Tags Posts tagged with "banques tunisiennes,"

banques tunisiennes,

par -
0
Chedli Ayari a exprimé sa déception par le faible taux de croissance enregistré pour le 3ème trimestre 2013

Le gouverneur de la banque centrale de Tunisie (BCT) Chadli Ayari a souligné, mardi, à Tunis, que les dépositaires auprès des banques tunisiennes n’ont pas retiré leurs fonds, vu leur confiance en le système bancaire tunisien, malgrè la polémique soulevée par le projet de loi sur les banques et les établissements financiers concernant les risques de faillites.
Ayari a indiqué, lors d’une séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), que conformément aux indicateurs de la BCT , les banques tunisiennes ne courent pas de risques de faillites, à l’exception de deux banques qu’il n’a pas nommées. Et de poursuivre que la loi, actuellement en vigueur en Tunisie, « n’offre pas aux dépositaires un mécanisme de protection de leurs fonds, ni de dédommagements.
Il a fait remarquer que le projet de loi, présenté pour adoption, « offre une protection à tous les agents des banques ainsi qu’aux dépositaires », reconnaissant que la nouvelle loi comprend plusieurs lacunes et que certaines de ses dispositions doivent être amendées. Elle permettra, cependant, d’améliorer le rendement des banques et ne mène pas à leur faillite ».
Le gouverneur de la BCT a précisé que les dispositions relatives à la finance islamique, parues dans le projet de Ioi « ne touchent pas à la neutralité de la loi », alors que des députés de l’ARP, notamment ceux de l’opposition, considèrent que certaines dispositions revêtent des dimensions idéologiques.
Selon Ayari, l’économie tunisienne est en retard de 10 ans, comparée à certaines économies dans la région (Maroc, Jordanie), ajoutant que la solution pour l’économie nationale réside en l’intégration dans l’économie ouverte, ce qui exige d’aller de l’avant sur la voie des réformes.

par -
0

Dans une déclaration faite ce lundi 4 avril 2016 à Africanmanager, l’expert économique Mourad El Hattab a annoncé que les Tunisiens sont à  découvert bancaire à hauteur de  8000 MD, soit 2/3 des comptes débiteurs.

L’expert économique a dans le même contexte ajouté que l’encours des crédits aux particuliers s’est élevé à fin décembre 2015 à 18 490 millions de dinars contre 10 700 MD fin décembre 2010, enregistrant ainsi un accroissement de 72,7%.

Il est à rappeler à ce propos que depuis l’année 2014, les banques tunisiennes ont commencé la mise en place de certaines mesures et dispositifs coercitifs interdisant l’entrée dans le « rouge », tant pour  les fonctionnaires que pour les entreprises. Des directives qui avaient été données à la lumière du constat alarmant fait à cette date par la Banque centrale de Tunisie (BCT) quant à la situation économique et aux craintes que l’État soit incapable de payer les fonctionnaires.

par -
0
Sur le plan monétaire

L’encours des dépôts bancaires a enregistré, en 2015, un ralentissement de son rythme d’évolution en comparaison avec l’année précédente (4,2% contre 8,7), sous l’effet de la hausse modérée des comptes à terme et la baisse sensible des certificats de dépôts. La même tendance a concerné les concours à l’économie durant la même période (6,2% contre 9,2% en 2014), en rapport avec le rythme décéléré de l’évolution des crédits à court et long termes.

par -
0
Bien que les banques tunisiennes présentent

Bien que les banques tunisiennes présentent, actuellement, une situation financière délicate à des degrés divers, elles continuent d’afficher de bons résultats, donnant reflétant l’image d’institutions financières qui ont bien résisté à la crise. Selon une analyse réalisée récemment par l’intermédiaire en bourse « Tunisie valeurs », les dépôts du secteur ont enregistré, à la fin du mois de septembre 2013, une légère progression de 4.3% à 41 399MDt par rapport au début de l’année, expliquant cette croissance par une décollecte enregistrée sur le deuxième trimestre (-0.5%). En effet, en période d‘incertitude et d’instabilité économique et politique, les acteurs économiques ont tendance à retirer, par précaution, une partie de leur épargne des banques. Les conséquences de ce phénomène de thésaurisation se sont directement ressenties au niveau de la liquidité bancaire, ce qui a incité la BCT à intensifier ses injections sur le marché interbancaire.

