Tags Posts tagged with "chaambi"

chaambi

par -
0

A voire les images rediffusées chaque demi-heures par la chaîne publique France 24 avec force correspondance sur place et analyses politiques et économiques, l’intérieur de la Tunisie s’embrase. Une couverture continue de la TV française qui étrique, il est vrai, l’image d’une Tunisie déjà en crise à cause de la fuite des touristes européens. Mais une image aussi, non contrebalancée par les médias nationaux. Mais la nature a horreur du vide. Vide aussi des responsables tunisiens, qui s’illustrent par leur remarquable absence sur les plateaux TV, au moins pour expliquer les mesures prises, dès mercredi par un chef de gouvernement absent. Aucun ministre, à l’exception d’un gauche porte-parole incapable de gérer les questions pressantes du journaliste de la Wataniya1, n’est sorti s’expliquer sur ces mesures en réponse aux évènements de Kasserine.

  • Les ministres du casus belli toujours taciturnes

Nouveau ministre de l’intérieur, département au premier plan dans ces évènements de Kasserine où un policier a déjà été tué par des manifestants à Feriana, Hédi Mejdoub continue à mettre son chargé d’information au-devant de la scène, alors qu’il consacrait presqu’une journée entière à recevoir des ambassadeurs, dans un étrange ballet diplomatique. Le ministre de l’emploi, le casus-belli de cette nouvelle flambée de violence depuis 5 ans, était nous, dit-on, en Angleterre d’où il n’a débarqué que ce jeudi 21 janvier 2016. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’était pas à la table de la réunion de mercredi soir du ministre des finances avec les députés de Kasserine.

On voudrait croire que Zied Laadhari ira dès vendredi expliquer les mesures du gouvernement dont  il est ministre, dans la région de son ami au parti Ennahdha, Walid Bannani qu’on n’a vu à Kasserine essayer de contenir la colère de ses électeurs contre un gouvernement que son chef Rached Ghannouchi dit soutenir. Et si l’on comprend les positions de chacun des partis de l’opposition, on se demande ainsi où sont les partis du gouvernement pour soutenir ce même gouvernement où ils participent. Où sont aussi les partenaires sociaux dont la majorité soutiennent les manifestations malgré leurs dérapages ?

  • Des ministres et un gouvernement en flagrant défaut de communication

D’habitude prompt à parler, de tout et de n’importe quoi et même des luttes internes au pouvoir au sein de Nidaa Tounes, le chef de l’Etat tunisien Béji Caïed Essebssi se murait encore, ce jeudi 21 janvier 2016 au palais Carthage et ne pipe mot de ce qui se passe désormais à Kasserine, Thala, Siliana, Kairouan, à Sfax, à Jendouba, à Sidi Bouzid et même à Tunis.

Au siège du gouvernement, Essid préfère Davos où il croit candidement pouvoir convaincre les financiers et les politiciens du monde à lui promettre les milliards DT qui lui permettraient de faire redémarrer une économie en panne, comme la machine que refusent d’allumer les propres ouvriers. Il finit certes par décider d’interrompre sa visite en Suisse. On ne sait pas s’il fera de même pour sa visite en France.

Ce dont on est sûr, c’est qu’Essid présidera… samedi, on ne sait pas pourquoi lundi alors qu’il devrait être le pompier que les régions belliqueuses attendent de pied ferme, un conseil exceptionnel des ministres. Un point de presse devrait avoir lieu à l’issue de ce conseil. Une réunion qu’il devrait, selon nous, faire, en signe de confiance dans la légitimité des demandes de la jeunesse de Kasserine et en défi à tous ceux qui voudraient en profiter pour déstabiliser son gouvernement, dans l’une des villes contestataires.

  • Parlez à vos partenaires et au peuple, au lieu des communiqués !

