Tags Posts tagged with "clients"

clients

par -

« Je me permets de vous adresser directement cette doléance pour être sûr que notre voix soit entendue.

Je prends pour exemple les menus incidents de mon dernier vol, TU 397 du 08/01/2017 Tunis-Abidjan, qui donnent une piètre image de la compagnie et vous font regretter d’avoir choisi le pavillon national. Je copie dans ce courriel un directeur de la Banque africaine de développement qui était sur le même vol et qui partage la même frustration. Je copie également un homme d’affaires, sur le même vol, ainsi que d’autres collègues de la BAD, qui pourront infirmer ou confirmer mes dires au besoin.

Les faits incriminés:

  • manque complet d’égards pour les passagers:
    • une des hôtesses, pour signifier une interdiction quelconque (obligation de rester assis, interdiction d’utiliser les toilettes…), s’adressait systématiquement aux passagers sur un ton irrespectueux, sans aucun « sourire » dans la voix, ce qui donnait la fâcheuse impression qu’on était carrément pris à partie par l’hôtesse en question. Excusez-nous Madame d’avoir pensé qu’une hôtesse devait rassurer ses passagers par une voix affable même lorsqu’il s’agit d’être ferme. Les passagers ont d’ailleurs très mal pris les injonctions venant de cette dame, certains refusant catégoriquement d’obtempérer, alors que les mêmes consignes, données sur un ton plus amène, auraient été respectées j’en suis certain;
    • la même hôtesse, vautrée sur les sièges de la rangée 28, répond le plus normalement du monde aux passagers qui demandaient un verre d’eau — toujours sur le même ton cassant — que « la cuisine est derrière, allez-y ». Mais franchement, quel passager peut être assez idiot pour déranger Madame l’hôtesse pendant sa pause syndicale, voyons!;
    • une autre hôtesse, face aux demandes de verres d’eau pendant le vol s’est écriée: « ah, mais moi, je ne peux pas servir tout le monde! ». Mais bien sûr, les passagers n’ont rien compris: c’était au pilote qu’il fallait adresser cette requête, il est plus disponible lui! ;
    • face à la pression sur la seule cabine WC disponible dans la classe éco (la seconde, côté droit de l’appareil étant hors service), le personnel navigant est resté insensible aux cas urgents, refusant de laisser des parents utiliser la cabine WC de la classe business pour soulager de petits enfants;
    • une des hôtesses interdisait, toujours sur le même ton âcre et revêche, aux passagers des dernières rangées d’utiliser un compartiment à bagages réservé à l’usage exclusif d’un des membres de l’équipage, contenant une grande valise (qui aurait normalement dû aller en soute vu sa taille) et un sac à main. Les passagers étaient invités à ranger leurs affaires « devant eux » pour que Mesdames prennent leurs aises et privatisent l’avion;
    • les hôtesses ont intimé — toujours sur le même ton discourtois — à certains passagers ayant choisi de rester debout quelques instants lorsque cela était permis de retourner à leur place sans raison valable comme les turbulences. D’autres compagnies recommandent pourtant à leurs passagers de bouger pendant le vol et de pratiquer quelques exercices pour faciliter la circulation sanguine. Heureusement que Tunisair ne le fait pas, cela obligerait nos chères hôtesses de faire un petit effort pour se frayer un chemin parmi la cohue debout.
  • appareil dégradé:
    • l’appareil utilisé pour le vol avait une cabine WC hors service. Dans ces conditions, n’importe quel chef de cabine aurait décidé d’utiliser les toilettes de la classe affaires comme appoint en cas de nécessité. Ce n’était pas le cas sur ce vol;
    • un compartiment à bagages était également hors service. Du coup, comme un compartiment à bagages était réservé à l’usage exclusif d’une hôtesse, que deux autres étaient réservés aux oreillers et aux plaids, le manque d’espace de rangement commençait à se faire cruellement sentir.
  • retard:
    • le motif donné par les hôtesses pour le décollage tardif de l’avion était l’attente de passagers. Quand est-ce que Tunisair se décidera à ne plus embarquer les passagers retardataires quitte à débarquer leurs valises? Pourquoi imposer une punition collective au lieu de faire assumer leur entière responsabilité aux passagers retardataires? Il s’est avéré que l’un de ces passagers, en transit depuis Beyrouth, dormait comme un bienheureux dans la zone de transit.  Heureusement qu’il a fini par se réveiller; sinon, les otages du vol TU397 auraient pu encore attendre longtemps…

J’espère, Monsieur le Président, que vous saurez prendre les mesures idoines pour que les passages des vols Tunisair n’envisagent plus leurs voyages avec angoisse et puissent désormais choisir le pavillon national avec fierté et la satisfaction d’effectuer un voyage serein, sans agression ni manque d’égards ».

