Tags Posts tagged with "biens mal acquis"

biens mal acquis

par -

Quel bilan peut-t-on tirer de la confiscation? Où en est-on après plus de 5 ans ? A-t-on vraiment atteint les objectifs ? Cette fois-ci la réponse est « oui »! Le bilan pourrait même dépasser les prévisions. C’est ce qu’a affirmé Ahmed Khedher, responsable du secrétariat permanent de la commission de gestion des biens confisqués dans une interview accordée à Africanmanager. A priori, les 200 millions de dinars sont pratiquement dans la poche. Ce sont les recettes qui devraient provenir de la confiscation au titre de cette année. Il s’agit de l’une des promesses faites auparavant par l’ancien ministre des Finances, Slim Chaker. Ahmed Khedher nous a, à ce propos, assuré que les recettes provenant de la confiscation des biens confisqués ont atteint à ce jour près de 150 millions de dinars. Ajoutons à cela les participations de l’État au titre de l’année 2016 et qui lui reviendront en 2017 sous forme de dividendes (à travers Al Karama Holding).

Par ailleurs, un PV portant sur la vente de 30 biens immeubles d’une valeur totale dépassant les 45MD a été approuvé lors de la réunion de la commission de gestion des biens mal acquis, le 8 octobre dernier à Tunis. 17 appels d’offres seront dans ce cadre lancés. Le PV a été signé par les parties concernées à savoir les ministres de la Justice, des Domaines de l’État et des Affaires foncières, des Finances ainsi que des membres de la présidence du gouvernement. La vente a été pilotée par « Immobilière de Gammarth ».

Concernant les portefeuilles et liquidités, Ahmed Khedher a tenu à préciser que la valeur totale des portefeuilles encaissés a atteint plus de 10 MD en 2016 dont 75% provenant de la vente des actions d’assurances Salim. Pour les liquidités, les encaissements sont estimés à plus de 5MD en 2016. Et de rappeler que la valeur totale des liquidités encaissées a atteint, depuis le début du processus de la confiscation, en 2011, plus de 115MD sur un total de 123MD.

S’agissant des sociétés, Ahmed Khedher a tenu à préciser que le processus de vente avait été entamé depuis le 4ème semestre de l’année 2015 et il concerne 16 sociétés. Actuellement, le programme en est à l’étape de l’évaluation et du choix de la banque d’affaires.

Le travail d’évaluation est achevé pour trois sociétés, à savoir Car pro, qui a été vendue pour environ 35 MD. Pour « Zitouna 1″, la société avait été cédée au groupe El Meddeb, mais l’opération de vente n’a pas abouti après que l’acheteur s’est retiré. Concernant Zitouna 2, plusieurs investisseurs ont retiré le cahier des charges mais aucune offre n’a été présentée, a-t-il expliqué.

En revanche, deux opérations de vente sont en cours : L’école Internationale de Carthage (l’opération est dans son étape de pré-qualification) et ADWYA (en phase de dépouillement des offres).

Des négociations sont en cours avec 5 autres sociétés, à savoir Rawas, Jet Multimédia, Newrest Catering qui s’activent dans les services, Injection plastic système (IPS) et Tunisie Plastiques Systèmes (TPS), qui opèrent dans l’industrie.

Il a, dans le même contexte indiqué que la commission est entrée en négociation pour la vente de Shems Fm et Dar Assabah :  » Dès lors qu’un accord sera trouvé entre la commission, la direction générale des deux sociétés et les différents actionnaires et syndicalistes, une banque d’affaires sera chargée de l’évaluation.

S’agissant des biens fonciers, le responsable a assuré que depuis juin 2015 à fin septembre 2016, quelque 24 biens fonciers ont été vendus pour le montant de 138MD alors que la valeur des encaissements a atteint 75MD. Le reste devrait attendre la finalisation de certaines procédures. On a appris que la commission avait confié à la société « Immobilière de Gammarth » 305 biens fonciers, et ce aux termes d’un accord conclu auparavant entre les deux parties.

S’agissant des voitures, Ahmed Khedher a fait remarquer que les appels d’offres lancés ont permis de vendre 69 véhicules pour une valeur estimée à 2,3MD.

Pour ce qui est des voitures de luxe, le responsable a indiqué qu’un travail d’évaluation est en cours, évoquant ainsi la possibilité de l’organisation d’un salon dédié à leur cession, tout en précisant que tous ces véhicules ont acquis une valeur ajoutée.
Il a par ailleurs estimé que le nombre de personnes qui sont intéressées par l’achat de ce type de voiture est important et que des appels d’offres à l’échelle internationale seront prochainement lancés.

Évoquant les difficultés, le responsable du secrétariat permanent de la commission de gestion des biens confisqués a fait remarquer qu’elles sont exogènes et que certaines opérations de vente nécessitent des arrangements avec les actionnaires.

« La bilan de la confiscation aurait dû être meilleur si la conjoncture économique, sécuritaire et politique était mieux maîtrisée », a souligné Khedher, évoquant un manque flagrant d’investisseurs.  » On est toujours en attente d’une réaction plus conséquente de la part des investisseurs vis-à-vis des appels d’offres », a-t-il dit. « Ça bouge mais pas avec le rythme que nous souhaitons », a-t-il ajouté.
Il a par ailleurs assuré que des difficultés objectives sont derrière l’entrave de plusieurs opérations de vente des biens fonciers, citant des problèmes dans l’enregistrement foncier (des biens mis en gage).

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

SPORT