Tags Posts tagged with "Béji Caïd Essebsi, Kamel Morjane, Kamel Letaïef, Néji Mhiri,"

Béji Caïd Essebsi, Kamel Morjane, Kamel Letaïef, Néji Mhiri,

par -
0
Le juge d’instruction du 5ème bureau vient d’ouvrir une enquête judiciaire autour d’un hypothétique complot contre l’Etat auquel participent un certain nombre de personnalités politiques et anciens hauts cadres de l’Etat.

Le juge d’instruction du 5ème bureau vient d’ouvrir une enquête judiciaire autour d’un hypothétique complot contre l’Etat auquel prendraient part un certain nombre de personnalités politiques et anciens hauts cadres de l’Etat.

Seraient concernés par cette enquête l’ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi, l’ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères Kamel Morjane et les anciens ministres de l’Intérieur Ahmed Friâa et Mohamed Jegham, ainsi que deux hommes d’affaires, Kamel Letaïef et Néji Mhiri.

Ils sont tous suspectés d’avoir comploté et s’être mis d’accord pour renverser le régime. On leur reprocherait, entre autres, de mettre en doute la légitimité du pouvoir actuel.  A titre préventif, certaines de ces personnes ont d’ores et déjà été frappées d’interdiction de voyage dont Kamel Letaïef.

L’enquête aurait été ouverte sur la base d’une requête déposée il y a plusieurs mois par l’avocat Cherif Jebali, un ancien cadre au ministère de l’Intérieur, réputé proche du pouvoir et ce sur la base de l’article 31 du code des procédures pénales. La requête est restée longtemps chez le ministère public qui ne l’a transmise que la semaine dernière au juge d’instruction.

Plusieurs avocats ont déjà pris ou s’apprêtent à prendre l’affaire en main pour défendre un ou plusieurs de ces personnalités, dont Ahmed Néjib Chebbi, Bochra Bel Hadj Hmida, Mokhtar Trifi et Abdessattar Ben Moussa. L’enquête en est encore au stade de l’instruction, et en l’absence d’accusés pour le moment, pourrait être classée par le juge d’instruction.

On n’écarte pas la possibilité qu’il s’agisse d’une simple manœuvre de diversion puisque les suspicions ne se baseraient sur aucun élément tangible. Force est de constater aussi, que les personnes accusées, forment la partie de l’opposition qui fait l’objet, soit d’un déni pur et simple de la part du parti au pouvoir Ennahdha et sa troïka, soit de personnalités politiques que la troïka cherche à exclure de la vie politique et plus précisément des prochaines élections. Les deux hommes d’affaires, impliqués dans cette accusation de complot, ont de leur côté, longtemps fait l’objet de campagnes médias. De là à accuser ce procès d’être une tentative de règlement de comptes politiques, il n’ y a qu’un pas que beaucoup d’observateurs de la place politique tunisienne de la Révolution, ont vit fait de franchir.

Kamel Ltaïef dément et s’étonne, Caïed Essebssi et Morjene ne sont pas au courant !

Interrogé, mardi 30 octobre 2012, par nos soins au téléphone, Kamel Ltaïef a confirmé l’existence d’une telle affaire portée contre lui et les personnes citées dans notre article, affaire qui a été derrière l’interdiction de voyage décidée à son encontre. L’homme d’affaires qui affirme que la décision d’interdiction de voyage lui aurait été annoncée alors que le dossier d’accusation n’était pas encore instruit, s’étonne aussi que le parquet prenne au sérieux de telles accusations et ne l’entende pas en personne avant de décider de l’interdiction de voyage à son encontre, affirmant qu’il n’a aucune raison de comploter ou de fuir la Tunisie, pays de sa naissance et de ses affaires.

Kamel Ltaïef dément, par ailleurs l’accusation de complot portée contre lui et les autres personnes citées dans l’affaire par l’avocat, dont il rappelle qu’il a déjà perdu deux autres plaintes similaires portées contre lui, des affaires dont il aurait par ailleurs parlé, depuis avril dernier, dans le journal d’un autre homme d’affaires qui n’arrête pas de le diffamer.

Kamel Ltaïef s’étonne aussi que l’on porte de telles accusations contre des hommes politiques intègres et irréprochables, au moment où la Tunisie vit une période de transition démocratique. L’homme d’affaires rappelle, à ce propos, qu’il ne possède qu’une seule et unique entreprise dont les comptes sont du reste transparents et font plus est, l’objet de contrôles du Fisc et de la CNSS. Il précise aussi qu’il reste, depuis sa dispute avec l’ancien président tunisien Ben Ali en 1992, un homme politique indépendant qui a des relations très variées et qui agit pour le seul intérêt de son pays, sans nulle intention de comploter contre la sécurité ou la stabilité de l’Etat.

Interrogé, de son côté par nos soins aussi, le leader de Nida Tounes Béji Caïed Essebssi déclare n’avoir rien reçcu d’officiel à propos de cette plainte et de ces accusations. « Je suis incapable de renverser une assiette, que dire d’un régime », commentet-il avec son humour habituel. Quand à Kamel Mojene, il assure, lui aussi, ne pas être encore au courant de la plainte dont il ferait l’objet.Pour sa part, Mohamed Jgham d’El Watan, indique aussi qu’aucune accusation ne lui a été formellement notifiée et  considère ces accusation comme étant destinées à jetter une ombre sur les prochaines échéances électorales.

Réagissant aux informations relatives au complot, l’homme d’affaires, Néji Mhiri, a affirmé à Assabah News, qu’il n’est mêlé à aucune affaire politique, ajoutant qu’il n’est nullement au courant des accusations de complot portées contre lui ainsi que des personnalités politiques.

Concernant l’interdiction de voyage, il a indiqué que l’information le concernant n’a aucun fondement, affirmant enfin qu’il œuvre dans l’intérêt de la nation et que son seul et unique objectif est de créer des emplois dont il revendique 48 000.

De son côté, Ahmed Friaa, ex-ministre de l’Intérieur, s’est déclaré, dans une déclaration à Assabah News, étonné par l’information l’accusant de complot contre l’Etat, ajoutant qu’il s’est replié, depuis longtemps, chez lui dans sa maison, pour travailler sur la mise au point d’une formule mathématique, se demandant si ce travail de recherche est une conspiration contre la sûreté de l’Etat.

S’agissant de Kamel Ltaief, il a indiqué qu’il le connaît effectivement et qu’ils se téléphonent de temps à autre.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE

SPORT