Tags Posts tagged with "Christine Lagarde"

Christine Lagarde

par -
0
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, mardi, à la séance inaugurale de la Conférence internationale sur l’Investissement « Tunisia 2020″, que  » la Tunisie est une histoire d’espoir », appelant les investisseurs locaux et étrangers ainsi que les partenaires de la Tunisie à investir dans le pays qui  » offre « d’excellentes opportunités d’affaires ».
Elle a réitéré le soutien du FMI à la Tunisie, relevant que l’institution mondiale va continuer à assister les autorités tunisiennes « à définir les politiques appropriées pour réaliser la stabilité économique et la croissance ».
« C’est le moment aujourd’hui, de construire et d’accompagner les réalisations politiques d’accomplissements et de changements économiques pour créer le futur prospère auquel aspire tous les Tunisiens », a-t-elle encore dit.
D’après Lagarde, l’objectif est très simple à définir: » il faut doubler le PIB et améliorer le niveau de vie y compris pour les jeunes ainsi que pour les populations qui vivent en dehors des zones urbaines ». La première responsable du FMI a insisté également sur la promotion du secteur privé pour parvenir à un développement meilleur et inclusif.
« Le gouvernement doit agir. Préserver la santé des finances publiques, améliorer l’efficacité et l’effecience des services publics… et maintenir un rythme régulier des réformes sont des tâches cruciales pour les années à venir », a encore lancé Lagarde
Elle s’est félicité, au terme de son allocution de voir « le gouvernement d’union nationale, bien engagé dans la lutte contre les problèmes structurels de longue date », se disant très confiante que les efforts se poursuivront à cet effet.

par -
0
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

– » Au cours des réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI), les pays membres seront appelés à œuvrer en vue de booster la croissance mondiale qui ne dépassera pas 3,1% en 2016, avant de rebondir à 3,4 % l’an prochain « , a déclaré la directrice générale du FMI Christine Lagarde .
Au cours d’une conférence de presse tenue, jeudi, à Washington, Lagarde a précisé que cette action devra être réalisée sur trois niveaux. Il s’agit de l’adoption de réformes structurelles, la mise en place de politiques monétaires à même de renforcer la demande et l’instauration d’une politique budgétaire en vue de booster la croissance.
Lors de la conférence tenue à la veille du démarrage des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale (BM) devant se tenir du 07 au 09 octobre 2016, Lagarde a présenté l’agenda du FMI pour la prochaine période, à la lumière d’une conjoncture économique mondiale qui fait face à plusieurs menaces risquant de nuire à la croissance et à la stabilité du système financier mondial.
Les capacités de financement du fonds seront renforcées avant la fin 2019, a-t-elle indiqué, précisant que le FMI a obtenu des engagements de la part des pays membres estimés à environ 344 milliards de dollars, précisant que ces derniers seront signés au cours des prochains jours.
S’agissant de la sortie de la Grande Bretagne de la zone Euro, elle affirmé :  » nous avons mis plusieurs scénarios dont l’interaction avec la sortie de ce pays « . Pour Lagarde, ce qui s’est passé est le scénario le plus léger de tous ceux conçs par le FMI en cas de sortie de la Grande Bretagne de la zone Euro.
La Tunisie qui participe aux réunions annuelles du FMI et de la BM, œuvre à mobiliser l’appui des deux institutions de Bretton Woods pour le financement de son plan de développement quinquennal (2016/2020).
La délégation tunisienne rencontrera des responsables du FMI qui a signé (en avril dernier) un nouveau programme de coopération avec la Tunisie lequel s’étalera sur 34 mois. Ce nouveau programme permettra à la Tunisie d’obtenir des financements de 2,9 milliards de dollars.
La Tunisie ambitionne d’obtenir une tranche supplémentaire pour le financement du budget de l’Etat après l’obtention d’une première tranche d’une valeur de 319,5 millions de dollars en mai dernier.

par -
0
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

Si on espérait quelque prédiction d’éclaircie sur le ciel de l’économie mondiale, c’est raté. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a douché tous les espoirs dans un entretien avec l’agence Reuters publié hier vendredi 02 septembre 2016 . Elle a déclaré qu’il est même question d’une nouvelle révision vers la baisse de la croissance mondiale en 2016. La raison :  La faiblesse de la demande, le ralentissement des échanges et des investissements et l’aggravation des inégalités, a indiqué Mme Lagarde.

