédures annoncées par le JORT :

*Signature légalisée : 0,750 d (avec le droit à 3 copies du document), 1,5 d (en service rapide)

*Copie conforme : 0,750 d (droit à 3 copies), 1,5 d (service rapide)

*Copie acte de naissance : 0,500 d, 0,750 d (service rapide)

*Copie acte de décès : 0,500 d

*Copie acte de mariage : 1,000 d

*Copie de décisions des collectivités locales : 5,000 d

*Extrait de naissance : 0,500 d

*Acte de décès : 0,500 d

*Acte de mariage : 1,000 d

*Extrait de décisions des collectivités : 5,000 d

*Contrat de mariage : 10,000 d

*Livret de famille : 10,000 d

par -
0
Suite à la coupure d’eau depuis un mois dans certaines régions de la

Le directeur central de la planification et des études au sein de la SONEDE, Sami Sellami, a annoncé lors de son intervention ce lundi 13 juin 2016 sur Shems Fm que des augmentations interviendront dans les tarifications des factures d’eau, et ce dans l’optique de contribuer à l’amélioration du réseau de distribution de l’eau potable.

– Pour les 41% de citoyens qui consomment entre 0 et 20 mètres cube, il y aura une augmentation trimestrielle de 1,400 millimes.

– Pour les 31% de citoyens qui consomment entre 21 et 40 mètres cube, il y aura une augmentation de 3 dinars et le tarif passera de 18dt, 800 à 21dt, 800.

– Pour les 20% de citoyens qui consomment entre 41 et 70 mètres cube, il y aura une augmentation de 7dt et 100 millimes ; le tarif passera de 45dt, 300 à 52dt, 400.

Il a par ailleurs expliqué que ces augmentations sont dues à l’augmentation du coût de l’eau, qui est de 820 millimes pour le mètre cube et fourni au citoyen pour seulement 690 millimes le mètre cube.

par -
0
La société Euro-Cycles a réalisé au cours du quatrième trimestre 2013 un chiffre d'affaires de 9 621 513 DT contre 8 756 124 DT au cours du quatrième

La société EURO-CYCLES  annonce que son Assemblée Générale Extraordinaire, réunie le 28 avril 2016, a décidé, sur proposition du Conseil d’Administration, d’augmenter le capital social de la société d’un montant de 2 700 000 de dinars par incorporation de réserves.

Il s’agit d’émettre 2 700 000 d’actions nouvelles gratuites à répartir entre les anciens actionnaires et aux cessionnaires de droits d’attribution en bourse à raison d’une (1) action nouvelle gratuite pour deux (2) actions anciennes, avec entrée en jouissance au 1er janvier 2016.

par -
0

A qui veut le savoir la France dit clairement qu’elle n’a pas l’intention de détourner son regard de la Côte d’Ivoire, au contraire. En effet le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a déclaré hier vendredi 29 avril lors d’un déplacement à Abidjan : « Cet été les Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) passeront de 500 à 900 hommes et constitueront la Base opérationnelle avancée de la façade Ouest de l’Afrique ».

A souligner que cette hausse des effectifs français faisait déjà partie de la loi de programmation militaire, mais elle tombe à pic dans un climat marqué par une insécurité croissante du fait du péril terroriste à l’échelle régionale. On en a eu une illustration avec les attentats de Bamako, Ouagadougou et plus récemment, en mars 2016, à la plage de Grand Bassam, près de la capitale ivoirienne, un fait sans précédent dans l’histoire du pays. La France, premier partenaire économique de la Côte d’Ivoire, affiche donc clairement la couleur : Elle ne laissera pas tomber le pays, elle veillera sur sa sécurité… Sur ses propres intérêts aussi, ne nous y trompons pas.

