Tags Posts tagged with "Banque, Franco-Tunisienne"

Banque, Franco-Tunisienne

par -
0

Le juge d’instruction du Tribunal de première instance à Tunis, chargé de l’affaire de la Banque franco-tunisienne (BFT), a clôturé l’instruction et a déféré Slim Ben Hmidane devant la chambre de mises en accusation de la Cour d’appel à Tunis, rapporte, ce vendredi, selon le quotidien Al Achourouk.

On rappelle que l’ancien ministre des Domaines de L’État Slim Ben Hamidène, est accusé d’abus de pouvoir en profitant de sa qualité de fonctionnaire public pour avoir un avantage personnel dans l’affaire de la BFT.

par -
0

Le dernier numéro de « Jeune Afrique », daté du 4 au 7 septembre 2016, révèle que le FMI avait demandé au gouvernement tunisien de dégager une provision de 400 millions de dinars comme une première tranche d’indemnités à verser à ABCI Investissements. S’appuyant sur des sources financières, le magazine a ajouté que « le tribunal arbitral de la Banque mondiale, Cirdi, s’apprête à rendre un verdict favorable à cette société dans le litige qui l’oppose depuis 27 ans à l’Etat tunisien dans l’affaire franco-tunisienne. La BFT dont l’actionnaire majoritaire, ABCI, a été spolié par le clan Ben Ali, a elle aussi subi les conséquences de cette prédation, puis a a pâti des erreurs des autorités ». Tout commence en 1989 avec la nationalisation de la BFT par la spoliation de l’actionnaire majoritaire, la société ABCI Investissements au profit de la STB. Depuis, l’ABCI poursuit l’Etat pour spoliation.

par -
0
Le Gouverneur de banque centrale de Tunisie

Dans une déclaration à Shems Fm en marge de l’adoption du projet de loi relatif aux banques et aux institutions financières, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Chedly Ayari a affirmé que la Banque franco-tunisienne fait face à de sérieux problèmes et qu’ils sont à la recherche de solutions empêchant sa faillite.
S’agissant de la loi sur les banques, il a indiqué que ladite loi comporte des mesures protégeant les banques de la faillite.
Il est à rappeler par ailleurs que l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté jeudi après-midi en seconde lecture le projet de loi relatif aux banques et aux institutions financières dans sa totalité, et ce après l’avoir approuvé article par article.

par -
0

« Ce que nous savons, c’est la situation financière de la BFT (Banque Franco-Tunisienne) qui préoccupe tout le monde. Cette banque se finançait sur le marché interbancaire, avec des prêts à court terme auprès des banques de la place et peut-être que la Biat figurait parmi les créditeurs de la BFT.

Nous avons cependant vu que ces prêts étaient accordés à des taux très élevés », a déclaré Mustapha Kamel Nabli, dans une interview à Africanmanager. Ce qui s’est passé, il, c’est que le Trésor tunisien a donné une garantie à la BFT, pour un financement auprès des trois banques publiques à hauteur de 145 MDT, lui permettant ainsi d’emprunter, mais à des taux plus faibles. « Il y a eu, en quelque sorte ainsi, récupération de ces crédits auprès du marché interbancaire pour le consolider et alléger la charge de la BFT. Cela a certainement entraîné que certaines banques de la place ne prêtent plus à la BFT, mais cela rentre dans le cadre des solutions qu’on essaie de trouver à la BFT, a-t-il souligné.

par -
0

« Ce que nous savons, c’est la situation financière de la BFT (Banque Franco-Tunisienne) qui préoccupe tout le monde. Cette banque se finançait sur le marché interbancaire, avec des prêts à court terme auprès des banques de la place et peut-être que la Biat figurait parmi les créditeurs de la BFT.

Nous avons cependant vu que ces prêts étaient accordés à des taux très élevés », a déclaré Mustapha Kamel Nabli, dans une interview à Africanmanager. Ce qui s’est passé, il, c’est que le Trésor tunisien a donné une garantie à la BFT, pour un financement auprès des trois banques publiques à hauteur de 145 MDT, lui permettant ainsi d’emprunter, mais à des taux plus faibles. « Il y a eu, en quelque sorte ainsi, récupération de ces crédits auprès du marché interbancaire pour le consolider et alléger la charge de la BFT. Cela a certainement entraîné que certaines banques de la place ne prêtent plus à la BFT, mais cela rentre dans le cadre des solutions qu’on essaie de trouver à la BFT, a-t-il souligné.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE