Tags Posts tagged with "Banque_centrale_de_la_Tunisie BCT"

Banque_centrale_de_la_Tunisie BCT

par -
0
Le Gouverneur de la Banque Centrale a fixé

Les prévisions de la Banque centrale de la Tunisie (BCT) tablent sur un taux de croissance de 2,5% pour l’année 2016. De même, le  projet de la loi des finances 2016 fixe au même taux ( 2,5%) la croissance projetée. Pour l’année 2015, la BCT prévoit une croissance de 0,5%. Des chiffres jugés exagérés voire hors de portée  vu la situation actuelle du pays et la crise financière globale qui y sévit depuis la Révolution. Les économistes de tout bord se déchaînent contre ces taux de croissance avancés par la BCT.

Dans une déclaration, ce lundi 2 novembre 2015, à Africanmanager, l’expert économique et ancien ministre des Finances, Houcine Dimassi a indiqué qu’il est impossible de réaliser un taux de croissance de 0,5% en 2015 sachant que durant les trois premiers trimestres de cette année, la Tunisie a enregistré des taux de croissance négatifs. « Je doute que la Tunisie puisse  rattraper sa croissance durant le quatrième trimestre et atteindra un taux de 0,5% », a-t-il assuré.

L’ancien ministre des Finances a, dans le même ordre d’idées, souligné que le taux de croissance pour le quatrième trimestre de cette année, serait soit proche du zéro, soit négatif.

Pour l’année 2016, Houcine Dimassi a fait remarquer que le taux de 2,5% de croissance est également  difficile à atteindre avec notamment des investissements en berne, le recul des indicateurs du secteur touristique et la chute de la production nationale de  gaz et de pétrole.

Il a fait savoir, dans le même cadre, que bien qu’un taux de croissance de 2,5% semble  abordable pour l’exercice 2016, il demeure très difficile de le réaliser sur le plan pratique.

A l’appui de son argumentaire,  Houcine Dimassi a évoqué deux raisons, d’abord, l’investissement qui ne cesse de reculer pour atteindre des chiffres alarmants, chutant du tiers durant les 9 premiers mois de cette année. Ensuite, la chute des activités des deux secteurs clés de l’économie nationale, à savoir le tourisme qui souffre de plusieurs difficultés et dont la reprise demeure encore lointaine. En outre, Dimassi a noté la chute de la production nationale en pétrole et gaz. Le niveau de production du secteur minier demeure encore, selon lui, très loin de l’habituel.

Un point de vue partagé par l’universitaire et l’expert-comptable, Fayçal Derbel. Dans une déclaration, ce lundi 2 novembre 2015 à Africanmanager, il a affirmé que la Banque centrale a retenu « la borne supérieure » et l’hypothèse la plus optimiste en termes de croissance, estimant qu’il est très difficile d’atteindre une croissance de 0,5% en 2015.

Selon lui, le taux de croissance attendu pour cette année devrait être compris entre -0,5% et +0,5%.

Concernant le taux de 2,5% de croissance prévu par la Banque centrale et fixé dans le cadre du projet de la loi de finances 2016, Derbel a indiqué qu’il s’agit d’un taux très difficile à atteindre.

S’agissant de l’année 2016, Fayçal Derbel a fait remarquer qu’un taux de 2,5% fixé au titre de cette année est tributaire de trois conditions, à savoir  l’absence d’actes terroristes, la reprise de la saison agricole et le consensus volontaire, total et inconditionnel de toutes les parties prenantes y compris l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), laquelle est appelée à voter toutes les lois avant la fin de cette année dont principalement le projet de la loi des finances, la loi sur le partenariat public privé ainsi que la loi sur les entreprises en difficulté.

Le gouvernement doit aussi, selon lui,  travailler en faisant abstraction de tous les  tiraillements politiques et de toute appartenance partisane. C’est ainsi qu’il a appelé également l’UGTT à veiller à ce qu’aucune grève ne soit observée durant l’année 2016 et l’Utica à s’engager dans un programme de promotion de l’emploi et de l’investissement.

Quant à lui, l’expert économique, Ezzedine Saïdane, il a affirmé, dans une déclaration ce lundi 2 novembre 2015, à Shems Fm, qu’il est impossible d’atteindre un taux de croissance de 0,5% en 2015 notamment avec une croissance de -0,2% durant le premier trimestre et -0,7% durant le deuxième trimestre.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Le Maroc s'est hissé à la troisième place des fournisseurs de textile de l'Union européenne. D'après La Vie Eco, l'Association marocaine des industries du...