Un endroit hautement stratégique

Abidjan abrite un des « trois réservoirs de troupes françaises » dans la planète, à côté de ceux de Djibouti et des Emirats arabes unis ; la capitale ivoirienne est également un des trois « points d’entrée dans ces différentes régions », a déclaré Le Drian. Cette présence est un précieux appui pour les soldats français dépêchés sur des foyers de tension, comme la force Barkhane qui opère au Sahel

Les FFCI ont pris le relais en janvier 2015 de la force Licorne, dont l’intervention a décisive pour mettre un terme à la « bataille d’Abidjan », après la crise post-électorale de 2011 qui a débouché sur une sanglante guerre civile (3000 morts). Le président Laurent Gbagbo, qui avait refusé de concéder sa défaite, avait entrainé le pays dans une profonde division, sur fond de xénophobie. Encerclé par les rebelles épaulés par les troupes françaises, il a finalement été arrêté et par la suite transféré à la Cour pénale internationales où il répond de ses crimes actuellement.

Depuis Abidjan, les troupes françaises sont à la disposition de l’opération de Barkhane et aussi celle de Sangaris, dont l’action a contribué à pacifier le Centrafrique. Le port et l’aéroport international de la capitale ivoirienne sont pleinement mis à profit par la France.
Les soldats français ont également un rôle de formation, en effet chaque année ils encadrent 600 militaires ivoiriens par an. « Après les troubles de 2011, la reconstruction de l’armée ivoirienne est primordiale pour assurer la stabilité et la prospérité du pays », a affirmé le ministre français de la Défense.

par -
0
Selon les indicateurs d'activité rendus publics par la société City

City Cars, distributeur officiel du constructeur automobile coréen Kia Motors en Tunisie, a publié ce vendredi 29 avril son bilan financier pour l’exercice 2015. Et il est très bon avec des résultats nets, individuel et consolidé, qui se sont établis respectivement à 15,27 millions de dinars (MD) et à 16,23 MD, un bond en avant respectif de +17,4% et +17,8% en comparaison avec les chiffres de l’an dernier.

 Tenant compte de ces résultats, le conseil a fixé la dividende à 0,920 dinar par action, une hausse de 15% par rapport à ce qui a été distribué aux actionnaires en 2015.

Enfin sachez qu’une Assemblée générale ordinaire et une Assemblée générale extraordinaire ont été programmées pour le vendredi 10 juin 2016 à partir de 10 heures à l’hôtel Paris-Concorde.

A l’Assemblée générale extraordinaire, il sera question de modification des statuts de City Cars consécutivement au changement de son siège social.

par -
0
Le chef de district de la société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (Sonede) à Gabès

Le PDG de la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE), Mohamed Daheche, a mis l’accent sur l’importance d’augmenter les tarifs de l’eau potable.
Dans une déclaration exclusive accordée ce mercredi 20 avril à Africanmanager, il a précisé que la tarification actuelle ne permet pas de relever les défis rencontrés dont notamment la garantie de l’adduction en eau potable et la réalisation des objectifs fixés.
Le responsable a dans ce cadre noté que le coût d’un m3 d’eau potable a atteint au cours de 2015 environ 820 millimes alors que le prix de vente n’a pas dépassé 690 millimes.
L’appel de la Sonede vient à un moment où le dossier de la hausse des tarifs fait encore l’objet d’un examen à la présidence du gouvernement qui devrait appliquer cette hausse. « Il est temps d’augmenter les tarifs pour qu’on puisse réaliser les projets prévus et surtout maintenir l’équilibre financier de la Sonede », a-t-il dit.

par -
0

Dans une déclaration accordée ce mercredi 13 avril à Africanmanager, le ministre de l’Agriculture, des Ressources en eaux et de la Pêche a indiqué qu’ « on est en train d’examiner la question relative à la révision à la hausse des tarifs de l’eau potable ».
En marge d’une rencontre sur  » les perspectives du secteur de légumineuses », il a précisé qu’il a été décidé d’augmenter de les tarifs de l’eau potable distribués par la société nationale et ce à lors d’un conseil ministériel tenu à cet effet.
Le ministre a par ailleurs souligné que cette augmentation est une nécessité afin de mettre un terme aux pertes enregistrées par ladite société sans fixer une date précise pour cette la mise en application de cette mesure.