Cela est expliqué, également, par le ralentissement du rythme de la collecte au niveau du secteur public (+0.7% contre une croissance de 2.2% sur la même période de 2012), représentant 35% du total des dépôts du secteur. C’est particulièrement la STB (-6.2%), qui a tiré les chiffres vers le bas. Celle-ci a par ailleurs perdu 1.5 % de part de marché par rapport au début de l’année.

La BIAT confirme encore une fois sa position de leader avec un total des dépôts de 6 887MDt et une part de marché de 16.6%. Un positionnement confortable qui lui permet de gagner près de 1% se distinguant de plus en plus de ses concurrentes STB et BNA.

Attijari Bank affiche la meilleure progression du secteur avec une hausse de 12.2% de sa collecte à 4 029MDt. Grâce à une politique commerciale très dynamique et l’extension continue de son réseau d’agences, la banque continue de gagner en parts de marché devenant un véritable challenger pour Amen Bank.

Mauvaise surprise pour l’ATB qui affiche la moins bonne performance du secteur (-12%) pénalisée par une décollecte de 425MDt, principalement au niveau des dépôts à terme.

S’agissant des crédits, jusqu’à septembre dernier, le secteur a enregistré une croissance de 3.9% des encours de crédits par rapport au début de l’année, totalisant un montant de 44003MDt. La STB maintient sa première place avec un total de crédits de 7 073MDt, soit une part de marché de 16.1%.

Amen Bank continue de gagner du terrain, affichant la meilleure performance du secteur (+9.9%) à 5 452MDt. Avec une part de marché crédits de 12.4%, Amen Bank consolide sa place de 2ème banque privée du secteur.

Evoquant le PNB du secteur bancaire, cet indice a progressé de 12.1% par rapport à la même période de l’année dernière. Une progression qui provient essentiellement de l’amélioration de la marge d’intérêt de la plupart des banques (progression moyenne de 15.4%), suite à la hausse moyenne du TMM de 92pb sur les 9 premiers mois de l’année, par rapport à la même période de l’année dernière.

Amen Bank se distingue encore une fois, affichant la meilleure progression du secteur (+19.9%) à 187.8MDt. Une croissance boostée par la progression de 22% de sa marge d’intérêt, mais également par la réalisation de plus values sur le portefeuille de placement d’un montant de 9MDt, représentant un gain de 44%.

S’agissant de la structure du PNB du secteur, elle reste dominée par la marge d’intérêt, un effet d’autant plus renforcé avec la hausse du TMM sur l’année. Ainsi, la part de la marge d’intérêt du secteur est passée de 56.8% du PNB en septembre 2012 à 58.4% au mois de septembre 2013.

L’ATB tend vers une structure plus classique de ses marges. La marge d’intérêt est passée de 29.5% du PNB à 34.8%. Un changement stratégique voulu par la banque pour se couvrir de la prévision de hausse des taux. Pour rappel, la banque détient un portefeuille en BTA très conséquent de l’ordre de 1 000MDt.

La productivité du secteur s’est améliorée par rapport à la même période de l’année écoulée. Le PNB du secteur ayant évolué deux fois plus vite que les charges opératoires, le coefficient d’exploitation (hors amortissement) est passé de 50% à 47%.

Kh.T

par -
0
Bien que les banques tunisiennes présentent

Bien que les banques tunisiennes présentent, actuellement, une situation financière délicate à des degrés divers, elles continuent d’afficher de bons résultats, donnant reflétant l’image d’institutions financières qui ont bien résisté à la crise. Selon une analyse réalisée récemment par l’intermédiaire en bourse « Tunisie valeurs », les dépôts du secteur ont enregistré, à la fin du mois de septembre 2013, une légère progression de 4.3% à 41 399MDt par rapport au début de l’année, expliquant cette croissance par une décollecte enregistrée sur le deuxième trimestre (-0.5%). En effet, en période d‘incertitude et d’instabilité économique et politique, les acteurs économiques ont tendance à retirer, par précaution, une partie de leur épargne des banques. Les conséquences de ce phénomène de thésaurisation se sont directement ressenties au niveau de la liquidité bancaire, ce qui a incité la BCT à intensifier ses injections sur le marché interbancaire.