Conseil donc d’un néophyte en matière politique, «Monsieur le chef du gouvernement, allez voir ailleurs… qu’à Tunis. Allez voir le peuple que vous gouvernez, directement chez lui, dans les régions qu’il brûle en protestation contre le bilan des promesses non réalisées par les partis qui forment le gouvernement dont il est le chef. Monsieur le chef du gouvernement, c’est ce que demande le peuple dont vous gérez les destinées et non que vous continuez à les gouverner seulement entre les murs de la Kasbah ! Au moins, envoyez vos ministres parler au peuple et lui expliquer ce que vous faites pour répondre à ses aspirations. Et avant de les envoyer parler, assurez-vous qu’ils ont  compris eux-mêmes de quoi ils parlent. Allez voir aussi, du côté des partis politiques et de celui des syndicalistes. Parlez- leur et essayez de les convaincre pour qu’ils soutiennent vos mesures et participent à calmer les ardeurs de ceux qui demandent, tout et maintenant, alors que vous n’avez pas les moyens de leurs demandes, mais juste les moyens de votre politique qu’ils ont tous soutenue lors des deux votes de confiance. Monsieur le chef du gouvernement, gouverner ne se fait pas par les communiqués de presse, mais par le contact direct. Demandez à Feu Bourguiba, il vous l’apprendra !»

par -
0
Le ministère de la Défense Nationale a annoncé

Le ministère de la Défense Nationale a annoncé, dans un communiqué rendu public, mardi 19 août 2014, qu’un soldat de l’Armée Nationale a été légèrement blessé lors de la poursuite d’un groupe terroriste au mont Châambi.

Le soldat a été touché par balle lors d’un échange de coups de feu avec les terroristes.

par -
0
La cellule de crise relevant de la présidence du gouvernement qui s’est

La cellule de crise relevant de la présidence du gouvernement qui s’est chargée de la situation sécuritaire dans le pays a décidé de fermer plus de 70 écoles coraniques anarchiques et la cessation d’activité de 157 associations impliquées dans le financement d’actes terroristes suspects, et ce conformément aux décisions prises par le chef du gouvernement, Mehdi Jomaâ suite à l’attaque terroriste survenue récemment à jbel chaâmbi.

par -
0
La sœur de martyr Caporal Massoud Bouraoui  a accusé certains individus y

La sœur de martyr Caporal Massoud Bouraoui a accusé certains individus y compris les femmes d’être impliqués dans le financement des terroristes retranchés au Mont Chaambi.

Intervenant sur Shems fm en marge des funérailles de son frère, elle a précisé que certaines femmes sont en train de fournir la nourriture pour les terroristes tout en allant à la montagne, sous le prétexte de rechercher un emploi.

par -
0
Une page proche des terroristes vient de publier une nouvelle photo du groupe terroriste de Jebel Chaambi en train

Une page proche des terroristes vient de publier une nouvelle photo du groupe terroriste de Jebel Chaambi en train de faire la prière.

Selon Mosaïque Fm, la photo aurait été prise dans la journée du mercredi 16 juillet 2014 avant l’attaque de Henchir Talla qui avait fait 15 martyrs et 23 blessés parmi les soldats de l’Armée Nationale.

La même page avait déjà publié des photos de l’attaque de Henchir Talla il y a quelques jours, rapporte la même source.

par -
0
Katibet Okba Ibn Nafaa

Katibet Okba Ibn Nafaa, l’organisation terroriste qui a revendiqué l’attentat perpétré dans la zone d’Ettala à Chaambi , a posté sur sa page facebook « Fajr Al-Kairaouene » 5 photos d’Adnene Chargui tué mercredi dernier lors de cet attentat ;

D’après cette page, Adnene Chargui est issu d’une famille modeste. Il a rejoint Katibet Okba Ibn Nafaa un an avant sa mort, soit le 17 aout 2013. Ce dernier est connu aussi par son endurance et son dévouement à la cause du terrorisme.

par -
0
selon une source citée par Mosaïque FM

selon une source citée par Mosaïque FM, et qualifiée de bien informée, les groupes terroristes qui ont récemment attaqué les soldats au mont Chaaambi , sont venus du territoire libyen et sont restés deux mois avant de commettre l’opération terroriste.

Ces éléments ont bénéficié d’une grande quantité d’armes de contrebande acheminée de Libye à bord de deux véhicules.