par -
0

D’après des responsables américains, qui se sont confiés à Reuters, la Maison Blanche réfléchit actuellement à la possibilité de renforcer sensiblement la présence des forces spéciales dépêchées sur le territoire syrien.
Ces cadres de l’administration américaine, qui ont parlé anonymement, n’ont pas souhaité en dire plus sur le nombre exact de soldats, sans doute pour ne pas compromettre l’opération, mais l’un d’entre eux s’est avancé en disant qu’à terme les troupes spéciales opérant en Syrie vont être renforcées de manière conséquente.

Pour le moment, une cinquantaine d’éléments des forces spéciales sont en Syrie où leur mission se limite au conseil pour venir à bout de Daech, assez loin des zones de combat.  Les nouvelles troupes auraient d’abord pour tâche d’installer des camps où elles donneraient une formation à des volontaires arabes qui veulent croiser le fer avec l’État islamique (EI). Mais il y a une nouveauté : Contrairement aux forces spéciales américaines déjà présentes sur le sol syrien, celles qui débarqueraient prochainement seraient armées. Il se dit que les Américains ont cette fois l’intention d’être décisifs dans la bataille contre Daech en formant une coalition qui va reconquérir Raqqa, bastion de l’EI en Syrie. Un appui aérien américain serait même dans les tuyaux.

Obama piqué au vif par les succès de Poutine

Obama n’a certainement pas envie de laisser le régime syrien et les Russes triompher seuls de Daech pour ensuite en revendiquer le mérite et peser davantage dans le remodelage de la région. C’est aussi une affaire de géostratégie, qui ne dit pas son nom… et un bras de fer entre la Russie de Vladimir Poutine qui a des rêves de grandeur, de prestige retrouvé et une Amérique attachée à son statut de gendarme du monde. Le régime syrien, avec le soutien de l’allié russe, a fait fuir Daech de Palmyre, joyau archéologique mondial, et l’a ensuite claironné sur tous les toits. Al Assad, affront suprême pour la communauté internationale, s’est même permis de jouer les grands seigneurs en tendant la main à l’opposition pour un gouvernement d’union nationale dont il dessinerait, évidemment, les contours. Et oui, il surfe à fond sur son statut inespéré de maitre du jeu et nargue les Occidentaux, qui rongent actuellement leur frein. Si jamais ils laissent le régime et la Russie liquider seuls Daech en Syrie, on imagine le bénéfice pour Al Assad et Poutine. Un cauchemar qu’Obama n’a manifestement pas l’intention de vivre…

Le président américain songerait également à augmenter le nombre de militaires américains opérant en Irak, autre foyer de tension que rien ne semble pourvoir pacifier depuis l’initiative hasardeuse du va-t-en-guerre Georges Bush…

par -
0
Selon les données communiquées par le département du commerce

Selon les données communiquées par le département du commerce, aucune augmentation ne sera effectuée sur les prix des produits de base mais l’augmentation concernera les carburants.

À noter que les prix des hydrocarbures vont augmenter, à partir du juillet prochain, de 100 millimes pour le super sans plomb et de 80 millimes pour le gasoil.

par -
0
Réagissant aux informations qui ont circulé ces derniers temps

Réagissant aux informations qui ont circulé ces derniers temps, selon lesquelles, il y aura une augmentation du prix du carburant, SlimSaadallah, SG de l’Organisation de la Défense des Consommateurs (ODC) a indiqué que son organisation refuse catégoriquement cette hausse qui aura un impact immédiat sur le pouvoir d’achat des classes moyennes.

Intervenant sur les ondes de Mosaique FM, il a signalé qu’un communiqué sera publié par l’ODC pour mettre en lumière les répercussions de cette hausse non seulement sur les prix des produits de consommation, mais aussi sur les moyens de transport.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE