Tags Posts tagged with "commerçants"

commerçants

par -
0

Un grand nombre d’acheteurs qui ont afflué vers les commerces de la Capitale, quelques jours avant l’avènement de l’Aid El Fitr, se sont indignés face à la hausse des prix du prêt-à-porter et de la mauvaise qualité proposée, alors que les commerçants imputent cette situation à la hausse du coût de production.
Des consommateurs que l’agence TAP a rencontrés devant les locaux commerciaux situés dans les différentes rues et avenues de la ville de Tunis, telles que « Charles De Gaulle » et « Jamel Abdenassser » se sont plaints de l’augmentation sans précédent des prix du prêt-à-porter, notamment pour les familles nécessiteuses et à moyen revenu.
Le prix d’un article pour enfant varie entre 90 et 120 dinars aussi bien pour les garçons que pour les filles, alors que le prix des chaussures oscille entre 25 et 70 dinars, selon la plupart des acheteurs.
Ils estiment que ces prix « sont exhorbitants » en comparaison avec le pouvoir d’achat en détérioration continue de la famille tunisienne, s’agissant surtout des familles pauvres ayant deux enfants ou plus, d’autant que le prix d’achat du vêtement de l’Aid s’élève au minimum à 100 dinars, ce qui est de nature à alourdir les charges de ces familles qui vivent déjà la pression des dépenses du mois de Ramadan.
Le taux de hausse des prix de ces vêtements par rapport aux années précédentes s’établit à plus de 30% , ont-ils constaté, considérant que cela est inadéquat avec la mauvaise qualité des vêtements exposés sur les devantures des locaux commerciaux dont les propriértaires veulent profiter de cette occasion pour faire de gros bénéfices de manière éhontée, l’objectif étant de palier la stagnation qu’ils ont vécue le restant de l’année.
Les réclamations des acheteurs n’émanent pas uniquement des catégories pauvres et à moyen revenu mais également de celles aisées qui se sont rendus vers les magasins de marques internationales, telles que ‘Benetton » et « Zara » et ont manifesté leur indignation face à la hausse vertigineuse des prix des vêtements de l’Aid, cette année, en comparaison avec les mêmes marques dans certains pays étrangers et les années précédentes.
Les acheteurs voient que l’envolée des prix des vêtements de la fête de l’Aïd est due principalement à la quête des commerçants d’un meilleur profit, sans tenir compte des conditions difficiles dans lesquelles vit le citoyen tunisien actuellement. D’après eux, les habits exposés à la vente ne reflètent aucun innovation ou créativité au niveau de la conception et du désign, outre la mauvaise qualité du tissu, constatée surtout après un premier lavage de l’habit, contrairement aux articles importés exposés dans certains locaux commerciaux, et mêmes ceux de la « fripe ».
Les consommateurs ont considéré que le faible rôle du contrôle économique dans ce domaine, accentué par le fait que les soldes ne coïncident pas avec les jours qui précèdent l’Aïd, ce qui aurait contribué à une baisse des prix, sont autant de facteurs qui participent à la flambée des prix des habillements de l’Aïd. Le citoyen est aussi impliqué dans la hausse des prix puisqu’il ne peut réfréner ses envies.
 Les commerçants évoquent le coût et les officiels prévoient une acalmie
Selon plusieurs commerçants, l’augmentation des prix des vêtements exposés dans leurs vitrines est due à la hausse des prix de ces vêtements achetés auprès des usines.
Et d’ajouter que les propriétaires des usines importent, pour leur part, plus de 40% des matières premières des pays étrangers, d’où une hausse des coûts notamment suite au glissement du dinar face au dollar et à l’euro.
Le directeur général de l’institut national de la consommation (INC) Tarek Ben Jazia a affirmé que les prix des vêtements de l’Aïd pour filles et garçons ont enregistré, cette année, une hausse située entre 10 et 15% par rapport à la saison précédente. .
Pour sa part, le directeur général de la concurrence et des recherches économiques, Mohamed Ifaa a souligné que les prix des vêtements et chaussures ne sont pas encadrés, ajoutant que les commerçants ont affiché des soldes atteignant plus de 30% pour maitriser les prix et tenir compte du pouvoir d’achat du itoyen.
Il a fait savoir que la saison des soldes de l’été débutera, le 15 juillet 2016, coïncidant ainsi avec le festival du shopping de Tunisie, ce qui constituera une bouffée d’oxygène pour le consommateur tunisien accablé par les différentes dépenses.

par -
0

L’Organisation tunisienne pour informer le consommateur a mis en service depuis hier jeudi 16 juin 2016, une application qui permettra au consommateur de dénoncer les abus et fraudes qu’il subit au quotidien de la part de certains commerçants, a informé le président de l’organisation, Lotfi Riahi dans un communiqué rendu public ce vendredi 17 juin 2016 sur la page officielle du ministère du Commerce.

« Reclamy » est une application légère qui contient un système de géolocalisation et permet d’envoyer des photos. « Avec cette application, plus besoin de téléphoner. Les réclamations et dénonciations peuvent désormais être faites instantanément et elles pourraient être accompagnées de photos qui serviront de preuves», a expliqué le président de l’organisation.

En effet, durant la phase de test de cette App, l’Organisation a reçu quelques 150 réclamations de publicités mensongères, ventes conditionnées, marchandises non conformes aux normes et contrefaçons.

par -
0

L’Union de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat a décidé ce lundi de suspendre la grève régionale des commerçants fixée initialement pour demain, mardi 31 mai 2016.

La décision de suspension a été prise suite à une réunion effectuée par les représentants de l’UGTT avec la présidente de la centrale patronale, Wided Bouchamaoui.

Rappelons que cette grève a été initialement fixée pour demain mardi 31 mai 2016 dans tous  les commerces, le marché central, les boulangeries, les taxis et le transport en commun de la capitale.

par -
0

La ville de Ben Guerdane observe ce mercredi 11 mai 2016 une grève générale, suite à l’appel de l’Union Régionale du Travail à Ben Guerdane. La grève générale a concerné au même titre les institutions publiques et privées, à l’exception de l’hôpital, des pharmacies et des examens du baccalauréat.

La grève a été décrétée suite à la suspension du trafic commercial au niveau du terminal frontalier de Ras Jedir et les nouvelles restrictions imposées sur les commerçants de retour de la Libye.

Rappelons qu’une centaine de vendeurs de carburant qui revenaient de la région libyenne de Dhahrat Al-Khas, avaient été récemment interdits de franchir la frontière tuniso-libyenne, provoquant ainsi une vague de protestations dans la région en question.

par -
0

Des commerçants et habitants de Ben Guerdane ont décidé d’entamer une grève générale dans la région, rapporte Mosaïque Fm. Ils appellent l’UGTT régionale à les soutenir après avoir été interdits de reprendre leurs activités commerciales avec la Libye.

Le sit-in des commerçants au niveau de la route nationale 1 reliant Ben Guerdane à Ras Jedir se poursuit et la tension est montée d’un cran, indique la même source.

par -
0

Plusieurs commerçants ont entamé, lundi, un sit-in illimité, à Zokra, localité située entre Ben Guerdane et Ras Jedir, pour protester contre la non-reprise de la circulation des marchandises à partir de la Libye. L’activité commerciale au point de passage de Ras Jedir devait reprendre, ce lundi, conformément à ce qui a été convenu la semaine dernière entre les parties tunisiennes et libyennes, ont affirmé des commerçants.
Les protestataires ont bloqué la route reliant Ben Guerdane à Ras Jedir, empêchant ainsi les voitures et camions libyens de circuler dans les deux sens, ce qui a créé des fils de véhicules stationnés sur les bas-cotés de la route. Ils déplorent la dégradation de leurs revenus à cause de l’interruption de leurs activités commerciales avec la Libye, regrettant le non-respect des parties libyennes et tunisiennes de leurs engagements.

TAP

par -
0

 « La fermeture prolongée du poste-frontière de Ras Jedir, entre la Tunisie et la Libye, nuit gravement à l’économie de la région de Ben Guerdane, basée principalement sur la contrebande.  Les commerçants de la délégation de Ben Guerdane opéraient  depuis des années dans le secteur informel qui constitue la source de vie de  90 % de personnes dans la région en question »  a déclaré  l’expert économique Ridha Chkondali, dans une déclaration ce jeudi 21 avril 2016 à Africanmanager.

Il a ajouté que le recours à la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir n’est pas la bonne solution pour mettre fin aux fléaux du terrorisme et de la contrebande.

par -
0

Un grand nombre de commerçants à Ben Guerdane soutenus par plusieurs citoyens se sont rassemblés, mercredi, au carrefour de la municipalité de la ville empêchant les camions chargés de marchandises de poursuivre leur route vers la Libye à travers le point de passage de Ras Jedir. Ils protestent contre les restrictions imposées par la Libye à leur activité.
Les manifestants critiquent « l’indifférence » du gouvernement vis-à-vis des problèmes des commerçants à Ben Guerdane dont la situation est devenue « critique », demandant aux autorités d’intervenir auprès de la Libye ou bien de fermer totalement le passage frontalier à la circulation.
Cette situation de blocage persiste depuis plusieurs semaines et risque de dégénérer, avait averti dans une précédente déclaration à l’agence TAP, le secrétaire général de l’Union locale du travail, Mohsen Lachiheb.

TAP

par -
0

Des commerçants et des proches de détenus tunisiens en Libye ont observé, vendredi, un rassemblement de protestation, sur la route reliant Ben Guerdane et Ras Jedir au niveau de la localité de Zokra. Ce mouvement a provoqué un ralentissement de la circulation et une forte baisse des arrivées de voyageurs de Libye par crainte de recrudescence de la tension. Les proches de détenus tunisiens en Libye exigent la libération de leurs fils qui, selon eux, sont accusés à tord de corruption. Deux jeunes ont été déjà remis en liberté alors que trois autres sont encore retenus par les autorités libyennes.
Les commerçants appellent, quant à eux, le gouvernement à intervenir auprès de la Libye pour lever les restrictions aux échanges entre les deux pays.

TAP

par -
0

La saison des soldes d’hiver a démarré samedi 30 janvier pour se poursuivre jusqu’au 15 mars 2016, couvrant notamment l’habillement, le cuir et les chaussures.

En parcourant quelques boutiques de prêt-à-porter et de chaussures à l’Avenue de Habib Bourguiba, Africanmanager a constaté que les produits exposés dans certains magasins peinent à trouver des acheteurs.

Dans de nombreuses boutiques, où l’éventail de réduction de prix affichés par les commerçants varie entre 20% et 50%, quelques personnes que nous avons rencontrées et interrogées ont exprimé leur mécontentement face à la hausse des prix de plusieurs articles exposés ( chaussures, sacs à main, accessoires…) par rapport à la période hors soldes.

Une cliente que nous avons rencontrée nous a affirmé que les prix de vente de vêtements ne sont pas réellement soldés et que les taux des réductions ne sont pas encore affichés: «Les vêtements  ne sont pas soldés sous prétexte qu’ils font partie de la « nouvelle collection ». Les vêtements ne sont pas de  bonne qualité et les prix sont encore vertigineux » a-t-elle affirmé.

Certains commerçants interrogés par Africanmanager sont en colère et peu satisfaits de leurs ventes pour cette saison. « D’après les premières impressions, les choses ne vont dans le bon sens. Chaque jour, les clients viennent en masse mais ils n’achètent rien au motif que les prix de vente des articles sont  très chers…», raconte un vendeur de montres et accessoires.

Un autre vendeur de vêtements pour hommes  s’est dit, en revanche,  très optimiste pour la saison des soldes mais, selon ses dires, le couvre-feu reste toujours un obstacle handicapant la réussite de cette saison de soldes. « Pour les deux premiers jours des soldes, il ya une grande affluence mais après il n’y a pas plusieurs clients. C’est vrai que nous traversons une crise mais nous commercialisons  de nouveaux produits et de bonnes marques. Les taux de réduction de prix varient entre 20% et 40%… », a-t-il affirmé.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Personne ne le criera sur les toits, ces choses se passant, par définition, dans les coulisses, mais la présidence de l'Union africaine fait actuellement...

SPORT