Tags Posts tagged with "Cité de la culture"

Cité de la culture

par -
0

Les travaux de la construction de la Cité de la culture se poursuivent. Le chantier mené par la société « Bouzghenda Frères » mobilise près de 400 personnes sur tout le projet situé en pleine capitale, au bord d’axes routiers majeurs.

Pour l’heure, «les délais sont respectés et on est en conformité avec le planning fixé», nous assure Ahmed Bouzghenda, PDG de ladite société, qui a remporté l’appel d’offres suite à la résiliation du contrat de l’opérateur tchèque qui était en charge d’une grande partie du projet et ce, pour manquements à ses engagements contractuels.

Sur le terrain, l’entreprise, en étroite collaboration avec le ministère de l’Équipement, déploie les efforts pour la construction de ce bâtiment pilote, lancée au milieu en 2006 pour un coût de 120 millions de dinars et prévue pour une durée de trois ans, avec une ouverture en novembre 2009. Mais les travaux ont pris du retard et ont été stoppés en 2011, avant de reprendre en mai 2016.

Ingénieurs, techniciens et ouvriers qui composent cet effectif travaillent à une cadence soutenue de manière à finaliser la cité dans les délais.

culur

Un retard dû à des améliorations…

Ahmed Bouzghenda tient fermement à la concrétisation de ce projet ambitieux à fin novembre, sinon au premier semestre de 2018.

Encore du retard ? Cela est du à des améliorations apportées par le ministère de la Culture par rapport à certaines composantes de la cité de la Culture, a répondu le responsable dans une interview accordée à Africanmanager.

« Le projet avance normalement et on est à 20% de taux d’achèvement », a ajouté le promoteur, faisant savoir que toutes les conditions adéquates sont réunies pour faire réussir ce projet d’un montant global de 76 millions de dinars.

Notre visite des lieux nous a permis de constater l’avancement de la réalisation de plusieurs espaces dont notamment les trois salles de spectacle, d’une capacité de 1.800, 700 et 300 places ainsi que les autres espaces destinés aux foires, expositions.

C’est important dans la mesure où plus de 60% de l’infrastructure est déjà fonctionnel. Pour rappel, la Cité de la Culture, qui s’étend sur 52 hectares, comprend un ensemble de lieux pour spectacles vivants : Espace d’accueil général du public, 3 salles de spectacle et 7 studios de production, médiathèque d’actualité, une cinémathèque composée de 2 salles de cinéma, de 150 et de 350 places, Maison des artistes, galerie nationale d’art et d’exposition composée de 3 salles d’exposition dotées d’une réserve, administration générale de la cité, espace pour les activités de commerce, élément signalétique appelé « tour de la culture », des parkings. Un musée complétera cet édifice dont le coût sera d’environ cent millions de dinars.

cisd

La jeunesse présente en force

Sur l’ensemble du chantier, la présence des jeunes travailleurs est notable. Beaucoup de cadres, ingénieurs ou encore des ouvriers accèdent rapidement à plusieurs responsabilités. C’est le cas de Hédi Bouzghenda, le responsable du suivi de l’ensemble du projet et qui dirige une équipe élargie. Il éprouve une certaine satisfaction à faire partie de la construction de ce complexe.

Encore des craintes !

Ahmed Bouzghenda est certes attaché à cet édifice dédié à l’art, mais il s’est montré un peu inquiet par rapport à certains points dont notamment le glissement du dinar qui a touché l’équilibre financier de ce contrat.

«La dévaluation de notre monnaie est extraordinaire, suite à une décision de la Banque Centrale qui a choisi de ne plus intervenir sur le marché financier. Cela a causé un manque à gagner de trois millions de dinars pour une société dont les achats sont effectués sur le marché européen », a déploré notre interviewé, en annonçant des discussions prochainement avec les autorités en place pour trouver une issue à ce problème.

uys

par -
0

La ministre de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, Sonia M’barek, et le ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire, Mohamed Salah Arfaoui, ont effectué, mercredi 15 juin 2016 une visite d’inspection aux travaux de la Cité de la Culture à Tunis.

Les deux ministres ont inspecté l’état d’avancement des travaux de ce projet national, relevant la nécessité pour le promoteur de respecter les délais prévus soit le mois d’octobre 2017.

Il est à rappeler que le chef du gouvernement, Habib Essid, a donné au mois de mars dernier, le coup d’envoi pour la relance de la dernière tranche des travaux de la Cité de la Culture, et ce après avoir été suspendue pour plus de 8 ans.

Un budget de plus de 76 millions de dinars est alloué à ce grand projet.

par -
0

Lors d’une visite effectuée ce lundi à la Cité de la Culture à Tunis, Maatoog Ben Ameur, chef du projet, a assuré qu’on multiplie les efforts pour réaliser ce programme dans les délais.

Relancé en mars dernier par le chef du gouvernement, Habib Essid, il devrait entrer en activité en octobre 2017. Le projet de la création de cette cité avance d’une manière considérable. « On est en train de réaliser l’aménagement extérieur et ce, à la suite d’un inventaire effectué touchant les équipements et les matériaux livrés sur champ », a précisé le responsable à Africanmanager, faisant savoir que des constats contradictoires des travaux exécutés ont été faits.
Dans le même contexte, il a ajouté que les travaux de ce projet sont assurés par une équipe composée de 160 cadres et ouvriers.
Pour rappel, ce projet, lancé au milieu des années 2002 pour un coût de 76 millions de dinars et qui couvre 49 mille mètre carré,  générera un nombre important de postes d’emplois.

par -
2

La nouvelle ministre de la Culture, vient d’annoncer la reprise du projet de la «Cité de la culture», un grand projet de 52 hectares en plein centre de Tunis,  initié par l’ancien régime de Zine El Abidine Ben Ali et arrêté depuis des années des suites d’un différend financier avec l’ancien constructeur étranger. Un appel d’offres avait été lancé en 2015 pour l’achèvement  ce méga projet culturel. Il vient d’être remporté par les Entreprises Bouzguenda que dirige Ahmed, président par ailleurs de l’IACE (Institut arabe des chefs d’entreprises), pour la somme exacte de 76.410 MDT selon le nouveau promoteur. Les travaux dans ce vaste chantier, qualifié de bâtisse « stalinienne, esthétiquement ennuyeuse » par le ministre Azzedine Bach-Chaouch et qui avait déjà coûté 75 MDT, devrait reprendre dès le mois d’avril prochain, selon notre source. Le nouveau marché, ne comportera cependant pas la seconde composante du musée avec ses pavillons d’exposition.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT