Tags Posts tagged with "blocage"

blocage

par -

Des jeunes manifestants poursuivent depuis quelques jours le blocage de la route menant au passage frontalier Dhehiba-Wazen, réclamant le droit au développement et à l’emploi et exprimant le soutien aux sitineurs d’El Kamour.
Une source sécuritaire a souligné, mardi 02 mai 2017, à la TAP que les protestataires ferment l’accès au passage frontalier, sauf pour les cas d’urgence, ou pour les voyageurs tunisiens et libyens de retour dans leurs pays respectifs.
Depuis des semaines, le passage frontalier de Dhehiba-Wazen est, de temps en temps, bloqué par des protestataires pour différents motifs.

par -

Le vol Tunisair TU 635 en provenance de Paris vers Djerba a atterri à l’aéroport de Tozeur jeudi 16 mars à 16 heures, en urgence, en raison d’une panne technique.

Selon Mosaïque fm, les passagers de ce vol sont restés bloqués durant plusieurs heures sans que la compagnie aérienne nationale ne propose un avion de remplacement pour les transporter à l’aéroport de Djerba, a indiqué Habib Friaa, un passager.

En revanche, une source à l’aéroport de Tozeur a indiqué que l’avion en question décollera vers Djerba dans une demi-heure et que la panne a été réparée.

par -

Le vol Tunis Air 716 en direction de Paris a été reportée, après qu’une altercation et un échange de violence entre l’équipage de l’avion et le staff technique, rapporte Mosaïque Fm.

Selon la même source, le co-pilote  s’est dirigé vers le cockpit ou il a trouvé des techniciens en train de faire le travail. Une altercation verbale s’est déclenchée et a évolué en échange de violences, le commandant de bord en est sorti avec des bleus sur le visage, le commandant de police de l’aéroport est intervenu pour calmer les esprits.
Le décollage était prévu à 8h35 du matin, il a été reporté à un horaire encore inconnue.
Rappelons que le différend entre techniciens et pilotes remonte à quelques semaines pour des raisons d’uniformes.

par -

LinkedIn a annoncé mardi n’être pas parvenu à un accord avec les autorités russes qui ont bloqué le réseau social professionnel, lui reprochant de ne pas se conformer à la législation locale en matière de stockage de données, rapporte Reuters.

L’autorité russe de régulation des télécommunications avait dit un peu plus tôt avoir reçu une lettre de LinkedIn l’informant que la société américaine n’était pas disposée à mettre en œuvre les dispositions encadrant le stockage de données.

La législation russe prévoit que les sites internet qui conservent les données personnelles de citoyens russes le fassent sur des serveurs implantés en Russie, une disposition à laquelle LinkedIn ne s’est pas conformée, avait jugé en novembre Roskomnadzor, l’autorité de régulation.

par -

Plusieurs députés ont critiqué la non activation des projets de développement dans les gouvernorats du Nord-Ouest, lors de la séance plénière tenue mardi 7 mars 2017 à l’ARP et consacrée à l’examen des questions liées au développement dans les gouvernorats du Nord-Ouest (Béja, Jendouba, Siliana et le kef).
A ce titre, Fayçal Tebbini a dénoncé l’absence de volonté d’aller de l’avant en matière de discrimination positive entre les régions, soulignant la non participation des compétences du Nord-Ouest dans les gouvernements successifs.