UN AUTRE PASSAGER :

« Lors de ce même vol je me suis fait insulter par un steward pour avoir demandé un peu de thé après son passage en cabine. Le langage fut grossier. Voyageant très fréquemment sur le vol Abidjan-Tunis-Abidjan, la norme est malheureusement ce traitement fort inapproprié du personnel envers les passagers. Ce traitement s’apparente plus à un traitement réservé à du bétail qu’à des êtres humains, oublions le fait que nous sommes des clients qui paient pour un service. Tunisair ne nous fait point pas de faveur mais offre un service contre rétribution monétaire.

J’ose espérer que le PDG prendra des mesures pour redorer le blason de ce vol ».

par -

Liesse et ambiance festive chez l’équipe Nessma Mobile, qui vient de passer le cap de 100 000 abonnés. Plus de cent mille puces activées à ce jour. Plus de cent mille internautes et utilisateurs de smartphone sur ce nouveau-né de la téléphonie mobile.

Outre une salve de spots télévisés créés pour l’événement, près d’un million d’autocollants à l’effigie de 46, l’identifiant de Nessma mobile, vont envahir toute la République. Même, un concours de la photo d’autocollant placé dans le lieu le plus surprenant et le moins attendu, sera assorti d’une récompense hebdomadaire de mille dinars. A vos smartphones.

par -

La production des neuf premiers mois 2016 a enregistré une baisse de 4,58% par rapport à la même période de 2015 et 47,83% par rapport à la capacité nominale de l’usine, pas à cause des troubles sociaux comme s’était le cas en 2015 mais pour des raisons commerciales.

Le volume de ventes de STPP a enregistré ainsi une baisse de 9,33% par rapport à la même période de 2015 passant de 54450 à 49 369 tonnes. En effet, la fermeture de l’usine aux mois de Juin et Juillet 2015 était fatale, puisque à la reprise en août 2016 la plupart des clients se sont adressés à la concurrence ou ont décidé de substituer le STPP par d’autres produits moins chers, même de moindre efficacité. Cette situation a perduré en 2016 en raison de la pression exercée par les concurrents russes et chinois, particulièrement sur l’Inde, marché cible de la Société où ils ont pratiqué des prix de vente de plus en plus bas.

Le chiffre d’affaires total a chuté d’environ 12,22% passant ainsi de 102 714 498 DT au 30 Septembre 2015 à 90 166 600 DT au 30 septembre 2016.

Les prix des matières premières dont notamment l’acide phosphorique ont enregistré des baisses depuis le début de cette année. Cette baisse n’a malheureusement pas profité à la Société puisque la baisse des prix de vente du STPP a été plus importante.
Les investissements, enregistrés au 30 Juin 2016, concernent notamment le renouvellement des outils de production et l’acquisition d’un système de cogénération pour un coût total de 6 000 000 DT, qui va contribuer à l’allègement de la facture énergétique.

par -

La saison des soldes d’hiver a démarré samedi 30 janvier pour se poursuivre jusqu’au 15 mars 2016, couvrant notamment l’habillement, le cuir et les chaussures.

En parcourant quelques boutiques de prêt-à-porter et de chaussures à l’Avenue de Habib Bourguiba, Africanmanager a constaté que les produits exposés dans certains magasins peinent à trouver des acheteurs.

Dans de nombreuses boutiques, où l’éventail de réduction de prix affichés par les commerçants varie entre 20% et 50%, quelques personnes que nous avons rencontrées et interrogées ont exprimé leur mécontentement face à la hausse des prix de plusieurs articles exposés ( chaussures, sacs à main, accessoires…) par rapport à la période hors soldes.

Une cliente que nous avons rencontrée nous a affirmé que les prix de vente de vêtements ne sont pas réellement soldés et que les taux des réductions ne sont pas encore affichés: «Les vêtements  ne sont pas soldés sous prétexte qu’ils font partie de la « nouvelle collection ». Les vêtements ne sont pas de  bonne qualité et les prix sont encore vertigineux » a-t-elle affirmé.

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=FMYGZj0LMSg&feature=youtu.be »]

Certains commerçants interrogés par Africanmanager sont en colère et peu satisfaits de leurs ventes pour cette saison. « D’après les premières impressions, les choses ne vont dans le bon sens. Chaque jour, les clients viennent en masse mais ils n’achètent rien au motif que les prix de vente des articles sont  très chers…», raconte un vendeur de montres et accessoires.

Un autre vendeur de vêtements pour hommes  s’est dit, en revanche,  très optimiste pour la saison des soldes mais, selon ses dires, le couvre-feu reste toujours un obstacle handicapant la réussite de cette saison de soldes. « Pour les deux premiers jours des soldes, il ya une grande affluence mais après il n’y a pas plusieurs clients. C’est vrai que nous traversons une crise mais nous commercialisons  de nouveaux produits et de bonnes marques. Les taux de réduction de prix varient entre 20% et 40%… », a-t-il affirmé.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Le sort des banques publiques, les difficultés auxquelles elles font face et le dernier rapport de Fitch Rating ont été les principales questions soulevés...

AFRIQUE

Une première unité de police de l'environnement a été mise en place au Maroc. Elle aura particulièrement pour objectif de "renforcer le rôle du...

SPORT