Selon la même source, les services de sécurité algériens ont réussi à détecter à travers des radars numériques et appareils sophistiqués , les mouvements des suspects .

par -
0
Intervenant sur Jawhra fm

Intervenant sur Jawhra fm, le père du martyr Yassine Ghouili a appelé les autorités à lui remettre l’uniforme de son fils et son arme pour aller à Chaambi combattre les terroristes , et ce jusqu’au dernier jour de sa vie.

Il estime que les Tunisients sont déterminés aujourd’hui à éradiquer le terrorisme.

Le père du martyr Yassine Ghouili a par ailleurs indiqué que la dépouille de son fils devrait arriver lundi à Jendouba, sa ville natale.

par -
0
Selon des témoins oculaires dont certains sont parmi les militaires

Selon des témoins oculaires dont certains sont parmi les militaires blessés dans l’attaque terroriste de Henchi Ettalla, Chaambi, les terroristes se sont attaqués en premier lieu à une unité d’infanterie arrivée plus tôt de Gafsa, puis à une seconde relevant de la garnison de Sbeitla , dont les éléments ont répliqué à l’agression terroriste à l’aide de leurs mitrailleuses lourdes, ce qui a contribué à limiter les pertes.

Citant les témoignages des équipes médicales accourues sur les lieux de l’embuscade, le journal Assabah, précise que certains des soldats portaient des tenues de sport et d’autres des shorts , et tous étaient déchaussés à l’exception du Commandant Akaichi qui gardait ses chaussures .

La source déclare ignorer si les militaires ont quitté leurs chaussures dans le cadre des premiers soins d’urgence suite à l’attaque ou s’ils étaient en train de prendre quelques instants de repos avant l’iiftar.

par -
0
Une page facebook se présentant sous le nom de

Une page facebook se présentant sous le nom de « Fajr Al-Kairaouene » a mis en ligne trois photos de l’attaque terroriste qui a fait, le mercredi 16 juillet 2014 durant l’iftar, 15 martyrs et 23 blessés parmi les militaires de l’Armée nationale.

Les assaillants dont le nombre est estimé entre 40 et 60, ont utilisé des armes lourdes, avant de se replier en direction des frontières algériennes.

par -
0
Suite à l’attaque terroriste de Jebel Chaâmbi qui a visé le mercredi 16

Suite à l’attaque terroriste de Jebel Chaâmbi qui a visé le mercredi 16 juillet deux unités de l’Armée nationale faisant 14 martyrs et une vingtaine de blessés parmi les militaires, de nombreux politiciens, simples citoyens, activistes de la société civile et bien d’autres ont appelé en chœur à l’accélération de l’élaboration de la loi anti terroriste.

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, Salma Baccar l’une des dirigeantes du Parti Al-Massar, a mis l’accent sur l’impérieuse nécessité de hâter l’adoption de la loi anti-terrorisme et de poursuivre en justice les personnes qui sont derrière la prolifération du phénomène du terrorisme en Tunisie. « La prolifération du terrorisme s’adosse essentiellement au discours politique tenu par le mouvement Ennahda qui a encouragé l’implantation du terrorisme en Tunisie, et ce depuis le fameux discours de Rached Ghanouchi à l’égard des salafistes, les événements de l’ambassade américaine et l’interdiction des activités artistiques », a-t-elle dit. « Aujourd’hui, nous avons besoin de sauver la Tunisie et d’assainir le ministère de l’Intérieur. Il faut écarter le ministre Lotfi Ben Jedou du ministère et poursuivre en justice ceux qui ont participé à l’apparition du terrorisme, a-t-elle affirmé.

Ennahdha est le premier responsable de la prolifération du terrorisme

Pour sa part, Neji Jalloul, membre du bureau exécutif de Nidaa Tounes, a déclaré que la décision d’adopter de la loi anti terrorisme en ce moment est plus au moins « tardive », étant donné que le mouvement Ennahdha est le premier responsable de l’implantation du phénomène de terrorisme en Tunisie. Et d’ajouter que les ligues de la protection de la révolution (LPR), qui sont, selon lui, « l’école primaire de terrorisme », sont autant impliquées qu’Ennahdha. Il a ajouté que les associations caritatives ont également joué un rôle important dans le financement du terrorisme.

