Tags Posts tagged with "Bourses "

Bourses 

par -
0

Les Britanniques ont fait le choix de quitter le navire européen, un vrai cataclysme politique et économique. Les citoyens ont répondu aux chants des sirènes qui leur prédisaient le pire en cas de maintien dans l’Union européenne (UE), notamment une invasion des migrants, des millions d’emplois engloutis ou arrachés par les immigrés, et d’autres choses irrationnelles de ce genre. Bref, comme dans beaucoup de pays européens, le vent du nationalisme et de la xénophobie a soufflé trop fort, balayant le peu de rationalité qu’ont tenté de maintenir ceux qui ont fait campagne pour le ‘in’. Comme quoi, la démocratie ne débouche pas toujours sur des choix pensés, mûrement réfléchis, cohérents, logiques. Maintenant les dés sont jetés, et une longue période d’incertitude et de dangers s’ouvre pour les Britanniques… et pour les autres Européens.

La première conséquence immédiate est une chute vertigineuse de la livre sterling, -10% ce matin du vendredi 24 juin. Idem pour les places boursières, toutes dans le rouge, ou presque. A commencer par Londres, qui y a laissé beaucoup de plumes, -7,5% pour l’indice de la Bourse ; les banques ont également plongé. Même tarif pour la Bourse de Paris à l’ouverture ce matin. La Bourse de Tokyo affiche -8% et celle de Hong Kong -4%. Et c’est loin d’être fini…

Un vrai séisme politique

Et puis il y a les conséquences politiques. D’abord internes. « Je crois que je ne peux plus être le capitaine qui mène ce vaisseau », a dit le Premier ministre, David Cameron, en apprenant les résultats. « Je ne peux pas à ce stade vous préciser un calendrier, mais je crois que vous aurez un nouveau Premier ministre d’ici octobre (…) Je suis fier d’avoir été Premier ministre pendant six ans. Je crois que nous avons fait de grands progrès (…) Un nouveau Premier ministre devra engager des négociations avec l’Union européenne. Je pense que ce nouveau chef du gouvernement prendra la décision de déclencher l’article 50. » Il est vrai que Cameron a joué aux apprentis sorciers en promettant, pour se faire réélire, un référendum sur le maintien au sein de l’UE, alors que rien ne l’y obligeait. Là c’est le boomerang.

Par ailleurs il y a le problème de l’unité du Royaume-Uni. En effet l’Ecosse, qui en fait partie, a massivement voté pour le maintien au sein de l’UE, ce qui fait craindre un retour de flamme car les indépendantismes pourraient saisir la perche pour exiger un référendum sur l’autodétermination. Bref le Royaume-Uni risque d’imploser, à terme.

A côte de ça il y a les effets en Europe. Certes la Grande Bretagne n’a jamais été vraiment europhile, elle a toujours cherché un traitement de faveur, et l’a d’ailleurs toujours obtenu. Les Britanniques par exemple ne font pas partie de l’espace Shenghen, donc ont la maitrise totale de leurs frontières, contrairement aux autres pays européens ; ils ne font pas partie de la zone euro, plus d’autres avantages que Cameron a arrachés dernièrement en exerçant un chantage – Brexit en cas de refus – sur les autres pays européens. Bref, les Britanniques ont toujours eu un pied dedans et un dehors, au gré de leurs intérêts. De l’Europe ils voulaient les avantages sans les inconvénients. Ils ont fini par se brûler en jouant avec le feu. Mais il n’en demeure pas moins qu’ils étaient le quatrième contributeur au budget européen, ce qui faisait dire aux partisans du ‘out’ que l’UE profitait trop de la Grande Bretagne.

Reste maintenant pour les Européens à négocier ce virage, très délicat. C’est déjà le branle bas de combat pour sauver les meubles et empêcher une implosion de l’UE. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, va rencontre samedi 25 juin 2015 les ministres des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, néerlandais, Bert Koenders, italien, Paolo Gentiloni, belge, Didier Reynders et luxembourgeois, Jean Asselbor pour un « échange sur les thèmes actuels de la politique européenne », dit un communiqué. But de la manoeuvre : Rendre ce divorce le plus amer possible pour les Britanniques de manière à dissuader les autres eurosceptiques, et il y en a, et pas des moindres. En effet la contestation gronde dans les riches pays du Nord (Suède, Finlande, Pays Bas…), à la faveur des coups de boutoir des mouvements d’extrême droite qui mettent dans la tête des citoyens que leur gouvernement verse beaucoup dans les caisses de l’UE, ce qui est vrai, sans forcément en voir les retombées, ce qui est vrai aussi, puisque ces sommes servent surtout à financer les pays de l’Est à coups de milliards d’euros pour mettre leurs économies au niveau des pays prospères. Donc il s’agit maintenant pour les dirigeants européens de verrouiller le système pour que l’exemple britannique ne donne pas des idées aux autres. Mais ce n’est pas gagné…

par -
0

Les indicateurs des bourses européennes ont réagi aux attaques ayant eu lieu ce matin à l’aéroport et au métro de Bruxelles, et qui ont fait au moins 21 morts et 35 blessés selon un bilan provisoire.
L’indice Eurovest (indice des grandes compagnies européennes) a baissé de 1% vers les 1326 points. La Bourse belge a essuyé une baisse de 0,8% alors que l’indice DAX (Allemagne) a baissé de 1,2%.
Les compagnies touristiques et voyagistes ont subi les plus fortes pertes, avec une baisse de 2,2% dans l’indice Stocks Europe alors que les actions des grandes compagnies aériennes européennes ont perdu jusqu’à 4% de leurs valeurs. Le groupe Accor a pour sa part essuyé des baisses dépassant les 4,1% dans ses actions.
C’est, refuge sûr des investisseurs, qui a gagné 1% pour atteindre les 1257 dollars américains par once.

par -
0

La chute inexorable des prix du brut et surtout le retour imminent de l’Iran sur le marché, avec son stock astronomique de pétrole et de gaz, ont achevé de plomber les Bourses des monarchies du Golfe, les entraînant ce dimanche 17 janvier 2016 vers une chute vertigineuse. En effet, le retour de Téhéran va se faire sur un marché déjà inondé par l’offre, avec la Chine qui n’est plus apte à digérer son quota habituel du fait du ralentissement de son économie, depuis la découverte d’énormes gisements de gaz de schiste sur son sol.

Les Bourses de Dubaï et du Qatar ont reculé de 6% ce matin, même s’il y a eu une légère remontée par la suite. Le Dubai Financial Market affiche -5,6% à la mi-journée, en-dessous de 2.700 points. Les titres d’Emaar, un mastodonte de l’immobilier de Dubaï dont raffolent les investisseurs en temps normal, ont chuté de 4,4% ce matin. Même tendance à la baisse pour Arabtec, champion du BTP, qui a enregistré -5,2%.

Le Qatar Exchange, le marché du Golfe le plus important après la place de l’Arabie saoudite, a été fortement bousculé à l’ouverture, jusqu’à perdre 5% à la mi-journée, même pas 8.000 points.

2015 a été une année noire pour les Bourses du Golfe, entraînées dans les bas fonds par la puissante Bourse saoudienne consécutivement à l’effondrement des cours du brut. Et 2016 ne démarre pas sous les meilleurs auspices pour les places boursières du Golfe. Une vraie catastrophe pour ces pays quand on sait qu’ils tirent plus de 80% de leurs recettes de la vente du pétrole. Cette donne permet de comprendre l’irritation de l’Arabie saoudite en ce moment et sa volonté à tout prix d’amener ses voisins à rompre définitivement tout lien diplomatique et économique avec un Iran qui a toutes les chances de devenir très prochainement la superpuissance du Moyen-Orient…

par -
0
Un appel à candidature pour le programme d’échange « Bourses Thomas Jefferson » pour l’année 2014-2015

Un appel à candidature pour le programme d’échange « Bourses Thomas Jefferson » pour l’année 2014-2015, a été lancé pour sélectionner 200 étudiants tunisiens, qui poursuivront des études aux Etats-Unis. « Les Bourses Thomas Jefferson » pour l’année universitaire 2014-2015 portent sur les domaines de la gestion des affaires, les technologies de l’information, le tourisme et l’hôtellerie.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
West African Gas Pipeline (WAGP) va à terme être la plus importante infrastructure gazière en Afrique de l'Ouest et fera la jonction entre le...

SPORT

0
Lors d'une réunion tenue mardi après-midi a Tunis à l'occasion de la célébration du 20e anniversaire de l'association tunisienne de boxe française (Savate) en...