Tags Posts tagged with "chaucer"

chaucer

par -
0

En Afrique, la sécurité génère un business très juteux, pour les raisons que l’on sait. L’assureur français Axa et le britannique Chaucer ont décidé récemment d’exploiter ce filon en montant la société Africa Speciality Risks. Cette nouvelle unité, assez inédite sur le continent, va opérer dans les sinistres et dommages en rapport avec le terrorisme, l’instabilité politique et les révoltes populaires. Axa et Chaucer ont annoncé à Abidjan (Côte d’Ivoire) l’entrée en service d’Africa Speciality Risksson dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). En attendant d’essaimer dans les autres régions de l’Afrique où le boulot ne manque pas !

Cette annonce intervient à peine trois mois après la décision des deux ténors de l’assurance de joindre leurs moyens pour s’implanter en Afrique dans le domaine du risque. Le moins qu’on puisse dire est que Axa et Chaucer n’ont pas trainé, craignant certainement que les concurrents leur grillent la politesse. Africa Speciality Risks, membre du Lloyd’s (marché international d’assurance composé d’assureurs regroupés en syndicats, NDLR), aura son siège social à Londres.

Une fourchette de 25-250 millions de dollars de couvertures

« Nous avons conscience que ce segment est nouveau. C’est pourquoi nous nous donnons dix ans comme objectif pour capter des contrats », a déclaré Boa Jhonson, le directeur général d’Axa Côte d’Ivoire. La nouvelle unité va couvrir des risques sur des biens et activités compris entre 25 à 250 millions de dollars, mais également dans les secteurs de l’énergie, de la construction, de la marine, de l’aviation et du crédit. C’est à l’Île Maurice que toutes les souscriptions seront traitées.

« Nous avons déjà couvert des risques liés au terrorisme sur le continent. Après l’attentat terroriste du centre commercial de Westgate à Nairobi, nous avons payé plus de 120 millions de dollars de dédommagements », confie Edward Lines, responsable chez Chaucer.

D’après les émissaires du groupe à Abidjan, les demandes d’assurances risques en rapport avec la politique ont fait un bond phénoménal au Gabon. Africa Speciality Risks a fait savoir qu’elle réceptionne à peu près 50 demandes par jour pour la couverture de risques politiques, un flux dopé par les craintes liées à l’élection présidentielle d’août, un rendez-vous sous haute tension.

La société a cimenté son affaire en ventilant des directeurs de développement en Côte d’Ivoire, au Maroc, en Afrique du Sud, au Nigeria et à Maurice.

Axa prospère en Afrique !

Pour Axa, l’Afrique est une terre bénie. Depuis deux ans, le français fait feu de tout bois et accumule frénétiquement les acquisitions et les partenariats sur le continent, où il opère dans huit pays (Algérie, Côte d’Ivoire, Égypte, Gabon, Cameroun, Maroc, Nigeria et Sénégal).

En 2014, Axa s’est payé 77% de l’assureur nigérian Mansard Insurance et a acquis l’an dernier 7,15 % du capital du leader africain de la réassurance, African Reinsurance Corporation (Africa Re).

En février dernier, il a scellé un partenariat avec Africa Internet group — l’un des ténors africains du commerce en ligne –, ce qui permet à Axa d’avoir le monopole de la distribution de produits et services d’assurances sur ses différents sites. En 2015, le français a réalisé un bénéfice net de 5,61 milliards d’euros.

par -
0

L’assureur français Axa a fait savoir hier mardi 19 avril qu’il a conclu un partenariat avec le britannique Chaucer pour grossir en Afrique. Il est question d’étoffer les offres en matière d’assurance de spécialités, notamment dans le risque.

Une nouvelle unité verra le jour, « Axa Africa Speciality Risks » ; comme son nom l’indique elle est orientée dans l’assurance de domaines très spécifiques tels que les risques politiques, le secteur de l’énergie et des infrastructures, a dit l’assureur français dans un communiqué.

Cette collaboration commencera d’abord par la mise sur pied d’un syndicat d’assurance commun « qui partagera les contrats signés avec le syndicat d’assurance déjà existant appartenant à Chaucer », précise le texte. Ensuite Axa deviendra « un membre à part entière du Lloyd’s (marché international d’assurance composé d’assureurs regroupés en syndicats, NDLR) en tant que syndicat d’assurance et agent, tout en continuant à collaborer avec Chaucer », ajoute le communiqué

Les deux sociétés envisagent un partenariat qui mise sur les points forts des deux entités. Axa « apporte ses compétences en termes de marketing, son réseau de distribution étendu » et « sa marque » à Chaucer. En retour ce dernier fait profiter au français de sa « réelle expertise de souscription », de sa « longue expérience » dans ce type de partenariat et de « relations bien établies avec ses clients », que ce soit avec les entreprises ou les banques.

Un gros appétit pour l’Afrique

Axa a un gros appétit pour l’Afrique depuis deux ans, où il achète des parts et noue des partenariats à tout-va. C’est déjà le cas dans huit pays – Algérie, Côte d’Ivoire, Egypte, Gabon, Cameroun, Maroc, Nigeria et Sénégal. En 2014, le français s’est payé 77 % de l’assureur nigérian Mansard Insurance et l’an dernier 7,15 % du capital du leader du continent de la réassurance, African Reinsurance Corporation (Africa Re).

En février dernier, Axa a conclu un partenariat avec Africa Internet group, l’un des ténors africains du commerce en ligne. Cela lui ouvre les portes de la distribution exclusive de produits et services d’assurances sur ses différents unités.
Enfin sachez qu’en 2015, l’assureur français a réalisé un bénéfice net de 5,61 milliards d’euros.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCI Tunis), Mounir Mouakhar, a souligné la nécessité de créer un électrochoc pour...

AFRIQUE

SPORT