Neji Jalloul a, sur un autre volet, passé en revue le double discours du mouvement Ennhhda et son implication et encouragement du jihad syrien, affirmant à ce propos qu’Ennahdha a encouragé le terrorisme à travers l’affaiblissement de l’Etat, essentiellement par le limogeage des hauts cadres sécuritaires et le démantèlement des services de renseignement et l’adoption du discours du takfir , citant, en exemple, les événements Abdelia, Africart et les restrictions des activités artistiques.

Il a ajouté que « l’adoption de la loi anti terrorisme en ce moment exige une volonté politique forte », estimant que les Tunisiens « sont appelés à ne pas voter pour le mouvement Ennahdha ».

De son côté, Chokri Hamada, porte-parole du Syndicat national des forces de la sécurité intérieure, a affirmé, dans une déclaration accordée à Africanmanager, que l’adoption de la loi anti terrorisme demeure une nécessité absolue essentiellement au cours de cette période précaire que vit la Tunisie. « L’ANC mis du temps pour discuter la loi antiterrorisme, et le projet a été abandonné depuis deux ans. Ainsi, le terrorisme a eu toute latitude pour s’implanter d’une manière remarquable. Le bilan est lourd : 37 martyrs dans les rangs de l’armée tunisienne, 19 martyrs parmi les forces de sécurité et plus de 100 blessés. Les trois présidences assument la responsabilité concernant le décès des martyrs, a-t-il affirmé.

Il a ajouté que le Syndicat national des forces de sécurité intérieure a marqué son engagement pour l’organisation d’un congrès national pour lutter contre le terrorisme, et préparer une stratégie globale qui éradiquera le terrorisme, a-t-il ajouté.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
La Bourse de Tunis s'est enfoncée dans le rouge ce jeudi

La Bourse de Tunis s’est enfoncée dans le rouge ce jeudi, 17 juillet 2014, au lendemain de l’attaque terroriste au mont Chaambi qui a fait 14 morts et 22 blessés parmi l’armée nationale.

Selon le site d’informations financières (Ilboursa.com), vers 11H, l’indice majeur de la place, Tunidex, reculait de 0,49% à 4 615,39 points dans un volume d’échanges qui a atteint 1,269 million de dinar.

La balance de variation des actions est sans appel avec 33 régressions contre seulement 4 hausses.

par -
0
Des informations circulent

Des informations circulent, actuellement, sur l’existence de disparus suite à l’attaque terroriste de Jebel Chaâmbi parmi les éléments de l’Armée nationale, rapporte Assabahnews dans son édition de ce jeudi, 17 juillet 2014.

Une attaque qui rappelle celle survenue au même endroit et à la même heure, durant la même période, plus précisément le 29 juillet 2013.

Par ailleurs, le bilan de cette attaque terroriste s’élève actuellement à 14 martyrs et 22 blessés dont 8 en état grave.

par -
0
Des extrémistes religieux auraient célébré dans la soirée du mercredi

Des extrémistes religieux auraient célébré dans la soirée du mercredi, 16 juillet 2014, l’attaque terroriste survenue le même jour à Jbel Chaâmbi et faisant la mort de 14 personnes et 19 blessés parmi les agents de l’armée nationale, rapporte Shems fm.

Selon la même source, ces éléments ont célébré l’attaque terroriste sur l’Armée nationale en plein public, dans les rues et dans les mosquées.

Les lieux qui ont connu des festivités sont les suivants :

– Zerzouna (Bizerte)

– Sidi Ali Ben Aoun (Sidi Bouzid)

– Ben Guerdane (Medenine)

-Cite Ezzouhour (Kasserine)

par -
0
Qatibet Okba Ibn Nafaâ

Qatibet Okba Ibn Nafaâ, relevant de l’organisation terroriste interdite, Ansar Chariâa, a revendiqué l’attaque terroriste qui a fait plusieurs morts et blessés dans les rangs de l’Armée nationale, dans la soirée de ce mercredi 16 juillet 2014, pendant la rupture du jeûne.