La députée Sana Mersni a évoqué le blocage du projet de la zone industrielle à Roumani à Jendouba, en l’absence de plan directeur alors que sa création avait été décidée en 2012, étant donné que l’Agence foncière Industrielle, n’a pas reçu les avis de certains ministères concernant l’aménagement de cette zone.
Mersni a considéré que la faiblesse de l’infrastructure dans le gouvernorat de Jendouba, a négativement impacté le secteur touristique, qui traverse sa pire crise, avec un taux de fermeture des établissements hôteliers s’élevant à 90%.
La députée a également, estimé que la faiblesse du développement dans sa région, est essentiellement due à l’absence d’une vision globale en matière de développement, malgré l’adoption par l’assemblée des représentants du peuple d’une série de lois, dont les décrets d’application n’ont pas été promulgués par le gouvernement.
La députée Jihène Aouichi a, quant à elle, a appelé le ministère de l’agriculture à finaliser le code forestier, actuellement en cours de révision, et à le transmettre à l’Assemblée des représentants du peuple, pour organiser l’exploitation forestière.
Elle a, en outre, souligné la nécessité de soutenir le secteur touristique dans le gouvernorat de Jendouba, à travers notamment la reprise de l’activité de l’aéroport de Tabarka et le soutien des projets de tourisme écologique.
Le Kef
La députée Khansa Ben Harrath, a plaidé pour l’activation de la décision de créer la zone industrielle de Mahamid (gouvernorat du Kef), soulignant la nécessité de résoudre le problème foncier qui bloque ce projet.
Ben Harrath a également, fait savoir que la Société de Ciment d’Oum El Kelil a exprimé sa volonté de céder du terrain en faveur de la société « le complexe industriel » pour créer la zone en question, invitant les autorités à régler ce problème de transfert de propriété pour pouvoir activer le projet de zone industrielle.
Ben Harrath a également, souligné la nécessité de trouver des solutions pour permettre la poursuite de l’activité de la mine d’el Jérissa, qui assure plusieurs postes d’emploi et qui crée une dynamique économique dans la région.
De son coté, le député Abdelaziz Kotti a évoqué la nécessité de mettre en place un nouveau modèle de développement conformément aux dispositions de la constitution, estimant que les politiques gouvernementales n’ont pas rompu avec les anciens choix en matière de développement, ce qui explique leur échec.
Kotti a par ailleurs, affirmé que le fait de priver les gouverneurs de prérogatives exécutives n’est pas de nature à impulser le développement.

par -

Jamed Robart, un juge fédéral de Seattle, est le grain de sable dans la machine infernale Donald Trump, qui donne le tournis au monde entier. Il a osé se dresser contre la tornade républicaine en bloquant son décret anti-immigration. Certes le gel de ce texte auquel tient tant Trump n’est que temporairement, le temps que la justice se penche sur la plainte du ministre de la Justice de l’Etat de Washington, ce lundi, mais entre temps la bravade du juge fédéral vu suspendre le décret de Trump sur tout le territoire américain…

Pour rappel, le fameux décret de Trump prive de visa les ressortissants de 6 pays à majorité musulmane pendant trois mois (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan et Yémen, alors que l’interdiction frappant les Syriens est indéfinie), sous prétexte qu’ils représentent une menace pour la sécurité des Etats-Unis, un argument balayé par Jamed Robart, ce qui a provoqué l’ire de la Maison Blanche. Cette dernière avait immédiatement pondu un communiqué qui qualifiait de « scandaleuse » la décision du juge, avant de se rétracter quelques minutes après avec un texte où cette expression avait disparu. Il ne fallait surtout pas donner l’impression que le président engage un bras de fer avec la justice…

« La Constitution a vaincu aujourd’hui », a confié M. Ferguson, un démocrate, suite au camouflet administré à Trump. « Personne n’est au-dessus de la loi, pas même le président », a-t-il ajouté. L’ironie du sort c’est que le juge Robart avait été désigné par l’ex-président George W. Bush, un républicain, comme Trump… 

par -

Le secrétaire d’État chargé du Commerce, Faycel Hafiane, a assuré que la plupart des denrées alimentaires et le carburant nécessaire pour le chauffage sont disponibles.
« Nous disposons d’un stock de produits de base suffisant pour 8 jours à Ain Drahem », a précisé le responsable dans une déclaration accordée à Shems, faisant par ailleurs savoir que des difficultés sont rencontrées au niveau de la distribution.
Ces problèmes de distribution sont essentiellement dus à l’accumulation de la neige.
Pour rappel, une grosse quantité de neige a été enregistrée, dimanche matin, dans plusieurs zones du nord-ouest, notamment à Jendouba et Kef, au niveau des hauteurs et des délégations de Neber et Sakiet Sidi Youssef, avec une importante baisse de température.
Plusieurs voitures utilitaires et véhicules de tourisme ont été coincés, dimanche, par la neige au niveau de plusieurs routes.

