Tags Posts tagged with "Coke de pétrole"

Coke de pétrole

par -
0

Le Nigeria et la Chine croient en l’avenir du pétrole, malgré une chute vertigineuse des cours mondiaux du brut depuis deux ans. Ils y croient tellement qu’ils vont miser très gros dans des pipelines, des raffineries et des installations énergétiques au Nigeria. Des protocoles d’accords dans ce sens ont été signés très récemment entre la compagnie nationale des hydrocarbures (NNPC) et une quarantaine de groupes chinois.

Ces partenariats ont été scellés à l’occasion de la visite en Chine d’Emmanuel Ibe Kachikwu, secrétaire d’État pour les Ressources pétrolières et président de la compagnie publique nigériane. Mais les contours de cette affaire ont été dessinés il y a  deux mois quand le président nigérian, Muhammadu Buhari, s’est rendu en Chine. La première économie du contient africain, qui était jusqu’en 2015 le 1er producteur de brut d’Afrique (il a été détrôné par l’Angola), est donc passé l’offensive depuis l’arrivée de Buhari au pouvoir.

Des équipements en-dessous des besoins

Le Nigeria a produit 2 millions de barils de pétrole par jour l’an dernier, pourtant le pays n’a que quatre raffineries lesquelles, bien évidemment, ne peuvent pas absorber ces quantités colossales. Ce qui fait que le Nigeria est obligé d’importer la majeure partie du carburant qu’il consomme. Un paradoxe bien nigérian quoi ! Avec les accords signés en Chine, le pays devrait être doté des installations pétrolières et gazières qui lui font défaut depuis des décennies. Le parc existant sera également réhabilité, suivant un agenda et des échéances qui n’ont pas été dévoilés par les autorités

China North Industries Corporation (Norinco), un ténor de l’armement mais aussi des infrastructures minières et pétrolières ainsi que China National Offshore Oil Corporation et Addax Petroleum, qui opèrent dans les hydrocarbures en Afrique subsaharienne, figurent parmi les 38 entreprises chinoises qui ont signé des contrats avec la compagnie publique nigériane

par -
0

Le président de la Chambre nationale des industriels du ciment, Mustapha Hamrouni, a exprimé l’inquiétude de la profession de l’aggravation du déficit en matière de coke de pétrole produit utilisé comme combustible pour la fabrication du ciment.

Dans un communiqué rendu public jeudi 12 mai 2016, il a été indiqué que le manque du coke de pétrole risque de provoquer la fermeture des usines du ciment ou le recours à l’utilisation du gaz naturel comme alternative, ce qui entraînera une hausse des prix du sac du ciment de 7,5 dinars à 13 dinars.

Selon le même communiqué, le directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, Brahim Chébili, a affirmé, lors d’une réunion tenue mercredi 11 mai 2016 avec les opérateurs tunisiens et étrangers du secteur du ciment, que tout sera mis en oeuvre en coordination avec le ministère du Transport et l’Office de la marine marchande et des ports pour dépasser «cette difficulté conjoncturelle».

par -
0

Le ministère de l’industrie, œuvre à trouver des alternatives pour le manque de coke de pétrole du à des difficultés dans l’importation de ce produit utilisé comme combustible pour la fabrication du ciment, selon un communiqué de ce département, publié jeudi.
Le directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, Brahim Chébili, dont les propos sont rapportés dans ce communiqué, a indiqué lors d’une réunion mercredi, avec les opérateurs tunisiens et étrangers du secteur du ciment, que tout sera mis en œuvre en coordination avec le ministère du transport et l’Office de la Marine Marchande et des ports pour dépasser « cette difficulté conjoncturelle».
Le président de la chambre nationale des industriels du Ciment Mustapha Hamrouni, a, quant-à lui, exprimé l’inquiétude de la profession de l’aggravation du déficit d’autant que le port de la société « El Fouledh », chargée temporairement, de l’importation de cette matière, est incapable d’accueillir les navires et les quantités importées; ce qui risque d’engendrer un déficit de ce produit nécessaire à la fabrication du ciment.
D’après le communiqué, la Société « El Fouledh » a été chargée provisoirement, d’importer le coke de pétrole, jusqu’au parachèvement des travaux au port de l’usine du ciment de Bizerte.
Le manque du coke de pétrole risque de provoquer la fermeture des usines du ciment ou le recours à l’utilisation du gaz naturel comme alternative, ce qui entraînera une hausse des prix du sac du ciment de 7,5
dinars à 13 dinars, selon les participants à cette réunion cités par le ministère.

TAP

par -
0

La société Ciments de Bizerte annonce la finalisation du projet d’aménagement du quai, qui sera prêt au terme du premier semestre 2016. Le cimentier public, le seul à avoir cette infrastructure, se dote ainsi d’un quai spécialisé permettant d’une part le développement des exportations du clinker et du ciment et d’autre part le déchargement des navires de coke de pétrole pour tout le secteur cimentier, reprenant ainsi des recettes conséquentes au titre de cette activité qui a été suspendue depuis juin 2015 suite aux travaux d’aménagement.

La même entreprise, par ailleurs cotée en bourse, annonce l’augmentation sensible de sa production en clinker et en ciment suite aux travaux de maintenance annuels, ce qui permettra de subvenir à la demande locale et le développement de l’export par voie routière.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tunis (CCI Tunis), Mounir Mouakhar, a souligné la nécessité de créer un électrochoc pour...

AFRIQUE

SPORT