Cette information est publiée via sa page officielle Facebook de l’organisation qui a précisé que des larmes lourdes ont été utilisées.

par -
0
L’attaché de presse du ministère de la défense a annoncé que le nombre

L’attaché de presse du ministère de la défense a annoncé que le nombre des soldats tués s’élève à 14 et à une vingtaine de blessés. Des sources de la présidence du gouvernement ont indiqué qu’un élément terroriste aurait été abattu après l’embuscade tendu par deux groupes de terroristes à l’Armée nationale, mercredi soir, Jebel Chaambi, à l’heure de la rupture du jeûne, au cours de laquelle les assaillants ont utilisé des armes de type RPG et kalachnikov.

Sur un autre plan, la présidence du Gouvernement a annoncé à l’agence TAP qu’une cellule de communication de crise sera créée dans les heures à venir. Cette cellule, composée du porte-parole du ministère de la Défense, de celui du ministère de l’Intérieur et du conseiller en information du chef du gouvernement, aura pour tâche de gérer les informations sécuritaires et les communiquer aux médias instantanément.

Ces informations seront communiquées aux médias sous forme de communiqués officiels ou lors de point de presse tenus au siège du gouvernement à la Kasbah, selon la même source.

Par ailleurs, Rachid Bouhoula, attaché de presse du ministère de la Défense, avait déclaré plus tôt à Mosaïque FM que le nombre de martyrs tombés suite à l’attaque terroriste à Jebel Chaambi s’est élevé à quatre. Il a ajouté que les opérations militaires se poursuivent pour neutraliser le groupe terroriste auteur de cette attaque.

Mosaïque FM a indiqué, sur la base de témoignages sur place, que 19 blessés de l’Armée Nationale ont été admis à l’hôpital régional de Kasserine dont 8 sont en état grave et que quatre martyrs ont été recensés jusqu’à présent. Les dépouilles de deux d’entre eux sont déjà transférées à l’hôpital et placées à la morgue.

La même source a publié la liste des soldats blessés admis à l’hôpital régional de Kasserine et deux noms des soldats martyrs dont les dépouilles ont été transférées à l’hôpital.

Voici la liste :

Blessés :

• Ammar Mejri

• Bilel Hnachreya

• Mohamed Belaid

• Moussa Sifi

• Abdallah Ayachi

• Ibrahim Dri3ani

• Zied Naffouti

• Yassine Hammemi

• Youssef Ammar

• Fedy Boulehmi

• Fathi Mechichi

• Hichem Hammemi

• Sinan Tijani

• Aymen Dellaii

• Ibrahim Mejri

• Belgacem Zedkhati

• Radhouen Dachraoui

• Mohamed Boualleg

• Zied Ghribi

Pour les martyrs, il s’agit de :

• Atef Chakroun

• Karim Mechi

Et pour mieux répondre aux développements de la situation, l’hôpital régional de Kasserine a fait appel aux autres établissements de santé des délégations voisines pour assurer le transfert des soldats blessés à Jebel Chaambi.

Le colonel-major à la retraite et ancien porte-parole officiel du ministère de la Défense, Mokhtar Ben Nasr, a estimé, dans une déclaration à Jawhara FM , que cette attaque terroriste prenant pour cible les militaires à Chaambi était prévisible.

Il a placé l’opération dans le cadre d’une réaction aux déclarations du ministère de la Défense indiquant que « le mont Châambi est totalement sous contrôle » afin de prouver le contraire.

D’un autre côté, le colonel a lancé un appel à l’ANC, pour accélérer l’adoption de la loi anti-terroriste.

par -
0
Un élément terroriste aurait été abattu lors de l’attaque terroriste

Un élément terroriste aurait été abattu lors de l’attaque terroriste survenue à Jebel Chaambi, à l’heure de la rupture du jeûne ce mercredi 16 juillet 2014.

Rappelons que des terroristes ont attaqué plusieurs soldats tunisiens à Jebel Chaambi au RPG et à la kalachnikov provoquant la mort de 4 martyrs et 19 blessés parmi l’armée nationale.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Preuve que la situation dégénère en République démocratique du Congo, sans aucune solution en vue, le département d'État américain a appelé les familles du...

SPORT

0
L'avion privé de Cristiano Ronaldo, attaquant portugais du Real Madrid, a été victime d'un grave accident lundi soir à l'atterrissage à l'aéroport de Barcelone. Son train...