par -

Près de 1000 voitures et 60 bus sont bloqués à Ain Draham, rapporte Shems fm.
Ce blocage est dû aux fortes chutes de neige enregistrées dans cette zone, a ajouté la même source, faisant savoir que toutes les routes menant à Ain Draham, Beja, Tabarka et Jendouba sont fermées.
Il est à noter que les efforts du ministère de l’Equipement, en coordination avec les différentes parties, se poursuivent afin de dégager les routes le plus rapidement possible.
D’ailleurs, le ministère informe qu’il a mis à la disposition de cette région du matériel pour faire face, exhortant les automobilistes à respecter les règles du Code de la route de manière à aider les ouvriers à accomplir cette mission et assurer les interventions nécessaires.

par -

Tous les enfants, coincés dans un bus au village Bebouche à Aïn Drahem, ont été évacués dans la matinée de ce lundi 16 janvier 2017. C’est ce qu’a déclaré le gouverneur de Jendouba, Akrem Sebri.
Lors de son passage, ce lundi 16 janvier 2017, sur Mosaïque fm, le gouverneur a ajouté que ces derniers ont été transportés à un centre d’accueil de la ville en mettant à leurs dispositions des couvertures et de la nourriture.
La précision du responsable vient à un moment où les efforts se poursuivent pour dégager les routes bloquées.

A ce titre, le ministère de l’Équipement informe qu’il a mis à la disposition de cette région, plusieurs matériels pour y faire face.
Pour rappel, 500 véhicules (bus, camion et voitures) ont été bloqués à Cause d’importantes chutes de neige, notamment le gouvernorat de Jendouba.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé, dimanche 15 janvier, dans un communiqué, la prise en charge de plusieurs automobilistes qui se sont retrouvés bloqués dans leurs véhicules à Ain Drahem.
En effet, 500 véhicules (bus, camion et voitures) ont été bloqués à cause des chutes de neige. En effet, plusieurs routes ont été bloquées et les trois entrées de la ville du côté de Nefza, Tabarka et Jendouba sont devenues impraticables, a ajouté la même source. De même, la RN17 reliant Jendouba et Aïn Drahem a été coupée ainsi que la Route régionale reliant Touiref et Sakiet Sidi Youssef dans le gouvernorat du Kef.

Le ministère de l’Intérieur annonce ainsi que la salle couverte d’Aïn Drahem a été aménagée pour accueillir les personnes bloquées. Les personnes venant en excursion du lycée secondaire de Gabes dont le nombre s’élève à 54 sont logées à Fernana alors que ceux venant de Nabeul (50) sont logées à Beni Mtir.

IL est à noter que le gouverneur de Jendouba avait appelé les citoyens à ne prendre la route vers les villes du nord-ouest à cause de la neige.

par -

Mohamed Trabelsi, le ministre des Affaires sociales, a déclaré, aujourd’hui mardi 27 décembre 2016, que ceux qui ont bloqué la route devant les camions de Petrofac et causé l’arrêt de la production à Kerkennah sont des membres d’une même famille.

Lors de son intervention ce mardi 27 décembre 2016, sur Express Fm, le ministre a ajouté qu’un individu, n’ayant pas obtenu une subvention pour son projet, a rassemblé sa famille et ses cousins et a bloqué la route.

Mohamed Trabelsi a conclu en affirmant que ce blocage coûte très cher à l’État au quotidien.

par -

La persistance des mouvements de protestation et la poursuite du blocage empêchant les camions de rejoindre les bacs ne pouvaient qu’engendrer l’arrêt de l’activité de la société pétrolière Petrofac. C’est ce qu’a indiqué Héla Cheikhrouhou, ministre des Mines et de l’Energie ce mercredi 14 décembre.
« La poursuite de ce blocage est très mal perçue par la société, qui se trouve dans l’incapacité d’honorer ses engagements », a dit la ministre dans une déclaration à Africanmanager. Elle a fait savoir que « la fermeture de la société est attendue dans de pareilles conditions ».
La ministre s’est montrée très inquiète, surtout que la fermeture de Petrofac est très couteuse financièrement, sans parler du fait que c’est un signal négatif pour les entreprises étrangères installées en Tunisie.

