Tags Posts tagged with "clandestins,"

clandestins,

par -

Le Maroc, qui n’a jamais été aussi prospère sur le continent africain, a les moyens d’être généreux. Le roi, Mohammed VI, ne s’en est pas privé en lançant une vaste opération de régularisation des migrants illégaux, la deuxième du genre, après celle de 2013 qui a permis d’intégrer 25 000 clandestins. Et oui, une vraie politique africaine, ce qu’a commencé à mettre en place le Maroc avec son retour en grande pompe au sein de l’Union africaine et sa demande d’adhésion à la CEDEAO, ça a aussi ses exigences ! Par ailleurs cet élan humanitaire du roi passe très bien dans sa carte de visite, dans ce continent que le souverain marocain affectionne tant, et qui le lui rend bien…

« Au 8 mars, un total de 18 281 demandes de régularisation d’étrangers en situation irrégulière ont été déposées au niveau national », a confié à l’AFP le ministre en charge de la migration, Anis Birou.
Ces documents ont été déposés dans 69 préfectures du royaume « depuis le lancement mi-décembre 2016 de la deuxième phase » de cette opération, a ajouté le ministre, cité par l’agence officielle de presse MAP.

par -

Après une première phase de régularisation des migrants en situation irrégulière qui a eu lieu durant l’année 2014 et qui a concerné près de 25.000 bénéficiaires, le Maroc a lancé, le 15 décembre 2016, la deuxième vague de régularisation des migrants en situation irrégulière installés depuis quelques années sur son territoire.
Des bureaux des étrangers chargés de recevoir les demandes de régularisation au titre de cette deuxième opération sont déjà ouverts dans plusieurs provinces et préfectures du Maroc.
Pour faciliter l’intégration des migrants dans la société marocaine, les autorités ont pris toutes les mesures permettant aux régularisés d’avoir une carte de séjour leur donnant accès à plusieurs services publics et prestations sociales (écoles, hôpitaux, formation professionnelle, etc.). Des organisations de la société civile sont aussi mises à contribution à cet effet.
Sont éligibles à cette 2ème vague de régularisation  les étrangers conjoints de ressortissants marocains, les étrangers conjoints d’autres étrangers en résidence régulière au Maroc, les enfants issus des familles se trouvant dans ces deux dernières situations, les étrangers disposant de contrats de travail effectifs, les étrangers justifiant de 5 ans de résidence continue au Maroc ainsi que les étrangers atteints de maladies chroniques.
Exprimant la constance du Maroc à la fois en matière de promotion des droits des migrants et de solidarité sud-sud, cette opération de régularisation a été saluée par plusieurs ONG et organismes internationaux.
Fondée sur une dimension humanitaire, la politique publique du Maroc en matière de migration et de droit d’asile n’exclut pas pour autant la dimension sécuritaire à travers notamment la lutte contre les réseaux transnationaux de traite des êtres humains. Le Maroc est ainsi reconnu par plusieurs partenaires internationaux comme un acteur fiable dans la lutte contre les réseaux de migration clandestine par le biais non seulement de la mobilisation des moyens propres du royaume mais aussi à travers une coopération régionale confiante englobant, entre autres, la surveillance des frontières terrestres et la conduite d’opérations maritimes régulières.
Il est à noter enfin que, comme ce fut le cas lors de la première opération de régularisation des migrants, une commission de suivi et de recours, présidée par le Conseil National des Droits de l’Homme, sera encore une fois mise en place pour le réexamen des demandes rejetées par les commissions préfectorales et provinciales, afin d’optimiser le processus de régularisation et d’en élargir les bénéficiaires.

Le Roi Mohammed VI a ordonné « le lancement de la deuxième phase d’intégration des personnes en situation irrégulière », indique la publication, faisant l’écho d’un communiqué de la Commission nationale chargée de la régularisation et de l’intégration des migrants au Maroc.

Selon l’agence AFP, prévue pour la fin 2016, « cette deuxième phase sera lancée immédiatement et dans les mêmes conditions » que la première phase de régularisation menée depuis 2014 et qui a été un « succès », selon la Commission.

Environ 25.000 personnes, pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne et de la Syrie avaient bénéficié de la première phase, selon les termes d’une nouvelle politique migratoire voulue par le Souverain en 2013 pour faire face aux flots de migrants clandestins tentant le passage vers l’Europe.

L’annonce d’une nouvelle phase de régularisation intervient par ailleurs alors que l’Algérie a mené, la semaine dernière, une vague d’arrestations sur son sol visant des migrants subsahariens, ajoute la même source.

par -

Les unités sécuritaires à Tataouine ont arrêté, lundi, trois personnes soupçonnées de faire passer illégalement des jeunes vers l’Europe à partir de la Libye, a indiqué une source sécuritaire au correspondant de la TAP.
 » Les passeurs, originaires du Maghreb, ont été placés en détention « , a précisé la même source, ajoutant que les membres du réseau ont admis avoir convoyé clandestinement, à partir de la Libye, des Tunisiens vers l’Italie.

par -

D’après les chiffres communiqués par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et des Affaires de la migration, plus de 23.000 immigrés clandestins ont été régularisés par le Maroc depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle politique migratoire, en 2013.

Le ministère fait état de 27.449 demandes enregistrées et d’un taux de 85,53% d’avis favorable.
D’après le document, ce sont les Syriens qui ont bénéficié le plus de ce geste des autorités marocaines, puis les Sénégalais, ensuite les ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) et enfin ceux de la Côte d’Ivoire.

Le communiqué signale qu’outre ces régularisations, le gouvernement marocain a également adopté un programme de retour volontaire qui a touché 21.073 migrants, notamment en provenance du Sénégal, du Nigeria, du Mali et du Cameroun. Au total, 36 pays étaient concernés par ce dispositif, indique le ministre marocain.

par -
Un individu a été arrêté dimanche à Bizerte

Les unités de l’armée tunisienne ont arrêté les 7 et 8 septembre 2016 sept personnes ayant franchi clandestinement la frontière tuniso-libyenne .

Lors des interrogatoires, il s’est avéré que ces individus ne possédaient pas de carte d’identité et qu’ils  sont sénégalais. Un contrebandier libyen a facilité leur déplacement vers la Tunisie, rapporte le journal Al Chourouk ce vendredi 9 septembre 2016.

par -
La Libye faciliterait le transit des migrants vers l'Europe

La Libye faciliterait le transit des migrants vers l’Europe, si l’Union Européenne ne l’aide pas à lutter contre les clandestins, a menacé Salah Mazek, ministre libyen de l’intérieur.

Cette menace vient au moment où la Libye fait face à la présence de milliers de ressortissants des pays de l’Afrique sub-saharienne , candidats à l’immigration clandestine et responsables, selon lui, de la propagation de maladies, de crimes et du trafic de drogue,.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

L'Algérie et la République du Congo ont signé,  mardi 28 mars 2017 à Alger 15 accords et mémorandums de coopération dans différents domaines, conclus...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...