Tags Posts tagged with "céréales, Tunisie"

céréales, Tunisie

par -
0
En Tunisie

En Tunisie, la moyenne de consommation nationale annuelle de céréales (blé tendre et dur et orge) est estimée à 25 millions de quintaux. Suite à la baisse de la récolte des céréales pendant la saison 2012-2013, la Tunisie a décidé d’importer près 16 millions de quintaux de blé et orge.

Selon les données communiquées par le ministère de l’Agriculture, la baisse de production de céréales est due, notamment, au déficit pluviométrique surtout dans les zones de production céréalière du nord et du centre.

« La récolte céréalière ne dépassera pas, cette saison, 13 millions de quintaux, contre 22,7 millions de quintaux au cours de la saison dernière, soit une baisse de 44%. Au cours de la semaine dernière, près de 7,235 millions de quintaux ont été collectés, le volume collecté sera la base référentielle sur laquelle seront déterminées les quantités que le pays est obligé d’importer.

« Cette baisse de production, selon le ministère de l’Agriculture, va nécessiter l’importation des quantités nécessaires à la consommation locale, qui plus est en devises, à un moment où les prix en vigueur sur le marché international ont observé une hausse notable. Ainsi, le prix moyen d’une seule tonne de blé dépasse les 600 dinars alors que l’orge se vend à environ 550 dinars la tonne. Cela risque d’influer sur les cours d’importation en devises ainsi que sur la balance alimentaire commerciale et la balance des paiements », rapporte la même source.

Quel impact de la sécheresse sur la production agricole?

Depuis que la sécheresse a touché plusieurs régions du pays (Kef, à Zaghouan et Siliana..), un impact négatif a été enregistré sur la production agricole d’une manière générale, et sur les grandes cultures et la production animale en particulier.

Les superficies touchées par la sécheresse sont estimées à 548.000 ha situés dans ces régions, ainsi que dans certaines régions du centre, à savoir Kairouan, Kasserine et Sidi Bouzid qui ont été affectées par la pénurie de pluies. Résultat : la récolte ne dépasse pas 5 quintaux par hectare.

Il convient de signaler que près de 1,130 million d’hectares ont été emblavés au cours de la saison 2012- 2013, contre 1,300 million d’hectares, la saison dernière. En outre, les superficies récoltées ont atteint 759.000 hectares actuellement, contre 1 million d’hectares, pendant la saison précédente.

N.B.T

par -
0

Immanquablement, le budget des ménages et la courbe des prix ainsi que la balance commerciale se ressentent  des cours des mondiaux des produits alimentaires, particulièrement les céréales. Le Centre tunisien de veille et d’intelligence économique de l’IACE  vient de publier une étude sur les récentes  évolutions  du  marché mondial des céréales « t marqué depuis plus de deux mois par une amorce d’un mouvement de relâchement des tensions sur les prix qui résulte de la hausse de la production ainsi que du retour de la Russie et l’Ukraine sur le marché mondial après une période d’embargo qui à duré un peu moins d’un an ».

Les analystes du CTVEI rappellent dès l’abord  que la Russie a levé vendredi1er juillet l’embargo sur les exportations de céréales décrété l’été dernier 2010 en raison d’une sécheresse sans précédent qui avait décimé les récoltes. L’objectif de l’embargo était de contenir une envolée des prix dans le pays et avait contribué à la flambée des cours internationaux du blé, dont la Russie est l’un des premiers exportateurs mondiaux et a fait perdre à la Russie ses parts de marché dans le monde.  En effet, la Russie exporte traditionnellement ses céréales vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Pour 2011 les autorités russes tablent sur une récolte de 85 millions de tonnes et des exportations de 15 millions de tonnes.

Les dernières prévisions de la FAO relatives à la production mondiale de céréales en 2011 font état de près 2,31 milliards de tonnes, soit 3,3 pour cent de mieux qu’en 2010.   Cette embellie s’explique principalement par l’amélioration prévue de la production dans la Communauté d’États indépendants (+ 24 % par rapport à 2010) et en Inde (+ 4 %), qui compenserait largement les médiocres récoltes aux États-Unis (moins 8 %) et dans l’UE (moins 2 %). 

L’utilisation (consommation et intrants)  mondiale de céréales en 2011-2012 devrait augmenter de 1,4 pour cent par rapport à 2010 2011. Ces prévisions de hausse rendent compte principalement d’une utilisation croissante pour la consommation alimentaire et l’alimentation animale, alors qu’on observe un ralentissement du rythme d’augmentation de l’utilisation industrielle des céréales pour la production d’agro carburants par rapport à la campagne précédente.
Suite aux dernières révisions à la hausse relatives à la production mondiale de céréales en 2011 et compte tenu des  prévisions concernant leur utilisation en 2011-2012, on estime qu’à la fin des campagnes de récolte se terminant en 2012, les stocks mondiaux de céréales devraient dépasser leur niveau d’ouverture de 6 millions de tonnes. Les stocks de blé et de riz atteindront selon toute attente des niveaux plus élevés; en revanche, ils resteront bas pour les céréales secondaires, notamment le maïs.

Une détente au niveau des prix des céréales

Le retour de la Russie et de l’Ukraine sur le marché mondial  et la nette amélioration des perspectives relatives à la production et à l’offre céréalières dans le monde ont eu pour effet un relâchement des cours internationaux des céréales et ce comme le montre la graphique ci-dessous.
En juillet, le blé se négociait sur le marché américain à 299.00$ contre 342.00$ un mois plus tôt soit une baisse de 15% en un mois et 180.00$ il y’a un an.

Une envolée des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits (soit 55 cotations), pondérés en fonction de la part moyenne à l’exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires valait 234 points en juin 2011, soit 1 pour cent de plus qu’en mai et 39 pour cent de plus qu’en juin 2009. Il avait atteint son niveau record de 238 points en février.

La forte augmentation des cours internationaux du sucre est déterminante dans la progression de l’indice en juin. Les prix internationaux des produits laitiers ont légèrement augmenté en juin, alors que les prix de la viande restaient stables. Parmi les principales céréales, c’est le blé qui a connu la diminution la plus sensible, alors que les cours du riz étaient à la hausse. Au chapitre des graisses et huiles, l’huile de soja est restée à un niveau stable et l’huile de palme était en recul.

Une récolte céréalière de 20 millions de quintaux en Tunisie

Les dernières estimations de production ont évalué la récolte de céréales de cette année à 20 millions de quintaux contre à peine 11 millions de quintaux l’année dernière et 25 millions de quintaux en 2009. Le rendement moyen dans les plaines du Nord Ouest est estimé à 18-20 quintaux de blé dur à l’hectare contre près de 10 quintaux à l’hectare pour la saison passée. Cette récolte est jugée bonne et devrait permettre au pays d’économiser l’équivalent en devises de 500 millions de dinars. Elle  devrait aussi permettre de couvrir près de 75% des besoins du pays en céréales soit 9 mois de consommation.

La croissance du secteur agricole devrait atteindre cette année entre 5 et 7% et permettra au pays de réaliser environ un point de croissance globale.

Source : CTVEI

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

SPORT