Cela est expliqué, également, par le ralentissement du rythme de la collecte au niveau du secteur public (+0.7% contre une croissance de 2.2% sur la même période de 2012), représentant 35% du total des dépôts du secteur. C’est particulièrement la STB (-6.2%), qui a tiré les chiffres vers le bas. Celle-ci a par ailleurs perdu 1.5 % de part de marché par rapport au début de l’année.

La BIAT confirme encore une fois sa position de leader avec un total des dépôts de 6 887MDt et une part de marché de 16.6%. Un positionnement confortable qui lui permet de gagner près de 1% se distinguant de plus en plus de ses concurrentes STB et BNA.

Attijari Bank affiche la meilleure progression du secteur avec une hausse de 12.2% de sa collecte à 4 029MDt. Grâce à une politique commerciale très dynamique et l’extension continue de son réseau d’agences, la banque continue de gagner en parts de marché devenant un véritable challenger pour Amen Bank.

Mauvaise surprise pour l’ATB qui affiche la moins bonne performance du secteur (-12%) pénalisée par une décollecte de 425MDt, principalement au niveau des dépôts à terme.

S’agissant des crédits, jusqu’à septembre dernier, le secteur a enregistré une croissance de 3.9% des encours de crédits par rapport au début de l’année, totalisant un montant de 44003MDt. La STB maintient sa première place avec un total de crédits de 7 073MDt, soit une part de marché de 16.1%.

Amen Bank continue de gagner du terrain, affichant la meilleure performance du secteur (+9.9%) à 5 452MDt. Avec une part de marché crédits de 12.4%, Amen Bank consolide sa place de 2ème banque privée du secteur.

Evoquant le PNB du secteur bancaire, cet indice a progressé de 12.1% par rapport à la même période de l’année dernière. Une progression qui provient essentiellement de l’amélioration de la marge d’intérêt de la plupart des banques (progression moyenne de 15.4%), suite à la hausse moyenne du TMM de 92pb sur les 9 premiers mois de l’année, par rapport à la même période de l’année dernière.

Amen Bank se distingue encore une fois, affichant la meilleure progression du secteur (+19.9%) à 187.8MDt. Une croissance boostée par la progression de 22% de sa marge d’intérêt, mais également par la réalisation de plus values sur le portefeuille de placement d’un montant de 9MDt, représentant un gain de 44%.

S’agissant de la structure du PNB du secteur, elle reste dominée par la marge d’intérêt, un effet d’autant plus renforcé avec la hausse du TMM sur l’année. Ainsi, la part de la marge d’intérêt du secteur est passée de 56.8% du PNB en septembre 2012 à 58.4% au mois de septembre 2013.

L’ATB tend vers une structure plus classique de ses marges. La marge d’intérêt est passée de 29.5% du PNB à 34.8%. Un changement stratégique voulu par la banque pour se couvrir de la prévision de hausse des taux. Pour rappel, la banque détient un portefeuille en BTA très conséquent de l’ordre de 1 000MDt.

La productivité du secteur s’est améliorée par rapport à la même période de l’année écoulée. Le PNB du secteur ayant évolué deux fois plus vite que les charges opératoires, le coefficient d’exploitation (hors amortissement) est passé de 50% à 47%.

Kh.T

par -
0
La Chambre en référé au Tribunal de première instance de Tunis a rendu une décision au profit d’une société tunisienne 

La Chambre en référé au Tribunal de première instance de Tunis a rendu une décision au profit d’une société tunisienne travaillant dans le domaine pétrolier afin de saisir l’argent de la banque extérieure de la Libye, déjà déposé dans 14 banques tunisiennes à l’instar de la Banque Centrale et ce pour une dette qui a dépassé 170 millions de dinars.

L’opération de saisie entraînera, selon le journal « Achourouk », la fermeture de 5 banques qui travaillent en Tunisie et une perturbation financière dans 9 autres banques.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE

SPORT