Tags Posts tagged with "bons"

bons

par -
0

Le département du Trésor américain a décidé d’éventrer le grand mystère des avoirs de l’Arabie Saoudite aux USA. Le grand déballage a eu lieu hier lundi 16 mai, un geste qui rompt avec une longue tradition de secret absolu sur les dépôts des débiteurs du pays de ‘l’oncle Sam’.

On a appris que fin Mars 2016, jusqu’à 116,8 milliards de dollars appartenant à l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, dormaient dans les caisses du Trésor américain. Ou plutôt servaient à dynamiser l’économie des Etats-Unis, car ce qu’on ne crie pas sur les toits c’est que cet argent est placé par le gouvernement américain, investi et que les bénéfices et intérêts dont Riyad ne veut pas ( ce n’est pas de l’argent licite aux yeux des Arabes) restent aux USA.

L’Arabie saoudite figure parmi les dix nations du monde qui injectent le plus d’argent aux USA. Toutefois à côté des 1200 milliards de dollars en bons du Trésor américain détenus par la Chine, ou les 1100 Milliards de dollars détenus par le Japon, les Saoudiens font figure de petit de la classe. Autant vous dire que s’il venait à l’idée aux Chinois et aux Japonais d’exhiber ces bons du Trésor et de réclamer la restitution immédiate de leurs avoirs, les Américains perdraient leur assurance. Mais que tout le monde se rassure, cela n’arrivera jamais, pour la simple et bonne raison que tout ce petit monde a beaucoup trop à perdre. En premier lieu cela coulerait l’économie américaine, dans un deuxième temps c’est toute l’économie mondiale qui serait entrainée vers les bas fonds. L’effet domino quoi, en vertu justement de la mondialisation de l’économie.

Des réserves qui fondent comme neige au soleil

L’époque du fantasme sur ces avoirs saoudiens est révolue, en effet le royaume se débat dans des difficultés économiques sans précédent du fait de la chute vertigineuse des prix du pétrole depuis 2014. Sans parler des guerres du Moyen-Orient (Yémen, Syrie, etc.) qui frappent durement les caisses publiques et fragilisent le climat sécuritaire régional, faisant fuir du coup les investisseurs étrangers.

Rien que l’an dernier, l’Arabie saoudite a cramé 16 pour cent de ses réserves de change pour résorber son plus gros déficit budgétaire depuis un quart de siècle, d’après les données de la Banque centrale du pays. Et si cette dynamique infernale se poursuit, Riyad sera dans une posture très délicate dans le plus vaste marché obligataire de la planète. En effet pour offrir les garanties que nécessitent ses sollicitations budgétaires, l’Arabie Saoudite devra céder tout ou une grosse partie de ses titres du Trésor américain, ce qui risque de fragiliser la position américaine sur le marché de la dette. Un vrai cercle vicieux !

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT