Tags Posts tagged with "ayatollah Ali Khamenei"

ayatollah Ali Khamenei

par -
0

Quand l’ayatollah Ali Khamenei s’exprime, on l’écoute avec attention. Et pour cause, il est le guide suprême de la République islamique d’Iran, et donc de fait le plus haut dignitaire de l’État. Sa dernière bataille en date : L’accord nucléaire que son pays a ratifié avec les membres du Conseil de sécurité de l’Onu, l’Allemagne et l’Union européenne. Hier mardi 02 août, l’ayatollah a tout bonnement accusé les USA de ne pas honorer leurs engagements et a asséné que cet accord est une illustration de « la futilité des négociations avec les Américains. » Certes pour le moment le guide suprême n’a pas formellement rejeté l’accord, mais ça en prend le chemin. Par ailleurs ce n’est pas la première fois qu’il s’en prend aux Américains sur cette affaire, donc sa récente attaque fragilise encore un peu plus un accord qu’on a mis des dizaines d’années à concocter et lequel surtout apporte un peu de stabilité dans cette partie du monde très agitée.

Les médias officiels iraniens ont fait leurs choux gras de la diatribe de l’ayatollah. « Aujourd’hui, même les responsables diplomatiques et ceux qui était présents aux négociations réitèrent le fait que les États-Unis ne tiennent pas leur promesse ; malgré des paroles douces et sucrées, les États-Unis s’affairent à endommager et frustrer les relations économiques de l’Iran avec d’autres pays », a déclaré le guide. D’après lui, l’accord a « encore une fois démontré […] la nécessité de ne pas faire confiance aux promesses des États-Unis. » Il ne s’est pas arrêté là, il a menacé indirectement la communauté internationale en évoquant le partenariat avec les États-Unis sur des conflits régionaux. Il pensait sans doute à la Syrie et au Yémen. En d’autres termes, Téhéran pourrait tout bonnement stopper tout effort pour pacifier ces deux pays si les Américains continuent de ne pas jouer le jeu, ce qui serait une catastrophe.

Khamenei a de bonnes raisons de s’énerver

L’ayatollah est sorti de ses gonds parce que les bénéfices économiques liés à la levée des sanctions de l’ONU tardent à venir, et les Iraniens s’impatientent. Certes le pays a réussi à monter le niveau de ses ventes de pétrole, mais il n’est toujours pas raccordé au système financier international. Les sanctions en rapport avec le programme nucléaire iranien ont effectivement sauté, mais celles relatives aux violations des droits de l’homme sont maintenues, ce qui barre la route du système financier américain et des grandes banques européennes à l’Iran. Les établissements européens sont également tenues par les réglementations américaines, et ne veulent pas braver Washington en collaborant avec l’Iran. Ce sont ces questions épineuses qui ont plombé l’acquisition par Iran Air de 200 avions de ligne Boeing et Airbus, alors que justement l’accord nucléaire a donné le feu vert à ce contrat.

Ce qui est à craindre maintenant, c’est que les sorties de plus en violentes de l’ayatollah Khamenei apportent de l’eau au moulin de la frange la plus conservatrice de l’appareil étatique iranien, qui a toujours été défavorable à l’accord nucléaire, mais avait mis en veilleuse ses critiques histoire de voir dans quel sens allait tourner le vent. S’il s’avère que l’économie iranienne est toujours bridée par les sanctions, la position officielle du régime pourrait muer, et là il y aurait danger. Grand danger même…

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Personne ne le criera sur les toits, ces choses se passant, par définition, dans les coulisses, mais la présidence de l'Union africaine fait actuellement...

SPORT