Tags Posts tagged with "blessés, Révolution, Tunisie"

blessés, Révolution, Tunisie

par -
0
La majorité des Tunisiens

La majorité des Tunisiens, soit 81% des personnes enquêtées n’approuvent pas les orientations générales du pays, c’est ce qui ressort d’un sondage d’opinion réalisé, à la fin du mois de mai dernier, par le bureau d’étude américain « Pew Global », basé à Washington et spécialisé dans la réalisation d’enquêtes à travers tous les pays du monde.

Intitulé : « Les chiffres des économies des marchés émergentes sont meilleurs dans les moments difficiles », le sondage a révélé, également, que 48% des personnes sondées estiment que leur situation financière sera meilleure qu’auparavant alors que 21% estiment que leur situation financière s’achemine vers le pire. L’enquête a révélé, aussi, que la moitié des personnes sondées est optimiste sur l’avenir du pays, soulignant que la situation économique du pays sera meilleure, au cours des 12 mois prochains.

Concernant les priorités du gouvernement, il est signalé que la moitié de la population, plus précisément 48% des Tunisiens voient que la lutte contre la hausse des prix doit être la priorité du gouvernement, tandis que 27% estiment que l’emploi et la lutte contre le chômage doivent figurer en tête des priorités. Le reste, soit seulement 5% des personnes sondées ont considéré que la maîtrise de l’endettement public doit être la priorité du gouvernement surtout que le taux d’endettement de la Tunisie pourrait atteindre, selon le ministre des Finances, Elyès Fakhfakh, 47%, en 2013, contre 44% en 2012, ce qui a prêté à plusieurs interprétations, à la fois, contradictoires et inquiétantes.

Toutefois, il ya lieu de signaler que les priorités des Tunisiens citées à travers ce sondage américain, ne sont pas loin de celles fixées, depuis quelques trois mois, par le Chef du gouvernement, Ali Laârayedh, qui a présenté 4 priorités dont une visibilité politique, la lutte contre la violence, l’emploi ainsi que le développement et la lutte contre la hausse des prix.

La seule priorité qui n’ait pas été citée par les Tunisiens et qui figure parmi celles du gouvernement de Laârayeddh se rapporte à la poursuite des réformes, notamment dans la lutte contre la corruption, l’achèvement du processus d’amnistie et l’indemnisation des martyrs et des blessés de la Révolution, une première contradiction entre les priorités des Tunisiens et celles du gouvernement.

Le sondage a montré, en outre, que 39% des Tunisiens sont incapables de pourvoir à certaines nécessités de la vie dont principalement la santé, alors que 31% ont déclaré qu’ils ne sont pas capables de se procurer la nourriture dont ils ont besoin. La question posée par les enquêteurs pour avoir ces réponses est la suivante : « Quelles sont les nécessités de la vie que vous n’avez pas pu satisfaire ».

L’enquête a révélé, également, que la majorité des Tunisiens, plus précisément 71% des personnes interrogées, estiment que le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser dont 70% considèrent que le régime économique actuel sert beaucoup les riches plutôt que les pauvres.

Sigma Conseil, le bureau d’étude tunisien avait confirmé, déjà, dans son baromètre annuel, rendu public, durant le mois d’avril dernier, sur la perception des Tunisiens de l’état émotionnel qui prévaut dans le pays, que 70% considèrent que le gap entre riches et pauvres s’est accentué et que le système économique actuel privilège les riches par rapport aux pauvres. Bien encore, 69% des Tunisiens considèrent que le système économique n’est pas égalitaire.

Il ressort, également, de cette enquête, que plus de la moitié des Tunisiens jugent la situation de leurs ménages détériorée dont 51% considèrent que la situation du pays est pire que celle d’avant le 14 janvier. Les priorités des Tunisiens, mentionnées à travers ce sondage, étaient la lutte contre la cherté de la vie, le chômage et la sécurité.

L’enquête effectuée par « Pew Global » a été réalisée, du 4 au 19 mars de cette année, auprès d’un échantillon de 1000 Tunisiens représentant les différentes régions de Tunis. « Pew Global », s’est basé sur des entretiens directs avec les Tunisiens tout en utilisant le dialecte tunisien.

Kh.T

par -
0
La majorité des Tunisiens

La majorité des Tunisiens, soit 81% des personnes enquêtées n’approuvent pas les orientations générales du pays, c’est ce qui ressort d’un sondage d’opinion réalisé, à la fin du mois de mai dernier, par le bureau d’étude américain « Pew Global », basé à Washington et spécialisé dans la réalisation d’enquêtes à travers tous les pays du monde.

Intitulé : « Les chiffres des économies des marchés émergentes sont meilleurs dans les moments difficiles », le sondage a révélé, également, que 48% des personnes sondées estiment que leur situation financière sera meilleure qu’auparavant alors que 21% estiment que leur situation financière s’achemine vers le pire. L’enquête a révélé, aussi, que la moitié des personnes sondées est optimiste sur l’avenir du pays, soulignant que la situation économique du pays sera meilleure, au cours des 12 mois prochains.