Quelle serait la réaction du gouvernement ? La société civile devrait intervenir pour trouver une issue à cette crise, a répondu Héla Cheikhrouhou.
La précision de la ministre vient à un moment où la société pétrolière tuniso-britannique de prospection et d’exploitation énergétique, Petrofac, a décidé d’interrompre toute activité et de quitter définitivement le pays.
Selon le président directeur général de Petrofac, Imed Derouich, les autorités concernées n’auraient pas appliqué la loi face à un individu qui a empêché aux camions de la société de circuler, chose qui a définitivement motivé la décision du départ.
Et le PDG de Petrofac de rajouter que les autorités tunisiennes n’ont pas saisi la chance qui leur a été accordée et n’ont pas œuvré dans le sens de l’application de la loi. Pourtant les activités de la société permettent de satisfaire environ 13% des besoins en gaz de la Tunisie. Par ailleurs les autorités tunisiennes ont confié que le gel de la production durant les 9 premiers mois de 2016 a obligé le pays à recourir au gaz algérien, ce qui a couté aux caisses publiques à peu près 100 millions de dinars. On imagine donc les dégâts si les activités cessent définitivement…

Cet arrêt intervient quelques mois après la signature d’un accord en septembre 2016, entre le gouvernement et les contestataires, afin de maintenir l’activité de la branche de la société britannique établie à Kerkennah.
L’accord, rappelle-t-on, concerne la régularisation de la situation de 266 chômeurs diplômés, sur une durée de 3 ans, avec un taux de 30% la première année. La ministre a, par ailleurs, confirmé le financement par Petrofac et l’ETAP, à hauteur de 2.5 millions dinars, des projets de développement dans la région ainsi que l’amélioration de la situation sécuritaire.

par -

Comme il est de coutume en Turquie, les autorités ont jeté leur dévolu sur Twitter, Facebook, WhatsApp ou encore YouTube. Les perturbations ont commencé vendredi dernier et sont montées crescendo durant le week-end, rapporte Turkey Blocks, une organisation spécialisée dans la surveillance de la censure du Web.

Le gouvernement a frappé en même temps qu’il arrêtait une dizaine de députés du HDP, le parti pro kurde. La méthode, le throttling, est désormais très rodée. Ralentir l’accès aux sites en réduisant la bande passante à disposition jusqu’à les rendre complètement inutilisables.

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, cité par le journal français L’Express, n’a pas pas avoué la manoeuvre, mais a admis que le gouvernement pourrait « avoir recours à ce type de mesures pour des raisons de sécurité ». Admirez la nuance… et la pirouette! Yildirim a ajouté qu’il s’agissait de « mesures temporaires. Une fois que la menace aura été éliminée, tout reviendra à la normale ».

par -
Une source bien informée au sein de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a déclaré ce mercredi 10 aout que ladite institution n’arrive pas à récupérer ses logements illégalement exploités depuis la révolution.
C’est illogique, a lâché notre source, tout en mettant l’accent sur les décisions de justice qui ont été rendues en faveur de la SPROLS et ce, depuis deux ans.
Dans une déclaration accordée aujourd’hui à Africanmanager, il a pointé du doigt ce retard au niveau de l’application des décisions de restitution de ces logements, qui aura certainement un effet négatif.
D’après les estimations, cela coûte environ un million de dinars par an, sachant que les investissements pour ces logements squattés se sont élevés à 7 millions de dinars.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Au Maroc la lutte contre la corruption est dans toutes les têtes, notamment dans celles des autorités, comme du reste en Tunisie en ce...

SPORT