A quelques jours du sommet du G20 (ces 04 et 05 septembre en Chine), elle invité les dirigeants des pays les plus industrialisés de la planète à peser énergiquement sur la reprise de la demande, à protéger le commerce international et la mondialisation et à combattre les inégalités.

Aucun signe tangible de reprise

D’après Mme Lagarde certes les effets redoutés du Brexit et de l’affaissement de la croissance chinoise sur l’économie mondiale ne se sont pas encore produits, mais « une croissance en léger déclin, fragile, faible et certainement pas alimentée par les échanges commerciaux » est toujours d’actualité.
« Quand vous observez les perspectives de croissance économique dans leur profondeur, le potentiel de croissance, la productivité, nous ne recevons pas de très bons signaux et nous allons probablement réviser à la baisse notre prévision de croissance pour 2016 », a ajouté la DG du FMI.

Pour rappel, le FMI a déjà rogné en juillet sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial à 3,1% pour 2016 et à 3,4% pour 2017, ce qui fait, dans les deux cas, une correction d’à peu près un dixième de point. A l’échelle de la croissance du globe, c’est loin d’être négligeable.
A préciser que lors de cette mise à jour, le FMI a baissé de moitié ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne cette année, à +1,6 % contre un taux de +3 % prédit en avril dernier.

par -
0

Selon le site internet d’informations belge RTBF, l ‘agence financière Fitch a, à son tour, abaissé lundi la note du Royaume-Uni à la suite du vote britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne.

La note de la dette britannique passe de AA+ à AA avec perspective négative, impliquant qu’elle pourrait être encore abaissée dans les prochains mois.

Plus tôt lundi, l’agence Standard and Poor’s avait déjà privé le Royaume-Uni de son triple A, la meilleure note possible, a encore rappelé le site.

 

par -
0

Selon le FMI, le Brexit qui sera soumis à référendum le 23 juin, est "un risque important pour l'économie mondiale ". Lagarde met son poids dans la balance contre un éventuel « Oui » des Britanniques.

« Une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne représenterait « un risque important » pour l’économie mondiale !»

C’est ainsi que la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a adressé une sévère mise en garde aux partisans du Brexit vendredi lors d’une conférence de presse à Londres, évoquant une perspective « mauvaise, voire très très mauvaise » en cas de départ britannique de l’Union européenne.

Une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne représenterait « un risque important » pour l’économie mondiale, a prévenu la directrice générale du FMI, Lagarde (…)

Si les Britanniques décident de rester dans l’UE, la croissance britannique pourrait en revanche rebondir, et passer d’un peu moins de 2% cette année à 2,2 ou 2,3% à moyen terme, a expliqué le

« Un vote en faveur d’une sortie déclencherait une période d’incertitude accrue, entraînant une forte volatilité sur les marchés », écrit le FMI dans son rapport annuel sur l’économie britannique publié vendredi, estimant que le PIB britannique pourrait subir un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% en cas de Brexit.

« Le Royaume-Uni risque d’être entraîné dans une spirale autoalimentée de faible croissance économique et de baisse des prix des logements et des valeurs boursières si les électeurs votent en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne le 23 juin », a encore averti vendredi le Fonds monétaire international (FMI).

Et Mme Lagarde de prévenir : « Une récession technique (du Royaume-Uni) est l’une des hypothèses de notre scénario dans le cas d’un vote pour partir de l’UE ».

Réfutant toute accusation de s’immiscer dans les affaires intérieures britanniques, elle a souligné que les experts du FMI avaient « fait leur travail » en décortiquant les conséquences attendues d’un Brexit. Soulignant qu’il ne s’agissait pas d' »une question intérieure » mais d' »une question internationale ».

« Ce n’est pas qu’une question intérieure. Je sais que c’est une grande question domestique, pour beaucoup d’entre vous, mais c’est aussi une question internationale. Au cours des six derniers mois, sur tous les pays où je me suis rendue à travers le monde, il n’y en a pas eu un où l’on ne m’ait pas interrogée sur les conséquences économiques d’un Brexit », « a expliqué la patronne du FMI. (Afp)

 

par -
0

Les Réunions du printemps du groupe de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (FMI) ont démarré vendredi, et se poursuivront jusqu’au 17 avril 2016 dans la capitale américaine.
Elles interviennent au moment ou des appréhensions de voir la croissance économique en berne durant une langue période, augmentent notamment, avec la montée des conflits géopolitiques, du terrorisme, et des flux Migratoires. La Tunisie qui participe à ces réunions, est sur le point de parachever l’accord avec le fMI, sur un nouveau programme de coopération s’étalant sur quatre ans, comme l’a déclaré jeudi, la directrice du FMI. Cet accord devrait être annoncé dans les heures à venir. Le ministre des Finances, Slim Chaker qui représente la Tunisie dans ces réunions, au côté du ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Yassine Brahim, a noté que le FMI est animé par une volonté réelle d’aider la Tunisie. En témoigne les déclaration de Christine Lagarde, directrice du FMI concernant l’expérience tunisienne. Elle a qualifié de «success story » par rapport aux autres pays du printemps arabe.
«Nous seront aux cotés de la Tunisie pour défendre sa sécurité et offrir des conditions favorables au développement et l’emploi », a-t-elle dit.
Chaker a fait savoir a l’agence TAP que « les fonctionnaires du fonds ont également, exprimé leur satisfaction quant aux réformes engagées par le gouvernement tunisien en ci courte période, en vue de donner une impulsion au développement et à l’emploi ».
La Tunisie a adopté de nouvelles en matière de Partenariat Public-Privé (PPP), la restructuration du secteur bancaire et le statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Elle se prépare actuellement, à la promulgation d’autres à l’instar de la loi de la faillite et le nouveau code d’investissement.
Prennent part aux réunions du printemps, les gouverneurs des banques centrales, des ministres des finances et du développement, des hauts responsables du secteur privé et des  académiciens venant de plusieurs pays du monde pour débatte des questions relatives aux perspectives économiques mondiales, à l’éradication de la pauvreté et au développement économique.
Parmi les évènements programmés dans le cadre de ces réunions figurent les réunions de la commission internationale des affaires monétaires et financières Du FMI, la commission du développement mixte appelée à évaluer les travaux accomplis par le FMI et la BM. Des conférences et des rencontres de presse interrégionales sont organisées en marge de ces réunions pour présenter les rapports du FMI sur les perspectives de la croissance, la stabilité de l’économie mondiale et les réserves financières.

TAP

par -
0
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

La Française Christine Lagarde, forte des soutiens de poids reçus ces derniers jours, a formellement lancé vendredi sa candidature à un deuxième mandat à la tête du FMI, en espérant ne pas être inquiétée par l’affaire de l’arbitrage Tapie.

« Oui, je suis candidate pour un deuxième mandat », a déclaré sur France 2 Mme Lagarde, en direct de Davos, où elle participe au Forum économique mondial (WEF). Elle avait pris les rênes de l’institution financière en 2011 dans le fracas du scandale Dominique Strauss-Kahn.

« J’ai eu l’honneur de recevoir des soutiens dès l’ouverture de la procédure », a-t-elle affirmé, au lendemain de l’ouverture du dépôt de candidatures pour sa succession, mentionnant tout particulièrement la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Chine.

A six mois de la fin de son premier mandat, elle a rappelé que les Etats-Unis, principal actionnaire du FMI et dont le soutien est indispensable, avaient l’habitude de communiquer leur position à la fin du processus.

Elle a toutefois cité de récentes déclarations favorables au sein de l’administration du président Barack Obama.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
Les autorités égyptiennes ont démantelé, hier mardi 06 décembre, un réseau international soupçonné d'avoir organisé un trafic d'organes humains prélevés sur des Égyptiens vivant...

SPORT

0
L'ex-entraineur de l’Espérance Sportive de Tunis, Nabil Maâloul a renoncé officiellement à la plainte qu’il a déposée il y a trois ans à l’encontre...