Concernant les priorités du gouvernement, il est signalé que la moitié de la population, plus précisément 48% des Tunisiens voient que la lutte contre la hausse des prix doit être la priorité du gouvernement, tandis que 27% estiment que l’emploi et la lutte contre le chômage doivent figurer en tête des priorités. Le reste, soit seulement 5% des personnes sondées ont considéré que la maîtrise de l’endettement public doit être la priorité du gouvernement surtout que le taux d’endettement de la Tunisie pourrait atteindre, selon le ministre des Finances, Elyès Fakhfakh, 47%, en 2013, contre 44% en 2012, ce qui a prêté à plusieurs interprétations, à la fois, contradictoires et inquiétantes.

Toutefois, il ya lieu de signaler que les priorités des Tunisiens citées à travers ce sondage américain, ne sont pas loin de celles fixées, depuis quelques trois mois, par le Chef du gouvernement, Ali Laârayedh, qui a présenté 4 priorités dont une visibilité politique, la lutte contre la violence, l’emploi ainsi que le développement et la lutte contre la hausse des prix.

La seule priorité qui n’ait pas été citée par les Tunisiens et qui figure parmi celles du gouvernement de Laârayeddh se rapporte à la poursuite des réformes, notamment dans la lutte contre la corruption, l’achèvement du processus d’amnistie et l’indemnisation des martyrs et des blessés de la Révolution, une première contradiction entre les priorités des Tunisiens et celles du gouvernement.

Le sondage a montré, en outre, que 39% des Tunisiens sont incapables de pourvoir à certaines nécessités de la vie dont principalement la santé, alors que 31% ont déclaré qu’ils ne sont pas capables de se procurer la nourriture dont ils ont besoin. La question posée par les enquêteurs pour avoir ces réponses est la suivante : « Quelles sont les nécessités de la vie que vous n’avez pas pu satisfaire ».

L’enquête a révélé, également, que la majorité des Tunisiens, plus précisément 71% des personnes interrogées, estiment que le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser dont 70% considèrent que le régime économique actuel sert beaucoup les riches plutôt que les pauvres.

Sigma Conseil, le bureau d’étude tunisien avait confirmé, déjà, dans son baromètre annuel, rendu public, durant le mois d’avril dernier, sur la perception des Tunisiens de l’état émotionnel qui prévaut dans le pays, que 70% considèrent que le gap entre riches et pauvres s’est accentué et que le système économique actuel privilège les riches par rapport aux pauvres. Bien encore, 69% des Tunisiens considèrent que le système économique n’est pas égalitaire.

Il ressort, également, de cette enquête, que plus de la moitié des Tunisiens jugent la situation de leurs ménages détériorée dont 51% considèrent que la situation du pays est pire que celle d’avant le 14 janvier. Les priorités des Tunisiens, mentionnées à travers ce sondage, étaient la lutte contre la cherté de la vie, le chômage et la sécurité.

L’enquête effectuée par « Pew Global » a été réalisée, du 4 au 19 mars de cette année, auprès d’un échantillon de 1000 Tunisiens représentant les différentes régions de Tunis. « Pew Global », s’est basé sur des entretiens directs avec les Tunisiens tout en utilisant le dialecte tunisien.

Kh.T

par -
0

Des blessés de la révolution du 14 janvier ont organisé, mardi après-midi, un sit-in à la place de la Kasbah, en signe de protestation contre le contenu du décret-loi portant sur les indemnisations au profit des martyrs et des blessés de la révolution.

Les sit-inneurs ont barré la route au cortège du Premier ministre du Gouvernement transitoire, Béji Caïd Essebsi, ce qui a nécessité l’intervention des forces de sécurité.

Certains protestataires auraient, ainsi, subi des blessures légères.

Les protestataires considèrent que le décret-loi les concernant ne répond pas à leurs aspirations et n’est pas à la hauteur des sacrifices qu’ils ont consentis pour la révolution de la dignité et de la liberté, de même qu’il n’a pas apporté une suite favorable à leurs revendications sociales, matérielles et morales.

Certains d’entre eux sont même allés dire que les dispositions contenues dans le décret-loi constituent « une véritable insulte envers leur personne », affirmant qu’ils se sont lassés d’attendre.

Ce mouvement de protestation, ont-ils relevé, vise à faire entendre la voix des blessés à l’opinion publique et aux forces politiques qui seront présents au sein de l’Assemblée nationale constituante, et à les sensibiliser quant au caractère prioritaire de leur dossier.

La Conseil des ministres réuni le 20 octobre courant avait adopté le projet de décret-loi portant sur les indemnisations au profit des martyrs et des blessés de la révolution, après l’introduction de certains changements sur son contenu.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT